Secteur du coton : Le Salon international du coton et du textile se tient bientôt à Koudougou

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • samedi 8 septembre 2018 à 15h39min

Koudougou, chef-lieu de la province du Boulkiemdé, abritera du 27 au 29 septembre 2018, la première édition du Salon international du coton et du textile (SICOT). À trois semaines du début du Salon, les détails de l’événement ont été donnés le vendredi 7 septembre 2018 au cours d’une conférence de presse animée par le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré.

Secteur du coton : Le Salon international du coton et du textile se tient bientôt à Koudougou
C’est sous le thème « La transformation intégrée du coton, facteur de création d’emplois et de richesses », que se tiendra la première édition du Salon international du coton et du textile (SICOT). Un événement qui se déroulera dans la cité du Cavalier rouge, du 27 au 29 septembre 2018. Ce salon se veut le plus grand événement dédié à la filière du coton conventionnel et biologique en Afrique et devrait permettre de stimuler la transformation du coton sur le continent.

Il réunira à Koudougou des professionnels de la chaîne de valeur du coton, notamment des industriels, des acteurs de la transformation du coton, mais aussi des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le secteur du coton dans son développement. Ce sera donc l’occasion de valoriser le coton local à travers la présentation d’outils modernes de production et de conservation, de promotion de la transformation, de financement et de commercialisation.

Selon Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, l’ambition du gouvernement burkinabè, à travers ce salon, est de « mettre en valeur le secteur du coton africain et de faire du Burkina Faso, le carrefour africain où les grandes préoccupations des acteurs de toute la chaîne de valeur de coton seront périodiquement discutées ». Et l’une des préoccupations majeures de ce secteur demeure sans aucun doute la question de la transformation. En effet, sur les 600 000 tonnes de coton produites au Burkina Faso, seulement 2% est transformé sur place. D’où l’intérêt du thème retenu pour cette première édition du SICOT.

Au menu de ce SICOT, deux conférences plénières sur la problématique du thème général du salon, une dizaine de panels sur les thèmes portant sur diverses thématiques en lien avec la transformation du coton. Il est aussi prévu des rencontres B to B et G to B ; ainsi que des tables-rondes, un défilé de mode thématique et les Nuits du SICOT.

Deux cents stands d’exposition seront mis à la disposition des exposants dont 50 stands destinés aux professionnels évoluant dans la chaîne de valeur du coton.
À 20 jours du début du Salon, le ministre a tenu à rassurer l’opinion que tout est mis en œuvre pour la réussite de l’événement. Un budget de 448 millions de F CFA a d’ailleurs été prévu pour couvrir les charges afférentes à l’événement.

Il est attendu à ce salon plus de 1 000 participants qui viendront de 25 pays d’Afrique et du reste du monde, avec l’Allemagne comme pays invité d’honneur. Cette première édition est placée sous le parrainage de Abdallah Boureima, président de la commission de l’UEMOA.

À en croire le ministre Harouna Kaboré, la tenue de ce salon fait partie d’un ensemble de mesures que le gouvernement compte mettre en œuvre pour un développement structurel de l’économie burkinabè. Et pour lui, ce développement passe nécessairement par la transformation des produits locaux. C’est pourquoi il dit fonder l’espoir que cette première édition du SICOT soit « un succès et un déclic véritable pour la transformation du coton africain en général et celui du Burkina Faso en particulier »

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 septembre à 21:23, par traore En réponse à : Secteur du coton : Le Salon international du coton et du textile se tient bientôt à Koudougou

    l’État doit arrêter de dupliquer les initiatives privées. Toutes les occasions sont bonnes pour dépenser et profiter réclamer des commissions avec les entreprises. Le budget de ce salon pourrait servir à construire combien d’écoles.
    Que Dieu sauve le Burkina en le dotant de dirigeants très soucieux de son développement et qui sont à même de s’élever au dessus du lot. Sinon, ceux qui sont aux affaires actuellement ne peuvent pas apporter un plus au développement de ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 08:47, par robert GILLOUIN En réponse à : Secteur du coton : Le Salon international du coton et du textile se tient bientôt à Koudougou

    Fondateur de BIOTEX AFRIKA sarl cette unité de production (teinture-impression-confection)
    installé à Ouaga avait pour vocation la valorisation du coton biologique local !
    Face à l’omniprésence des OGM de Monsanto, nous devions acheter la fibre bio au Mali, la faire filer et tisser à Bouaké pour la valoriser dans nos ateliers.
    La complexité de cette situation (transports-douanes-etc) nous a contraints à fermer boutique ;
    Nous avons par contre, à travers BIO-COLOR conservé l’activité de la teinture biologique du coton local et nous poursuivons la formation des artisans Burkinabe pour une technique responsable de l’environnement et de la santé des teinturiers et des utilisateurs des produits teints...!
    Nous ne pouvons que nous réjouir de voir au travers du SICOT une initiative pour relancer la valorisation du coton burkinabé, qui trop souvent revient manufacturé au pays sans que celui ci participe aux techniques de valorisation..
    Je serais présent à Koudougou et j’espère avoir des contacts profitables à notre initiative.

    Robert GILLOUIN
    Ingénieur Textiles

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 17:22, par SEĪDINA OUMAR DIABY manager MC3 - Mali Contrôle Certification et Conseil. En réponse à : Secteur du coton : Le Salon international du coton et du textile se tient bientôt à Koudougou

    Une vraie opportunité pour les filières cotonnières Africaine de faire la promotion de coton brut origine Afrique, de montrer au monde entier les résultats des années de recherches.du matériel génétique coton Africain. Des avancées technologiques incommensurables. Les résultats techno de fiabilité et de constance sont de nos jours hors du système de cotation coton pluvial. Des pourcentages de longue soie de qualité qui n’existent nul part dans le monde en coton non irrigué. Malheureusement l’ACA aussi bien que L’UEMOA n’arrivent pas à sortir l’Afrique de ce bourbier de cotation et de réclamations commercial.
    Le coton Africain est bien, même très bien mais très mal valorisé.

    DIABY SEÏDINA OUMAR
    Manager MC3 Consultant Qualité
    Formateur Classeurs Coton
    Conseiller Cotations Qualité Égrenage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés