Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Prévention des sinistres : La fausse alerte de la SONAR

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • jeudi 12 juillet 2018 à 23h27min
Prévention des sinistres : La fausse alerte de la SONAR

Les sinistres ne préviennent pas, mais quand elles arrivent et que l’on sait l’attitude à adopter, les dégâts peuvent être minimisés. La Société nationale d’assurance et de réassurance (SONAR) a organisé un exercice de simulation d’un sinistre, suivi d’évacuation des agents, dans la matinée du 12 juillet 2018, à son siège de Ouagadougou. Coordonné par les sapeurs-pompiers, cet exercice visait à sensibiliser les agents aux bons réflexes à avoir en cas d’urgence.

À 10h précises, l’alarme retentit dans le bâtiment de la SONAR à Ouagadougou. Sans crier gare, les agents, les clients dans l’immeuble se précipitent vers la sortie. Ils sont orientés dans ce branle-bas par des guides et des serre-files qui ont reçu une formation au préalable sur la conduite à tenir en pareille situation. Chacun d’eux s’occupe d’un palier du vaste immeuble et connait chaque personnel de son palier. Leur rôle : orienter, faciliter l’évacuation. Ainsi plus de 80 personnes sont convergées en lieu sûr, au point de rassemblement, hors du bâtiment.

4 minutes 7 secondes, c’est le temps qu’il a fallu pour effectuer cet exercice. Un bon timing, selon l’adjudant-chef major Sibri Kaboré, de la direction études et prévention à la Brigade nationale des sapeurs-pompiers. Cette appréciation, il l’a faite parce qu’il y a une année, à l’occasion de ce même manège, l’on était à plus de 5 minutes.

« Vous êtes dans le timing, mais il faut toujours redoubler d’efforts parce qu’on peut faire moins que cela », a lancé l’adjudant-chef major. À l’heure du bilan de l’exercice, il a précisé que tout s’est bien passé dans l’ensemble. « Lorsque l’alarme retentit, il n’y a rien à faire, il faut libérer tout, quitter le local, fermer sa porte et rejoindre le point de regroupement. Parce que vous ne savez pas à quel genre de sinistre vous avez affaire. Préservez d’abord votre vie, le reste on verra après », a poursuivi l’adjudant-chef major Sibri Kaboré.

Par contre, il a noté un couac qui pourrait aussi survenir en temps réel. Pour des raisons de santé, un agent a refusé de sortir de son bureau. Le sapeur-pompier a précisé qu’en temps de sinistre, il faut sortir cette personne « coûte que coûte, vaille que vaille », même si elle ne peut pas se déplacer. « On va former les guides et des serre-files pour prendre cette victime en charge et l’amener dans un endroit sûr », a poursuivi l’adjudant-chef.

Parer à toute éventualité

Selon Emmanuel Badolo, directeur des ressources humaines et de la logistique du groupe SONAR, cet exercice d’évacuation répondait à deux objectifs. D’abord c’est une exigence légale. Les propriétaires ou occupants des immeubles d’un certain standing sont astreints à faire ce genre d’exercice annuel d’évacuation. « La SONAR est une société commerciale, attachée à tout ce qui est responsabilité sociale et sociétale », a noté le directeur des ressources humaines, pour qui, il fallait se plier à la loi.
En plus, l’exercice répond à la démarche qualité de la société qui est certifiée à la norme ISO 9001. Il faut toujours s’inscrire dans cette logique de la qualité, d’où cette manœuvre.

« On ne sait pas d’où peut venir l’incendie. Il peut être accidentel ou d’origine criminelle. Avec notre environnement sécuritaire, il est important de sensibiliser le personnel, l’outiller parce que la vie humaine n’a pas de prix », a indiqué Emmanuel Badolo.
Après cette étape, une nouvelle formation de l’ensemble du personnel au b.a.-ba de la prévention incendie sera assurée par les sapeurs-pompiers dans une de leurs casernes. Elle sera doublement profitable aux employés, au bureau, mais aussi une fois dans leurs domiciles. Ils pourront ainsi parer à toute éventualité, et limiter les dégâts si un sinistre survenait.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud 2018 : Les fidèles de Diaradougou sensibilisés à l’amour du prochain
Identifiant financier unique (IFU) : La Direction générale des impôts lance la nouvelle version 3.0
Révocation d’agents de sécurité pénitentiaire : Les syndicats de magistrats et de greffiers invitent le gouvernement à reconsidérer les mesures prises
Technologie alimentaire : Le département de l’IRSAT en route pour une nouvelle accréditation
Cardinal Philippe Ouédraogo : « Tant que les pauvres croupiront à la porte de nos maisons, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale »
Projet GIZ/Fafaso : Fada N’Gourma accueille son unité de production de foyers Roumdé
Cadre sectoriel de dialogue : Une session pour examiner et valider le dossier d’investissement sur la santé
Sud-Ouest : La coordination régionale de la Fédération des associations islamiques installée
Santé des enfants de 0 à 2 ans : Les journalistes invités à faire la promotion de la vaccination de la 2e année de vie
Droit international humanitaire en cas de conflit armé : Les instructeurs des Forces de défense et de sécurité renforcent leurs capacités
Initiative de la Grande Muraille Verte : La coordination rend visite au Faso.net
Administration publique burkinabè : Les cadres renforcent leurs compétences en gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés