Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Lutte contre le terrorisme : Des syndicats exigent du pouvoir des actions fortes et urgentes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • mardi 11 septembre 2018 à 00h03min
Lutte contre le terrorisme : Des syndicats exigent du pouvoir des actions fortes et urgentes

Le Collectif syndical CGT-B et la Coordination des syndicats de la fonction publique ont organisé une rencontre nationale, le 8 septembre 2018 à Ouagadougou. Les 286 délégués syndicaux participants se sont penchés, entre autres, sur le code du travail, la violation des libertés démocratiques et syndicales, les objectifs et conclusions de la conférence des forces vives sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat. La situation sécuritaire dans notre pays n’a pas non plus été occultée. Tout en dénonçant « l’attitude irresponsable et le cynisme de l’Etat dans la gestion de la situation sécuritaire », ils ont exigé des tenants du pouvoir, des actions fortes et urgentes dans la lutte contre le terrorisme.

Les deux coordinations co-organisatrices de la rencontre n’avaient pas participé à la conférence sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat. Mais en ce 8 septembre, il n’était nullement question de fustiger les autres. « La rencontre des deux coordinations n’est pas une rencontre sectaire, ce n’est pas une rencontre pour jeter la pierre à d’autres organisations syndicales. C’est une rencontre qui s’inscrit dans les sillons tracés par nos devanciers qui visent à cultiver l’unité des travailleurs dans notre pays, l’unité des organisations syndicales dans notre pays », a précisé Bassolma Bazié, le secrétaire général de la CGT-B.

Cette rencontre se tient dans un contexte d’incompréhension entre le mouvement syndical et l’exécutif sur plusieurs sujets. « Nous sommes à un tournant important pour le monde du travail aujourd’hui. Il y a des actions visant à remettre en cause les libertés syndicales et démocratiques, les acquis sociaux des travailleurs.

Aujourd’hui, on peut résumer la situation en termes d’offensive du pouvoir MPP et ses alliés visant à remettre en cause le droit d’existence de nos organisations syndicales. Donc nous ne pouvons rester inertes et la rencontre d’aujourd’hui marque une étape importante en termes de mobilisation, d’appel au monde du travail dans toute sa composante ». C’est ainsi que Souleymane Badiel, porte-parole de la Coordination des syndicats de la fonction publique, dépeint la situation nationale pour justifier la tenue d’une telle rencontre.

Concernant conférence des forces vives tenue du 12 au 14 juin derniers, la CGT-B et les syndicats de la fonction publique estime qu’elle a totalement occulté la principale question de fond qui impacte négativement la gestion de la richesse nationale dont les salaires des agents publics. Pis, « au sortir de la rencontre, on note qu’elle n’a pris aucune décision et s’est contentée de faire des recommandations pour la plupart générales et même souvent vagues. Un tel flou dans les conclusions et actes de la conférence offre toute la latitude au pouvoir pour définir les mesures à mettre en œuvre suivant les orientations de sa politique », a confié Souleymane Badiel.

Avant de préciser que les recommandations issues de la conférence des forces vives peuvent être réparties en deux groupes. Pour lui, le premier groupe annonce clairement un certain nombre de mesures qui, pour l’essentiel, « remettent en cause les acquis démocratiques ». Le second groupe comporte, lui, « une batterie de recommandations vagues dont on a du mal à cerner les contours et les modalités de mise en œuvre pratique ».

A en croire la CGT-B et la coordination des syndicats de la fonction publique, « la seule alternative pour évoluer sur les questions salariales des agents publics réside dans l’examen sérieux par le gouvernement du MPP et ses alliés des plateformes revendicatives des différents syndicats et regroupements syndicaux ».
C’est pourquoi, au terme de la rencontre conjointe du 8 septembre 2018, les participants ont pris l’engagement de poursuivre les luttes, non sans condamner ce qu’ils ont appelé les atteintes aux libertés démocratiques et syndicales. Mieux, ils ont lancé un appel à la mobilisation des travailleurs.

Actualité oblige, la rencontre s’est également penchée sur la situation sécuritaire du pays. Et les participants ont pris une motion on ne peut plus claire. Ils ont d’abord présenté leurs condoléances aux familles des victimes et souhaité prompt rétablissement aux blessés. Puis, ils ont dénoncé « l’attitude irresponsable et le cynisme de l’Etat dans la gestion de la situation sécuritaire », avant d’exiger « des actions fortes et urgentes du pouvoir MPP et alliés dans la lutte contre le terrorisme ». Par ailleurs, la rencontre a appelé les populations à s’organiser davantage pour la prise en charge de leurs préoccupations notamment celles liées à la sécurité. Car, « la situation sécuritaire que nous vivons est la conséquence du système capitaliste, néo-libéral qui est appliqué dans notre pays », a poursuivi Souleymane Badiel.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Vous avez passé votre temps à gréver pour vos poches , à mettre le pays en retard , vous savez parler de sécurité maintenant,

  • En tout cas la situation est très critique en ce moment. Des retard d’avancement et de la précarité des emplois s’il faut que les agents de sécurité et autres subissent les fougues des terroristes ça ne sera pas facile. Ou sont les 50000 emplois par ans que Rock et son Mpp avait promis au peuple ?. En lieu et place on assiste à une dimension drastique du recrutement dans la fonction publique. A ce rythme le radicalisme aura de beau jour devant elle pour une somme dérisoire les jeunes n’hésiterons à avoir des attitudes pas du normales. Ils pourront même se faire enrôler contre leur propre patrie ce qui est vraiment malheureux. Que DIEU nous garde.

  • Les syndicats font-ils ici preuve d’honnêteté, de patriotisme ou portent-ils aujourd’hui leur bonnet politique ? L’impression que les récentes grèves ont laissé chez certains burkinabè notamment les non-salariés, c’est que les exigences des privilégiés (les salariés) était d’obliger les gouvernants à vider les caisses pour servir de gros salaires quitte à ne faire aucun investissement au profit de tous les burkinabè. On entend des citoyens dire qu’après avoir accaparé tout l’argent public pour leurs salaires au détriment de la masse non salariée du Burkina, les syndicats exigent aujourd’hui que le gouvernement trouve les ressources humaines (FDS) et financières pour assurer leur sécurité afin qu’ils puissent bien bouffer tranquillement leurs gros salaires (agents du MINEFID surtout). Nous alors pensons que l’une des tâches urgentes des syndicats est d’aller vers cette masse non salariée, d’expliquer et de justifier leurs revendications afin de corriger cette image salie par certains syndicalistes orgueilleux et égoïstes ! L’argent ne s’invente pas, ça s’acquiert par le travail et l’organisation de tous les citoyens d’un pays. Que les syndicats pensent aussi à faire des contributions financières pour aider l’armée nationale ! Du temps de la Révolution, le régime sankariste avait institué l’E.P.I (Effort Populaire d’Investissement) avec prélèvement à la source et cela a permis de faire quelques investissements bien modestes soient-ils ! Les aînés (salariés de l’époque) pourraient infirmer ou confirmer ! Ne pourrons-nous pas essayer aujourd’hui surtout qu’il ya plus de traçabilité en matière de gestion !!

  • Il n’y a pas une machine qui fabrique l’argent au Ministère de l’Economie et des Finances. Sachez qu’il faut d’abord collecter pour ensuite payer les fonctionnaires. S’il n’y a pas de travail donc pas d’argent. Si vous n’êtes pas sécurisés pas d’entrées d’argent dans les caisses de l’Etat. En francais facile, votre conférence sera echo d’autant plus qu’il y a priorité ailleurs. Prenez votre mal en patience.
    Aussi un syndicat même si vous avez des bords politiques ne doit pas nommer expressement un parti politique sinon on vous taxera de politiciens. Il serait judicieux d’incriminer le gouvernement qui a ete designé pour s’occuper des problèmes de tous et non seulement des syndicats.

  • Quelle mouche a piqué les Burkinabè ?
    On dirait bien que l’air que nous respirons sans concurrence a été polluée par de l’ANTI PATRIOTISME depuis la chute de Blaise.
    Personne n’est jamais d’accord pour quelque chose de bien. On va même a réclamer de l’argent pour empêcher la sécurité de fonctionner correctement.
    Maintenant que Rock veut prendre le taureau par les corne, chacun se précipite pour menacer Rock de prendre le taureau par les cornes et vite.
    Yaa’ hin yaa boin ? C’est quoi ça ?
    VOUS N’AVEZ PAS DIT QUE VOUS NE VOULIEZ PAS APPRENDRE CALMEMENT DANS LA PAIX ? NOUS ALLONS TOUS APPRENDRE DANS LA DOULEUR MAINTENANT.
    Rock vas y , utilises tous les moyens. Au besoin, diminues des salaires pour défendre le pays !!!

  • Nous réclamons tous la sécurité pour ce pays alors que certains d’entre nous on déjà vendu la sécurité du pays à des étrangers. Tous ça pour des broutilles.
    Il n’y a pas deux capitaines dans un bateau. Dans notre bateau il y a déjà Rock et il doit avoir les mains libres pour travailler. Avec les temps qui courent, celui qui fait le malin doit être emprisonné. Il n’y a pas de droit de grève bidon ou de marche bidon pour un peuple qui a besoin de sécurité. Tout comme on fait une piqure à un enfant malade, il faut forcer les grévistes et compagnie pour pouvoir guérir le mal du pays.
    Ceux qui vous montre les droits de X et Y vivent chez eux en paix. Quand ils n’ont pas la paix c’est que eux même l’on cherché. Ils forment des terroristes et ces terroristes se retournent contre eux. Rock n’a pas formé de terroriste. Alors, nous allons les mettre hors d’état de nuire avec ou sans l’approbation des valets locaux de l’impérialisme.
    Le Burkina ne peut être sauvé de dehors. Si certains continuent à prendre des ordres de dehors pour nuire au peuple disant qu’ils veulent la ’’démocratie’’, alors ils trouverons le peuple devant eux.

  • Dans ce pays les gens ont trop bien compris le fait d’être de la majorité comme s’ils étaient intouchables et au dessus de toutes critiques. Vous verrez des gens pour dire que la nécessité d’une union sacrée contre le phénomène terroriste interdit toute critique de l’action du gouvernement. Mais moi, je me pose la question suivante : peut-on, sans se dire la vérité les uns aux aautres et sans s’accorder sur l’action commune, mener le même ccombat pour la cause commune ? L’Union sacrée demande certainement que l’action commune ne soit pas présenté comme le choix d’un partir, fut-il majoritaire ! C’est de tous camps et de tous les partis que la guéguerre partisane doit laisser place à l’Union sacrée. Quand il s’agit d’une cause nation pour laquelle on veut appeler tous les Burkinabè s’unir, il faut que la parole soit prise par le président du Faso et non par le président ppar intérim du MPP. Tous partis sont criticables.

  • Voilà des syndicats revenchards qui ont contribué à vider les caisses de l’Etat par leurs revendications sauvages, et qui estiment maintenant que le pouvoir ne fait rien pour la lutte contre les terroristes. Cotisez pour aider l’Etat dans sa lutte contre ces bandits au lieu de nous pomper l’air.

  • policiers radiés,rsp,kounkoufouanou,exilés,justice,reconciliation,plethore de ministres,hauts hauts,train de vie etat...

  • J’ai cru qu’ils allaient proposé au gouvernement de suspendre tous les accords avec les travailleurs en vue d’augmenter le budget de l’armée.Sinon si chacun exige ne lâche rien dans ce sens ça ne veut rien dire.

  • Sans honte,allons vite a une reconciliation et prenez en compte les suggestions de MBAFO.Le bon vivre se reinstallera.

  • sidbala,
    vous avez peut être raison en disant que le gouvernement MPP et alliés ne tient pas sa promesse de créer 50 000 emplois par an. Néanmoins votre logique est fausse car vous semblez réduire la création d’emplois au Burkina Faso aux emplois dans la fonction publique uniquement, comme le font bon nombre de compatriotes.
    Je n’ai pas les données sur la création d’emplois dans le secteur marchand au Burkina pour 2016 et 2017 (je n’ai pas cherché sur le site de l’INSD), donc, je ne connais pas le total de création nette d’emplois au Burkina au cours de ces années. Par conséquent, je ne saurai dire si la promesse du MPP est tenue ou pas.
    Bien à vous.

  • Mes chers Amis syndicalistes, pour la sécurité du notre pays, allons ensemble sur le terrain. Le niveau d’insécurité auquel nous sommes arrivé aujourd’hui, nous ne devons pas seulement demander au GOUVERNEMENT seul de trouver la solution à lui seul. Tous les Burkinabé qui se sente Burkinabé doit se déporter sur le terrain de combat. Il est trop facile de critiquer sans être en mesure d’apporter aucune contribution. C’est l’erreur que les MALIENS ont commis et jusqu’aujourd’hui, ils ne sont pas sorti du Bourbier.
    Même si vous remplacez 50 gouvernements avec ce comportement, rien ne va changer. C’est mon point de vu

  • est ce bien des syndicats ? j en doute fort des déstabilisateur PEUT ETRE sinon comment demander AUX travailleurs de se mobiliser pendant qu on est en guerre HONTE A VOUS

  • Salut à tous. Je me rassure que toutes les hypothèses de lutte et de propositons cest pour concourir à un monde meilleur pour tous sans discrimination aucune ,excepté le fait naturel du besoin de complémentarité et de diversité pour lharmonie de lexistence. À lheure ou un semblant de reconquête nouvelle formule guette notre région, en particulier le FASO , SYNDICATS DE TOUS BORDS, inversé les choses en sensibilisant la vaillante jeunesse pour lavegarde du pays par une contribution volontaire de 5000 frs avec pour objectifs 9 millions de souscrits ,ce qui fait 45 milliards .dite à l’état, voilà nous on sest ce qu’ on fait. Sécurisé le pays d’abord. Prenez ça pour la défense. Tt le monde vous applaudira.

  • a KALACH qu’ est ce que vous ne comprenez pas dans le mot mobiliser ? en 2015 il a fallu une mobilisation des syndicats pour une grève générale contre le coup du RSP et suite .donc mobiliser ne veut pas forcement dire aller en grève pour revendiquer une amélioration financière . mais on peut revendiquer de nos gouvernants une meilleur sécurité .

    • Mon cher ami, trop de bavardage !
      Il faut dire à Monsieur Bassolma, que je connais du reste assez bien (dépuis le temps de la Corporation au niveau de la FAST), qu’est-ce qu’il propose comme mesure de soutien aux FDS ? Dites lui de lancer une souscription comme au temps de l’Effort Populaire d’Investissement" et ceux qui sont sensibles à cet appel vont réagir.
      C’est plus patriotique, puisque la Sécurité n’est pas de la seule responsabilité du Gouvernement !
      Sinon, c’est trop facile de tenir des conférences de presse et beaucoup parler.

  • Ceux qui ce sont réunis ne représentent que eux mêmes et leurs intérêts personnels ; pas celui du travailleurs. le travailleur, ce n’est pas seulement celui de la fonction publique ; c’est celui -là et/ou celle - la qui contribue de façon directe ou indirecte au développement de notre pays à travers ce qu’il fait tous les jours. le monde paysan avec ses activités, les opérateurs économiques de tous ordres, tous ceux qui ont un métier et crée des emplois participent au développement de notre pays.
    Quand vous dites que la conférence des forces vives a aboutit à des recommandations vagues, où étiez - vous ? vous avez préférez répondre oui aux recommandations de vos estomacs et de vos poche que de répondre à l’appel du peuple à la recherche d’une sortie de crise qui soit profitable à tout le peuple et aujourd’hui vous faites une analyse pas objectives mais à la hauteur des vos aspirations stomacales personnelles.
    Avec vous ou sans vous le peuple vas avancer

  • Il faut que les travailleurs se mobilisent car le pouvoir du MPP et acolytes veulent étouffer les libertés syndicales.Cette expérimentation a commencé au ministère de la femme ou des agents ont été injustement suspendus. Mais ceux qui ont fait cela se trompe de combat car ce n’est pas un crime ou un délit de revendiquer des meilleures conditions de vie et de travail.

  • s’il vous plais, c’est ne pas le moment de faire des revendications qui nuirait de plus notre cher pays à tous. effectivement pensons plutôt à cotisé pour alimenter l’armée.

    • SVP les fonds communs constituent une source d’appauvrissement des caisses de l’État aujourd’hui incapable de faire face au terrorisme.Ce n’est pas les miettes demandées et obtenues de l’État par certains syndicats honnêtes qui sont le problème .Je suis prêt à cotiser pour les FDS et contre le terrorisme et le banditisme.Courage à Rock qui fait des efforts que les politiciens hypocrites ne veulent pas reconnaitre.

  • - Le Kôrô Yamyélé s’adresse aux Chefs d’États de la Côte-d’Ivoire, Bénin, Togo et Ghana.

    Excellences,

    Je m’excuse de vous importuner et loin de moi l’idée de perturber vos grâces matinées. Je suis loin de le faire et je n’en ai pas la capacité. Cependant très bientôt elles seront perturbées comme le sont actuellement celles de Son Excellence Rock Marc-Christian KABORÉ . Je le dis parce que notre pays, le Burkina Faso est emmerdé depuis un moment par des individus sans foi ni loi, dits terroristes ou djihadistes, je n’en sais rien.

    Chers Excellences, un proverbe africain dit que ‘’quand la case de votre voisin brûle, aide-le à éteindre au lieu de le regarder se débattre seul car le feu risque de se propager à la vôtre’’. Voyez ! Le Mali et le Niger en ont fait les frais, aujourd’hui c’est le Burkina Faso et demain ce sera le tour de l’un d’entre vous. Et la pègre va continuer à se répandre.

    Aujourd’hui vous nous regardez, tous murés dans un mutisme retentissant et probablement que certains rient sous cape et se moquent, mais ‘’chacun a son tour chez le coiffeur’’. Notre pays a biensûr des ressources limitées et c’est connu. Certains de vos pays sont riches mais ne nous aident pas même avec un langage réconfortant, mais sachez que ‘’Qui est riche sans être généreux n’a rien’’ et sachez aussi comme vous le soutenez chaque fois que notre sous-région est une famille, mais retenez également ‘’qu’une famille unie mange dans la même assiette’’ et s’aident mutuellement à s’essuyer les larmes.

    Certains terroristes utilisent certains de vos pays comme base arrière et vous ne faites rien pour les en dissuader. Vraiment merci pour votre immobilisme et Dieu nous voit tous. Et nous burkinabé aujourd’hui acculés savons que ‘’Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit’’. Certains d’entre vous savent certainement de quoi tout ça retourne et probablement ont l’information sur d’où viennent toutes ces attaques qui nous assaillent aujourd’hui. Sachez seulement que ‘’l’ami que l’on a trouvé à côté de son ennemi est pareil à son ennemi’’. Continuez donc de supporter et vos ‘’amis’’ qui se retournerons contre vous demain !

    Excellences, pardonnez-moi et à bon entendeur, salut. Bonne sieste à vous.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Allons droit au but et arrêtons tout ce qui ne nous fait pas avancer. Je suis d’accord avec Bigbalè et PANONGMNE. Je demande à nos syndicats et tous les partis politiques de faire des propositions au gouvernement pour booster le terrorisme du Burkina. Cela va faire réfléchir ces grands bandits que malgré ce qui se passent les Burkinabè sont restés souder à la manière de SANKARA. Je propose mille (1000) fcfa/mois donc 12.000 fcfa l’année. Si les syndicats ne veulent pas faire des propositions que l’Etat fasse la proposition aux gens de bonne volonté. Une souscription volontaire peut se faire à partir du trésor public et vous verrez la suite. Cela même va faire réfléchir les gens de mauvaises de volonté (terroristes, alliés des terroristes, partis politiques bizarres, etc.....). Merci et courage à nos forces de défense et de sécurité et à nos syndicalistes sérieux.

  • Merci pour l’idée de contribution je le trouve Très bonne. Mais il faut savoir que ils y a des gens qui vont détourné ces sous pour d’autre chose et il n’y aura pas de problème. Donc la contribution du pauvre sera détournée on se connait dans ce pays.

  • Mon cher ZONGO, c’est possible, mais essayons et on verra. Qui va détourner ça ? Ceux du trésor, les militaires eux-mêmes ou bien les ministres concernés ? Dans tous les cas un compte rendu public sera fourni à la population avec des pièces à l’appui. Je ne vois pas qui va essayer. Si nous constatons des cas de détournement, cette personne ou groupe de personnes impliqué seront mis dans le même sac que les terroristes et fusillés même si la loi contre la peine de mort est abolie. C’est du sérieux. Bref !......Mon cher ZONGO, au moins nous aurions fais de notre mieux pour tenter une œuvre de bienfaisance. Merci et que nos autorités nos entendent dans la grâce du Tout Puissant.

  • Ce n’est pas le rôle des syndicats d’exiger au gouvernement des actions fortes et urgentes contre le terrorisme. .

  • De mon point de vue nous n’avons pas affaire à des terroristes dans notre pays, il y’a forcement un non-dit. Personne n’a jamais revendiquer une quelconque attaque au Burkina et les attaques sont bien ciblées. En rappel le terrorisme est aujourd’hui un fléau planétaire peu importe les moyens que vous mettrez dans vos armées mes amis, la preuve : des super puissances sont toutes victimes de ce mal. Aux internautes aveugles bigbalè et winoaga, vous avez ratez une belle occasion de la boucler votre clapette. Si le MINEFID en l’état actuel connais des problèmes de recouvrement je vous laisse deviner ce qu’il adviendra en 2019 dans ce pays qui continue de nier l’évidence peut être contracterons nous des crédits pour payez les salaires des fonctionnaires chose qui ne se fait pas, il y’aura probablement arrêt de paiement comme on l’a vue dans des pays comme la grèce. Encouragez les agents du MINEFID comme vous le faites actuellement pour nos FDS, ceci est un impératif de survie pour notre pays.Que Dieu nous vienne en aide, quand un régime veut s’effondrer il s’attaque aux mauvais ennemis et fonce droit au mur en écoutant certains ministres comme c’est le cas actuellement au burkina.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité : L’envoyé spécial de la France pour le Sahel échange avec des autorités burkinabè
Gestion de crises : Une simulation d’attaque terroriste à Manga, en guise d’exercice
Région du Nord : Adoption du budget 2019, dans un contexte d’insécurité
Komandjoari / Est du Burkina : Un conseiller municipal arrêté et un engin explosif artisanal mis hors d’état de nuire
Attaque Namsiguia : L’administration réconforte les gendarmes
Lutte contre le terrorisme : Zorgho solidaire des FDS et du président Roch Kaboré
Contingent burkinabè de la MINUSMA : Une attaque fait deux morts et cinq blessés
Attaque de la brigade de gendarmerie de Barani (Kossi) : Un assaillant abattu, un décès et deux blesses côtê FDS
Terrorisme au Burkina : Une caravane musicale pour soutenir les forces de défense et de sécurité
Ouagadougou : Simulation d’une attaque terroriste le mardi 16 octobre 2018 dans la zone du Stade du 4 août
Situation sécuritaire : L’atelier de mise en œuvre des recommandations de l’Assemblée nationale s’achève sur des notes d’espoir
Insécurité à l’Est : L’appel de la députée Elise Ilboudo/Thiombiano aux fils et filles de la région
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés