Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Rapport de synthèse des résultats de l’audit de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile

Accueil > Petites annonces > Communiqués • Communiqué • lundi 17 septembre 2018 à 09h00min
Rapport de synthèse des résultats de l’audit de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile

Afin d’évaluer le niveau de qualité délivré par les opérateurs de téléphonie mobile, des missions de contrôles inopinés sont régulièrement réalisées.

C’est ainsi qu’au cours du deuxième trimestre 2018, l’ARCEP a entrepris une campagne de mesure et de contrôle de la couverture et de la qualité de service des réseaux mobiles 2G et 3G dans onze (11) villes à travers le pays.

Cette campagne d’audit a permis de contrôler :
• la qualité du service voix 2G ;
• la qualité du service de données Internet 3G.

Cliquez ici pour télécharger le rapport intégral

Messages

  • Après avoir parcouru le rapport, j’ai envie de dire que c’est un rapport de merde qu’a pondu l’arecp comme à son habitude.

  • Bonjour. Excellent travail que ce rapport présenté sur la qualité de service offert par les téléphonies. L’idée force à retenir de ce rapport est que la qualité du service des opérateurs, nonobstant quelques couacs par-ci, par-là est conforme aux normes, donc excellent. C’est bon à savoir. Il reste maintenant à nous prouver que la couverture du pays est aussi conforme aux normes car j’ai du mal à comprendre que rien que dans la ville de Ouagadougou, il soit parfois difficile d’avoir plein réseau partout où on se trouve. Dans certains quartiers périphériques, les signaux de réseaux sont aléatoires parfois absents. Il en est de même du quartier gounghin où dans certaines positions, il est difficile d’avoir les réseaux. Qu’est ce qui peut justifier ces problèmes ?

  • Bonjour,
    Félicitations pour le rapport.
    Mais je reste un peu perplexe surtout pour vos indicateurs de qualité. Quand je pense que les compagnie de téléphonie mobile veulent passer à la 4G alors qu’ils ne peuvent pas offrir des services continus de 3G. Dans la méthode, il faut nous expliquer pourquoi le choix des seuils.
    Est ce que les opérateurs étaient informés des tests qui devaient se produire ? Pourquoi le choix de ces 11 villes uniquement et pas toutes les 45 provinces ?
    Je pense que les indicateurs de qualité doivent être revus ainsi que les seuils à partir du moment où la technologie évolue et que les population payent toujours chères.
    Il faut faire une évaluation continue de la qualité des services en tenant compte des jours de coupures de la connexion et des appels des différents opérateurs.
    Cordialement

  • Merci à l’ARCEP pour avoir produit ce rapport. Quelques observations sur les failles de la méthodologie :
    Le Burkina ne se limite pas aux grandes villes, êtes-vous allés même à 10 km de Kaya ?
    Est-ce que les tests ont été répartis dans le temps (pas seulement période de la journée mais aussi période du mois, période de l’année, etc.) ? Il y a des périodes où les réseaux sont plus congestionnés que d’autres (pendant les promotions par exemple).
    Les opérateurs font parfois ce qu’on appelle du tamisage en matière de données : vous commencez à naviguer, c’est vite et après un certain temps ça devient lent (parce qu’on vous a accordé une certaine limite sans vous le dire, alors que vous avez payé pour beaucoup plus). La navigation vers certains sites est plus rapide que d’autres (tout cela devrait être interdit).
    Si les opérateurs sont conformes aux normes alors que la qualité n’est pas bonne, c’est qu’il y a un problème avec les normes. Comment peut-on prétendre offrir du 3G avec un débit de 62.5 KBps = 500 kbps ? C’est faible et indigne de 2018.
    Bref continuez à améliorer nos réseaux pour nous !

  • Il n y a pas meilleur contrôle que ce que la population vie au quotidien avec ces reseaux. Quand tu lance un appel, ça sonne seulement deux fois et on te dit que la personne ne repond pas et qu’il faut rappeler ultérieurement, quand tu appel ça ne sonne même pas et on n’ecrit reseau occupé, quand tu appel on te dit que la personne que vous appeler a attteint son portable ou qu’elle est hors de la zone de couverture pourtant non, quand tu envois un sms qui est envoyé on te coupe dix francs et qui n’arrive pas à destination et tu ne réçois pas d’accuser de reception, quand il n’ y a pas de connexion 3G reguliers de telecel dans certains quartiers de ouaga, quand le coût de la connexion internet est trop chère, la liste est longue. C’ est deplorable

  • C’est bien de faire des vérifications mais la suite c’est quoi quant aux insuffisances constatées ? C’est quoi qui est décrit dans les cahiers de charges de ses opérateurs ? Nous passons le temps à en vouloir à ces derniers mais concrètement c’est quoi leur obligations vis à vis de leur abonnés ? Ce rapport est juste formel car le constat amer des insuffisances de ces opérateurs se fait au quotidien par les utilisateurs et depuis là rien ne change. Pauvre Burkina

  • En lisant ce rapport, j’ai l’impression que l’ARCEP ignore les réalités de ce pays en matière des télécommunications. Une communication très chers par rapport aux revenus des burkinabé moyens, une connexion internet qui laisse parfois à désirer, des coûts supplémentaires facturés et non consommés, des harcellements avec les SMS de promotion abusifs, etc. Notre chers ARCEP oublie par contre tout cela. Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
« BICIAB, Amie des arts », La LUMIERE !!!
Appel à candidature : L’Agence Autrichienne de Développement recrute plusieurs profils
Chronogramme de passage des candidats retenus pour l’épreuve orale au compte du CENOU
Appel à candidatures : Swiss TPH recherche un(e) candidat(e) national(e) pour la position nationale suivante : Expert (e) en Suivi et Evaluation basé (e) à Ouagadougou, Burkina Faso
Projet d’appui à l’enseignement supérieur : Ouverture d’un test de recrutement de personnel
IS INVITING APPLICATIONS FOR THE FOLLOWING POSITION : AID Development Program Assistant FSN/08
Offre de formation de chauffeurs (novembre et décembre 2018)
OXFAM recrute un SECURITY MANAGER
GAGNEZ EN TEMPS ! Venez vous inscrire pour les cours d’anglais intensifs au centre américain de langue
Avis de recrutement de personnel au profit de l’unité d’appui au programme d’approvisionnement en eau contexte
La Banque Agricole Du Faso (BADF) lance un avis d’appel à candidature
SONABEL : Interruption de la vente de crédit d’électricité par Orange et Mobicash
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés