Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Énergies renouvelables au Burkina : des lampadaires solaires pour Bittou, Cinkansé, Tenkodogo et Koupéla

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • jeudi 12 juillet 2018 à 23h00min
Énergies renouvelables au Burkina : des lampadaires solaires pour Bittou, Cinkansé, Tenkodogo et Koupéla

L’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE) a procédé, dans la nuit du mercredi 11 juillet 2018, à la visite des installations de lampadaires solaires, dans les villes de Bittou, Tenkodogo et Koupéla. Cette visite a été ponctuée par une signature de convention de partenariat entre l’ANEREE et le groupe Fonroche Éclairage. Cette signature s’inscrit dans le cadre de la politique de promotion de la qualité des équipements en énergies renouvelables.

Chargée de la promotion des appareils et équipements en énergies renouvelables, l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE) a également pour mission la promotion de l’efficacité énergétique.
Dans le cadre de ses missions, l’ANEREE, en collaboration avec la Société africaine de télécommunications et d’électricité (SATEL-SA), représentante agréée du groupe français Fonroche Éclairage au Burkina Faso, a installé plus de 700 lampadaires solaires dans les villes de Bittou, Cinkansé, Tenkodogo et Koupéla. Selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, Yassine Kerroumi, ces lampadaires solaires sont installés sur les voies bitumées longues de 17,5 kilomètres. « Nous faisons des lampadaires adaptés au soleil, aux nuages et à la poussière. Les dimensions prises tiennent compte des pires situations des dix dernières années », a-t-il signifié.

Dans la même dynamique, le directeur général de SATEL-SA, Oumar Charles Bayero, soutient que ces lampadaires fonctionnent 365 jours sur 365 et dans tous les pires des cas. Aussi, il a précisé que les installations des lampadaires solaires se font au rythme de la construction des voies.

Une amélioration des conditions de vie

En train de servir du thé à ses clients, un commerçant, sous les lampadaires solaires de Bittou, n’a pas le temps de s’adresser aux journalistes. Après une vive insistance, nous avons pu lui arracher quelques mots : « On constate que le pays a vraiment changé. On peut dire que ceux qui ont envoyé les lampes-là ont bien fait et on peut les remercier », lâche-t-il.

À en croire ce commerçant, dans le passé, il arrêtait ses activités à 21h, mais depuis l’avènement de ces lampadaires solaires, il travaille jusqu’à minuit.
Selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, les lampadaires solaires présentent de nombreux avantages pour les clients. Il s’agit notamment d’une garantie de 5 ans assortie d’une caution bancaire. La première maintenance, quant à elle, intervient près de 10 ans après l’installation.

L’autre avantage majeur de cette technologie, selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, c’est que le lampadaire interconnecté envoie un message (WhatsApp, SMS ou e-mail) pour signaler un dysfonctionnement, avant qu’une panne n’intervienne.

Un nouveau partenariat pour promouvoir davantage les énergies renouvelables

À Tenkodogo, l’ANEREE a signé sous, les lampadaires solaires, une convention de partenariat pour une politique de promotion de la qualité des équipements en énergies renouvelables axée sur la garantie, avec SATEL-SA et le groupe Fonroche Éclairage.
Selon le directeur général de l’ANEREE, la garantie de service est de 7 ans et chaque année, sa structure va mener une action de suivi-évaluation sur le terrain afin de constater les infrastructures.

La signature de cette convention va soulager, selon la direction de l’ANEREE, les consommateurs qui sont à la recherche de la qualité assurant un retour sur investissement. « L’Etat burkinabè et tous les particuliers sont désormais assurés d’avoir du matériel de qualité sur place, pour les projets d’éclairage public solaire », a promis Jean-Marc Palm.

Signature de la convention

Quant à Fonroche Éclairage, un acteur majeur des énergies renouvelables, le Burkina Faso est l’un des pays africains qui vont désormais bénéficier de son partenariat, car le groupe mène 80% de son activité en Afrique. « En ce moment même, au Sénégal, on est en train d’exécuter un projet pour éclairer un tiers du pays. 30% du territoire sénégalais sur lequel on s’est engagé sur la performance encore une fois. Notre ambition, c’est de faire de même au Burkina Faso. En deux ans, on peut éclairer tout le pays », promet Yassine Kerroumi.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

  • "Selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, les lampadaires solaires présentent de nombreux avantages pour les clients. Il s’agit notamment d’une garantie de 5 ans assortie d’une caution bancaire. La première maintenance, quant à elle, intervient près de 10 ans après l’installation."
    C’est une technologie prometteuse pour les habitants des petites-moyennes villes, les chefs-lieux de commune et les gros villages. Souhait que cette technologie s’étende à toutes les régions/provinces du Burkina, comme cela se constate sur l’axe Dapaong-Lomé au Togo . En plus des activités économiques et sociales, l’énergie solaire peut contribuer à amoindrir l’insécurité.
    L’inquiétude peut provenir du coût, de la caution bancaire et de l’écart entre le délai de garantie (5 ans) et celui de la maintenance

    • Bonjour
      10 ans pour la première maintenance ?
      Cela me semble pour le moins étrange ils ont du se tromper c’est 10 mois qu’il faut entendre non ?
      Je n’avais pas souvenance être dans des pays reconnus sans poussière (🤔)

  • "Selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, les lampadaires solaires présentent de nombreux avantages pour les clients. Il s’agit notamment d’une garantie de 5 ans assortie d’une caution bancaire. La première maintenance, quant à elle, intervient près de 10 ans après l’installation."
    C’est une technologie prometteuse pour les habitants des petites-moyennes villes, les chefs-lieux de commune et les gros villages. Souhait que cette technologie s’étende à toutes les régions/provinces du Burkina, comme cela se constate sur l’axe Dapaong-Lomé au Togo . En plus des activités économiques et sociales, l’énergie solaire peut contribuer à amoindrir l’insécurité.
    L’inquiétude peut provenir du coût, de la caution bancaire et de l’écart entre le délai de garantie (5 ans) et celui de la maintenance.

  • "Selon le directeur des marchés internationaux à Fonroche Éclairage, les lampadaires solaires présentent de nombreux avantages pour les clients. Il s’agit notamment d’une garantie de 5 ans assortie d’une caution bancaire. La première maintenance, quant à elle, intervient près de 10 ans après l’installation."
    C’est une technologie prometteuse pour les habitants des petites-moyennes villes, les chefs-lieux de commune et les gros villages. Souhait que cette technologie s’étende à toutes les régions/provinces du Burkina, comme cela se constate sur l’axe Dapaong-Lomé au Togo . En plus des activités économiques et sociales, l’énergie solaire peut contribuer à amoindrir l’insécurité.
    L’inquiétude peut provenir du coût, de la caution bancaire et de l’écart entre le délai de garantie (5 ans) et celui de la maintenance

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud 2018 : Les fidèles de Diaradougou sensibilisés à l’amour du prochain
Identifiant financier unique (IFU) : La Direction générale des impôts lance la nouvelle version 3.0
Révocation d’agents de sécurité pénitentiaire : Les syndicats de magistrats et de greffiers invitent le gouvernement à reconsidérer les mesures prises
Technologie alimentaire : Le département de l’IRSAT en route pour une nouvelle accréditation
Cardinal Philippe Ouédraogo : « Tant que les pauvres croupiront à la porte de nos maisons, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale »
Projet GIZ/Fafaso : Fada N’Gourma accueille son unité de production de foyers Roumdé
Cadre sectoriel de dialogue : Une session pour examiner et valider le dossier d’investissement sur la santé
Sud-Ouest : La coordination régionale de la Fédération des associations islamiques installée
Santé des enfants de 0 à 2 ans : Les journalistes invités à faire la promotion de la vaccination de la 2e année de vie
Droit international humanitaire en cas de conflit armé : Les instructeurs des Forces de défense et de sécurité renforcent leurs capacités
Initiative de la Grande Muraille Verte : La coordination rend visite au Faso.net
Administration publique burkinabè : Les cadres renforcent leurs compétences en gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés