Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Soutenance de thèse : Noufé Tiatité analyse les liens entre le capital humain, la productivité agricole et la pauvreté au Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Justine Bonkoungou • jeudi 11 octobre 2018 à 21h00min
Soutenance de thèse : Noufé Tiatité analyse les liens entre le capital humain, la productivité agricole et la pauvreté au Burkina

L’Ecole doctorale des sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion de l’Université Ouaga II a un nouveau docteur. Il s’agit de Noufé Tiatité, cadre au ministère de l’Agriculture, qui a soutenu, ce jeudi 11 octobre 2018, sa thèse sur le thème : « Capital humain, productivité agricole et pauvreté rurale au Burkina Faso ». Une thèse dirigée par le professeur Idrissa M. Ouédraogo de l’université Ouaga II et co-dirigé par le Pr Mahamadou Diarra de l’université Norbert-Zongo. Le travail de l’impétrant a été jugé recevable par le jury. Ainsi, Noufé Tiatité a été déclaré docteur en sciences économiques avec la mention très honorable.

C’est partant du constat que dans la plupart des pays africains, la pauvreté a un visage rural, que l’impétrant, Noufé Tiatité, a décidé de travailler sur le thème « Capital humain, productivité agricole et pauvreté rurale au Burkina Faso ». En effet, selon les statistiques de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), au Burkina Faso, 47,5% de la population rurale est pauvre, contre 13,7% en milieu urbain. Pour vaincre donc la pauvreté en milieu rural, l’agriculture, première source de revenus pour 87% de la population active, est au cœur des politiques.

L’impétrant présentant les résultats de ses recherches

Pourtant, le constat sur le terrain montre que le faible niveau de productivité du secteur agricole n’a pas permis à ce jour de faire de l’agriculture un réel instrument de réduction de la pauvreté, en témoignent les chiffres recueillis sur la décennie 2005-2014. Sur cette période, les rendements moyens à l’hectare de mil et de maïs sont respectivement de 829 Kg et de 1240 Kg, alors que les rendements potentiels se situent à 2 000 Kg et 4 500 Kg à l’hectare. De ce fait, la contribution de l’agriculture dans la formation du Produit intérieur brut (PIB) est seulement de 15%.

Partant donc de la théorie de la croissance endogène, qui veut qu’investir dans le capital humain permette d’accroître la productivité des agents économiques, l’impétrant a analysé, dans sa thèse, les liens entre capital humain, productivité agricole et la pauvreté rurale.

« La culture du coton n’aide pas à la réduction de la pauvreté en milieu rural »

De ses travaux, il ressort ainsi que sur le plan macroéconomique, l’éducation n’est pas un facteur déterminant au développement du secteur agricole. Mais au niveau microéconomique, c’est-à-dire au niveau des ménages, le niveau d’étude agit positivement sur la production agricole.

Le jury présidé par le Pr Adama Diaw

Il ressort également de son travail que les ménages qui cultivent des céréales sont plus à même de sortir de la pauvreté, contrairement à ceux qui cultivent le coton. « Plus le ménage est efficace dans la production des cultures céréalières, plus la probabilité qu’il sorte de la pauvreté est élevée. Mais quand le ménage est plus efficace dans la culture du coton, la probabilité qu’il en sorte est diminuée. Cela veut dire que la culture du coton n’est pas forcément une solution efficace pour la réduction de la pauvreté en milieu rural », explique Noufé Tiatité.

Pour lui donc, « il est important que les autorités en charge de la conduite des politiques agricoles développent des initiatives qui vont améliorer la productivité des cultures céréalières qui ont un double avantage : celui d’améliorer la sécurité alimentaire, mais aussi d’améliorer le revenu agricole. Il est aussi important de revoir la santé des producteurs, parce que nos résultats ont montré que la santé joue sur la performance agricole ».

Le jury salue un travail de qualité

Après une présentation succincte de 20 minutes faite par l’impétrant, le jury présidé par le Pr Adama Diaw, professeur titulaire et président de l’Université Gaston-Berger de Saint Louis au Sénégal, a posé des questions à Noufé Tiatité et a également apporté des remarques en vue d’améliorer la thèse dans sa version finale. Puis, le jury s’est retiré pour la délibération.

Après quelques minutes de conciliabules, retour dans l’amphi F de l’UFR/SEG, où le jury a salué « la pertinence et l’actualité du thème, la qualité du travail de l’impétrant, la littérature utilisée, mais aussi l’approche méthodologique sophistiquée ». La thèse a donc été jugée recevable et le jury a déclaré Noufé Tiatité, docteur en sciences économiques avec la mention très honorable.

Pour le Pr Idrissa Ouédraogo, directeur de la thèse, le travail de l’impétrant a abouti à des résultats qui devraient orienter les décideurs dans la formulation de politiques de lutte contre la pauvreté.


Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) : Des réflexions pour son opérationnalisation
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés