Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Journées nationales de la jeunesse catholique 2018 : 8 000 jeunes envoyés en mission

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Edouard Samboé (stagiaire) • mardi 7 août 2018 à 17h27min
Journées nationales de la jeunesse  catholique 2018 : 8 000 jeunes  envoyés en mission

Les Journées nationales de la jeunesse catholiques (JNJ), édition 2018 ont pris fin ce dimanche 5 août, par une messe d’action de grâce. A l’occasion, le cardinal Philippe Ouédraogo et ses pairs ont procédé à l’envoi en mission des pèlerins. Réunis à Ouagadougou autour du thème « Recherche la paix dans le pays où je t’ai établi », ces jeunes venus du Togo, du Mali, du Niger, de la Belgique , de l’Italie , du Sénégal et de la Cote d’ivoire, sont désormais chargés d’annoncer la « Bonne nouvelle » .

L’événement tant attendu a refermé ses portes ce dimanche 5 août au stade municipal de Ouagadougou. En effet, ce sont près 8 000 jeunes qui ont répondu présents à l’ « appel de la paix » lancé par la province ecclésiastique de Ouagadougou. « C’est une satisfaction énorme », s’est réjoui le cardinal Philippe Ouédraogo, à l’issue de ces journées. Et l’évêque de Manga, Monseigneur (Mgr) Gabriel Sayaogo, de soutenir : « La paix est une denrée rare et l’Eglise du Burkina Faso doit se réjouir pour sa contribution pour toutes les fois où la paix est menacée. Aussi voudrais-je ajouter que c’était un moment pour les jeunes de comprendre la nécessité de garantir la paix partout dans leurs communautés ».

Revenant au contenu desdites journées, le président du Conseil diocésain de la jeunesse, Wilfrid Pierre Kaboré, a noté que le thème général consacré à la paix a fait l’objet de catéchèses, de débats publics et de conférences au cours desquels , plusieurs éminentes personnalités ont apporté leurs contributions. Aussi, ces journées ont été ponctuées par des moments de danse, de chants et le concert interreligieux au cours duquel plusieurs artistes issus des milieux protestants et musulmans ont presté aux cotés des catholiques.

Rendez-vous à Dédougou en 2021

Au cours de cette célébration eucharistique, le président de la Conférence épiscopale Burkina- Niger, Mgr Paul Ouédraogo, par ailleurs évêque de Bobo, a annoncé que les prochaines JNJ se tiendront en 2021 dans le diocèse de Dédougou, province ecclésiastique de l’Ouest. C’est ainsi que dans la liesse et des acclamations, les jeunes de la province ecclésiastique de l’Ouest ont reçu la croix des JNJ qui doit les accompagner sur la route de l’organisation. Du côté des pèlerins, on salue la tenue de ces journées qui ont été une réussite sur tous les plans. « Nous partons embaumés du parfum de la paix pour parfumer en retour nos communautés », a confié Gérard Beogo, participant membre du comité d’organisation.

Edouard Samboé (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 8 août à 11:37, par Ragnangue En réponse à : Journées nationales de la jeunesse catholique 2018 : 8 000 jeunes envoyés en mission

    Bonjour chers internautes, j’ai suivi avec beaucoup d’attention des reportages (sur les chaines de télévision RTB et BF 1) sur les différentes activités entrant dans le cadre de la commémoration de la Journée nationale de la Jeunesse catholique. Je félicite les organisateurs pour la réussite de leurs activités. Mais un reportage à attiré mon attention, celui sur la cérémonie de pose de la première pierre de la construction d’un monument de la paix au niveau du grand Rond-point de Tampouy en face de la salle de cinéma. « Un monument d’une hauteur de 50 m, avec un ascenseur, quatre vues panoramiques… d’un coup de 300 000 000 de nos francs » selon son concepteur, qui a présenté la maquette de l’édifice. Cette cérémonie de pose de pierre présidée par le maire de la ville de Ouagadougou, Armand BEWINDE, qui a promis une apport de 50 000 000 de francs CFA de la Mairie de Ouagadougou. Je me suis posé des questions et j’aimerais que les uns et les autres notamment les autorités municipales, éclairent ma lanterne.
    1°) Un espace public de cette catégorie peut-il être attribué à une association, fut-elle confessionnelle ?
    2°) Est-ce le début d’un programme municipal d’attribution d’espaces publics aux associations confessionnelles (Musulmane, protestante, animiste, catholique,…) pour ériger des monuments ?
    Le Projet date certainement de très longtemps, puisque des études de faisabilité sont effectuées, la preuve les travaux d’architecture et une maquette sont déjà produits.
    3°) Les ministères en charge de la Culture, de l’Administration territoriale, de la Sécurité, de l’Économie et des finances,… sont-ils associés à cette œuvre ? Ont-ils donné leurs accords pour la réalisation de ce monument ?
    4°) Le Conseil national de la Jeunesse est-il impliqué jusqu’à quel niveau ? Dans quel Fonds (Ligne budgétaire) de la Mairie, le Maire puisera ces 50 000 000 de francs CFA ? Nos taxes et nos impôts sont-ils perçus pour cela ?
    Je m’arrête à ces questions pour le moment, mais j’invite le Gouvernement, la municipalité de Ouagadougou à arrêter de cautionner des projets de ce genre, qui posent les bases d’une division au sein de la jeunesse, qui sont simplement sources de conflits interreligieux. Si aujourd’hui, la Jeunesse musulmane, animiste, protestante demandent les Rond-points non encore mis en valeur à Ouagadougou, à Bobo, à Banfora, à Tenkodogo, et même dans les communes rurales pour ériger aussi des monuments, que feront les maires ? ce projet doit être simplement annulé !
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 13:48, par Ragnangue En réponse à : Journées nationales de la jeunesse catholique 2018 : 8 000 jeunes envoyés en mission

    Monsieur le Musulman et cher ami, nous sommes dans une République démocratique avec ses règles de gouvernance. Qui dit DEMOCRATIE dit JUSTICE, EQUITE, et RESPECT (par tout le monde) des règles établies. Si c’était la Mairie ou le gouvernement (l’Exécutif) qui avait décide de construire ce monument, le problème ne se posera pas. Désolé, que chacun joue son rôle et fasse son travail. Nous sommes dans un Etat civilisé, ce n’est pas de l’Anarchie !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés