Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Conférence internationale sur la technologie du biodigesteur de Ouagadougou : C’est parti pour la 2e édition !

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Justine Bonkoungou • mardi 2 octobre 2018 à 23h00min
Conférence internationale sur la technologie du biodigesteur de Ouagadougou : C’est parti pour la 2e édition !

Ouagadougou abrite, du 2 au 4 octobre 2018, la 2e édition de la Conférence internationale sur la technologie du biodigesteur de Ouagadougou (CITBO) sous le thème « Le biodigesteur, une solution pour la sécurité alimentaire. Vers un partenariat africain ! ». La cérémonie d’ouverture de la réunion des experts, qui marque le début de cette deuxième édition de la CITBO, a eu lieu ce mardi 2 octobre 2018, en présence du ministre des Ressources animales et Halieutiques, Sommanogo Koutou.

Et de deux pour le ministère des Ressources animales et Halieutiques. Après une première édition en 2017, jugée satisfaisante au regard de la mobilisation et de la qualité des réflexions menées, le ministère rebelote avec la deuxième édition de la Conférence internationale sur la technologie du biodigesteur de Ouagadougou (CITBO). Cette deuxième édition a pour objectif de contribuer à la mise en œuvre effective de la Déclaration de Ouagadougou issue de la première édition de la CITBO. Et comme l’année dernière, cette année aussi, les participants sont venus de dix pays d’Afrique : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo, mais aussi d’organisations internationales et interafricaines.

Pour la CITBO 2, la réflexion sera menée autour du thème « Le biodigesteur, une solution pour la sécurité alimentaire. Vers un partenariat africain ! » Un thème d’actualité selon le ministre des Ressources animales et Halieutiques, Sommanogo Koutou.

En effet, face aux effets du changement climatique et face à l’insécurité alimentaire, à la dégradation de l’environnement, à la pauvreté des ménages ruraux, les réponses apportées sont le plus souvent de court terme. C’est donc dans l’optique de trouver des solutions structurantes et durables pour la résilience des populations, que le gouvernement burkinabè a opté pour la technologie du biodigesteur.
Une technologie aujourd’hui vulgarisée par le Programme national de biodigesteurs mis en place en 2010 avec le soutien technique et financier des Pays-Bas ; et dans laquelle le Burkina Faso fait office de leader en Afrique avec plus de 12 000 ménages utilisatrices, nous apprend le ministre Sommanogo Koutou.

Relever le défi de la dissémination de la technologie du biodigesteur…

La CITBO 2 est marquée par deux actes majeurs, à savoir la réunion des experts et la session ministérielle. La réunion des experts, dont l’ouverture est intervenue ce mardi 2 octobre 2018, sera l’occasion de faire le point des avancées dans la mise en place et l’exécution des programmes nationaux de biodigesteurs et échanger sur les soutiens qui permettront d’accélérer la dynamique. Ce sera également le lieu d’examiner les projets de textes fondateurs de l’organe régional de promotion de la technologie du biodigesteur.

À en croire le ministre Sommanogo Koutou, « le Burkina Faso est convaincu que la technologie du biodigesteur va contribuer fortement à la transformation structurelle de nos économies. Et pour y arriver, nous devons relever le défi de sa dissémination à grande échelle. » L’adoption des textes fondateurs de l’organe régional de promotion de la technologie du biodigesteur est donc, selon le ministre, un impératif pour permettre de disséminer, à travers l’Afrique, la technologie du biodigesteur, en commençant par l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Outre ces deux activités, il est aussi prévu la tenue de six panels qui permettront aux autres participants de discuter de la contribution du biodigesteur à l’atteinte de la sécurité alimentaire et énergétique et des conditions à réunir pour qu’elle y contribue effectivement.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage
Bobo-Dioulasso : Des acteurs culturels demandent la levée du couvre-feu
Jeunes et réseaux sociaux : Le Dr Halidou Sana, Cheik de Dablo, en appelle à plus de responsabilité et au respect de nos valeurs
Projet « Santé mentale pour tous » : L’ONG CBM forme des acteurs sociaux de Nouna et Dédougou
Coronavirus au Burkina : Nestlé Burkina renforce la sécurité des enfants
Hauts-Bassins : Des membres d’organisations de personnes handicapées outillés en santé sexuelle et reproductive
AG du SYNADEC : Un appel à la mobilisation générale contre l’application de l’IUTS
Lutte contre la malnutrition : Le consortium Progettomondo.mlal et l’AES-CCC partagent les bonnes pratiques du projet « Ressource terre »
12 détenus morts à Tanwalbougou : Des rescapés auraient dit que les défunts n’ont pas été exécutés par balles
Programme d’emploi des jeunes pour l’éducation nationale : Retour au chômage pour plus de 680 enseignants
Commune rurale de Bama : Le projet de lotissement spécial du maire fait grincer des dents
Conseil économique et social : Les déplacés internes au centre des préoccupations de la première session ordinaire de l’année 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés