Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

LEFASO.NET | Par OL • vendredi 3 août 2018 à 23h12min

Selon plusieurs sources politiques approchées ce vendredi 3 août 2018, le Tribunal civil a ordonné la cessation de l’usage du nom et du logo de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) par les députés du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique (UPC-RD).

Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD
Une information confirmée par le secrétaire général national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Rabi Yaméogo.

A en croire des explications de cadres du « parti du lion », le dernier congrès (tenu du 20 au 22 juillet dernier 2018) a relu les textes du parti en ‘’verrouillant’’ les possibilités pour un groupe de faire usage des symboles du parti.

En effet, confient-ils, désormais, pour faire usage du nom et du logo de l’UPC, il faut l’accord expresse de la direction politique nationale. Cependant, précise un responsable que cette décision n’a forcément pas un lien avec les modifications sus-évoquées (l’action contre le groupe UPC-RD a été bien intentée avant le congrès).

Désormais et selon des interlocuteurs à l’UPC, les députés de l’UPC-RD vont devoir changer d’appellation de groupe (ce qui aurait pour conséquence, la perte du mandat ; c’est comme s’ils avaient démissionné du parti) ou rester des députés non-alignés ; ce qui entraînerait la perte de certains privilèges.

Une décision qui, certainement, ne manquera pas de susciter des réactions des deux camps.

Affaire à suivre donc … !

O.L

Communiqué de presse

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) informe ses militants et sympathisants, ainsi que l’ensemble des citoyens burkinabè, que le juge des référés a ordonné le vendredi 03 août 2018 à SIMBORO Daouda et douze autres, de cesser l’usage des insignes du parti, sous astreinte de cent mille (100.000) francs CFA par jour de retard.

Autrement, si les intéressés ne s’exécutent pas, ils payeront à l’UPC les 100.000 francs par jour à titre de réparation du préjudice causé.

L’UPC salue cette décision de justice. Elle invite les militants et sympathisants à demeurer sereins et à faire confiance à la justice burkinabè, dans cette affaire qui l’oppose aux députés frondeurs.

Ouagadougou, le 04 août 2018
Le 2ème Vice-président de l’UPC, chargé des questions politiques
Adama SOSSO

Vos commentaires

  • Le 3 août à 17:47, par amen En réponse à : Politique : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    OH BON DIEU PREMIÈRE VICTOIRE POUR L’OPPOSITION. LE MEILLEUR EST AVENIR.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 18:12, par André En réponse à : Politique : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Il faut une loi claire pour finir avec cette anarchie de nomadisme politique au sein de notre hémicycle sinon cette situation constitue une épine de plus qui limite le développement de notre nation et qui n’est pas du tout un exemple ! Sois ils sont du parti ou ils ne sont plus du parti et ils démissionnent et on passe à autre chose !Que la justice soit dite et qu’ils soient débouter et leur mandat retiré pour servir d’exemple à ceux qui nourrissent de telles pensées !

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 19:18, par Sala En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Bien fait pour eux, c,est très bien. Il faut qu,on a finisse avec le nomadisme politique. Vive la justice. Il ne leur reste plus qu,à changer de nom avec les conséquences qui en suivront. J,ai de la peine pour le colonel loda Charles avec votre âge vous aurez du conseiller ces jeunes loups et assoiffés du pouvoir de voir plus loin que leur nombril , mais hélas !!!. A ce hautain et impu d, arrogance j,ai nommé daouda simbore de savoir qu,à vouloir manger en passant par la plus petite échelle, on fini par chuter. Allons seulement !!!

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 07:09, par Un fils de Solenzo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

      Tout le monde sais pourquoi le Colonel a tourné dos à Zeph. C’est ce que je tente de faire comprendre depuis des années. On peut ne pas s’entendre avec le Président Fondateur du parti mais y rester pour ses idéaux. Le Colonel ainsi que les autres députés de l’ex-UPC-URD disent qu’ils ont des griefs contre Zeph ; mais Zeph n’est pas l’UPC. Il faut être assez mature et intelligent pour savoir qu’un parti politique (que vous avez contribué à créer) est différent de l’homme Zeph. On ne devrait pas quitter un parti pour les agissements d’un Leader politique mais plutôt pour les choix/agissements politiques (exemple, quitter l’UNIR/PS ou le PAREN parce qu’ils ont décidé de faire chemin avec le MPP ; ou encore démissionner du Faso Autrement parce qu’il a rejoint le CODER).

      Répondre à ce message

    • Le 4 août à 21:47, par katu En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

      il faut pas avoir de la peine pour le colonel mon frère demande d ’abord pourquoi le colonel et zeph se sont quittés .
      juste que le colonel a invité FEU SALIF DIALLO une y’a une année chez dans sa domaine au village avec tous députes c’est de la que la bataille a débute.mais cette visite a permis la réhabilitation de la route KOLOKO SINDOU comprend la suite
      le colonel travail pour sa région pas pour lui vas dans làba
      renseigne toi

      Répondre à ce message

  • Le 3 août à 19:55, par Bantchandi En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Simboro, tu dis que tu vas te battre, humm si le ridicule tuait, vous ne serez plus de ce monde, tu vas te battre contre la loi. Ayez le courage de perdre vos mandats en démissionnant, si on ne partage plus la vision d’un parti politique il faut avoir le courage de ses opinions et positions. Je n’ai rien contre toi mon cher Simboro, tout simplement parce que tu es jeune et tu donnes une mauvaise image la jeunesse burkinabè, voilà pourquoi tu me horripiles.
    Le rêve de devenir ministre s’amenuise de jour en jour, mon cher Simboro.
    Celui qui me déçoit le plus dans le lot, c’est le Col. Lona Charles Ouattara qui se dit ami de STIN, je crois que la différence entre Thomas SANKARA et toi est abyssale.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 19:58, par abdoul En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Félicitations à la justice ici. Il faut être conséquents soit accepter de quitter l’ upc, ou rester. UPC-RD veut dire quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 20:16, par LE PENSEUR En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    QUAND JE VOIS CES VIEUX QUI SONT INCAPABLES DE NOUS DONNER DES CONSEILS NOUS LEURS PETITS FILS J’AI HONTE.UN OUATTARA LONA CHARLES QUI SE RÉCLAME DE COLONEL ET QUI N’A MÊME PAS DE PROBITÉ.APRÈS C’EST LES MÊMES QUI SORTENT POUR ACCUSER LES JEUNES COMME SI EUX ÉTAIENT DES EXEMPLES.JE FAIS ÉCONOMIE DES MOTS POUR NE PAS PARLER DU FAUT TYPE DU SUD-OUEST QUI EST DANS LE GROUPE DE CES IMBÉCILES ET QUI GATTE LE NOM DES DROITS PEUPLES DU SUD-OUEST.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 20:30, par Jean Gabriel Yaméogo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Quand j’entends le (dés)honorable, Simboro et consorts clamer, urbi et orbi, qu’ils vont faire appel de cette sentence judiciaire, j’ai honte à leur place. Il est vrai qu’ils semblent être nés après la honte. Sinon, comment dans leur position de "chauves-souris", ils osent réclamer d’user et d’abuser des insignes de l’UPC qu’ils prétendent être toujours leur parti alors qu’ils ont royalement boycotté le congrès retentissant et historique du parti, tenu du 20 au 22 juillet 2018 malgré tous les crocs-en-jambes orchestrés, çà et là.
    Si vous n’avez pas pitié de vous-mêmes, ayez pitié de votre progéniture, de vos parents, vos épouses, époux et connaissances. Ils souffrent en silence de votre incurie. Vous êtes comme des égarés, tournant en rond ; ne sachant plus où donner la tête. Comme dit l’adage : "il n’y point de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va". Vous avez voté favorablement pour la loi électorale scélérate pour donner des gages à la majorité présidentielle afin qu’elle vous tende la perche pour vous sauver la face. Peine perdue ! Personne ne veut d’un traître ! Que c’est malheureux pour des pères et mères de famille d’être réduits à une mendicité...politique sans lendemain ! La Honte !

    Répondre à ce message

    • Le 6 août à 08:59, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

      - Cher frère Jean-Gabriel Yaméogo, chez nous un proverbe dit : ’’Griot connait pas honte. Ce sont ceux qui le suivent qui se cacheront de honte un jour et pas lui !’’. A bon entendeur, vieux Lona cherche-toi pendant qu’il est temps et courageusement présente publiquement tes excuses au Présidant ZEP et au parti UPC.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 7 août à 18:36, par Jean Gabriel Yaméogo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

        Merci bien mon frère, Kôrô Yamyélé !

        Les anciens doivent donner le bon exemple aux jeunes. La leçon biblique de Moïse qui a fait sortir le peuple d’Israël de l’Egypte est éloquente à ce sujet. En effet, le prophète Moïse, nonobstant son obéissance et son stoïcisme, n’a pas foulé le sol de la "terre promise". Ainsi, il a souffert afin que ses enfants et ses petits enfants et les générations à venir puissent en bénéficier. C’est cela le sens du sacrifice comme l’a consenti, le Président, Thomas Isidore Noël Sankara, n’en déplaise à ses contempteurs !

        Malheureusement, certains politiciens, j’allais dire politicards, luttent pour le court terme. C’est ce qu’on appelle le nombrilisme ou la politique du "tube digestivisme" selon la célèbre formule de feu Professeur Issa Tiendrébéogo. Et cela est bien dommage et dommageable !

        Répondre à ce message

  • Le 3 août à 21:29, par RV En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Pourquoi ne pas démissionner de l’UPC, créer ou rejoindre un parti et regagner vos postes en 2020 ?! Si nos dirigeants sont sans intégrité, oublions le bien être des burkinabé.
    Felicitations à la Justice qui peu à peu faire son insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 21:33, par Un fils de Solenzo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Il faut que notre démocratie aille de mieux à meilleur. Comme précédemment développé dans mes posts, il faut qu’on reconnaisse que le député (élu d’une circonscription sous la bannière d’un parti politique) doit être indépendant vis à vis de son parti. La raison est que une fois élu il est le représentant de toutes les populations de sa circonscription. Aussi les chiffres des élections législatives passées montrent que rarement les voix du parti dont est issu le député ont dépassées la somme des voix des autres partis. Techniquement ça voudrait dire que le total des voix des autres partis qui n’ont pas eu de député sont majoritaires. Donc c’est déjà un honneur et un privilège que de représenter ces populations.
    Si les députés devenaient indépendants et votaient avec leur conscience (Défense des intérêts des populations de leur circonscription électorale) le problème du nomadisme serait résolu. Un député pourrait voter contre les consignes de son parti si celles-ci vont à l’encontre des intérêts des populations de sa circonscription et vice-versa. Le problème est que la culture politique au Burkina est le vote “moutonnement”. L’exemple qui me vient toujours en tête est le cas des députés des Banwa (depuis l’ere Seydou Banhoro Sanou/Théodore Kouenou en passant par Mme Sidibe, Te Gandhi Sanou, Bouba Sannou et le couple actuel Lomboza Narcisse Coulibaly/Desire Traore) qui ont toujours voté les projets de loi budgetaires alors que ces budgets ne soutenaient pas le développement endogène de notre province. Je défie ces députés de me dire le contraire car les réalités sont la aberrantes (province coupée du Burkina en tout temps car moyens de télécommunications au rabais, en saisons pluvieuses les routes sont inondées, aucun investissement dans le domaine de l’agriculture (pas de barrage), c’est en 2017 seulement que l’électrification intégrale a débuté, insalubrité à désirer, pas de formation pour notre jeunesse, pas de campagne de sensibilisation dont a bénéficié nos populations par rapport à des maux récurrents (SIDA, Alcoolisme, etc...), et j’en passe !) alors que notre province contribue de façon non négligeable au budget national. Je prie Dieu que 2020 soit pour une nouvelle génération de politiciens visionnaires pour notre province.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 23:11, par Luili En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    EX-UPC RD pourquoi vous votez les lois en s’alignant à la majorité alors que le groupe mère UPC claque la porte (cas récent avec le code électoral) ? De quel parti êtes vous ? Vous êtes finis. Bye bye Simboro et compagnie.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 02:48, par armel En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    je suis convaincu que le tribunal administrative est composé des gens de l upc.Depuis qu ils ont donné raison au maire du 7 qui est pourtant un fraudeur condamné a 12 mois ferme,en passant par l affaire de sapone,et encore aujourd’hui hui,je suis convaincu qu ils ont un parti pris.ils sont tous contre le parti au pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 08:43, par Le Forgeron En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Bonjour,

    Je voudrais poser une question : est-ce qu’on élit le député pour qu’il represente la population d’une localité ou bien on élit le député pour qu’il represente le parti à l’assemblée nationale ?
    - si le député est élu pour representer la population d’une localité alors le deputé peut ne pas suivre les directives de son parti lors d’un vote mais les recommandations de la population qui l’a élu.
    - si le député est elu pour representer le parti à l’assemblée nationale alors c’est très simple, que chaque parti envoie un seul député à l’assemblée pour qu’il vote à tout moment selon les recommandations de son parti. Et à ce moment nous économiserons beaucoup d’argent pour le développement des localités car le nombre de députés sera reduit au nombre de parti politique et leur budget aussi.
    Je ne connais rien dans le fonctionnement de l’Assemblée Nationale mais je pense qu’un député qui a été élu dans une localité doit défendre et suivre les recommandations de la population de cette localité et non les recommandations du parti.
    C’est pourquoi je soutaite que les votes à l’assemblée soient toujours à bulletins secrets quelque soit la loi qu’on doit voter. On ne doit plus voter une loi à main levée car les deputés d’un même parti suivent la main de leur responsable.
    Pour qu’il y ait une vraie démocratie il faut que l’Assemblée Nationale donne le bon exemple en passant au vote à bulletins secrets quelque soit la loi à voter.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 11:52, par Un fils de Solenzo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

      Le député n’a pas besoin de vote à bulletin secret. Il doit assumer son vote et le faire de façon responsable. Le député représente les populations de sa circonscription. C’est pourquoi même au sein de son parti il doit batailler pour leur bien-être. En tout cas c’est ce qui se passe dans les démocraties occidentales que nous avons copiées. Il faut suivre la règle du jeu !

      Répondre à ce message

      • Le 4 août à 13:21, par Bantchandi En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

        Bonjour au Fils de Solenzo et à "Le Forgeron", vous savez il existe des candidatures indépendantes maintenant pour ceux qui ne veulent pas s’inféoder à un parti politique. Des candidatures indépendantes aux législatives passées aucun n’a pu se faire élire. Si vous vous faites élire sous la bannière d’un parti politique c’est que préalablement vous épousez les idéaux et la vision du parti en matière de gouvernance, sinon vous allez voir ailleurs. En général, les députés ne consultent pas la base pour le vote des lois, je mets mon doigt à couper qu’aucun ne va consulter les populations qui l’on élu, parce qu’il se dit soit qu’elles sont analphabètes ou qu’il n’a rien à cirer. Si comme vous le souhaitez le député fait fi des consignes de vote qui émanent de la vision de gouvernance de son parti, le clivage Majorité/Opposition n’aura plus son sens Messieurs. La démocratie interne dans nos partis politiques doit permettre un débat franc, ou toutes les questions sont débattus, si votre position est minorité vous vous pliez au choix de la majorité ; ne dit-on pas que la démocratie est la dictature de la majorité sur la minorité.

        Répondre à ce message

        • Le 4 août à 14:08, par Un fils de Solenzo En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

          Merci pour votre contribution.
          C’est pourquoi nous disons qu’il nous faut une nouvelle génération d’hommes politiques. Il n’est peut être pas nécessaire de se rendre en campagne/intérieur du pays 1000 fois pour connaître de la réalité de sa circonscription électorale. Ce que nous disons est que les députés contrôlent effectivement l’action gouvernementale. Je trouve inconscient que des députés lèvent la main pour voter un projet de loi budgétaire sans même savoir quel est l’investissement qui sera fait dans leur circonscription électorale ou encore ne vérifient que ce que le gouvernement avait promis y investir à été effectivement investit.
          Les indépendants ne peuvent pas être nombreux comme ceux affiliées à un parti politique car très souvent manque justement de routes pour atteindre l’électorat.

          Répondre à ce message

  • Le 4 août à 10:03, par Bravetchê En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Gagaggagagagag aaaah la politique de la mangeecratie. Honte a vs les politiques je vs emmerdes tous. C est vrai on seche le linge la ou il ya le soleil ; mais ou est passé le bourkindi vs ne pensé qu’ à votre ventre. Bien fait pr vs je demande au partis de poursuivre ces nomades politique pr usurpation. Salutation

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 12:59, par Dan En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Je ne pense pas que le changement de nom du groupe parlementaire entraine de facto la perte du mandat de ces députés.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 11:53, par war En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    La décision fait suite à une plainte du parti upc contre des députés qui utilisent illégalement les symboles et le nom du parti.J’invite les frondeurs à 1)créer un groupe parlementaire à 12 dénommé "union du peuple pour la croissance/renouveau democratique (UPC/RD)".mettez une lionne (sans crinière ) accroupie comme symbole en lieu et place du lion avec crinière. Et là la justice ne pourra pas vous déranger .2) Il faut vous assumer même si vous allez fusionner après avec zeph.Je rappelle qu’il faut juste au moins cinq député pour construire un groupe parlementaire avec le nom qu’on veut sans empiéter sur un autre parti.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 18:20, par nekrenoma En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    Bonjourà touset à toutes. c’est avec plaisir que j’ai lu toutes les remarques faites relativement à la prise de décision de la justice. Toutefois, je remarquerai que :
    1) Il ne fat pas trop se réjouir parce que la justice a pris une bonne décision. Cela ne veut pas dire qu’elle est devenue subitement bonne. Non ! Même quand on est mauvais, on peut prendre de temps en temps une bonne décision
    2) Pour ces députés , c’est l’arroseur arrosé. Ce n’est vraiment pas bien dans un groupe, de se sortir brutalement sans raison valable, à part la trahison. L’expérience de ces dernières années nous ont montrés que les traitres finissent mal : voir Hermann Yaméogo, ou le président de l’ADF-RDA (qui a fait une double trahison, trahison de Herman pour prendre son parti, et trahison de l’opposition pour filer avec Blaise),
    3) Le député joue double : il est élu dans sa région au nom du parti. Donc dans le parti, ils prennent collégialement des décisions respectant leurs orientations ainsi que celles du bien du pays, y compris leur région respective. Généralement, les députés votent des lois, qui ont par principe, une portée nationale, qui est au dessus de la portée régionale. Au sein de son parti, ils votent en premier pour savoir la position de leur parti. Une fois cette décision prise, alors ils vont la refléter à l’AN. Si des députés d’un parti votent contre la décision que tous les députés du parti ont prise, alors , ils créent l’anarchie. Ils doivent quitter.
    4) L’honorable KIEMDE, député UPC a voté contre l’UPC pour les PPP. Il a été responsable, il a quitté et créé son parti. Les 12 députés frondeurs dvaient en faire de même.
    5) Ils ne l’ont pas fait, ils sont des traîtres et tout traître finit mal. ils doivent donc mal finir
    6) Cette décision est peut être le début de leur chute. Et ce serait bien pour la démocratie du Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 13:27, par Nikiema En réponse à : Burkina Faso : Le Tribunal civil ordonne une cessation de l’utilisation du nom et du logo de l’UPC par l’UPC-RD

    c’est bien fait pour ces personnes sans foi ni morale !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés