Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

CILSS : Bientôt une salle de conférence rénovée

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Issoufou Ouédraogo (stagiaire) • lundi 15 octobre 2018 à 23h05min
CILSS : Bientôt une salle de conférence rénovée

Le secrétaire exécutif du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) a procédé, ce lundi 15 octobre 2018 à Ouagadougou, au lancement des travaux de la réfection de la salle de conférences. Après plusieurs années d’études et de contre-études sur la faisabilité du projet, le CILSS et ses partenaires techniques et financiers ont décidé de remettre la salle de conférence de cette institution en bon état. Cette réfection, estimée entre 300 et 400 millions de francs CFA, vise à permettre au CILSS de retrouver un cadre idéal de travail pour faciliter les rencontres de cette institution chargée de la lutte contre l’insécurité alimentaire et les effets de la sécheresse.

300 à 400 millions de francs CFA environ, c’est ce que coûteront la réfection et l’équipement de la salle de conférence du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS). L’objectif est de doter l’institution d’une salle ultra-moderne. Cette rénovation constitue un ouf de soulagement car elle va permettre à la structure de réduire les coûts de location de salles. Mieux, cette réfection va offrir au CILSS un cadre de référence, au regard des projets qui pointent à l’horizon.

Certains partenaires du CILSS pourront aussi bénéficier de la salle pour leurs activités. « La réfection de cette salle va donner une opportunité à l’institution d’économiser les fonds qu’elle utilisait ailleurs pour les rencontres et de lever des fonds pour l’institution », a confié le Dr Djimé Adoun, secrétaire exécutif du CILSS.

salle à rénover

La réfection et l’équipement de cette salle sont rendus possibles grâce aux partenaires techniques et financiers comme l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque africaine pour le développement économique de l’Afrique (BADEA) et tous les pays membres du CILSS.

Pour le premier responsable du CILSS, Dr Djime Adoun, la rénovation de cette salle constituera un apport considérable pour le CILSS, car l’institution mène beaucoup d’activités comme des conférences, des ateliers.
En plus d’offrir un cadre excellent de travail pour le CILSS et ses partenaires, la rénovation de cette salle va embellir l’image de l’institution et contribuer, de manière significative, aux activités de l’institution.

Le secrétaire exécutif du CILSS le Dr Djimé Adoun

L’entreprise 2ATP, chargée des travaux, a quatre mois pour livrer une nouvelle salle de conférence au CILSS. Selon le responsable chargé de la supervision des travaux, tout le travail sera exécuté dans le strict respect des cahiers de charges.

Le CILSS, créé le 12 septembre 1973, regroupe huit Etats côtiers, quatre pays enclavés et un Etat insulaire. Son objectif est de concourir, sur la base d’une meilleure gestion des ressources-régionales, à l’obtention d’une sécurité alimentaire complète au Sahel pour le Sahel ; promouvoir l’agriculture productive, diversifiée, durable et régionalement intégrée ; etc.

Issoufou Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • J’ai le sentiment que le développement est un mirage pour nous les nègres plus les années passent plus il s’éloigne. Aujourd’hui la rationalisation des infrastructures amène des entreprises à ne plus affecter intitu personae des bureaux aux employés, le télétravail aidant, les bureaux sont mutualisés et occupés par réservation en fonction des besoins, . Je me demande quel charge de travail en salle de conférence le CILLS a pour avoir besoin d’un salle de conférence dédiée à lui seul ?. Il y’a la salle de Conférence de Ouagadougou 2000 il y’a celle de la Comission de l’UEMOA ...sans oublier celle les hôtels. J’ai le sentiment qu’il y’a beaucoup de gaspillage de ressources dans cette boite.

  • Pouhahh ! Voilà comment une organisation sous-régionale pense développer ses pays membres : prendre 1/2 milliard FCFA et jeter dans du sable et béton. C’est PUREMENT de l’investisment NON-PRODUCTIF !!! Au lieu de prendre ces sous construire des forages et aider les femmes rurales des pays concernés à accéder à l’eau potable ou faire de la culture de contre-saison et abreuver leurs animaux en saison sèche, on préfère construire des salles luxieuses pour que des gens viennent s’assoir avec des costumes-caravates et bazin riche-riche et décider de l’avenir des populations des pays membres du CILS.

    Je repète que ça c’est de l’argent jeté par la fenêtre : on n’a pas besoin d’être un financier pour faire le calcul : si dans l’année le CILS accueille 6 conférences (c-à-d une (01) conférence chaque 2 mois ; ce qui m’étonnerait) et en supposant qu’à chaque conférence ils peuvent aller louer une salle dans un hotel huppé de Ouaga pour 5 millions de FCFA/conférence, cela veut dire qu’il faudra 13 ans pour qu’ils dépensent 400 millions pour l’accueil des conférences. On n’a pas besoin d’être un intellectuel du CILSS pour comprendre qu’il vaut mieux louer des salles , ce qui va revenir moins cher qu’injecter 400 millions toute suite dans du béton avec des frais de fonctionnement faramineux aussi par an.
    Et puis on sait qu’avant les dix (10) prochaines années, il faudra prévoir encore un budget d’au moins 100 millions pour rénover ladite salle (travaux baclés à cause des 10%...).

    En plus de ces 400 millions d’investissement non-productif, il faudra prévoir j’imagine par année au moins 5% (soit 20 millions FCFA) comme frais de fonctionnement (électricité puis que climatisation à gogo, entretien avec un service de nettoyage/marché gré-à-gré....).

    Continuer ainsi et l’Afrique se développera.

    Anyway, les gens ont compris maintenant et pour emprunter l’illustre Norbert Zongo : "si ton pays ne veut pas se développer, développe toi, toi-même". Les femmes rurales et paysans dans les pays membres du CILS l’ont compris aussi.

    Pouhahh....

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gouvernance démocratique au Burkina : L’ambassadeur des Etats-Unis et le porte-parole de l’opposition échangent autour des préoccupations nationales
Chine : un partenaire de confiance pour l’avenir
L’Union européenne et le Burkina Faso renforcent leur coopération
Complexe W-Arly-Pendjari : Le Bénin, le Burkina et le Niger harmonisent les vues dans la gestion de ce patrimoine mondial
64e anniversaire de la Libération nationale de novembre 1954 : L’Algérie rend hommage aux martyrs de l’indépendance
CEDEAO : Bientôt une feuille de route pour faciliter les échanges économiques
Le président Georges Weah attendu à Ouagadougou
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : l’élection du Burkina, une « victoire de la diplomatie »
Brillantes perspectives pour la coopération entre le Chine et le Burkina Faso
Coopération canado-burkinabè : La gouverneure générale, Julie Payette, visite des infrastructures éducatives
Salon international de la coopération pour le développement (SICOD) : Un cadre pour redorer l’image du Burkina
Burkina : La gouverneure générale du Canada élevée au rang de la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés