Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Commune rurale de Niankorodougou : Les travaux de la 14e mine du Burkina officiellement lancés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • dimanche 8 juillet 2018 à 17h50min
Commune rurale de Niankorodougou : Les travaux de la 14e mine du Burkina officiellement lancés

À Niankorodougou, commune rurale située dans la province de la Léraba, région des Cascades, Paul Kaba Thiéba, Premier ministre burkinabè, a donné le ton officiel des travaux de construction de la mine d’or de Wahgnion Gold Operations, filiale de la société canadienne Teranga Gold Corporation. C’était le vendredi 6 juillet 2018, en présence de certains membres du gouvernement, des premiers responsables de la société aurifère et sous le regard des populations riveraines.

Le Burkina Faso étant reconnu comme un pays à fortes potentialités minières, son sous-sol est de plus en plus convoité par les sociétés d’extraction minière. En effet, en plus des différents sites miniers existants et dont le dernier en date, le site de Houndé, a été inauguré le 10 décembre dernier, le chef du gouvernement, Kaba Thiéba, a officialisé Ies travaux de construction de la mine d’or de Wahgnion Gold Operations, basée dans la commune rurale de Niankorodougou.

Mais avant, Abou Ouattara, maire de la commune hôte, a, au nom du conseil municipal et des populations, d’emblée remercié les autorités qui ont bien voulu effectuer le déplacement de Niankorodougou. Il a ensuite été question pour lui d’implorer l’indulgence des autorités pour que les populations, à leur tour, sachent jouer leur rôle dans ce partenariat qualifié de « gagnant-gagnant ».
« Il nous plaît ici d’implorer l’indulgence de nos autorités, pour non seulement ménager nos populations de sorte à les amener progressivement à épouser les prescriptions légales… mais aussi et surtout défendre et faire appliquer toutes les opportunités qui s’offrent à nous grâce à cette mine », a-t-il indiqué.

Aussi a-t-il saisi l’aubaine qui lui est offerte pour faire connaître les préoccupations des habitants de sa commune, notamment la construction d’un centre médical avec antenne chirurgicale, la construction d’un barrage dans le but d’accroître la productivité agricole et de permettre aux animaux de s’abreuver en période sèche, et l’implantation d’une unité spéciale de sécurisation et de défense.

Richard Young, Président directeur général(PDG) de Teranga Gold Corporation

Si l’on s’en tient aux propos de Richard Young, président-directeur général(PDG) de Teranga Gold Corporation, le projet Wahgnion Gold Operations dont la dénomination « Wahgnion » a été empruntée à la langue sénoufo et qui signifie « se développer ensemble », est prévu pour être une opération minière à ciel ouvert avec une usine de traitement capable de traiter annuellement 2 millions de tonnes de minerai. Lequel minerai sera extrait de plusieurs fosses situées au niveau des gisements de Nogbele, Fourkoura, Stinger et Samavogo.

Egalement conscient de l’impact que les différents travaux de construction auront sur l’espace d’habitation des populations, il se veut prévoyant : « Environ 500 ménages vont être relocalisés progressivement sur les cinq années à venir. Les premiers habitats de relogement en cours de construction suivant des normes sécurisées comprendront, en plus des logements, des infrastructures communautaires telles des écoles, des lieux de culte… », a indiqué Richard Young.

2, 3 milliards de F CFA, c’est le montant global envisagé pour l’indemnisation des pertes de champs, d’arbres et de plantations. Selon le PDG de Teranga Gold Corporation, 371 millions de F CFA auraient été déjà versés et la bancarisation desdites compensations ainsi qu’un programme de formation des personnes bénéficiaires sont en cours de traitement.

Outre cela, la société prévoit, dans le cadre de son programme de restauration des moyens de subsistance, la redistribution de 10, 7 hectares de terres irriguées à près de 180 ménages pour un coût global de 180 millions de F CFA. Et une distribution gratuite d’engrais et de semences d’une valeur estimée à 223 millions de F CFA. Somme toute, elle avoue respecter ses engagements en ce qui concerne la protection de l’environnement et prioriser la main-d’œuvre locale aussi bien qualifiée que non.

« La mise en production des gisements de Wahgnion induira d’importantes retombées financières directes pour l’État burkinabè et les populations avoisinantes de la mine », a déclaré M. Young, avant d’en appeler à un climat apaisé et un accompagnement de taille pour que soit atteint l’objectif de 2019, la mise en production de la mine.

Oumarou Idani, Ministre des mines et carrières

Oumarou Idani, ministre des Mines et Carrières, se réjouissant du lancement des travaux « de la toute première mine d’or de l’extrême-ouest du Burkina après un processus vieux de plus de 20 ans » a, du même coup, dressé les récents apports dans le Produit intérieur brut (PIB) des industries extractives. « Les industries extractives ont contribué en 2017 à la formation du PIB du pays à hauteur de 11, 4%.
Le chiffre d’affaires de ces industries extractives s’est accru de 1 022 milliards de F CFA en 2016 à 1 308 milliards de F CFA en 2017, soit 71% des recettes d’exportations. Les recettes fiscales minières sont passées de 190 milliards de F CFA en 2016 à 226 milliards en 2017, ce qui correspond à environ 16% des recettes totales du budget de l’Etat », a-t-il noté.

Une fois en activité, indique par ailleurs le ministre Idani, la mine de Wahgnion contribuera de manière directe au budget de l’Etat, en termes d’impôts et de taxes, à hauteur de 84 milliards de F CFA ce, sur une période d’exploitation de 9 ans. Et au cours de laquelle période 3,6 tonnes d’or en moyenne seront produites par an. Quant aux emplois générés actuellement et un peu plus tard, il affirme : « La mine et ses sous-traitants emploient dans la phase de construction actuelle plus de 1 000 personnes.
Elle génèrera, dans sa phase de production, au moins 600 emplois permanents ». C’est ainsi que pour arriver à un tel résultat et une telle réalité, il a exhorté la communauté de Niankorodougou et les responsables de la société minière à donner un sens au nom « Wahgnion » (se développer ensemble), qu’ils ont convenu ensemble.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Messages

  • C’est bien l’exploitation des ressources naturel et Dieu Merci que le Burkina Faso regorge autant de potentialité miniere.
    Cependant, un pays ne se construit pas seulement avec ces ressource naturel, ni, par les bien financier mais par ces Hommes.
    Par conséquent, nos responsables auxquels nous avons confié la gestion de notre nation, doivent veuillez a la bonne utilisation des recettes minier.
    Par exemple, un pourcentage de ces recettes doivent aller tout droit dans la construction d’infrastructures éducatives, la sante, les pistes rurales, des barrages …
    Cela pour avoir un impact positif et direct sur la population.
    Nous voulons qu’un bilan des investissements soient porter a la connaissance de la population.
    Si non, vous nous ferai toujours un bilan avec des chiffre alléchant, mais rien de concret ressenti pour la majorité de la population en quête d’emploie et du bien être.
    Pensez a l’image que vous voudrai laisser a la future génération.

  • Kel dommage ke CES derniers temps nous assistons a un pillage des resources de notre chef pays par now autorités. L’héritage naturel d’un pays devrai etre gerer mieux que, pourkoi pensez vou ke les précedents régimes n’avaient pas exploiter tout cet arcenal minier kan bien meme ils connaissaient lexistence ? Depui CE temps nou aurons pu avoir de now jours le materiel nécessaire pour exploiter nou meme nos mines mais helas que des etrangers ki nous laisseront avec un passif de consequences.........

  • Sous l’autorité des linguistes "wash gnon" selon l’intonation du locuteur signifierait : nous sommes bien ou nous allons prospéré. Dans le cas actuel le deuxième sens est approprié.

  • Une installation lourde de conséquences très néfastes pour l’environnement ; quand on considère ce qui se passe à kalsaka, on se demande comment peut accompagner de telles entreprises ? malheureusement pas de leçons. Ce n’était vraiment pas le lieu pour exploitation minière à ciel ouvert !

  • Courage et succès pour ce projet

  • Qui connaît ce village de Niankorodougou, grenier de la Léraba qui devient une mine.
    c’est bien mais c’est désolant. Toutes ces terres fertiles vont être détruites pour l’or.

    • moi personnellement étant fils du village .IL faudrait que les autorites prennent conscience en ce qui est le domaine des salaires des miniers car c est desolant camarads.bien que on va s enrichire mais pour le court car nos enfant n auront plus avenir dans la commune, car tout les terre ont ete vendue ;

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Les nouveaux membres de la Commission consultative du travail renforcent leurs connaissances sur le secteur
Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix
Transparence dans l’exploitation de l’or : Namissguima prend connaissance du rapport 2016 de l’ITIE-BF
Exploitation de l’or : À Yalgo, les inquiétudes et incompréhensions du maire
Iamgold Essakane SA : Une décennie « dorée », ça se fête !
3e édition de la SAMAO : Pour faire du secteur minier un moteur de croissance et de développement durable en Afrique
Transparence dans les industries extractives : Matinée de redevabilité à Gogo, dans le Zoundwéogo
Énergie : BioTherm Energy et Canopy aux commandes de deux projets photovoltaïques au Burkina
Transparence dans l’extraction minière : La population de Mogtédo voit désormais clair
Lettre ouverte au ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani : « Nous défendrons notre colline sacrée coûte que coûte »
SAMAO 2018 : À la recherche de stratégies pour faire du secteur minier un moteur de croissance
Insécurité : Un car de la SEMAFO tombe dans un braquage sur la route de Bobo-Dioulasso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés