Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Coopération : L’ambassade de France au Burkina lance le projet « La ruche »

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Dimitri Ouédraogo • mardi 10 juillet 2018 à 08h30min
Coopération : L’ambassade de France au Burkina lance le projet « La ruche »

L’ambassadeur de France au Burkina Faso Xavier Lapeyre de Cabanes, a procédé, ce lundi 9 juillet 2018, au lancement du projet « La ruche », à Ouagadougou. Elle se veut comme la maison des jeunes talents au Burkina. En son sein, il y a désormais trois opérateurs de services. Ce sont Campus France, France Volontaire et l’Institut de recherche et de développement. « La ruche » est une promesse faite par le président français, Emmanuel Macron, lors de son passage à Ouagadougou. La cérémonie de lancement des activités du projet s’est tenue devant un parterre d’invités dont le maire de Ouagadougou, Armand Beouindé.

Chose promise, chose due. Le président Macron, lors de son passage dans la capitale burkinabè, avait promis un lieu d’échanges pour les jeunes. Ce lieu, il le voulait « comme le point de la mobilité croisée, qui est accessible à tous, en plein cœur de Ouagadougou. Elle rassemblera toutes initiatives à destination de la jeunesse et permettra non seulement de l’accueillir mais de réussir, d’étudier, de faire, d’entreprendre, de s’informer, de se projeter vers le reste du monde ».C’est désormais fait. Ce lundi 9 juillet 2018, l’ambassadeur de France au Burkina a procédé au lancement des activités du projet dénommé « La ruche ».


Elle regroupe en son sein, selon le diplomate, trois opérateurs. Il s’agit d’abord de Campus France. C’est une agence dédiée à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études supérieures en France. Campus France a pour but de les accompagner dans leurs démarches. Ensuite, il y a France Volontaire. Elle accueille, forme, informe et accompagne la jeunesse solidaire et engagée, tout en mettant à sa disposition un espace de travail partagé pour les acteurs du volontariat international. Enfin il y a l’Institut de recherche pour le développement, qui permet des échanges de connaissances.


Le nouveau siège de ces trois operateurs donne au public l’accès à des espaces idéaux pour travailler de manière mobile dans un contexte propice aux rencontres et aux interactions sociales. Selon Hélène Guehenneux, chargée de l’innovation à l’Institut de recherche, « La ruche » va accompagner plus de 20 000 jeunes dans leurs démarches académiques, leur orientation professionnelle et l’émergence de leurs projets innovants pour faciliter leur insertion professionnelle.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Messages

  • merci pour la promesse tenue et bon vent au projet RUCHE

  • La "Ruche" = la "Ruse". Des voleurs d’idées. Je sens déjà les tournures et le pillages sur place de nos idées. Wait and see.

  • Vous continuer à croire en ce pays pour votre avenir et celui de vos enfants !? Oublions cette coopération et travaillons pour nous mêmes ! M....

  • En tous cas, mon frère Piong Yang, on ne te volera pas les tiennes d’idées, tu ne sembles pas en avoir beaucoup ... à force d’attendre et de voir, le train risque de partir sans toi !

  • Merci Monsieur ’Piong Yang’ !!! de votre vigilance. Nos gens n’arrivent pas encore à lire cela

  • Ce projet est un scandale, un danger pour l’avenir de notre jeunesse et une menace sérieuse d’espionnage et de sabotage de toute stratégie nationale de développement. Comment nos autorités ont-elles pu cautionner un tel projet ? Permettre à une intelligence extérieure de laver le cerveau de notre jeunesse, de venir sur notre sol seer une graine dont nous ne savons rien de ce qu’elle aura comme conséquences ?

    Vraiment je trouve cela dangereux. Humiliant et pernicieux.

    A bien regarder la définition de ce projet, je ne vois rien de concret. Ils ne donnent pas de bourses d’études aux jeunes qui iront fréquenter cet espace. Leur Institut de recherche et développement ne sera pas là pour inscrire nos jeunes en formation. Non. Ils disent qu’ils échangeront. Une façon intelligente de dire espionneront, copieront et imposeront leur mode de pensée, pour ensuite rapidement aller mettre en place des stratégies pour combattre et étouffer dans l’œuf toutes ces belles idées portées par notre jeunesse.

    Il faut rapidement arrêter ça.

    C’est le moment pour la société civile de mener une réflexion sur la stratégie de développement national.

    • Vous parlez de la société civile comme si vous ignoriez que la plus part de ses responsables sont l’émanation des aspirations occidentales parce qu’ ayant séjourné dans l’occident, ils trouvent nos modèles sauvages et inappropriés. Voilà le problème. Sinon en réalité le nom en dit long pour ceux qui savent ce veut dire une ruche. Quand on installe une ruche, c’est pour ensuite récolter du miel et donc le propriétaire de la ruche est souvent le propriétaire du miel.
      Mais ce n’est pas bien grave. Nous nous réveillerons tôt ou tard, de gré ou de force.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gouvernance démocratique au Burkina : L’ambassadeur des Etats-Unis et le porte-parole de l’opposition échangent autour des préoccupations nationales
Chine : un partenaire de confiance pour l’avenir
L’Union européenne et le Burkina Faso renforcent leur coopération
Complexe W-Arly-Pendjari : Le Bénin, le Burkina et le Niger harmonisent les vues dans la gestion de ce patrimoine mondial
64e anniversaire de la Libération nationale de novembre 1954 : L’Algérie rend hommage aux martyrs de l’indépendance
CEDEAO : Bientôt une feuille de route pour faciliter les échanges économiques
Le président Georges Weah attendu à Ouagadougou
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : l’élection du Burkina, une « victoire de la diplomatie »
Brillantes perspectives pour la coopération entre le Chine et le Burkina Faso
Coopération canado-burkinabè : La gouverneure générale, Julie Payette, visite des infrastructures éducatives
Salon international de la coopération pour le développement (SICOD) : Un cadre pour redorer l’image du Burkina
Burkina : La gouverneure générale du Canada élevée au rang de la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés