7eme Sommet du TAC : Yamoussoukro se prépare à réserver un accueil fraternel à la délégation burkinabé

vendredi 20 juillet 2018 à 18h20min

Le District autonome de Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, abritera du 23 au 27 juillet 2018, la 7ème conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) ivoiro-burkinabè. A cet effet, les organisateurs mettent les petits plats dans les grands pour que les travaux se déroulent normalement. Avant le démarrage des travaux des experts des deux pays, le mardi 23 juillet, le Préfet de la Région du Bélier a sonné le rassemblement par des rencontres avec les chefs de communautés, les chefs traditionnels et religieux, les associations des jeunes et des femmes ainsi que la presse. C’était le jeudi 19 juillet 2018.

7eme Sommet du TAC : Yamoussoukro se prépare à réserver un accueil fraternel à la délégation burkinabé

L’agenda du 7ème Sommet de Traité d’Amitié et de Coopération prévoit la réunion des experts des deux pays mardi, suivie jeudi du Conseil des Ministres conjoint du Gouvernement, ainsi que l’ouverture d’un Forum des hommes d’affaires à l’hôtel Président de Yamoussoukro.
Le Président ivoirien, SEM. Alassane OUATTARA est annoncé jeudi à Yamoussoukro, où il accueillera le même jour, dans l’après-midi, son homologue burkinabè, SEM. Roch Marc Christian KABORE.
La 7ème conférence au Sommet du TAC sera officiellement ouverte vendredi prochain à la Fondation internationale pour la recherche de la paix Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, en présence des deux Chefs d’Etat, des deux Premiers ministres et les membres de leurs Gouvernements respectifs.

A sa séance du mercredi 18 juillet dernier, le Conseil des ministres du Gouvernement ivoirien indiquait qu’à « l’initiative du Président de la République, la 7ème Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se tiendra le 27 juillet 2018 à Yamoussoukro.
Cette rencontre, qui sera co-présidée par leurs Excellences Messieurs Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, portera essentiellement sur l’état de mise en œuvre des décisions et recommandations issues de la 6ème Conférence au Sommet du TAC et sur la signature de nouveaux accords de coopération ».

En somme, cette 7ème conférence au Sommet du TAC sera l’occasion pour les Gouvernements des deux pays de revisiter les onze (11) accords bilatéraux signés en juillet 2017 à Ouagadougou, lors de la 6ème conférence au Sommet du TAC. Ces accords concernent notamment les domaines de la sécurité, de l’emploi des jeunes, de la femme et du genre, du transport, de l’énergie, de la coopération douanière, de la fourniture d’électricité de la Côte d’Ivoire au Burkina, et de la réhabilitation de la ligne de chemin de fer qui relie Abidjan à Ouagadougou, ainsi que son prolongement jusqu’à Tambao et Kaya.

Initié en juillet 2008, le TAC est un symbole de la coopération, de fraternité entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Il constitue une véritable instance de décision politique pour l’action commune des deux Gouvernements, et œuvre au rapprochement des peuples, suscitant des initiatives concrètes et opérationnelles à vocation bilatérale, sous-régionale et africaine.

Le TAC a enregistré d’importants acquis, notamment, dans des secteurs des infrastructures routières et ferroviaires, les relations économiques et commerciales, l’énergie, l’agriculture et le foncier rural, la formation professionnelle, l’artisanat, la culture et le tourisme, l’emploi des jeunes et les droits de la femme. Mais également dans les domaines de la diplomatie, la défense et la sécurité, l’éducation et la recherche scientifique, la libre circulation des personnes et des biens, etc.

Service Presse
Ambassade du Burkina
Côte d’Ivoire

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 09:28, par Maria de Ziniaré En réponse à : 7eme Sommet du TAC : Yamoussoukro se prépare à réserver un accueil fraternel à la délégation burkinabé

    Le TAC doit appréhender Ie transport de manière globale ( routier, maritime, ferroviaire, aérien ) nous n’avont de port mais avont des aéroports et des compagnies aériennes. A mon humble avis l’avenir de Air Burkina et Air Côte d’Ivoire doit être abordé dans le TAC. Pourquoi ne pas fusionner les 2 Compagnies pour créer Air Burkina Côte d’Ivoire comme Air France KLM entre la France et les Pays Bas celà créera une synergie qui pourrait attirer d’autres pays de la sous-région qui n’ont pas de compagnie Aérienne.

    N’en déplaise à ALPHA BARY qui évite toujours de prononcer le nom de Blaise COMPAORE quand il fait l’historique du traité dans ses discours, le TAC c’est encore l’œuvre de Blaise COMPAORE et de son « ami » Laurent GBAGBO. On attend de voir l’oeuvre de l’enfant jovial de Tuiré en matière de diplomatie : un TAC avec le Togo de ses beau-parents ou avec le puissant Ghana la deuxième économie de la CDEAO après le Nigeria ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés