Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Marcus KOUAMAN • lundi 10 septembre 2018 à 23h59min
Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

Débuté le vendredi 7 septembre 2018, l’interrogatoire du lieutenant Jacques Limon s’est poursuivi devant le Tribunal militaire, ce lundi 10 septembre 2018. L’accusé remet en cause le rapport de l’expert informatique Younoussa Sanfo et parle d’un « complot » contre sa personne.

Accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, le lieutenant Jacques Limon, chef du secrétariat particulier du ministère en charge de la Défense au moment des faits, plaide non-coupable. Il est l’un des derniers à être inculpés dans cette affaire de putsch manqué. Décoré « officier de l’Ordre national » en décembre 2015 à titre exceptionnel, pour avoir contribué à l’échec de ce coup de force, le lieutenant signe et persiste qu’il fait l’objet d’un « complot » de la part du directeur de la Justice militaire, le colonel Sita Sangaré ; du juge Ferdinand Ouédraogo et de l’expert informatique Younoussa Sanfo.

Le client de Me Mamadou Sondé est sûr que c’est parce qu’il a refusé de traiter favorablement la facture de plus 347 millions de francs CFA de l’expert Sanfo lorsqu’il était en poste au ministère en charge de la Défense, qu’il est aujourd’hui à la barre. Alors qu’il avait déjà reçu 239 millions de francs CFA, toujours pour son travail d’expertise, dans le but de produire un rapport. Après son altercation avec Younoussa Sanfo parce que le dossier n’était pas aux normes, le lieutenant dit avoir été approché par le colonel Sita Sangaré et le juge Ferdinand Ouédraogo, afin de mettre un terme à cette affaire.

Le colonel Sangaré en question l’a conduit chez l’expert Sanfo une nuit, toujours dans le sens d’aplanir ce différend. Il est donc convaincu que c’est parce qu’il n’a pas voulu tremper dans cette affaire de marché public que, dans son rapport, l’expert informatique a « tripatouillé » les SMS qu’il a échangés avec le capitaine Ousseni Zoumbri.
Cela, suite à l’expertise du téléphone portable de ce dernier. C’est suite à ces manipulations qu’on le taxe d’être un agent de renseignement du général Gilbert Diendéré, donc une taupe pour les putschistes.

L’accusé insiste sur le fait que ce n’est qu’à la barre que certains faits de ce rapport lui ont été opposés. Il nie en bloc avoir donné des informations classées « secret défense » au capitaine Zoumbri. « Moi, je n’ai rien fait », lance-t-il à l’accusation. Le lieutenant Limon réfute avoir participé à la conception et à l’exécution du coup d’Etat manqué. Son interrogatoire se poursuit demain, 11 septembre 2018, à 9h00.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 septembre 2018 à 00:11, par JuristeBF En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Pour ma part je crois que le lieutenant Limon et son avocat ont une mauvaise stratégie de défense. L’expert ne sera même pas convoqué a la barre pour cette histoire que même un enfant de 3 ans ne croira pas.
    Tous ceux qui sont laba connaissent Sanfo et sa rigueur. Le plus surprenant c’est le mensonge de l’Officier. Comment Sita Sangaré qui a la possibilité de parler au Président et a toute la hiérarchie militaire ira nuitamment voir un lieutenant pour un contrat qui a été validé par le Président lui même ?
    Quand a l’allégation selon laquelle l’expert aurait ajouté des messages aux siens, je crois qu’il prend de très gros risques.
    Je connais personnellement le lieutenant Limon et je suis surpris par cette ligne de défense qui consiste a attaquer un expert compétent et respecté pour sa rigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 00:20, par greffier En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Ce Limon, non seulement est un traître, mais il ment comme il respire. Ce n’est pas le même Limon qui a intoxiqué les juges militaires en leur disant que la hiérarchie militaire voit d’un mauvais œil la réquisition faite a l’Expert Sanfo ? Il les a intoxiqué a tel point que Sanfo a faillit jeter l’éponge. Devant moi Sanfo a dit aux juges qu’il préfère arrêter l’expertise si ces derniers ne lui font pas confiance. C’est cette taupe qui informait les putschistes des faits et gestes du chef d’état major de l’armée.
    Des gens ont été libéré suite au rapport de l’Expert et d’autres ont été inculpé. Si chacun devait trainer l’expert dans la boue personne ne voudra plus jamais travailler avec l’état burkinabè dans ce genre de situation.
    Je sais que ça ne va pas arriver, mais je souhaite que Sanfo passe a la barre. Ce vaurien et son avocat vont se cacher.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 01:43, par Lavision En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Moi je suggère à tout ceux qui disent bien connaitre l’expertise et compétences de Mr Sanfo et remettent en doute les objections du lieutenant Limon, qui en passant est dans son plein droit, qu’il sont eux même d’autant plus douteux qu’aucun Expert aussi compétent soit-il ne saurait être infaillible. Je sais de quoi je parle en tant que professionnel du même domaine que Mr Sanfo que je connais et respecte bien.
    Sauf une réelle et franche confrontation avec de la part de chacun des concernés ( Sanfo, Limon, Sita et les avocats ) avec à l’appui,des preuves corroborantes et donc irréfutables pourrait permettre d’élucider et infirmer ou confirmer les dires de chacun .
    Donc de grâce, faisons preuve de retenu et laissons les connaisseurs et experts dans les domaines en questions s’exprimer ; et aux juges aussi d’apprécier avec impartialité et dans la rigueur et perspicacité d’esprit.
    Pour ma part, avec tout le respect que j’ai pour Mr Sanfo en tant que professionnel expert dans son domaine, s’il juge nécessaire d’intervenir, le fera en temps et lieu opportun. Il y va de sa propre crédibilité tout comme celle du Lieutenant qui se défend dans son plein droit...
    Pour le reste, je pense que chacun des vrais militaires accusés ici ne redoute plus la sentence que le tissu de mensonges et complots qui entacheraient indéniablement leur réputation et dignité. La prison ? les tortures ? meme la mort ? ils n’en ont pas peur car formés pour défendre la patrie jusqu’au sacrifice suprême tout comme leurs frères d’armes qui sont lâchement assassinés par ces mécréants de terroristes qui finirons par périr car nous resterons debout et les combattrons jusqu’à leur extermination....

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre 2018 à 13:51, par Juriste BF En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

      Toi Lavision tu es un menteur. Tu es expert dans quel domaine ? Avant de choisir un expert nous contactons la cours d’Appel pour avoir la liste des experts.
      Dans son domaine Sanfo est seul. Des gens sont venus nous embrouiller et un jour on a commis l’erreur de leur remettre des téléphones.
      Ils.ont fait deux semaines et sont revenus dire qu’il leur manque le matériel.
      Vous êtes toujours là a vociférer sur tous les toits des mensonges oubliant qu’on vous voit.

      Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 07:41, par yat En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Soyons sérieux. dépassionnons les débats. Il faut prendre les déclarations du Lieutenant au sérieux. Si nos hauts officiers sont dans ces pratiques cela fait peur dans ces temps où la force du mal est prête à mettre beaucoup d’argent pour tuer des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 07:47, par Warba En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Il n’ya aucune preuve solide contre le decore limon.il faut eviter d’instrumentaliser la justice militaire aux fins de reglement de compte.C’est qd meme ridicule de parler de taupe parce que diendere en tant que chef supreme des renseignements militaires et civil avait legalement des agents dans tous les services ce ne sont pas des taupes.la taupe est un infiltre illegal alors que la vous avez un rsp chef du secretariat du pf .comme roger koussoube il se devait de faire son travail de renseignement au chef des services secrets.Arretons cette paranoia et les accusations superficielles et concentrons nous sur les principaux responsables du coup a savoir bassole et ses sous off gourounsi.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 09:20, par lewang En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Ce qui m’intrigue c’est le nombre de messages que la justice a présenté. L’expert peut il tripoter toute cette quantité de messages pour l’orienter dans contre le lieutenant s’il n’avait pas lui même orienter ses messages ? est ce que les copies des messages ne peuvent être trouvées auprès des téléphonies ou même sur la puce du lieutenant même si en de cas pareille on éfface ?????

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 10:42, par Kouda En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Lavision,
    je suis d’accord avec vous qu’il faut laisser la justice faire correctement son travail. Mais, je rejette catégoriquement votre affirmation selon laquelle les militaires accusés n’ont pas peur de la mort. Pour qui nous prenez-vous ?
    Dans les écoutes téléphoniques entre le général pustchiste en chef et son fils, le général dit bien à son fils qu’il est en lieu sûr et que si les forces loyalistes l’avaient eu, elles ne lui auraient fait aucun cadeau, entendez, il aurait été passé de vie à trépas. Dans la même conversation, votre "très brave" général dit à son fils que le camp Naaba Koom II n’existe plus, il a été rasé COMPLETEMENT. Hum ! On organise un coup d’Etat, on demande aux soldats de résister aux militaires loyalistes mais on quitte le camp au moment de l’assaut, abandonnant ses soldats à leur propre sort. Il n’est pas plus grande lacheté. Karissa !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 11:03, par Kouda En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Warba,
    Vous pouvez continuer à rêver mais sachez que l’ère Compaoré et ses abus sont définitivement révolus au Burkina Faso. Vous passez votre temps à défendre ce régime sanguinaire et sangsue que les Burkinabè ont répudié en octobre 2014 pour ouvrir au pays une nouvelle ère. Beaucoup d’obstacles jalonneront notre route mais, soyez-en certain, aucun retour en arrière ne sera possible. Alors restez nostalgique de cette période Compaoré où il y avait indument à boire et à manger pour vous.
    Vous affirmez "diendere en tant que chef supreme des renseignements militaires et civil avait legalement des agents dans tous les services ce ne sont pas des taupes".
    De quoi et de qui tenez-vous que Diendéré était le chef suprême des renseignements sous la Transition ? Quand a-t-il été nommé à ce poste sachant que Diendéré a été officiellement relevé de ses fonctions de chef d’Etat major particulier à la présidence du Faso ?
    Diendéré n’avait aucun commandement au RSP puisque le chef de corps du RSP était Céleste Coulibaly.
    Sachez aussi, pour votre gouverne, qu’une personne nommée à une fonction publique donnée au Faso, ne l’est pas pour elle-même. Elle exerce sa fonction au nom et pour le pays mais pas pour son propre intérêt. Donc, votre diendéré n’a pas d’agents de renseignement mais c’est le Burkina Faso qui a des services et des agents de renseignement.
    Nous sommes plus intelligents que vous ne le pensez.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 11:27, par Kunibè SOME En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Toute déclaration faite devant cette juridiction doit être prise au sérieux et vérifiée de façon minutieuse. Dans la déclaration écrite du Lt LIMON, il y a des choses qui sont dites et qui démontrent qu’avant que l’expert ait envoyé sa facture à la justice militaire, la demande avait été adressée au ministre de la défense pour obtenir les fonds devant servir au paiement de cette facture. Ce sont des choses qui peuvent se vérifier quand même. Si ces déclarations sont fondées, il y a lieu tout de même de se poser des questions.....Il faut que la justice reste la justice et non pas une justice instrumentalisée au service de certaines personnes.

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre 2018 à 13:42, par Burkina En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

      Sachant ce qu’une expertise sérieuse allait revéler sur son rôle trouble, M.Limon n’avait aucun intérêt à ce que le marché soit passé, pas en tout cas à un expert compétent. La preuve, c’est grâce à l’expertise qu’il a été pris, lui qu’on prenait pour un saint. Je crois qu’il a interêt à quitter cette posture et à se défendre plus dignement. S’il persiste, la technologie pourrait le confondre encore davantage. Il faut que nos officiers poursuivis sachent être des HOMMES, qu’ils aient le courage d’assumer leurs actes dont l’évidence ne fait l’ombres d’aucun doute. Il faut qu’ils cessent de suivre leurs avocats carents. Une faute avouée est à moitié pardonnée. A la face du monde, le cerveau même du coup l’a reconnu et presenté ses regrets. Pourquoi au lieu d’être des HOMMES on vient tourner autour du pot, chercher des boucs hémissaires et c’est surtout des officiers !

      Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 13:54, par Juriste BF En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Pour tous ceux qui s’intéressent au marché et non au contenu des messages je vous invite à lire ces messages. Si après lecture vous croyez que c’est l’expert qui a inventé ces messages c’est que vous faites partie des putschistes.
    PS : Limon a confondu le budget de la justice militaire et le marché de l’Expert.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2018 à 16:03, par Henriette kouassi En réponse à : Procès du putsch manqué : Le lieutenant Jacques Limon crie à un complot contre sa personne

    Bonjour les Burkinabé. Restez à pinailler sur des futilités au lieu de penser à l’unisson pour votre développement. Le Tout Puissant viendra à votre secours avant 2020.Le fils d’un des Anciens Présidents du Ghana est dans vos murs. Toutes la racaille va disparaître. A bientôt.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés