Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Burkina : Des experts s’imprègnent de l’intelligence économique des marchés africains

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo • mardi 9 octobre 2018 à 23h35min
Burkina : Des experts  s’imprègnent de l’intelligence économique des marchés africains

Qualifiée d’élément de survie, l’intelligence économique est cet outil qui permet aux entreprises d’être compétitives au plan national et international. Dans le but d’assurer la sécurité de l’économie africaine, le Centre africain de veille et d’intelligence économique (CAVIE) a initié un séminaire de formation sur la veille stratégique et l’intelligence économique dans les marchés africains. La formation se déroule du 9 au 12 octobre 2018, à Ouagadougou.

« Dans le sport comme dans l’intelligence économique, la meilleure défense, c’est l’attaque », a noté d’entrée Guy Gweth, président du Centre africain de veille et d’intelligence économique (CAVIE). Nouvelle frontière de la croissance mondiale, l’Afrique, selon Guy Gweth, qui représente la plus grande part de marchés, fait face aujourd’hui à des entreprises qui ont à cœur de conquérir ses parts de marché. Et le directeur général adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), Emmanuel Yoda, de soutenir que les économies africaines présentent une multitude de vulnérabilités. « Elles sont exposées à une diversité de chocs exogène et endogène provoqués, sinon imposés par le jeu de certains acteurs de la scène internationale. Ce n’est un secret pour personne, nous sommes plus que jamais dans une guerre économique permanente sans précédent », a-t-il relevé.

Directeur général adjoint de la CCI-BF, Emmanuel Yoda

Puis de noter que les activités des échanges économiques transfrontaliers obligent aujourd’hui les Etats et les entreprises, soucieuses d’abord de leur survie, puis de leur développement sur le marché, à se réinventer et à se doter constamment de moyens matériels et intellectuels pour faire face à l’agressivité qui fait désormais partie des échanges commerciaux. D’où la présente formation en vue de permettre aux acteurs des secteurs public et privé de l’économie africaine, de s’approprier le contexte international dans lequel évolue l’économie africaine, les différentes forces et faiblesses de l’économie du continent et les outils de collecte de l’information économique.

Pas de développement sans sécurité économique

Convaincu que l’intelligence économique constitue l’un des outils essentiels au décryptage des environnements économiques incertains, voire instables, qui se complexifient de jour en jour, Emmanuel Yoda exhorte les acteurs de l’économie africaine à maîtriser cet outil et à l’intégrer dans leurs décisions. Président d’honneur du CAVIE, le colonel Mamadi Aouba clame que les entreprises africaines doivent maîtriser leur environnement si elles veulent faire face à la compétitivité, voire l’ « agressivité » internationale.
« Nous sommes conscients que les TIC sont des outils privilégiés à même d’introduire certaines menaces sur nos différentes économies, notamment à travers la collecte frauduleuse des informations stratégiques de nos entreprises. Chaque pays a besoin de se prémunir de ces genres d’éléments », a-t-il indiqué, soulignant que l’intelligence économique est un outil de vision et d’aide à décisions pour les différents décideurs.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

  • Président du CAVIE, Guy Gweth

Vos commentaires

  • Le 10 octobre à 07:42, par Hussein En réponse à : Burkina : Des experts s’imprègnent de l’intelligence économique des marchés africains

    Le problème majeur pour moi est que les africains se contentent seulement de tout acheter des autres (et comme nous ne sommes pas le premier choix dans ce monde, nous ne pouvons que nous contenter des restes et de la mauvaise qualité, sans compter le fait grave de nous adonner à la dépendence totale des autres) au lieu d’être soi-mêmes créatifs et d’avoir une vision de construire dans l’union, une économie africaine propre, stable, absolument indépendente et de fabriquer des produits dont nous avons besoin nous-mêmes, des produits mieux adapter aux besoins du continent et de ses habitants. Bien organisée, l’Afrique constituerait des marchés régionaux gigantesques (je compte cinq au minimum) qui feraient profiter tous les acteurs du monde . Sinon TIC par ci par là, c’est zéro (c’est comme mettre la charrue avant les boeufs) : il faut plutôt former réellement beaucoup d’ingénieurs dans les domaines classiques pour qu’ils puissent travailler intensément sur place ; il y’en aura certainement qui seront très créatifs et très productifs pour le bonheur d’une économie prospère qui pourra aussi exporter ses produits et prestations dans le monde entier !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les députés examinent le projet de loi de finances exercice 2019
Direction générale des impôts : La conférence annuelle placée sous le signe de l’amélioration du service au contribuable
PADEL-B : Des promoteurs de micro-projets reçoivent du matériel et des chèques
Chambre consulaire : Un Conseil des sages pour prévenir les bisbilles entre gens d’affaires
Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso
Taxe de résidence : Des dispositions pour corriger les erreurs de son application
Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé
Evaluation des politiques et institutions en Afrique : Au Burkina, le poids de la masse salariale évince les investissements publics
Fonds commun : Le Syndicat national des agents du ministère en charge de l’économie et des finances (SYNAMEF) dénonce une injustice dans la répartition
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés