Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • • lundi 23 juillet 2018 à 23h02min
Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

Première étape des activités préparatoires de la VIIème Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso (TAC), la rencontre des experts burkinabè et ivoiriens s’est ouverte ce lundi, 23 juillet 2018 dans la capitale politique ivoirienne, Yamoussoukro (Yakro). C’est l’Hôtel des parlementaires, pied-à-terre des experts, qui abrite ces travaux qui vont durer 48 heures.

Il était peu après 23 heures, lorsque la délégation burkinabè est arrivée à son pied-à-terre. Accueil, remise de documents de base et de kits, installation, puis, rendez-vous est pris pour dès la matinée de ce lundi pour les travaux préparatoires de la Conférence au Sommet du TAC entre les deux Chefs d’Etat ivoirien et burkinabè, Alassane Dramane Ouattara et Roch Kaboré, le 27 juillet.

Deux jours durant, le travail des experts consistera, en commissions et en plénière, en l’évaluation des décisions et recommandations du VIème TAC, la validation des projets d’accord à signer lors de ce sommet, l’élaboration et l’adoption du projet de communiqué final, la validation de l’avant-projet d’ordre du jour de la session, l’examen et l’adoption de la réunion des experts eux-mêmes.

Pour ce faire, les participants sont répartis en quatre commissions. Il s’agit de la commission politique, diplomatie, intégration, défense, sécurité, coopération administrative et transfrontalière, justice ; la commission dédiée à la fluidité du trafic et la libre circulation des personnes et des Biens, des transports, des infrastructures routières, ferroviaires et aérienne, le commerce, l’économie, l’industrie, l’énergie, le pétrole, les mines, l’artisanat, le tourisme.

L’agriculture, le foncier rural, l’environnement, les productions animales et les ressources halieutiques, les eaux et forêts, la poste, la communication, les télécommunications et technologies de l’information, l’urbanisme et l‘Habitat sont l’affaire de la commission 3 tandis que la dernière commission est appelée à jeter son dévolu sur l’enseignement, la recherche scientifique, la solidarité, l’emploi, la fonction publique, la modernisation de l’administration, la jeunesse, la santé, le sport, la famille, la femme et l’enfant, les affaires sociales et culturelles.

La cérémonie d’ouverture des travaux, co-présidée par la directrice générale chargée des relations bilatérales (ministère des affaires étrangères) du Burkina, Olivia Rouamba, et le directeur Afrique du ministère des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire, Éric N’Dry Camille, a été une aubaine pour les deux pays de réaffirmer leur engagement à faire de leur coopération, « un modèle de réussite ».

Ainsi, pour l’ambassadeur Olivia Rouamba, le TAC est un espoir pour les deux peuples, et même au-delà. Il se veut un « vecteur de promotion de valeurs tels que la paix, le vivre-ensemble, l’intégration des peuples, qui font partie des fortes aspirations de ces deux peuples respectifs ».

De l’avis de la diplomate, face aux nombreux défis socio-économiques qui jalonnent les voies du développement, un traité comme le TAC « constitue un véritable levier pour bâtir un meilleur lendemain au profit des deux peuples ». C’est pourquoi, tout en faisant mention aux devanciers pour les sillons tracés, elle s’est félicitée de la dynamique de coopération voulue par les deux gouvernements (burkinabè et ivoirien) qui se traduit par des concertations permanentes.

« Notre coopération se bonifie au fil des ans, depuis la signature le 29 juillet 2008 à Ouaga du TAC entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. (…). Aujourd’hui, plus qu’hier, nos engagements restent les mêmes, à savoir l’édification de l’axe Yamoussoukro-Ouagadougou à travers le développement de projet intégrateurs, l’amélioration du climat des affaires et la fluidification du trafic entre les deux corridors, la stimulation du processus d’intégration régionale et sous-régionale ainsi que la promotion du bien-être des peuples burkinabè et ivoirien », met-elle en exergue.

L’ambassadeur du Burkina en Côte d’Ivoire, Mahamadou Zongo félicite la concrétisation entre autre du Fonds à la jeunesse

Cependant, relève la directrice générale chargée des relations bilatérales, Olivia Rouamba, les deux Etats font face à de nombreux défis qui freinent leur élan de développement et dont les origines sont à la fois endogènes et exogènes. « En effet, notre monde est en proie à des crises politiques, alimentaires, financières, énergétiques et environnementales ainsi qu’à des fléaux tels que le terrorisme et l’extrémisme violent », a exposé Mme Rouamba.

Dans l’optique de relever ces défis, les pays du sud se doivent donc de nouer des liens de partenariat économiques qui servent leurs intérêts et demeurer solidaires dans l’adversité, poursuit-elle, avant de magnifier l’exemplarité de la coopération entre les deux Etats, qu’elle qualifie de « modèle réussi de partenariat sud-sud ».

Même regard pour le directeur Afrique du ministère des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire, Éric N’Dry Camille, qui confie que c’est avec la même exaltation et le même enthousiasme, que les deux parties se retrouvent en ce moment à Yamoussoukro pour poursuivre l’œuvre entamée.

Outre les accords à évaluer, la présente session a, en ligne de mire, de nouveaux projets d’accord et de coopération. Ces projets d’accord concernent, entre autres, le domaine de l’économie numérique et de la poste, la coopération en matière de co-production, de formation et d’échanges cinématographiques et audiovisuels, l’Habitat et l’Urbanisme.

Expert Adama Coulibaly du ministère de la communication

Pour Adama Coulibaly du ministère de la communication et des relations avec le Parlement, le repère des discussions entre les parties reste l’intérêt des peuples ivoirien et burkinabè. Au niveau de son département, explique-t-il, cette session est aussi celle d’un renforcement des liens entre les directions générales de la Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB) et la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), les Editions Sidwaya (quotidien d’Etat burkinabè) et Fraternité Matin (quotidien d’Etat ivoirien), la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT) et l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) et les structures sœurs de la Côte d’ivoire. Pour l’expert Coulibaly, « c’est du concret ».

OL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 juillet à 07:45, par Victor Ouedraogo En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

    Dix ans du TAC quel bon résultat ? Rien du tout. Rien de particulier. Les autres pays sans le TAC ont les mêmes avantages avec la CI que nous. Parfois même mieux. Le TAC à la vérité ressemble à un mariage forcé. Bcp d"ivoiriens le voient ainsi. OV

    Répondre à ce message

    • Le 24 juillet à 09:27, par Sankara En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

      Ce n’est pas parce que ce n’est pas matériel et physique qu’il n’y a pas de résultats. Je pense le contraire, le TAC a beaucoup apporté. Prenons rien que l’électricité, la Cote d’Ivoire est allée au-delà du nombre de kilowatts demandé, le problème était le manque de transport de l’électricité, on n’avait pas d’installations pour conduire le courant à l’interne. Même les commerçants peuvent dire les retombées du TAC et ça, c’est le consommateur (vous, lui et moi) qui gagne. Que dire des millions de nos compatriotes qui vivent en Côte d’Ivoire, eux qui saluent tous les matins le TAC ! Il y a plein d’autres détails qu’on peut relever. Donc, monsieur Victor Ouédraogo, il faut qu’on arrête d’être des hommes qui ne savons que défaire. Il faut également qu’on arrête d’être des hommes qui ramènent tout à leur personne.

      Répondre à ce message

      • Le 24 juillet à 11:25, par Omer En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

        Je suis d’accord avec monsieur Ouédraogo, la RCI et le Burkina sont membres de la CEDEAO, de l’UEMOA si on ne respecte pas les accords de ces institutions entre les deux pays, on ne va pas les respecter dans ce TIC TAC. Quand tu cites l’interconnexion, c’est déjà un projet régional et le Burkina vient de se connecter au Ghana sans l’existence d’un TIC TAC. Le Mali a la même interconnexion avec la RCI sans le TAC. C’est une action commerciale. On nous cite des jumelages entre des institutions et journaux ; des jumelages entre la RTI et la RTB c’est cela l’objectif du TAC ? Les dépenses de ce type de rencontre sont réelles et couteuses mais des résultats insignifiants. Le seul résultat concret de ces missions, ce sont les attieké et autres fruits de mer que vous ramenez dans vos carton et le poulet et pintade que vous apportez là-bas.

        Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 14:18, par Charles En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

    Si le TAC n’existait pas, il fallait le créer. Je dis bien : si le TAC n’existait pas, il fallait le créer. Il faut que les gens aient l’humilité d’éviter de parler ce qu’ils ne savent pas, c’est très important et ça s’appelle aussi du civisme.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 15:05, par 1.1 En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

    Toute initiative qui vise à raffermir les liens entre les États est la bienvenue. La paix entre les États et les peuples n’a pas de prix.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 15:58, par Kelem En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

    Quand j’écoute certains burkinabè, de surcroît dits intellectuels, résonner, ça me fait franchement cogiter et même peur. Tant ils n’ont aucune vision (ils ne sont même pas capables de réfléchir pour voir au bout de leur nez). Pensez-vous qu’un pays (donc la coopération entre États) se construit sur une génération ? Pourquoi voulez-vous maintenant et récolter en même temps ? Vous n’êtes même pas capables de réfléchir et agir pour le Burkina de vos enfants et petits-enfants ? C’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 17:03, par Valérie En réponse à : Axe Yakro-Ouaga : Une « coopération qui se bonifie au fil des ans » !

    L’intervention de Victor Ouédraogo et Omer ne mérite pas d’être commentées et je félicite Kelem lorsqu’il dit que c’est le manque de vision. Il a tout dit. A ceux qui pensent aussi que le Burkina et le Côte d’Ivoire sont déjà dans un grand ensemble appelé UEMOA ou CEDEAO, qu’ils apprennent aussi que la France et l’Allemagne sont dans un grand ensemble qu’on appelle Union Européenne, mais n’a pas empêché les deux puissances (je dis puissances) d’avoir des accords bilatéraux dans plusieurs domaines. Alors, élevons notre niveau de réflexions car il y a aussi des enfants (vos enfants) qui vous lisent dans ce forum.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Visite officielle du président du Faso à Paris : pour une coopération plus renforcée
Coopération franco-burkinabè : Le président du Faso en visite officielle à Paris
Institut 2iE : « Un outil précieux au service du développement socio-économique de notre continent » (président tchadien Idriss Déby Itno)
Coopération : « Le Burkina et le Maroc se sont accordés à supprimer la formalité du visa à leurs ressortissants respectifs » (Farhat Bouazza, ambassadeur du Maroc)
Coopération sino-burkinabè : Séjour instructif pour 29 journalistes à Pékin
Une demi-douzaine de recommandations pour promouvoir l’industrie extractive dans les Etats membres de la CEDEAO
Interdiction des armes chimiques : Le Burkina veut créer un centre de compétence
Relations sino-burkinabè : Bilan satisfaisant après six mois de coopération
Coopération : Bientôt l’ouverture de la chancellerie du Burkina à Pékin
Programme d’investissements prioritaires du G5 Sahel : Partenaires et bailleurs de fonds ont délié le cordon de la bourse !
Espace G5 Sahel : La parole à la jeunesse des pays membres
Sécurité transsaharienne : Les parlements du G5 Sahel renforcent leur coopération
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés