Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

[Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

Accueil > Actualités > Opinions • Par Jacques BATIENO, Militant CDP-France • mercredi 5 septembre 2018 à 17h00min
[Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

Le nouveau code électoral dont notre pays vient de se doter n’est pas sans rappeler à ma mémoire des entorses à la démocratie, me faisant penser que, décidément, celle-ci fait peur à tel point que l’on est prêt à se désavouer soi-même pour se prémunir de son imparable verdict. Le paradoxe, qui n’est pas moins une ironie du sort, c’est lorsque l’on se sert de la démocratie elle-même pour lui tordre le coup. C’est que la démocratie, dans son acception classique (comme pouvoir du peuple), n’est pas sans imperfection.

On comprend alors qu’Aristote la rangeait parmi les mauvais régimes politiques. Soit. On retiendra néanmoins que c’est le moins mauvais des régimes politiques que l’humanité ait connus. Ainsi, afin de lui donner toute sa légitimité, il faut dépasser sa définition classique pour l’envisager dans une perspective plus moderne, comme pouvoir de la loi, une « Démarchie » pour reprendre un terme appartenant à l’économiste Hayek. Dès lors, la démocratie tire toute sa substance des institutions, plus précisément de bonnes institutions.

Les mauvaises institutions sont des lois partisanes, mises en place intentionnellement au profit d’un individu ou d’un groupe d’intérêt, ou bien encore au détriment d’un individu ou groupe d’individus. A contrario, les bonnes institutions sont les lois mises en place en dehors de tout intérêt partisan, mais pour le bénéfice de l’intérêt général. En d’autres termes, les mauvaises institutions sont celles qui relèvent de lois établies avec des visées politiciennes, pendant que les bonnes institutions sont celles qui reposent sur des lois objectivement politiques.

Seules les bonnes institutions garantissent à la démocratie son effectivité et la légitimité de ses actes. Pour cela, il est nécessaire que le pouvoir politique (aussi bien l’exécutif, le législatif que le judiciaire), à chaque instant, prenne bien la mesure d’une telle vision de la démocratie et veuille bien se donner les moyens de sa réalisation. Or la grande déception de ces dernières années, c’est que la démocratie s’est présentée comme une vague incantation dans le pays des hommes intègres. Très précisément, depuis le double coup d’État politique et institutionnel de 2014, bien des aspects de l’agir politique au Burkina Faso s’inscrivent dans une négation de la démocratie, oscillant entre phobie de celle-ci et exclusion.

Le suffrage universel étant l’expression par excellence de la démocratie, c’est dans la loi encadrant celui-ci que cette phobie de la démocratie a trouvé son expression la plus évidente. Ainsi, notre loi électorale a été prise une première fois en otage par le Conseil national de la transition (CNT) en son article 135 excluant du processus électoral un certain nombre de personnalités, et non des moindres, directement ou indirectement liées au précédent pouvoir. Une exclusion symptomatique d’une phobie de la démocratie, car (et l’on aurait fait de la précédente élection présidentielle un acte démocratique fort) il aurait fallu donner au peuple la possibilité de confirmer le caractère populaire de l’insurrection, et toute sa légitimité, en faisant de cette élection présidentielle une élection inclusif.

Il aurait fallu laisser au peuple la possibilité de s’approprier véritablement de son insurrection, si tant est qu’elle fut véritablement celle du peuple. Tout porte donc à croire que l’on a eu peur de se confronter au verdict des urnes, et à la vérité ou la décision du peuple, contre des personnalités dont la carrure politique n’était plus à démontrer et jugées politiquement dangereuses. Autrement dit, l’on a pressenti une élection perdue d’avance dans le cadre d’une inclusion, et l’on a voulu écarter du chemin tout danger susceptible d’être un frein à la victoire. On a donc fabriqué des lois sur mesure pour ce faire.

Comme si cela n’avait pas suffi, la loi constitutive du prochain code électoral est à nouveau prise en otage en ses articles 52 et 72 concernant les burkinabè de l’extérieur. Là aussi, il semble que s’exprime la même phobie de la démocratie comme si, encore une fois, l’on avait peur du verdict des urnes. Une phobie dont la conséquence est l’exclusion d’un électorat important des burkinabè de l’extérieur à travers le désaveu de la carte consulaire. Mais si, en réalité, ce n’est pas la carte consulaire qui est en cause, c’est celui qui est en sa possession qui trouve sa légitimité mise en cause à travers la suspicion que l’on fait planer sur sa « burkinabeité ».

Les conditions de délivrance de cette carte seraient elles contraire à la légalité, faisant de celle-ci un document illégale et indigne de confiance ? Il semble que les autorités actuelles aient fait le choix de la solution de facilité en invalidant la carte consulaire comme document de votation, car si elle pose bien le type de problématique dont on argue, il fallait juste redoubler de réflexion pour trouver une solution inclusive, et, avouons-le, ce ne sont pas les solutions qui manquent. La solution retenue montre tout simplement que le pouvoir considère, à tort ou à raison, qu’avec le vote des burkinabè de l’extérieur l’élection présidentielle est perdue d’avance.

Si dans le cas du CNT on peut ne pas s’étonner de l’ensemble des décisions d’exclusions qui ont été prises, s’étant d’emblée engagé dans un projet de vengeance politique, on peut trouver surprenante l’attitude du pouvoir actuel à l’égard des burkinabè de l’extérieur. Après avoir fait un grand pas en avant avec les burkinabè de l’extérieur à travers l’organisation d’un forum national de la diaspora, l’on fait deux autres pas en avant seul, sans la diaspora.

Toutefois, admettons-le, la loi en question ne souffre d’aucune insuffisance juridique, c’est une loi fabriquée en bonne et due forme qui est bien meilleure que celle du CNT. Mais, il y a un bémol, car c’est une loi politicienne qui vise un objectif bien précis, même si, en restant dans cet esprit politicien, on peut trouver que l’acte est de bonne guerre, s’inscrivant dans un processus stratégique. On a su se jouer de la loi pour poser un acte politicien en restant dans la légalité, et c’est là tout le problème. Mais, peut-on reprocher à la politique politicienne, que je condamne fermement, de ne pas s’embarrasser de considérations morales et éthiques ?

En tout état de cause, le bon sens moral et la noblesse politique, dont je suis partisan et que je revendique de toutes mes forces, nous imposent de faire ici le constat d’une instrumentalisation de la loi qui devient un moyen pour une fin, perdant alors de sa substance, au lieu d’être une fin en soi. En conséquence, nous sommes en présence d’un reniement de la démocratie. Or tout démocrate digne de ce nom doit intégrer la possibilité de perdre une élection et de l’accepter. Aussi, ne faut-il pas avoir peur de la démocratie, car en avoir peur, c’est vouloir à tout prix gagner l’élection en faisant de l’adage « la fin justifie les moyens » un code de conduite politique. Ce qui constitue un danger pour la démocratie, car c’est ainsi que bien des dictatures justifient leurs pires actions et crimes.

La loi ayant été votée et dès lors qu’elle est promulguée par le chef de l’Etat, il faut bien faire avec, car c’est le devoir de tout citoyen démocrate de respecter la loi. Néanmoins, cette attitude pour le moins peu élégante, et, partant, peu démocratique exprimée par le pouvoir en place doit donner à réfléchir à l’opposition politique dans son ensemble. Désormais l’on sait que, la peur aidant, la stratégie du pouvoir en place pour l’échéance de 2020 est de réitérer la manœuvre anti démocratique d’exclusion dont le CNT avait déjà fait usage en 2015.

C’est un signal fort donné à l’opposition politique, si cela n’est encore fait, de l’urgence d’une stratégie commune, dans le cadre de la loi, en vue de la présidentielle de 2020. Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) pour sa part, à défaut de s’engager dans un tel projet avec l’ensemble de l’opposition, doit y songer fortement dans le cadre de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER). Il serait aberrant d’aller seul ou en bande dispersée à la présidentielle de 2020.

Jacques BATIENO
Militant CDP-France

Vos commentaires

  • Le 5 septembre à 14:25, par Mafoi En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    Monsieur le filou du sophisme,le conseil constitutionnel a tranché et nul besoin d’être bardé de diplôme en droit constitutionnel pour savoir que la loi sur la nouvelle monture du code électoral ne porte aucune germe d’exclusion à moins d’être de très très très très mauvaise foi.En tout cas là où tu es en France,si tu n’es pas capable d’exhiber avec une certaine fierté ta CNIB ou ton passeport,c’est qu’il y a maldonne et dans ce cas,ne viens pas te mêler à des histoires qui ne te concernent pas.Point,barre !

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 14:28, par Deafnot En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    Mon frère Jacques Batieno, j’ai une question : le forcing de modification de l’article 37 par ton Dieu Blaise compaore, après un règne de 27 ans, qui est d’ailleurs la source de tout ce que nous vivons aujourd’hui, était-ce partisan ou non. En effet, tu dis :" Les mauvaises institutions sont des lois partisanes, mises en place intentionnellement au profit d’un individu ou d’un groupe d’intérêt, ou bien encore au détriment d’un individu ou groupe d’individus. A contrario, les bonnes institutions sont les lois mises en place en dehors de tout intérêt partisan, mais pour le bénéfice de l’intérêt général. En d’autres termes, les mauvaises institutions sont celles qui relèvent de lois établies avec des visées politiciennes, pendant que les bonnes institutions sont celles qui reposent sur des lois objectivement politiques". Ayez la décence de reconnaitre que vous vous êtes trompés à un moment donné et on continu le combat celui de la lutte contre la pauvreté, l’analphabétisme,..., qui est la vraie lutte de notre peuple. Vous êtes les premiers responsables de la situation actuelle dans ce pays et si vous continuez à nier, Dieu est au contrôle, vous aurez d’abord votre sentence sur terre. Il est facile de falsifier l’histoire du Burkina. De 1987 à 2014, il y avait-il une loi qui tienne véritablement au Burkina si ce n’est à l’encontre des petits fauteurs de troubles. Pour finir, je dirai que nous n’avons pas de terroristes à nous louer mais nous avons la force divine.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 15:22, par Objectivité En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    Mon frère, nous avons déjà tranché sur le vote des Burkinabè de l’étranger ainsi que les documents qu’il leur faut pour voter. Ne viens plus nous fatiguer.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 15:27, par Thom’s En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    Des analyses qui se résument à zéro. As-tu utilisé quelle pièce pour aller en France ? Si tu trouves anormale l’exclusion de la carte consulaire, il ne faudra même pas voter en 2020. Les vrais Burkinabè vont utiliser leur CNIB ou passeport pour voter qui ils veulent, n’en déplaise aux artisans de " tûk gilli " de Blaise.

    Répondre à ce message

    • Le 5 septembre à 18:48, par Pique En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

      Bien dit Thom’s.Tu as tout dit.Au Benin tout pres on exige 250 millions pour etre candidat a la presidence.Pour dire que toutes les lois ont leur part d exclusion cela depend du cote ou on se trouve.Le conseil constitutionnel a ferme le debat.Donc passons a autre chose.D ailleur il n est meme pas oblige de voter.

      Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 18:37, par Razambia En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    Rien que du verbiage pour ne rien dire.En gros toutes les lois ont toujours ete politique.Pendant qu on y peux tu citer les nombreuses exclusions que le code electoral a toujours comporte ?Avoir un certain age,n avoir pas ete condamne,deposer une caution,limitation du nombre de mandats ;Tout cela peut etre interprete comme de l exclusion.Arretez un jour votre cinema.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 20:14, par kouadio En réponse à : [Tribune] Burkina Faso : La démocratie, entre phobie et exclusion

    rien que des injures pendant que les morts se comptent par dizaines au sahel et a l’est. Argumentez un peu et cela fera du bien au forumistes

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tribune : Comment faire émerger la prochaine génération d’entrepreneurs en Afrique ?
Statut valorisant du monde de l’Education : Quand la guerre des corps prime sur l’intérêt général !
Tribune : De l’indépendance des pays africains, mais quelle indépendance ?
Burkinabè de tous les bords, vous êtes des anges
Burkina : Le PNDES selon l’homme d’affaires Salomon MBUTCHO
Renaissance de l’institut des peuples noirs : Aux origines du projet
Hausse du prix du carburant : Le Burkina s’enfonce inexorablement dans la crise, selon Ablassé Ouédraogo
L’humeur de Sayouba Traoré : « Pauvre Afrique ! »
Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord
Tribune de Moussa ZERBO sur le besoin de grue dans la commune de Bobo-Dioulasso
La noblesse du combat des éléments de la GSP et la « débâcle » de notre ministre de la Justice (Paul Kéré)
« Mesdames et Messieurs, en vos titres et grades, tout protocole respecté », une aberration protocolaire selon l’Ambassadeur Mélégué Traoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés