Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.Jean Gastaldi» 

Révision du code électoral : « Une mascarade aux conséquences graves et insoupçonnées », selon les jeunes de l’ADF-RDA

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 1er août 2018 à 00h54min
Révision du code électoral : « Une mascarade aux conséquences graves et insoupçonnées », selon les jeunes de l’ADF-RDA

Ceci est une déclaration de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA)

Le gouvernement a entrepris de réviser le code électoral de notre pays en vue de la prise en compte des Burkinabè de l’extérieur aux prochaines élections comme il y était prévu. Cette initiative salutaire se trouve depuis peu captive de velléités malheureuses aux seules fins d’exclure une grande frange des Burkinabè des prochains scrutins.

En effet, selon les dispositions du nouveau code électoral voté au forceps le 30 juillet 2018, les seules pièces admises pour le vote des Burkinabè de l’extérieur sont exclusivement le passeport et la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB), rejetant ainsi la carte consulaire comme pièce de votation.
Laquelle carte consulaire avait été proposée en plus de la CNIB et le passeport comme pièces de votation par l’opposition et la CENI, institution en charge de l’organisation d’élections libres, démocratiques et acceptées de tous.

Cette forfaiture constitue non seulement une grave menace pour la cohésion sociale mais décrédibilise davantage l’autorité burkinabè vis-à-vis des pays frères et amis.

Comment comprendre que le même Etat burkinabè, qui écrivait aux autorités ivoiriennes en 2017 pour qu’elles reconnaissent la carte consulaire comme une carte fiable et sûre vient à la renier lui-même ?

Comment comprendre qu’une carte consulaire biométrique certifiée par l’Office national d’identification (ONI), au verso de laquelle est estampiée « Cette carte tient lieu de carte nationale d’identité burkinabè » devienne subitement non-fiable ?

Tout cela constitue une mascarade aux conséquences graves et insoupçonnées pour des milliers de nos compatriotes vivant à l’extérieur au simple motif que leur vote risquerait d’être en défaveur du parti au pouvoir.

Selon les chiffres officiels, la carte consulaire serait détenue par environ 985 000 Burkinabè de la diaspora. Mieux, la carte consulaire biométrique serait détenue par plus de 980 000 Burkinabè. Refuser donc la carte consulaire comme pièce de votation revient à exclure toute cette frange de burkinabè des futurs scrutins appelés de tous les vœux par nos frères et sœurs de la diaspora.

Chers frères et sœurs,
Militantes et militants,
Compatriotes vivant au Burkina et à l’extérieur,

La jeunesse de l’ADF-RDA déplore que le code électoral de notre pays soit une fois de plus livré aux instincts électoralistes d’un régime dont les échecs patents ont fini par développer une paranoïa dangereuse et abjecte vis-à-vis de ses compatriotes de la diaspora.

Cette forfaiture ne saurait prospérer dans le Burkina Faso nouveau qui entend se construire avec la participation de toutes ses filles et de tous ses fils, quelle que soit la portion de terre sur laquelle ils vivent sur le globe.

C’est pourquoi, la jeunesse de l’ADF-RDA appelle le gouvernement à reconsidérer sa position et à s’inscrire dans le sens de l’histoire. Car au-delà de la négation manifeste du droit de vote de milliers de Burkinabè, se trouve engagée désormais la sûreté de leur identité dans leur pays d’accueil.

Appelle la jeunesse burkinabè de l’intérieur et de la diaspora à se mobiliser pour mettre fin à toute forme d’exclusion dans notre pays.

Paix-Liberté-Justice
Fait à Ouagadougou le 30 juillet 2018

Pour le Rassemblement National
des Jeunes Libéraux de l’ADF-RDA,
le Président

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Il faut considérer les évènements de Yirgou comme un piège des terroristes », dixit Moussa Traoré de la majorité présidentielle
Bala Alassane Sakandé à propos du Drame de Yirgou : « Ce qui s’est passé n’honore pas le Burkina. Pas du tout »
Vœux de nouvel an : Le président de l’ADF-RDA communie avec « ses troupes »
Situation sécuritaire : L’état d’urgence prorogé de six mois
Sondage en ligne sur le bilan de l’an 3 du pouvoir MPP : A vos claviers !
Etat-major général des armées : Moïse Minoungou, le nouveau chef
Patrimoine de l’Etat : Des comptables des matières à l’école du guide sur la gestion des bâtiments de l’Etat
Assemblée nationale : La prorogation de l’état d’urgence au menu d’une session extraordinaire
Assemblée nationale : Discours du président Alassane Bala Sakandé à l’ouverture de la session spéciale
Vie politique nationale : L’ex-parti au pouvoir, le CDP, se dote d’un Haut-conseil
Situation nationale : « Il faut engager un dialogue franc, ouvert et responsable, à tous les niveaux » (Lassané Savadogo, secrétaire exécutif du MPP)
Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés