Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Formulation du Compact II : une mission de démarrage de la 4e phase à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Economie • Communiqué • lundi 15 octobre 2018 à 11h00min
Formulation du Compact II : une mission de démarrage de la 4e phase à Ouagadougou

OUAGADOUGOU, BURKINA FASO, 15 octobre 2018/ — L’Unité de coordination de la formulation du second compact du Burkina Faso (UCF-Burkina) est heureuse de vous informer que le Comité d’investissement du MCC, à travers le mémorandum d’évaluation des Propositions de projets (PPAM), a effectivement donné son accord pour la suite du processus, à savoir la 4e phase. De juin à septembre 2018, l’UCF-Burkina et ses homologues du MCC ont mené les activités préparatoires (missions, rencontres, sorties de terrain…) à cette quatrième phase.

En ce mois d’octobre 2018, une importante mission du MCC est à Ouagadougou pour le lancement officiel de la 4e et dernière phase du processus de formulation du second compact qui prendra fin en septembre 2019. On peut donc dire que le processus de formulation du compact se poursuit bien.

Démarrage de la phase 4 du 15 au 20 octobre 2018

Une mission du MCC, forte de plus d’une dizaine d’experts et conduite par le directeur pays, Mike Simsik, séjourne à Ouagadougou dans le cadre du processus de formulation du second compact du Burkina Faso.

Une semaine durant, du 15 au 20 octobre 2018, les experts de l’UCF-Burkina et du MCC procèderont, au cours d’un atelier de travail, au lancement de la quatrième (et dernière) phase du processus de formulation du second compact. Cette phase, appelée « développement du programme » porte sur les études de faisabilité des trois projets que le Burkina a soumis au MCC et prendra fin en septembre 2019.
Des rencontres seront également organisées avec des partenaires techniques du secteur de l’énergie pour mieux coordonner les interventions pour plus d’efficacité et d’efficience.

Les activités préparatoires de la phase 4 se sont poursuivies en août et septembre 2018.

Les mois d’août et septembre 2018 ont vu la poursuite de missions de consultants et de responsables du MCC pour la préparation de la phase 4. Ainsi, nous avons reçu les missions suivantes :

• Mission des consultants du volet infrastructures du 13 au 22 août 2018 : cette mission, conduite par Ronnie Murphy, Expert en Transport d’énergie et Yves Pleau, Expert en Production et en Distribution d’énergie chez le Consultant TetraTech, s’inscrit toujours dans le cadre des activités de Due Diligence (vérifications nécessaires) avec un accent particulier sur la présentation des projets de TDR pour les études de faisabilité des projets soumis au MCC.

Elle s’est focalisée sur les questions résiduelles telles que le processus d’acquisition des terrains, la mise en cohérence des interventions des différents partenaires dans le secteur de l’énergie. Les activités principales menées au cours de cette troisième mission ont consisté essentiellement en des séances de travail avec les parties prenantes (TDR des études de faisabilité).

La mission a eu des séances de travail avec les coordonnateurs des projets PASEL, PERREL, PEPU qui sont tous des projets portés par la SONABEL avec le concours financier respectif de la Banque Mondiale, de la BID et de la BAD. Elle a, en outre, rencontré la Direction Générale des Impôts (précisément la Direction du cadastre et la Direction des affaires domaniales et foncières) et l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD).

En termes de résultats atteints, on peut noter la prise en compte des amendements de l’UCF-Burkina sur les projets de TDR et une meilleure appropriation desdits TDR par l’équipe. Des questions spécifiques telles que l’horizon des études et de vérification de la fiabilité des ouvrages notamment les lignes de transport ont été discutées.

• Mission des consultants du volet institutionnel du 27 août au 05 septembre : cette mission comprenait André Larocque, Analyse financier et expert des questions institutionnelles et réglementaires (Chef de mission), Jean Jaurus (Expert IPP) et Yves Muyange, Expert des questions institutionnelles du secteur de l’Energie chez le Consultant TetraTech. Elle avait pour objectif de préparer l’élaboration des TDR pour le recrutement d’un consultant devant conduire le processus d’élaboration de la Feuille de route pour la transformation du secteur de l’électricité.

Dans ce cadre, le consultant a rencontré tous les acteurs institutionnels du secteur de l’énergie (y compris ceux intervenant dans le processus de contractualisation avec les IPP) pour des échanges sur les enjeux et les défis afin de recueillir les besoins, discuter des problèmes rencontrés et défis auxquels ils doivent faire face.

• Mission du directeur pays du MCC, de la Directrice adjointe ainsi que des chefs des départements Energie et Secteur Privé du MCC du 16 au 23 septembre 2018 ; cette mission de haut niveau était forte de 4 membres : Mike Simsik, directeur pays du MCC (Country team leader), Fathma Jalloh, directrice adjointe, Sam Kwon (chef du département Energie) et Alex Dixon (chef du département Secteur Privé).

Elle avait pour objectif, d’une part, de partager avec l’UCF-Burkina les premières appréciations du Comité d’investissement du MCC sur les projets proposés et, d’autre part, d’obtenir l’engagement et l’accompagnement des autorités et des parties prenantes à la formulation du compact pour la mise en œuvre de la 4e phase du processus portant sur le développement des projets.

Le Comité d’investissement du MCC, à travers le mémorandum d’évaluation des Propositions de projets (PPAM), a effectivement donné son accord pour la suite du processus, à savoir la 4e phase.

Cette 4e phase, qui démarre en octobre 2018, comprend deux grands volets :

-  les études de faisabilité technique, environnementale, de genre et sociale pour la réalisation des infrastructures,

-  l’élaboration de la Feuille de route pour les nécessaires réformes à réaliser pour la viabilité et l’efficacité du secteur de l’électricité (solvabilité de la SONABEL, effectivité de l’engagement du secteur privé dans la production de l’électricité, clarification des rôles et responsabilités des acteurs institutionnels…).

La mission d’octobre 2018 lancera la 4e phase, qui est la dernière du processus de formulation du second compact, et finalisera les TDR pour le démarrage effectif des études de faisabilité et la définition des contenus des réformes. L’UCF compte sur votre mobilisation effective, comme par le passé, au succès de cette phase.

L’UCF-Burkina,
formuler un compact de qualité, participatif et inclusif dans des délais satisfaisants !

Contact presse
Isabelle TIENDREBEOGO
Email : isabelle_taps@yahoo.fr
Tél. : (226) 25 49 75 75
Cel. : (226) 70 21 93 02

Messages

  • Moi je voudrais savoir si c’est vrai que M. Tambi et son équipe de formulation du Compact touchent chacun 15millions par mois ? Quelqu’un peut-il m’éclairer ? Merci.

    • OU EST TON PROBLEME DANS TOUT çA. JALOUX LA OCCUPE TOI DE TES OIGNONS ; VOIT LA PERTINENCE DU SUJET ET EVITES DE SAVOIR QUEL EST LE SALAIRE DE L’AUTRE

    • M. InsightTotheBone,
      D’où sors tu cette information ? Si vous êtes de bonne foi, bien vouloir donner votre source.
      Certainement un candidat qui a échoué au test de recrutement !

    • Monsieur ou Madame Patriote, l’usage abusif que tu fais des caractères en majuscule dénote d’un niveau d’éducation en-deca du premier cycle des lycées et collèges. Pour éviter de t’étrangler avec une crise cardiaque,je vais reposer ma question en francais plus facile pour que tu comprennes peut-être ma préoccupation : Oui ou non les membres de l’equipe de M.Tambi sont payés à plus de 15 millions par mois avec l’argent des Burkinabè pour soi-disant « formuler » le deuxième compact ?

    • M. ou Mme Veritas, y-a-t-il eu test de recrutement ?

  • NON, les membres de l’équipe de M.Tambi ne sont pas payés à plus de 15 millions par mois avec l’argent des Burkinabè pour formuler (c’est une réalité et un fait) le deuxième compact.
    15 millions par mois, ce serait une vrai aberration sous nos cieux !!! On peut prêcher le faux pour avoir le vrai mais sachons raison garder.
    Allons à grands pas vers les résultats de la formulation du compact II, c’est le plus important pour les Burkinabè et le partenaire.

    OUI, il y a bel et bien eu avis public de recrutement (par voie de presse) en début 2017, sélection sur dossier, 1er entretien avec la partie nationale au premier ministère et 2e entretien avec une équipe MCC venue de Washington. Pour certains postes, plus de 50 à 80 dossiers déposés. Toutes les informations sont disponibles au Premier ministère.
    Bonne journée.

    • Madame Tapsoba, merci d’avoir apporté votre lumière. Agréable journée.

    • Bonjour,
      Merci à vous ; merci aux lecteurs de Lefaso.net et félicitations au site qui a une année en plus. BRAVO à toute l’équipe pour le travail quotidien.

    • C’est à désespérer de certains de nos compatriotes. C’est le résultat que les formulateurs vont rendre qui est important. On n’a qu’à les payer à 20 millions le mois si on estime que leur travail va faire pleuvoir des milliards pour le développement de notre pays, où est le problème ?. Tout porte à croire qu’ils avancent bien puisqu’on dit qu’ils sont à la 4e et dernière phase. Ça veut dire qu’ils on parcouru au moins 3 phases. Néanmoins,Madame Tapsoba, il faut pas nous dire que les résultats sont disponibles au Premier Ministère comme s’il est donné à n’importe quel citoyen lamda d’y avoir accès pour vérification, avec certains de nos princes du moment qui se comportent comme des rois !

  • A quand le démarrage effectif de ce compact MCC ? Cela fait des trimestres, semestres ou des années qu’on est toujours dans une phase préparatoire (études, rencontres et re-rencontres). Le commun des burkinabé attend les résultats concrets du MCC pour savoir si cela aura un impact sur sa vie quotidienne.

    • Jerkilo,
      il ne s’agit pas de projets ou programmes montés à la va-vite par le gouvernement et la fonction publique burkinabè.
      Ici, vous avez des gens très sérieux (MCC), qui veulent savoir dans quoi l’argent du contribuable américain sera investi.
      Le gouvernement américain et les responsables du MCC sont redevables vis-à-vis du peuple américain (devant la chambre des représentants et le senat qui détiennent les cordons de la bourse du contribuable américain). Le moindre faux pas peut terminer la carrière des personnes du MCC et les envoyer en prison.
      On ne saurait aller plus vite. On prendra le temps qu’il faut pour réaliser des infrastructures et poser des actions durables, bénéfiques à la population du Burkina Faso. C’est du sérieux ici. Le populisme et la politique politicienne n’ont aucune place ici.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journées portes ouvertes des entreprises culturelles : Les acteurs satisfaits de l’organisation de la 2e édition
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés