Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Santé : La Première dame de la Guinée Bissau, Maria Rosa Teixeira, visite l’hôpital du district de Bogodogo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • mercredi 1er août 2018 à 01h00min
Santé : La Première dame de la Guinée Bissau, Maria Rosa Teixeira, visite l’hôpital du district de Bogodogo

Venue au Burkina Faso à la faveur du séminaire régional de haut niveau sur la lutte contre le cancer prévu les 1er et 2 août, la Première dame de la Guinée Bissau, Maria Rosa Teixeira, a visité les locaux du service pédiatrie de l’hôpital du district de Bogodogo. Cette visite de courtoisie lui a permis d’avoir des éclairages sur le fonctionnement et les difficultés qui freinent le bon fonctionnement de ce service. C’était dans la matinée du 31 juillet 2018.

Il était 10h passées de quelques minutes, lorsque le cortège de la Première dame de la Guinée Bissau fit son entrée dans l’enceinte de l’hôpital flambant neuf du district de Bogodogo, à Ouagadougou. A son arrivée, Maria Rosa Teixeira a été accueillie par sa « coépouse » Sika Kaboré, qui avait à ses côtés le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda, et le Pr Charlemagne Ouédraogo.

Après les salutations d’usage, la délégation a visité les services de pédiatrie d’urgence, d’hospitalisation et la salle intensive et semi-intensive. Elle avait pour guide le Pr Solange Ouédraogo. « Je suis très honorée d’avoir visité cet hôpital. C’est sûrement un très grand investissement de la part du gouvernement burkinabè. On espère que ça sera au service de toute la population qui aura besoin d’être hospitalisée », a déclaré la Première dame de la Guinée Bissau à l’issue de la visite.

Elle a en outre tenu à justifier sa présence sur le sol burkinabè : « Je suis là dans le cadre du séminaire sur la lutte contre le cancer organisé par la Première dame, Sika Kaboré. Le fléau sévit dans toute la sous-région et c’est important d’être là pour voir avec les autres quelles sont les solutions alternatives à cette maladie ».

La visite du jour a été fortement appréciée par le chef de service pédiatrie, pour qui le choix de l’hôpital du district de Bogodogo parmi les quatre hôpitaux universitaires de la ville de Ouagadougou, est une invite « à continuer à faire des efforts pour améliorer la qualité de la prise en charge des soins des enfants et en particulier des nouveau-nés ».

Touchée par le geste, elle a traduit ses vifs remerciements à la délégation avant de se prononcer sur l’une des difficultés auxquelles ils sont confrontés notamment la prise en charge des enfants en général mais surtout des nouveau-nés. « Nous n’avons pas encore ouvert notre service de néonatologie. Actuellement, les nouveau-nés sont accueillis aux urgences et en hospitalisation où nous avons identifié des salles pour les y mettre », a confié Pr Solange Ouédraogo.

Les prématurés et nouveau-nés de faible poids de naissance devraient bénéficier de soins conventionnels ; cependant, les responsables ont jugé nécessaire d’opter pour une nouvelle méthode, qui, selon eux, a montré toute son efficacité dans la prise en charge des bébés. Il s’agit notamment des soins maternels « kangourou ».

Notons qu’à ce jour, le service de néonatologie dispose d’une dizaine de couveuses. Des équipements qui sont en deçà des attentes de l’hôpital. « Nous aurions souhaité que dans les jours à venir, nous puissions ouvrir notre service de néonatologie, que les infrastructures soient adaptées, que nous ayons des équipements suffisants pour prendre en charge les nouveau-nés et aussi des ressources humaines compétentes », a plaidé la première responsable du service pédiatrie. Espérons que son cri de cœur sera entendu à l’issue de la visite des deux Premières dames.

En rappel, l’hôpital du district de Bogodogo enregistre 600 césariennes par mois.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés