Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le Burkina partage son expérience

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo • mardi 2 octobre 2018 à 16h35min
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le Burkina partage son expérience

Si la tendance actuelle de la pratique des mutilations génitales féminines se maintient, 68 millions de filles seront affectées par la pratique d’ici à 2030. Cela, en raison de la croissance démographique des 25 pays où les mutilations génitales féminines sont les plus répandues. En marge de la 73e session de l’Assemblée générale de l’ONU, le Burkina Faso a été convié à partager son expérience dans la lutte contre ce phénomène. C’était ce jeudi 27 septembre 2018, lors d’un panel placé sous le thème : « Galvaniser l’action politique en vue d’éliminer les mutilations génitales féminines d’ici à 2030 ».

Largement reconnues comme une violation des droits de l’Homme, en particulier ceux de la femme et de la fille, les Mutilations génitales féminines (MGF) constituent un véritable problème de santé publique au Burkina Faso. « En dépit des nombreuses stratégies et initiatives de lutte contre les MGF mises en œuvre sur le terrain, force est de constater que l’excision persiste et se pratique aussi bien dans les campagnes que dans les villes », a noté Hélène Marie Laurence Ilboudo, ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille.

Toutefois, souligne-t-elle, on note une baisse significative de la tendance nationale ces quinze dernières années. Ainsi, le taux d’excision des enfants de 0 à 14 ans est passé de 23% à 13% entre 2005 et 2010, puis à 11, 3% en 2015. Le pourcentage des jeunes filles excisées âgées de 15 à 19 ans a également enregistré une baisse, passant ainsi de 57,7% à 42,4% entre 2010 et 2015. Aussi, le taux d’excision des femmes en âge de procréer a connu une baisse, passant de 75,8% en 2010 à 67,6% en 2015.

L’élimination des MGF, une priorité nationale

La baisse de la prévalence de l’excision, selon la ministre de la Femme, est le fruit de plusieurs actions entreprises aux plans sous-régional et national. Au plan national, dit-elle, outre l’adoption et la mise en œuvre d’un plan stratégique national de promotion de l’élimination des MGF 2016-2020, l’Assemblée nationale a adopté récemment une loi réprimant la pratique de l’excision. Par ailleurs, l’engagement des chefs religieux et coutumiers et des acteurs politiques contribue à réduire le phénomène. À ce sujet, on note l’existence d’une charte des maires pour la promotion de l’élimination des MGF, depuis le 6 février 2014.

Si le Burkina a engrangé des acquis dans la lutte contre ce phénomène, la ministre de la Femme reconnaît que son pays reste cependant confronté à de nombreux défis. Il s’agit entre autres du renforcement de l’application de la loi interdisant les MGF pour contrer la récidive et réduire la persistance du phénomène, le renforcement des actions de communication pour le changement de comportement et social en matière de promotion de l’élimination des MGF en faveur des jeunes et des scolaires.

Avec une prévalence moyenne qui varie entre 58% et 90% selon les groupes ethniques, le niveau d’instruction, la religion et la zone géographique, le Burkina Faso, selon Hélène Marie Laurence Ilboudo, pourra élimer les MGF grâce à un engagement ferme des leaders politiques, religieux et coutumiers à tous les niveaux. Ce panel a été organisé par la Mission permanente du Burkina auprès des Nations unies et l’UNFPA.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Diplomatie : L’ambassade royale du Danemark célèbre ses 25 années au Burkina Faso
Processus de Rabat : Le Plan d’action de Marrakech 2018-2020 lancé à Ouagadougou
Sambo Sidikou, Secrétaire permanent du G5 Sahel : « La responsabilité première de tout Etat, c’est la sécurisation de sa population »
Sommet de l’UA : La question sécuritaire au cœur des échanges entre l’Union européenne, les Nations unies et le Président du Faso
Approvisionnement en eau potable : Le Japon vole au secours de quatre villages de la commune de Silly
Coopération sino-burkinabè : Six voitures 4x4 remises au ministre de la Sécurité
G5 Sahel : Le président Roch Kaboré échange avec le secrétaire permanent sur la feuille de route
Libéria : L’ambassadeur Mahamadou Zongo a présenté ses lettres de créance au président Georges Weah
G5 Sahel : Les chefs d’Etats encouragent la création d’une compagnie aérienne commune
Coopération : Les chefs d’Etats du Niger, du Mali et de la Mauritanie présents à Ouagadougou pour le Ve Sommet du G5 Sahel
Espace G5 Sahel : L’Union des Chambres de commerce et d’industrie chez Roch Kaboré
Dr Justine Couldiati, Plateforme des Femmes G5 Sahel : « Une chose est de contrer l’extrémisme violent avec la force de feu, une autre est d’assurer la paix et la sécurité dans la durée »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés