Fonds commun genre : Plus de 300 millions de F CFA mobilisés pour financer quatorze projets

LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • jeudi 11 octobre 2018 à 23h30min

L’incubateur d’entreprises Burkina Business Incubation (BBI), en partenariat avec le Fonds commun genre (FCG) et l’ONG danoise Diakonia, a procédé au lancement du projet d’incubation des start-up du FCG 2018-2021, ce jeudi 11 octobre 2018. Dans le même cadre, BBI et ses partenaires ont aussi lancé officiellement le projet d’incubation des lauréates du FCG 2016 et 2017. La ministre de la Femme, empêchée, c’est son conseiller technique Joannis Kaboré qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Fonds commun genre : Plus de 300 millions de F CFA mobilisés pour financer quatorze projets
Accompagner techniquement les bénéficiaires afin de renforcer leurs capacités à conduire et pérenniser leurs projets respectifs, c’est le but que s’est fixé le Fonds commun genre (FCG). Ce jeudi 11 octobre 2018, l’incubateur d’entreprise BBI et ses partenaires ont procédé à la remise de chèques à quatorze lauréates. Le montant pour financer ces projets s’élève à 307 millions 736 mille 700 francs CFA. Selon Dr Emmanuel Sawadogo, représentant du bureau exécutif de BBI, les Petites et moyennes entreprises (PME) ont une grande importance pour les pays en voie de développement. Pourtant, plus de 75% meurent après trois ans seulement de fonctionnement.

Cela se justifie par la mal gouvernance (absence de capacité managériale) et les difficultés d’accès aux financements. C’est pourquoi, avec le BBI, les lauréates vont bénéficier de modules formations. Il s’agit entre autres de la connaissance de soi, de l’analyse de marché, de montage de projets, de mise en réseaux… Rassurée par ce soutien, la représentante des lauréats a traduit la reconnaissance de l’ensemble des femmes entrepreneures lauréates à l’endroit de BBI et de ses partenaires. Elle est convaincue qu’avec ce soutien, elles pourront atteindre leurs objectifs et promouvoir par ricochet l’entreprenariat féminin. Elle a assuré que leurs actions vont également contribuer à la réduction du chômage. Pour elle, leurs entreprises vont employer des femmes rurales et citadines.

Ces quatorze femmes évoluent dans divers domaines et viennent d’un peu partout du Burkina. Elles agissent dans la transformation des produits forestiers non-ligneux en jus, la création de sacs et d’habits avec le Faso Danfani. L’une d’elles évolue dans la Communication pour le développement.
Le représentant du ministre de la Promotion de la femme les a félicitées pour leur réussite. Il les a invitées à persévérer afin d’inspirer d’autres femmes. C’est donc toutes heureuses que ces femmes d’affaires sont reparties avec, dans leurs sacs, leurs chèques.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 octobre à 03:57, par Le Faso D’Abord En réponse à : Fonds commun genre : Plus de 300 millions de F CFA mobilisés pour financer quatorze projets

    Enfin une bonne nouvelle dans ce climat brumeux ! Bon vent à ces dames du Burkina qui ose et qui gagne. C’est la somme de ces petits gestes qui grandira le pays et non les querelles politiques débridées sous un fonds permanent d’intérêts malsainement égoïstes ! Si la bonne brochette de partis politiques montait ne serait-ce que chacun un projet de soutien à l’entrepreneuriat jeune, féminin et autres, ils auraient eu plus de crédit par leur impact ! Au lieu de passer le clair de leur temps à se flageller les uns et les autres pendant que les défis communs du pays restent entiers. Il n’y a pas de voie autre que l’entrepreneuriat. Mais l’entrepreneuriat accompagné, renforcé et éclairé qui a un cap et qui crée de l’emploi et ajoute de la valeur à nos produits et à nos capacités. Nous avons des capacités énormes qui dorment souvent par manque d’ambitions, d’appui ou de sensibilisation. Ce qui signifie qu’il faut que les autorités comprennent l’impérieuse nécessité d’une mue chez les jeunes au profit de l’auto-emploi. Cette mue qui est synonyme de changement de paradigme doit être fortement soutenue par des actions franches, volontaristes et planifiées pour des résultats très clairs à atteindre dans l’ultime objectif d’une montée en puissance de l’entité Burkina Faso. Au-delà de l’inspiration des gouvernants, il faut l’action ! Il faut chasser la procrastination. Et sur ce tableau-là, nous avons encore du chemin au regard de la mollesse avec laquelle les projets sont accompagnés ou menés dans ce pays. Voulons-nous des résultats ? Agissons avec volonté et sincérité. Les moyens ? Il y en a partout ! Les institutions financières crèvent de faim de bons projets dans nos pays ! Il faut revisiter les curricula scolaires et les expurger des enseignements inutiles hérités d’un système colonial dont on connait tous les objectifs : nous éloigner de l’action et nous maintenir dans une servitude déguisée qui fait de nous des mendiants et donc incapables ou interdits de choisir ! Il faut créer un ministère plein des PME/PME et de l’entrepreneuriat géré par des entrepreneurs et non des fonctionnaires dont l’amour pour les procédures et le gain facile tue trop souvent l’action et l’objectivité ! Il faut donner une mission claire à ce ministère d’aller voir ailleurs (benchmarking) pour venir performer haut ! Les modèles existent ! Nul besoin de les réinventer ! Copier, contextualiser, aligner avec nos objectifs, réaliser et récolter ! That’s all. Les dragons de l’Asie l’ont fait ! Pourquoi pas nous ? Mais il faut une gouvernance forte, des institutions fortes, des régiments de patriotes engagés pour la patrie, des choix politiques audacieux et une forte culture de l’action et du résultat, mais aussi de la responsabilité et de la sanction ! Telles sont mes inputs pour un Faso qui gagne et dont nos enfants seront fiers ! A défaut, nous léguerons à nos enfants un simulacre de pays, une terre fragmentée et en lambeaux dont ils se moqueront en nous maudissant bien sûr ! Les actions comme ce fonds commun genre et le travail de cet incubateur sont à saluer et surtout à accompagner sans calcul. Le Faso d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 06:49, par Kapson En réponse à : Fonds commun genre : Plus de 300 millions de F CFA mobilisés pour financer quatorze projets

    J’ai mal quand je vois que les PTF sont complices de la mauvaise gestion du Fonds commun genre. J’ai mal vraiment. Tous ont décidé de se mentir collectivement au détriment des pauvres "populations dites marginalisées".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés