Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

Accueil > Actualités > Société • Edouard Samboé (stagiaire) • mercredi 29 août 2018 à 00h18min
Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

Les pénuries de carburant semblent récurrentes au Burkina. Les grèves des chauffeurs-routiers y sont pour quelque chose. Ces ruptures de stocks ne donnent-ils pas l’occasion de réfléchir à des alternatives comme le covoiturage ?

Le covoiturage est une technique qui consiste en l’utilisation d’une même voiture par plusieurs personnes, qui font le même trajet. En anglais, les termes utilisés sont « Car sharing » ou « Car pooling ». Ce moyen de locomotion présente des avantages économiques et écologiques.
En effet, ce moyen de transport s’avère intéressant au regard de plusieurs enjeux. Au plan économique, il est plus bénéfique que l’engin individuel. C’est un dispositif qui a pour vocation de réduire les dépenses en carburant. Au plan écologique, cela réduit l’émission du Co2 (gaz carbonique) et la pollution des villes.

Ainsi, le covoiturage permet de protéger l’environnement, de réduire les maladies et même de rendre plus fluide la circulation. Ce système a aussi l’avantage de créer le brassage dans la société, une valeur humaine qui se fait de plus en plus rare.
In fine, le covoiturage est avantageux, non seulement en période de pénurie, mais aussi en période d’embouteillage. Ainsi donc, l’intelligence économique voudrait que l’on anticipe en cas de nécessité. Et cette nième crise dans le domaine du transport au Burkina devait amener les usagers à envisager cette alternative.

Edouard Samboé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 août à 22:56, par Génération En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    M. le stagiaire sachez que le carburant ne sert pas seulement au transport de personnes mais aussi et surtout au transport de marchandises. sinon vous auriez mieux fait de proposer la solution du transport en commun..

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 00:48, par Eva En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Génération, l’auteur a bien précisé le covoiturage comme une piste, un transport en commun aussi en est une. Je ne comprends donc pas sur quel fondement vous jugez insuffisante idée. Le covoiturage a beaucoup davantage, y compris la baisse même du coût des marchandises dont vous faites cas. Cela prouve que le journaliste a bien vu en abordant ce sujet.

    Répondre à ce message

    • Le 29 août à 04:42, par Guillaume En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

      Merci pour votre proposition. Mais est ce que cela peut marcher au bf ? Vs connaissez la mentalité de certaine personnes .

      Répondre à ce message

      • Le 29 août à 13:26, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

        - Guillaume, au Burkina cette affaire ne marchera pas car les gens sont trop égoistes, trop individualistes et ils vont vous prendre contre votre contribution et malgré tout, ils vont s’assoir a côté de leurs femmes pourries et pétantes et ruisselantes de graisse pour raconter en rigolant que : ’’Hahahaha !! Tu vois ? Kôrô Yamyélé qui se vante partout-là, il ne vaut rien !! Hahahaha......il m’a demandé de l’amener avec ma voiture et il va contribuer au carburant. La prochaine fois je vais lui dire d’acheter aussi une voiture.....’’ (comme si posséder une carcasse aurevoir-France fait de vous un extra-terrestre). Et la grosse femme bédonnante et pétante de graisse aussi va répondre : ’’Heeeeee !! Le même Kôrô Yamyélé-là  ?? Les gens mêmes c’est pas la peine ! Tu les vois dehors alors qu’ils ne sont rien !’’, alors que elle-même sa mère est une paysanne misérable qui dort au village sur une natte percée, et elle ici à Ouaga elle mange trop de viande porc à n’en pas finir ! .

        Et puis ici il faut choisir avec qui faire le co-voiturage, parce que en cours de route ton compagnon d’infortue peut même te braquer !

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

        • Le 29 août à 16:21, par Mafoi En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

          C’est avec ta conclusion que mon post devait se baser mais tu m’as devancé.En effet le covoiturage ne peut marcher que dans les pays civilisés mais pas dans des pays voyous comme le notre où pour 1000F voire moins,tu peux risquer ta vie en te retrouvant 5m sous terre.L’idée en soi est pertinente mais à oublier trop vite car elle est trop risquée.En tout cas,je ne la conseillerai à personne même à mon pire ennemi

          Répondre à ce message

  • Le 29 août à 05:06, par broo En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?
    merci pour cet article et surtout pour cette stratégie de covoiturage. Les arguments sont convaincants pour qu’on épouse l’idée. Je pense que c’est à la société civil et au gouvernant de promouvoir l’approche de covoiturage pour que les usagers l’acceptent (nos mentalités) et le pratique. quand on voit aux heures de pointes dans la ville de Ouagadougou les embouteillages et les bouchons, et le contraste d’un usager par véhicule, la promotion du covoiturage et les transports en commun et d’autres actions (réseau routier..) deviennent impératifs pour l’avenir. le goulot de l’application de ses approches réside dans nos mentalités . comment changer nos comportements et nos mentalités, c’est la toute la question. La société prépare les enfants les jeunes à avoir des moyens individuels de locomotion (velo, moto, voiture...), mais pas l’esprit de mutualisation, de solidarité, l’esprit de groupe..

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 05:26, par Gangobloh En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Et si les autorités procédaient à un contrôle des cuves dans les situations d’essence ? Rien ne prouve que les stations d’essence sont vraiment à sec. Comment les détaillants se ravitaillent avec les bidons de 20 litres et revendent le carburant à 1000 -1500 francs cfa ? Une complicité des gérants des stations d’essence ne saurait être écartée.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 09:53, par lenous En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Je pense que le camarade nous offre une piste de solution qui a des avantages. Pour la mise en oeuvre de ces idées, il faut bien comprendre le contexte de vie et de travail au Burkina Faso. Certains salariés cherchent le plus souvent a joindre "les 2 bouts ou 4 bouts" comme le disent certains . Dans un tel contexte, ces travailleurs mènent d’autres activités parallèles. Il est donc évident qu ils aient leurs propre engins de mener ces activités pour joindre les 2 bouts. Le covoiturage ne favorise pas une telle situation.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 09:54, par Sidbala En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    En Afrique noire, celui qui va s’amuser a cela sera anéanti. Le covoiturage marche bien en france parce que la mentalité est autre. Nous les noirs, laisse moi rire

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 10:42, par Thién En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Nos gouvernants manquent de vision et de poigne !
    Cette grève devrait se faire sans interrompre l’approvisionnement en carburant !
    Un pays ne peut pas être pris en otage dans un secteur si primordial de son économie.
    Au besoin l’Etat devrait recourir à l’armée pour approvisionner les stations d’essence dès l’instant que les rumeurs ont commencé et cela aux frais de ces stations.
    L’armée a des citernes et pouvaient escorter les livraisons.
    Au lieu d’agir, le gouvernement n’a rien trouver que de suspendre les deux syndicats.
    Et si les chauffeurs refusaient cela et continuaient leur grève ? Que peut faire le gouvernement pour les contraindre à reprendre leur travail ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 11:37, par sheiky En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    C’est une proposition très intéressante. Mais ne demander pas l’intervention de l’Etat en tant que Force publique pour cette question. Elle peut juste mener une campagne de sensibilisation dans ce sens. N’oubliez pas que le véhicule est surtout un signe d’indépendance et de liberté. Vouloir imposer le co-voiturage pourrait être assimilé à une entrave aux libertés.
    Par contre, pour gérer le problème mentalité, il faut commencer par un co-voiturage par affinité. C’est à dire, des parents, des amis et surtout des collègues. parce qu’il faut garder une certaine liberté et un partage avec ce système. Le bémol est que certains penseront toujours qu’ils sont plus malins que les autres. Mais c’est une question d’entente.
    Un autre souci est l’état des routes. Cela limite les initiatives et les accès. En outre, le transport en commun aurait pu être modernisé si les routes étaient praticables. Prenons juste l’exemple des élèves et étudiants qui est un casse-tête pour les parents à la rentrée. Le TC aurait pu régler une bonne partie de ce problème.
    Bref, une grande réflexion en perspective...

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 12:38, par jeunedame seret En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Une autre belle alternative = le vélo. Divers modèles. Il suffit d’en faire une habitude pour se réjouir ou profiter des endurances.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août à 15:06, par ABRAHAM IBBRAHIM En réponse à : Pénurie de carburant : Et si on essayait le covoiturage ?

    Hum, Burkinabè, dites à la chine intelligente de nous fabriquer véhicule solaire. Point barré ! nous on s’en fou du reste. Moi je prendrai mon vieux vélo pour le service. Et puis femmes engraissées là vont marcher et puis graisse va diminuer hoo. Lo Lo.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés