Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Entreprenariat des jeunes : Maya Dimzouré ou la passion des perles

Accueil > Actualités > Société • • mardi 11 septembre 2018 à 15h00min
Entreprenariat des jeunes : Maya Dimzouré ou la passion des perles

Ils sont de plus en plus nombreux, les jeunes diplômés qui osent se lancer dans l’entreprenariat. Conscients que la Fonction publique ne peut pas recruter tout le monde, ils n’hésitent pas à franchir le pas. Maya Pauline Dimzouré est l’une d’entre eux. Titulaire d’une licence en Lettres modernes et d’un master en Gestion et Administration culturelle, cette native de Manga a préféré abandonner son job d’enseignante vacataire pour se lancer dans la fabrication de bijoux et d’accessoires en perles. Un business encore à ses débuts, mais prometteur, à en croire la promotrice de « Maya design ».

C’est à l’occasion d’une exposition se tenant en marge d’une sortie de promotion, que Maya Dimzouré prend l’initiative de créer des bijoux en perles pour vendre. Sur place, elle a du succès. Elle décide donc d’en faire un métier.

Elle achète des perles et continue de s’exercer à la fabrication de bijoux au design simple. Puis, un jour, par chance, elle découvre, sur le réseau social Facebook, qu’une dame basée à Ouagadougou fabriquait des bijoux en perles. Tombée sous le charme des créations de cette dernière, elle entre en contact avec elle et décide de se rendre à la capitale pour apprendre auprès d’elle, afin de se perfectionner.

Mais il lui faudra un an d’insistance auprès de la dame, pour pouvoir bénéficier de cinq jours de formation. Preuve qu’entreprendre requiert de la ténacité et de la persévérance.

À son retour chez elle à Manga, elle se lance véritablement dans la confection des bijoux : bagues, bracelets, colliers, mais aussi d’autres accessoires tels que les boîtes à bijoux, les porte-stylos, etc. « Pour arriver à ce niveau, ça a été un vrai combat », dira-t-elle.

Bien qu’aujourd’hui son entreprise n’ait qu’un an et demi d’existence, Maya Dimzouré se dit fière du chemin parcouru. La qualité de sa production s’est améliorée et, en plus, elle emploie une jeune fille qui l’aide dans la confection des produits. « Seule, je n’arrive pas à honorer les commandes, donc j’ai dû prendre une fille pour m’aider », confie-t-elle fièrement.

Cependant, pour sa jeune entreprise, les difficultés ne manquent pas. Il s’agit notamment de la question du financement, surtout qu’elle évolue encore dans l’informel. Consciente que la formalisation de son entreprise va lui ouvrir des portes, elle dit travailler à cela.

Et une autre difficulté, et non des moindres, est celle de l’approvisionnement en matière première. Les perles vendues sur le marché local ne sont pas de bonne qualité. Maya n’a donc qu’une seule source d’approvisionnement : sa formatrice à Ouagadougou, qui fait venir les perles directement de Lomé ou du Nigéria. Notre jeune entrepreneure nourrit donc l’ambition de pouvoir se rendre elle-même à Lomé pour s’approvisionner en perles. Lire la suite

Messages

  • Un très bon exemple à suivre. Que chacun de nous se dise : j’ai des bras valides, je peux me créer un emploi sans compter sur la promesse de nos dirigeants. Est-ce que l’Etat peut créer des emplois pour tout le monde ? Aussi au niveau de la fonction publique la demande dépasse l’offre. C’est parce que c’est au Burkina, ailleurs la majorité des jeunes ont des métiers. Ne croisons pas les bras, ne dormons pas et attendre qu’on vienne nous réveiller.

  • salut la brave dame, toute mes encouragements,que la grâce de Dieu de guide et te donne beaucoup de sagesse enfin que tu puisses continués afin de promouvoir les emplois au Burkina faso.

  • Bravo et courage ma sœur ! c’est ce courage de se lancer et de persévérer qui manque à la jeunesse !
    Donne moi ton contact, je suis une fan des bijoux en perles !

  • Important levier de croissance économique mais aussi formidable moteur d’accomplissement personnel, la création ou la reprise d’entreprise est une aventure complexe, risquée, qui fait appel à de multiples compétences et ressources.
    des spécialistes des différents champs concernés (stratégie, marketing, finance, GRH, droit) pour présenter les fondements théoriques, les méthodes et les outils de la démarche entrepreneuriale. Il est structuré en 3 parties qui abordent successivement :
    • l’évaluation de l’idée et la structuration du projet ;
    • le lancement et la mise en œuvre de l’entreprise ;
    • les autres contextes de la démarche entrepreneuriale : la reprise, l’intrapreuneuriat, l’incubation.
    Les auteurs défendent résolument une approche systémique du projet entrepreneurial et placent au cœur du cours – comme au cœur du projet – le business model. Seule son articulation réussie entre des parties prenantes, une proposition de valeur, des ressources et une formule de profit pourra déterminer la transformation d’une idée en entreprise.
    Outre le traitement approfondi du business model, le cours se singularise par un accent sur :
    • les projets innovants à fort potentiel ;
    • les dimensions humaines de l’entrepreneuriat (l’entrepreneur, les associés fondateurs, les réseaux, les collaborateurs…)
    • la gestion de la croissance une fois l’entreprise créée ;
    • la responsabilité sociale de l’entreprise et l’entrepreneuriat solidaire.
    Enfin, Entrepreneuriat s’appuie sur près de 25 ans de recherches et d’accompagnement de porteurs de projets
    L’entrepreneuriat est la capacité de créer et de bâtir là où d’autres n’ont pas vu l’occasion de le faire.
    L’entrepreneur qui prend des risques peut avoir un effet considérable sur une économie.
    Les entrepreneurs sont les principaux contributeurs et mobilisateurs de ressources dans le développement d’entreprises commerciales au sein d’une économie.
    Parmi les avantages qui découlent de leurs activités, on peut mentionner la création d’emplois, l’accroissement de la production de biens et de services et l’amélioration des niveaux de compétence qui assurent une croissance soutenue de l’industrie.
    À titre d’employeurs, les entrepreneurs créent des perspectives de carrière et offrent une possibilité d’ascension sociale à un nombre sans cesse croissant de personnes au sein d’une économie, permettant ainsi de mettre en place des assises solides pour des communautés économiques Saines et viables
    Définition, concepts et logiques de l’Entrepreneuriat.
     L’Esprit d’entreprise :
    C’est l’aptitude d’un individu, d’un groupe social, d’une communauté à : prendre des risques pour engager des capitaux (pour investir, voire s’investir) dans une sorte « d’aventure » créatif, ceci en employant et en combinant de la façon la plus performante possible des ressources diverses (dans une organisation, autre sens, plus institutionnel, du mot « entrepris »).
    L’entrepreneuriat, c’est donc au premier chef la consécration de l’esprit d’entreprise, de la volonté d’entreprendre dans les « affaires ». Au cœur de cette volonté, l’existence d’une possibilité d’échange de produits, donc d’une économie de marché est fondamentale.
     La création d’entreprise :
    C’est la manifestation la plus claire de l’entrepreneuriat car logiquement, l’esprit d’entreprise suscite la création d’entreprise.
    Entre 1925 et 1975, le développement du capitalisme s’est largement appuyé sur le mythe de la grande entreprise, hiérarchisée. Il valait donc mieux que les entreprises existantes crussent, plutôt que de créer de nouvelles entreprise.
    La crise des années 1975 a conduit à renverser petit à petit cette proposition , pour remettre au premier plan , l’importance de la création d’entreprises .
    On a vu donc apparaître des politiques industrielles, pratiquement dans tous les pays du monde , axées sur la promotion d’entreprises nouvelles ou de petites tailles , à l’aide d’incitations financières et fiscales , de soutien s matériels et technologique, pour l’essentiel .
     L’entrepreneur :
    Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?
    Il faut d’abord faire la distinction entre le point d’activité d’un individu dans le processus entrepreneurial et les caractéristiques de son action. Le fondateur d’une entreprise qui tente de réussir dans un marché très concurrentiel est un entrepreneur même s’il ne s’attend pas à une forte croissance. Par contre, un propriétaire d’entreprise établie depuis plusieurs années qui a l’esprit de compétition, est innovateur et vise la croissance est lui aussi un entrepreneur.
    L’entrepreneur est l’essence ou le cœur même de l’entrepreneuriat. C’est celui qui innove en fonction des opportunités qui se présentent, mais aussi organise les ressources pour produire et commercialiser, tout en cherchant son intérêt. L’entrepreneur, dans notre problématique d’entrepreneuriat, a trois caractéristiques : il apporte les capitaux, il est rare qu’on les trouve dans une seule personne : il y aura des capitalistes, des managers, des créateurs .
    L’acteur de l’entrepreneuriat : l’entrepreneur
    Les caractéristiques de l’entrepreneur
    Les traits de caractères
     Indépendance
    L’entrepreneur préfère recevoir ou gagner moins, tout en étant son « propre maître » Son sens de l’autonomie est donc particulièrement poussé.
     Forte confiance en soi
    L’entrepreneur a aussi une forte confiance en lui , ou du moins en sa bonne étoile. Il est par définition optimiste. il cherche à exercer un certain contrôle sur lui-même, développer son propre projet, tant dans l’entreprise que dans sa vie personnelle.
     Persévérance
    L’entrepreneur est très persévérant. Il sait que le succès ne viendra pas tout de suite, qu’il devra mettre beaucoup d’énergie pour arriver à sa fin , qu’il doit jouer avec le temps .
    L’entrepreneur est un opportuniste
    L’entrepreneur est à l’affut d’opportunités ou de nouveautés, de manière à mieux répondre au marché ou à couvrir un nouveau marché. C’est fondamentalement un opportuniste, aux aguets de nouveaux interstitiels sur le marché pour s’y insérer et ainsi créer ou transformer une entreprise. Entreprendre c’est conquérir une place sur le marché. C’est ainsi s’insérer entre d’autres firmes pour remporter une affaire et la poursuivre , même au dépends de la concurrence .
    L’Entrepreneur est un organisateur
    L’entrepreneur c’est l’être ingénieux qui s’est habilement organiser les ressources (ou de façon originale) , ressources nécessaires limitée. Il ne suffit donc pas d’être innovateur pour être un entrepreneur. Il faut ensuite être capable de réunir les ressources et les organiser de façon à développer et à commercialiser l’innovation.

  • C’est ça l’esprit d’entreprise. Bravo Pauline. Ça va mieux aller. Et tu auras une société de perles bien installée à Manga. Tu as besoin de soutien pour l’approvisionnement direct du Nigéria. On va voir ça. Vive l’entreprenariat féminin. Courage Pauline !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés