Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou et Fabougué Sougué (Stagiaire) • jeudi 23 août 2018 à 23h49min
Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

Le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Marie Laurence Ilboudo, a animé, ce jeudi, 23 août 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse autour de l’opération de retrait des femmes et enfants en situation de rue. Objectif principal de cette sortie, lancer une campagne de collecte de fonds pour soutenir l’action. Ce fut également une occasion pour le ministre de faire le point sur ladite opération.

Lancée le 10 août 2018, l’opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue rencontre l’assentiment des populations. C’est, du moins, l’avis du ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Marie Laurence Ilboudo. Et c’est pour mieux marquer « cet élan de solidarité » exprimé par des citoyens qui désirent soutenir l’opération, que le département de tutelle a pris l’initiative de mettre en place un mécanisme de participation financière des bonnes volontés. Ainsi, les personnes qui souhaitent apporter leur contribution peuvent le faire à travers le Fonds national de solidarité. Les contributions peuvent être faites via les numéros Orange money (64 07 76 24), Mobicash (62 29 97 77), le compte Trésor (443 360 000 001) et le compte BICIA-B (090 530 604 1600-114).

Le ministre a tenu à rassurer que des mécanismes de contrôle seront mis en place pour permettre à tous ceux qui désirent obtenir des informations sur l’utilisation des ressources mobilisées, de pouvoir le faire.

Un bilan à mi-parcours positif

À en croire le ministre Marie Laurence Ilboudo, le bilan à mi-parcours de l’opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue est plutôt satisfaisant. Ainsi, on note 654 enfants enregistrés au Centre d’accueil d’urgence sis à Somgandé. Parmi ces enfants, 106 enfants sont retournés dans leurs familles et les 215 sont au Centre. Au niveau du Centre de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre, ce sont 170 personnes, dont 107 enfants et 63 femmes, qui ont été reçues. À l’auberge de Cissin, ce sont 82 personnes, dont 28 femmes et 54 enfants, qui ont été accueillies. Et, enfin, à l’auberge de Nongre-massom, on dénombre 58 personnes, dont 38 enfants et 20 femmes.

En rappel, selon le recensement de 2016, 9 313 enfants et jeunes étaient en situation de rue, dont 18,8% de filles et 81,2% de garçons.
Selon Marie Laurence Ilboudo, outre la prise en charge classique, qui est l’hébergement et l’alimentation, il existe un volet important de l’opération qui est l’encadrement et la réinsertion des personnes retirées de la rue. Ce volet passe par l’appui psychologique, la stabilisation, l’apprentissage de métier, le retour en famille, etc.

De la question des mineures prostituées ou présentes dans les débits de boisson …
Interpellée par un journaliste sur la question des mineures prostituées ou présentes dans les débits de boissons, Mme Ilboudo a déploré cet état de fait. Elle a rassuré que des sensibilisations sont menées au niveau des maquis et buvettes où ces filles sont aperçues. Dans les jours à venir, avertit-elle, des contrôles inopinés seront réalisés et « tout débit de boisson qui permettra à des mineurs, filles comme garçons, de se trouver en son sein se verra systématiquement fermé ».

Par cette opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue, le gouvernement burkinabè ambitionne d’être un exemple pour les pays de la sous-région. Pour ce faire, il faut l’adhésion de tous pour la réussite de l’opération. C’est pourquoi le ministre a salué l’apport des Organisations non-gouvernementales œuvrant déjà dans ce domaine. Certaines ont même mis à la disposition du ministère, 120 places pour accueillir des enfants.

Justine Bonkoungou
Fabougué Sougué (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 août à 08:06, par Sarko En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Madame le ministre je crois que c’ est une action inscrite dans votre programme d’ activités et vous dites que vous voulez être un exemple pour les pays de la sous région , donc allez y sans compter sur nos contributions que vous allez plu tard servir en perdiem . Utilisez votre budget pour l’ opération et laisser les gens tranquille . La rentrée est proche pour les parents d’ élèves .

    Répondre à ce message

    • Le 24 août à 09:16, par vision En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

      Merci beaucoup à Madame le Ministre qui se bat pour la réussite de cette initiative noble. N’écoutez pas vos détracteurs qui tentent de vous décourager. Certains se plaignent qu’ils n’ont pas été associés, ne les écoutez pas, vous savez pourquoi ? ce sont ces même personnes qui font échouer les projets de ce ministère. Faites seulement des enquêtes et des audits sur le parrainage des enfants en difficulté des 10 dernières années et vous comprendrez. En effet, certains acteurs sociaux proposent aux parents (surtout aux veuves) de prendre en compte leurs enfants en difficulté sur le programme de parrainage contre partage du montant qui sera donné pour la scolarité de l’enfant. Dès que le parent perçoit l’argent, le jour même ou au plus tard le lendemain, l’acteur social vient harceler le parent pour prendre sa part. si le parent ne s’exécute pas ou s’exécute en partie, soyez rassuré que l’année suivante, l’enfant ne sera plus pris en compte. DONC ces mêmes personnes cherchent à se positionner pour pouvoir arnaquer les parents et faire échouer votre programme. Soyez vigilante car ces mêmes personnes sont capables de tout mettre en œuvre pour faire échouer votre noble programme. Je vous souhaite beaucoup de courage et que Dieu vous donne suffisamment de moyens pour aider toutes ces personnes en difficulté afin qu’elles puissent voler de leurs propres ailles.

      Répondre à ce message

    • Le 24 août à 11:50, par un citoyen En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

      Merci Sako. Ce projet est vraiment tiré par les cheveux. On ne sent aucun professionnalisme là dedans. Ce qui me fait mal c’est que c’est de l’argent jeté encore. L’enfant fuit à la maison parce que ça ne va pas pour se retrouver dans la rue. Tu ne change pas les conditions de la maison tu le ramène sous prétexte que tu va le formé en métier et le réinséré dans sa famille. On n’a pas besoin d’être charlatan pour dire que cet enfant répartira dans la rue. Vous coupez les branches de l’arbre au lieu de couper ses racines et vous espérez le tué. l’arbre va mieux poussé ( il y aura plus d’enfants dans la rue pour profiter des petits avantages un moment puis répartir).
      Et puis, un projet qui n’ a pas encore démarré vous êtes à court d’argent, arrêté donc, c’est pas forcé et c’est pas une priorité. Demander nous de cotiser pour financer la sécurité, la santé, l’éducation et assurer l’autosuffisance alimentaire. Mais si vous avez honte de vos mendiants, débrouiller vous ; après tout c’est le résultats de l’échec de vos actions politiques.

      Répondre à ce message

  • Le 24 août à 08:07, par Le Fair play citizen En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    LA COLLECTE DE FONDS PROPRES POUR LES CAMPAGNES A VENIR EST ELLE LANCÉE ?????!! COLLECTE DE FONDS PAR AIRTEL MONEY ??? C’EST PARTI !!!
    Voilà ! Ce qu’on craignait est arrivé !! Madame la Ministre, je voulais justement demander si en commençant vous alliez pouvoir terminer ! Je doutais fort que ce projet ne soit pas improvisé, sans diagnostic et étude préalable !!!! Pourquoi à peine lancé un projet peut commencer des collectes de fonds de la manière la plus lugubre ?
    Je me suis inquiétée pourquoi les enfants de la rue vont être une priorité par rapport à bien de maux, fléaux, plus graves et trainant au bas de l’échelle le Burkina dans le classement mondial sur le degré de pauvreté !
    Je savais que ce projet n’était pas bien élaboré, assorti d’un budget qu’on a pris le temps de boucler. Voilà que, à peine lancé, on demande des contributions via Airtel moneeeeeyyy ! C’est parti ! La nature de se projet permet effectivement de mobiliser d’importants fonds qui ne peuvent être contrôlés ! Non qui ne seront pas contrôlés ! Un promoteur disait ceci :"je créé mon buisness, vous voulez quoi ? allez réfléchir et créer pour vous aussi !!! Mois je veux l’argent qui est fou !! Vu que de nos jours personne ne répond aux convocations de réunions sans contre-parti financière" Donc, tu choisi un secteur sensible, tu lance des cotas et hopp !! c’est parti

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 08:21, par Le Fair play citizen En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Madame la Ministre, on salut votre dynamisme légendaire mais en matière de projet, on fait le diagnostic, l’étude de faisabilité, on analyse les capacités du projet à s’auto-financer !! Si tous critères sont réunis, on élabore le document de projet pour RECHERCHER LES FINANCEMENTS ET BOUCLER LE BUDGET D’ABORD !!!
    Mais là Tantie, vous opérationnalisez les activités d’un projet et vous lancez immédiatement des collectes de jettons ! Cela est incompréhensible !
    ça ressemble à du raquette et tenez vous bien, ce projet va pas faire long feu !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 09:37, par king du faso En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    c’est vraiment jolie le projet mais ou son passé nos 2000 francs pour les maisons ???
    sa ne sera pas la même chose que vous voulez faire encore en utilisant le nom des ces pauvres enfants

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 09:58, par WEND LA NABA En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Madame la Ministre, c’est plutôt votre collègue de la Défense qui devait lancer une collecte de fonds pour les F D S en ces moments difficiles pour notre pays qui est attaqué des sinistres individus.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 10:29, par foll En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    le projet est noble certes. mais il a manqué de préparation ! A peine quelques jours après son lancement que vous lancez déjà des SOS ! héééé mon Burkina ! chers politiques, arretez de lancez des actions juste pour du populisme ! ne commencez pas ce que vous ne pourrez terminer !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 10:41, par Okana En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Malgré toute sa Madame le Ministre doit comprendre qu’on ne peut gérer avec autant de légèreté ! C’est une des raisons du sous développement de nos états africains . des millions sont injectés chaque année dans notre économie mais nous ne voyons pas de résultat. Une remise en cause profonde et objective s’impose pour nous frayer le chemin d’un développement endogène et inclusif .
    Madame le Ministre ,renvoyer votre projet en intégrant tous les paramètres et mettez toutes les chances de votre côté pour ce projet qui vous ai si cher !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 10:47, par LAURENCE En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Action noble mais méthode contestable. Entre autre c’est pour éviter la mendicité que vous avez enclencer cette opération et vous meme vous vous mettez a quémender déjà. C’était mieux de poursuivre par fonds propre et voyant les efforts suivis de resultats les bonnes volontés viendraient a votre secours ! Mon message c’est a l’adresse du ministere et non au ministre. Courage a vous presonnellement Madame la Ministre et bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 11:03, par Appel aux bonnes volontés En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Belle initiative Mme la Ministre. Ces enfants peuvent être de grands serviteurs du pays dans le futur. Soutenons-les. Merci Mme la ministre.

    Répondre à ce message

    • Le 24 août à 11:52, par bakus En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

      Je pense que actuellement le BF n’a plus besoin des fins théoriciens, on a présentement besoin de ces patriotes qui ont le courage de passer maintenant aux actes. la situation du retrait des enfants de la rue ne date pas d’ojrd8. c’est connu des différents gouvernants qui se sont succédés, ce qu’il a manqué c’est effectivement la mise en oeuvre, et cette vaillante ministre a pris son courage a deux mains pour le faire. Et comme on le dit pour venir a bout d’un phénomène il faut d’abord commencer et après arrondir les angles. Courrage a toi Mme. Tout ceux qui sont soucieux du développement de notre chère patrie, dans les possibilités de leurs moyens vont contribuer a cette opération. D’ailleurs c’est volontaire, donc chers détracteurs économiser vos mots

      Répondre à ce message

      • Le 24 août à 16:18, par Bowyam En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

        Drôle de conception que de penser que tous ceux qui critiquent sont des "détracteurs".
        Si vous vous relisez vous verrez que vous mêmes êtes un "détracteur" de ce qui a été tenté par le passé. Faites donc une analyse des échecs du passé pour comprendre le fond du problème pour donner plus de chance de réussite.
        Les "détracteurs" ne veulent pas justement que l’on gaspille les maigres ressources communes dans des actions spontanées et spontanéistes qui aucune n’ont vision à moyen ou long terme. Et c’est d’ailleurs une injure pour ceux qui n’ont pas fréquenté l’école de croire que les "non-intellectuels" ne planifient pas leurs activités et leurs projets.
        On ne gouverne pas tout un pays et l’avenir des gens sans préparer les projets, ou alors on ne sait pas ce que c’est que gouverner.

        Répondre à ce message

  • Le 24 août à 11:54, par dargou En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    je dis que la phase pilote du retrait de ses enfants a été raté dès le départ sinon comment comprendre que moins d’un mois de l’opération on demande du soutien déjà.
    pour lancer un tel projet il faut une étude de faisabilité ou on fait ressortir un cadre logique ; et dans ce cadre logique ; on a l’objectif général et les objectifs spécifiques ; des activités budgétisées pour avoir justement une idée du cout du projet.
    alors si on a l’argent nécessaires ; on cherche le complément avant de lancer. .il ya des techniciens qui sont là pour ca ; si au ministère de la femme ; ces techniciens manques ;
    c’est dommage en si peu de temps on lance un sos ; et on nous dit que le bilan a mis parcours est positif(ca fait rire) ; ou se trouve le positif dans tout ca ; en plus un projet qui n’a pas duré 02 mois et on veut l’évaluer ; à mon avis Ya problème.
    je peux comprendre le retrait à durer 01 an.02 ans et on lance ce sos soutien mais -01 mois ce gouvernement doit revoir la manière dont il monte ses projets.
    j’ai pas pu dormir quand j’ai suivi la télévision en voyant la ministre demander du soutien déjà. ..

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 12:06, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Au Burkina Faso on verse dans l’activisme, même en haut là où on devrait l’attendre !
    En matière de gouvernance il faut prendre des directives et veiller au suivi, à leur application.
    l’Administration ne devrait pas jouer le rôle de pompier mais plutôt de lançeur d’alertes, d’orientation .. Pour moi cette agitation est vouée à l’échec. La solution est simple, adopter la stratégie " du pollueur payant" : Tous ceux qui contribuent à créer ou à déverser des vies innocentes dans la rue ou la mendicité doivent payer en premier les dégâts

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 12:08, par Validation En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Belle initiative Mme le Ministre. C’est noble comme action. N’écoutez pas ces théoriciens qui ne savent rien de projet en réalité. Une chose est sûre, les bonnes volontés vous soutiennent. Mettez l’accent sur la réinsertion des cibles sur qui le pays compte aussi pour son développement. Vous avez pris là une décision courageuse et Dieu vous donnera les moyens pour son exécution.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 12:09, par LAURENCE En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    S’il vous plait aidez moi a lire ce qui est écrit en fond sur la banderole derrière les conférenciers !!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 12:16, par samdou En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    madame la ministre je penses que vous aviez bien budgetisé avant de commencer donc
    continuer sans nous

    Répondre à ce message

    • Le 24 août à 14:19, par DABRE En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

      je voulais simplement dire à madame la ministre que pour un tel projet il fallait faire l’étude de faisabilité ; pour des techniciens de montage de projet cela va ressortir un cadre logique
      Le cadre logique est élaboré pour décrire sur quatre niveaux de la conception initiale du projet :

      1. L’objectif global
      2. L’objectif(s) spécifique(s)
      3. Les résultats
      4. Les activités

      A chaque niveau correspondent des indicateurs spécifiques et pour le niveau « activités » des moyens (type de ressources) et des coûts.
      Donc ca veut dire. A partir de cette matrice du cadre logique : le concepteur du projet prend une décision ; soit il lance le projet soit il abandonne ; car le cadre logique va déterminer les moyens humains et financiers à rechercher ; on les trouve et le projet es lancé on les trouves pas le projet est abandonné.
      DONC A PARTIR DU CONSTAT DE L’EXPERIENCE DE MDAME LA MINISTRE JE RESUME QUE NOTRE GOUVERNEMENT FONCTIONNE DE LA MEME MANIERE. CAR LE LANCEMENT DE L’OPERATION EST GOUVERNEMENTAL. JE SUIS DESOLE QUAND ON CONNAIS PAS ON DEMANDE.POUR LA PROCHAINE FOIS LE GOUVERNEMENT PEUT ME CONSULTER MAIS PAYANT.(rire)

      Répondre à ce message

      • Le 25 août à 14:17, par L’éclairé En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

        On ne te demandera rien parce que rien qu’à te lire, on sait que tu es un incompétent notoire gueulard qui croit qu’il sait alors qu’il ne sait rien. Nous, on a besoin de praticien intelligent. L’action de la dame est stratégique. Elle fait des quêtes non pas parce qu’elle n’a pas les fonds nécessaires, mais parce qu’elle veut tout simplement l’adhésion sociale massive mais pratique et active de la population sans laquelle son projet est voué à l’échec. Si on crée des conditions idoines de réinsertion sociale de ces femmes et enfants alors que la société reste irresponsable et insouciante en faisant l’apologie des mariages immatures, inopportuns ou mal préparés, alors que des hommes et des femmes irresponsables et insouciants continuent de procréer au hasard, alors que les femmes (qui sont nos repères des valeurs sociales) deviennent de plus avides de gains faciles et n’ont plus peur de la honte, alors que la société a capitulé devant l’éducation de ses enfants, il y aura toujours des mendiants dans nos rues.

        Répondre à ce message

  • Le 24 août à 12:25, par broo En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération
    avant de déclencher cette opération il fallait être sur d’avoir des fonds pour supporter les charges pour au moins 12 moins. il y a des strategies probantes de prise en charge des enfants en situation de détresse dont ceux qui séjournent dans la rue. il faut faire la typologie des enfants qui sont dans la rue et apporter des solutions idoines à chaque groupes spécifiques. je ne suis pas spécialiste du domaine mais je pense qu’il y a des Actions éducatives en milieu fermé (A E M F) et Actions éducatives en milieu ouvert (A E M O), les maraudes et bien d’autres . a mon avis il faut renforcer ces stratégies et approches .

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 13:47, par jeunedame seret En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Il faudra bientôt une collecte de francs pour le retrait des ministères et ministres de la rue.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 13:48, par Mosak En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Avant de faire appel à une contribution populaire, commencer par diminuer vos salaires et à baisser le train de vie des membres du gouvernement.

    Il est indécent qu’un ministre touche par mois au Burkina, pays parmi les 10 plus pauvres de la planète, 8 Millions de CFA, soit 12 195 €, alors qu’un ministre français n’a que 9 440 €, un peu plus de 6 Millions de Francs CFA par mois, toutes indemnités confondues.
    Là où le bas blesse, c’est de vous tourner ensuite vers ces pays pour chanter votre misère à la recherche de financements ; ou d’opprimer d’avantage le peuple, en faisant appel à la légendaire solidarité burkinabè longtemps émoussée par vos dispendieuses ambitions personnelles.
    Nous ne serions pas obligés de mendier, si nos gouvernants étaient de vrais patriotes intègres, qui font passer l’intérêt national avant leurs intérêts égoïstes.

    Ce n’est pas par manque de ressources ni de moyens financiers que nous sommes sous développés ; notre indigence résulte plutôt de la malhonnêteté intellectuelles et de l’impéritie des successeurs des pères de l’indépendance, sans foi ni loi, d’avantage préoccupés par les honneurs et la jouissance du pouvoir, pour lesquels ils iraient jusqu’à sacrifier les intérêts supérieurs de leur peuple.

    Pardon, je ne m’adresse pas à madame la Ministre, ni à la louable initiative, mais au système incompétent et mégalomane, cause de ces cas humiliants et révoltants de femmes et d’enfants en situation de rue. Ils sont dans la rue chez eux au Burkina, alors que leurs dirigeants ont de nombreuses parcelles mises en valeurs partout au Burkina, et mêmes des résidences en Europe, en Amérique et ailleurs.

    Sans pudeur, certains exploiterons même çà pour faire campagne.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 14:18, par django En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Juste lui tirer mon chapeau si elle tient sa promesse d’effectuer des visites inopinées dans les maquis et les fermer s’il y a des mineurs. Car c’est la merde grandissante dans ce domaines. Mes félicitations ,sont en cours et elles ne lui parviendraient que lorsqu’elle aura tenue parole, sinon je sais quoi en faire...

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 15:18, par un gondwanais En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    LAURENCE et DABRE, c’est simple, la conférence se tient en ces lieux, dans le ministère en question( salle de conférence) ; ou bien je n’ai pas compris votre questionnement ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 15:26, par LY En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    J’avais déjà salué l’initiative que je trouvais fort louable et heureux de son avènement tant attendu que l’Etat a son rôle régalien de veiller à la sécurité de tous (santé, éducation, mieux-être etc.. L’urgence impose de commencer immédiatement comme c’est le cas sans attendre les théoriciens de "cadre logique etc..", au moment où des vies sont perdues ou en voie de perdition.
    Continuez votre action sans écouter ceux qui ne mettrons jamais un sous pour la solidarité, mais qui ont la critique facile pour décourager les bonnes actions ou semer le doute dans l’esprit des généreux donateurs sur la destination finale de l’argent récolté.
    L’idée de traçabilité est louable et pour être plus convainquant le vecteur de contrôle doit être clairement indiqué. Je propose que le principe de vérification ne viennent pas d’initiative individuelle, mais que ce soit un devoir de le rendre disponible à tous. Il faudrait pour se faire que le Ministère mette en place une caisse spéciale pour cette activité et ne pas la diluer dans toutes les opérations de solidarité du Ministère. De plus ce site consultable par tout citoyen, de l’intérieur comme de l’extérieur, doit être mis à jour quotidiennement (entrée des fonds avec les identifiants des donateurs, sorties des fonds avec les destinataires et ouvrir la possibilité d’un parrainage individuel et directe d’une ou de plusieurs personnes par un même donateur). Cette traçabilité donnera la confiance à ceux qui sont méfiant vis à vis de l’Etat quand on sait que des gens au sein du Ministère ont le cœur dur comme pierre et n’hésite pas à piller la veuve et l’orphelin.
    Courage à vous dans cette opération !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 15:45, par LY En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Concernant les filles mineures qui fréquentent les débits de boisson, la sensibilisation est bien, la répression est bonne mais ce sujet est comme celui de la prostitution très sensible et très délicat et mérite d’être traité à la racine.
    La bonne question qu’il faut se poser est comment une mineure peut se retrouver dans cette situation si notre système éducatif était complet et ne laissait pas de déperdition en chemin. Un enfant jusqu’à la majorité est sous la tutelle de ses parents et de l’Etat. Si ces enfants se retrouvent non scolarisés ou en situation de non scolarisation, c’est l faute de qui ?
    Posons nous la question est ce que ce phénomène existait il y a trente ans ?
    Cette question n’est pas que du ressort de ministère de la solidarité nationale qui commettrait une grave erreur de vouloir traiter ceci comme un épiphénomène mais de considérer son caractère transversal sur plusieurs ministère (éducation tout d’abord, jeunesse, santé (aspect psychique), sécurité, solidarité etc..).
    NB : attention à la précipitation pour cette activité.
    Pour les 106 enfants retournés dans leur famille, qu’est ce qui est envisagé pour les non retour dans la rue ? Veiller à bien suivre cette réinsertion dans le cadre familial.
    Courage !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 15:56, par Phil En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Je ne vais pas verser dans la polémique, mais si à peine commencée vous demandez une contribution des population pour cette action, cela montre que vous êtes passés à côté en matière de priorité et de planification.
    En principe, cette activité devait être inscrite parmi les priorités du département et bénéficier d’une allocation budgétaire conséquente.
    Madame le Ministre, je vous invite à inscrive cette action parmi vos priorités dans les budgets avenirs et éviter ce folklore. Il y va du crédit que votre département accorde à cette action.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 16:10, par la patrie ou la mort nous vaincrons En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    tout ministre qui laisse ces agents qui sont formés en deux ans avec des expériences professionnelles et parts prendre des bénévoles dans la rue pour faire un travail de son département va échouer.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 17:22, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Très belle initiative. Pour ceux qui parlent du pouquoi demander du soutien populaire dès le lancement du projet sont entrain d’étaller malheureusement aux yeux du monde(puisque nos sommes sur internet) une certaine carence. Quand on parle de projets publics quels sont les sources probable de financement ? L’argent du contribuable par le biais des impôt et taxes ; dettes à contracter aupres de tiers, aide solliciter aupres de pays amis (les fameux PTF) ;............ Vous pensez que ceux (pays, organisme,...) qui financent nos projets sous forme d’aide financière trouvent l’argent où ? Ce sont des contributions de volontaires d’autres pays mes chers amis incultes. Faisons quelque chose par nous même et d’autres bonnes volontés nous soutiendrons au besoin. Ceux qui disent que c’est vouer à l’échec, connaissez-vous le SAMUS SOCIAL BURKINA ? . C’est une française qui a initié ce projet et les soutiens financiers proviennentde plusieurs sources dont des Groupes français et , l’UE . Faites un tour à la direction régionnale de l’action sociale à la patte d’oie juste apres le jardin 2000 où se trouve leur siège pour avoir des informations sur les nobles activités que cet ONG mène au profit des enfants de rue.Vous pensez que devons laisser la résolution de nos propres problèmes dans la mains des autres ? Quelle est cette misère morable que certains de nos concitoyens porte en eux ? On a dit que c’est une contribution volontaire messieurs et dames. Nos actes ne valent que par les intentions qui les soutendent. Que le projet soit une réussite ou échec , c’est la bonne intention qui est louable. Combien de nos projets individuels ont connu des échec ? Est ce pour autant qu’il faut rester à ne plus rien essayer ? Vous ne voulez pas contribuer et par vos propos vous appelez les autres à ne pas le faire. Comment des gens peuvent être négatifs comme ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 21:10, par Africa En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    L’intention et la volonté de Madame la ministre de prendre en charge les enfants laissés à eux-même dans la rue, sont des initiatives à saluer. Il faudrait cependant qu’une telle action repose sur une approche systématique afin de garantir la perreinité de celle-ci et des résultats tangibles. De plus, la question des enfants de la rue ne concerne pas que Ouaga ; dans les chefs-lieu de régions et de provinces, le problème se pose également et bientôt les chefs-lieu de départements seront atteints, tant les causes de phénomène se rencontrent partout dans notre société.
    Il me semble donc essentiel de définir le perimètre de cette phase et les moyens humains, matériels et financiers à déployer dans les localités choisies. Il faut une organisation autonome de gestion afin d’optimiser les impacts positifs au moindres coûts.
    Comme il existe déjà quelques ONG locales qui s’activent sur le sujet avec une réelle expérience, il me semble que le ministère devrait confier l’opérationnalisation à celles-ci en les aidant à s’etoffer et à se deployer sur l’ensemble du pays, ce qui donnera de meilleurs résultats que ces battues nocturnes dans les rue de Ouaga.
    En ce qui concerne l’appel aux compatriotes de laisser parler leur coeur par une contribution en espèce ou en nature, il serait bon de créer officiellement une caisse permanente de solidarité nationale comme du temps de la Révolution d’Août 1983 pour recevoir ces dons d’année en année. Dans les pays occidentaux que nous aimons imiter tant, les périodes de fêtes sont souvent l’occasion pour lancer des appels aux dons en espece et/ou en nature profit soit des plus demunis ou pour une grande cause (recherches medicales). Chez nous, avec nos nombreuses fêtes qui jalonnent l’année,nous pourrons faire autant si on se montrait aussi compatissants. Mais hélas !
    Par conséquent, une camapgne permanente de sensibilisation doit se faire à travers les média, les causeries publiques, dans les mosquées, dans les églises chrétiennes de toute dénomination, chez les chefs coutumiers qui, dans les temps pré-coloniaux, constituaient des stocks collectifs de sécurité alimentaires pour venir en aide à ceux de leurs communautés qui ne joignaient pas les deux bouts. Que faisons-nous pour restaurer ces valeurs positives de vie en communauté que nos ancêtres pratiquaient ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 août à 23:46, par Zitai En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    Madame’s Le ministre, fait pas échouer dê. Tu as trop parlé, tes agents ont trop parlé, les syndicats aussi. Faut pas échouer je dis.
    Faut pas nous demander tout de go de cotiser. Faut mobiliser tes "bénévoles" qui ont fait le job de réinsertion, faut les doter dare dare de boîtes de conserve "salsa tomato". Qu’ils aillent partout, aux feux tricolores, dans les services, les commerces, les péages, les eglise-mosquées-temples (aux heures des offices), les lieux de baptême, de mariage, de funérailles et toute autre initiative dans l’optique de trouver les sous manquants.
    Faut nous montrer d’abord la cotisation de vos Collègues ( MINEFID seule, déjà peut combler le gap si elle veut), celle des députés, des opérateurs économiques, de la majorité et de l’opposition, des prédateurs de deniers publics, impunis, protégés et encouragés etc.. Après tout, c’est bien "ce beau monde" qui arrive à joindre les 2 bouts (tous les bouts d’ailleurs) par ces temps de "sécheresse financière" qui va crescendo chaque jour.
    Faites ça, et vous n’aurez pas besoin de "raquetter" les gueux que nous somme, déjà fort absorbés avec les queues du diable, des diablesses et leurs excroissances.
    Aïeeee ! Un programme qui a démarré juste hier seulement ? Hé Allah !!’ !!!!

    Quelle megd.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août à 07:55, par NZ En réponse à : Retrait des femmes et des enfants en situation de rue : Une collecte de fonds pour soutenir l’opération

    A quoi sert de retenir les mendiants dans un centre et d’aller mendier ensuite en leur nom. C’est de la mendicité organisée au sommet de l’Etat.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés