Economie : Les établissements financiers veulent rendre accessibles leurs services à toutes la population

LEFASO.NET | Jacques Théodore Balima • vendredi 28 septembre 2018 à 13h00min

La direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-B) ont tenu, ce jeudi 27 septembre 2018, leur troisième rencontre de concertation trimestrielle de l’année. Inclusion financière des populations et situation sécuritaire ont été entre autres les points abordés au cours de la rencontre.

Economie : Les établissements financiers veulent rendre accessibles leurs services à toutes la population
Les banques et établissements financiers veulent rendre leurs services accessibles à toutes les populations. Ce, sur instruction de la BCEAO. Au cours de leur traditionnelle rencontre trimestrielle, les professionnels des finances ont réaffirmé leur volonté de respecter ce dispositif. « Nous avons aussi rappelé que l’inclusion financière des populations de l’union reste un défi important », a indiqué Charles Luanga Ki-Zerbo, directeur national de la BCEAO pour le Burkina, à l’issue de la rencontre.

Pour faciliter la mise en œuvre de ce dispositif, une stratégie nationale est en cours d’élaboration et sera bientôt mise en œuvre. Elle va s’articuler sur une stratégie régionale qui est, elle, déjà élaborée. Selon M. Ki-Zerbo, les différentes stratégies seront discutées très prochainement au siège de la BCEAO à Dakar.

Outre cela, les participants à la rencontre ont relevé et salué l’évolution du système bancaire burkinabè. « Concernant l’évolution du système bancaire, on a pu constater que les grands chantiers sur le plan comptable sont mis en œuvre de façon satisfaisante au niveau du Burkina, que de nouvelles banques se mettent en place et que les performances du système bancaire restent favorables et permettent de renforcer le soutien de ce système dans les mois à venir », a ajouté le directeur national de la BCEAO pour le Burkina.

Situation sécuritaire, les banques veulent se protéger

L’une des difficultés auxquelles les banques sont actuellement confrontées est sans doute l’insécurité caractérisée par les attaques terroristes. Face à cela, les banquiers ont pris des mesures qui visent à garantir la sécurité de leurs activités. « Il faut dire que c’est une question qui remonte à très loin. Depuis des années, il y a eu des perturbations. On ne relève pas pour le moment, avec toute la prudence requise en la matière, d’impact direct sur le système bancaire. Mais tout est lié bien sûr à la stratégie qui peut être conduite sur le terrain », a résumé Charles Luanga Ki-Zerbo.

Ils ont décidé entre autres de renforcer leur système sécuritaire, de mieux organiser le partage de l’information, cela, afin de pouvoir continuer à assurer leurs activités au profit des populations. « Il est clair que ça peut jouer sur le climat de confiance même si les indicateurs de croissance ne sont pas mis en cause à l’heure actuelle.
Pour cela, le système bancaire doit mettre à niveau ses outils pour garantir la continuité des activités dans les différents secteurs et être préparé, si nécessaire, à gérer des situations qui seraient plus délicates », ont convenu les professionnels de la finance.

La situation sécuritaire est une question nationale et tous doivent contribuer à sa résolution. Pour cela, la BCEAO a appelé les banques et établissements financiers à apporter, de quelque manière que ce soit, leur contribution à l’amélioration de la situation sécuritaire. Un appel qui a été bien entendu par ces derniers qui, par la voix du vice-président de l’APBEF-B, ont pris l’engagement dans ce sens.

En rappel, les rencontres trimestrielles sont initiées par la BCEAO afin de prendre connaissance des difficultés que rencontrent les banques et les établissements financiers dans leurs activités. Les prochaines rencontres auront lieu dans trois mois et vont permettre d’obtenir une vue d’ensemble de la situation financière et bancaire de l’année au Burkina Faso.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 septembre à 19:58, par Gnamien En réponse à : Economie : Les établissements financiers veulent rendre accessibles leurs services à toutes la population

    Pres de 60 ans après les indépendances, les enfants gâtés des institutions financières, les nationaux comme internationaux, endormis par leurs émoluments costauds, promettent de penser à nos populations pauvres et agonisantes. Il y a anguilles sous roche !
    La situation sécuritaire leur donne du fil à retordre. Les institutions vont mal. Alors, on décide de penser aux pauvres.
    Eux n’ont et n’avaient jamais de problèmes. Bien payés avec des retraites ruisselantes, il n’avaient d’égards pour les problème ni de leur pays, ni de leurs populations. Oserons-nous croire à une révolution ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés