Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Économie : Une association de commerçants dénonce des pratiques frauduleuses à la frontière Burkina-Togo

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • samedi 7 juillet 2018 à 16h10min
Économie : Une association de commerçants dénonce des pratiques frauduleuses à la frontière Burkina-Togo

L’Association Yamwécré des jeunes commerçants, par la voix de son président Mahamadi Congo, lance une alerte aux autorités en charge du commerce, de l’économie et du transport, à travers une correspondance qui nous est parvenue dans l’après-midi du jeudi 5 juillet 2018, à Ouagadougou. Après avoir pris connaissance du document, nous nous sommes approchés de l’association pour comprendre davantage.

L’intention de l’Association Yamwécré des jeunes commerçants est de dénoncer une pratique frauduleuse des marchandises au niveau de la frontière qui sépare le Burkina Faso et le Togo (Cinkassé), qui occasionne une concurrence déloyale sur le marché burkinabè. Selon la correspondance, la pratique vise à « déstabiliser le commerce et à causer un énorme manque à gagner à l’économie burkinabè ».

« En effet, nous avons constaté ces derniers temps une nouvelle stratégie frauduleuse de transport de marchandises via le Togo, à destination du marché burkinabè », informe le communiqué. Et de préciser qu’au départ, ce sont des transporteurs qui acheminent des marchandises jusqu’à la frontière Togo-Burkina. « Ensuite, ces marchandises sont transportées dans des véhicules de transport en commun en quantité avec juste une dizaine de soi-disant passagers ».

Tout au long du trajet Cinkassé-Ouagadougou, ces « fraudeurs » ne sont pas inquiétés par les douaniers installés aux différents postes de contrôle, selon Harouna Kaboré, membre l’Association Yamwécré des jeunes commerçants. « Nous signalons que des douaniers sont de mèche avec ces fraudeurs dans le seul but de s’enrichir personnellement au détriment de l’économie burkinabè », interpelle le président de l’association, Mahamadi Congo.

Au vu de ce constat, l’association lance « un appel aux autorités compétentes pour qu’elles trouvent des voies et moyens pour mettre fin à cette pratique qui déstabilise le commerce et qui appauvrit considérablement l’économie burkinabè ».

D’autres conséquences ?

Outre la dénonciation de cette pratique frauduleuse, ces commerçants nous ont fait d’autres révélations.
En effet, toujours à les en croire, des produits interdits au Burkina Faso sont acheminés par ce circuit. « Vous voyez par exemple, nous sommes à la saison pluvieuse. Il y a des herbicides, qui ne respectent pas les normes environnementales, qui sont interdits ; les armes, la drogue, etc. passent par ces pratiques pour entrer », a confié Harouna Kaboré.

À la question de savoir s’il a la preuve de ce qu’il avance, M. Kaboré répond que « ceux qui sont à la frontière le savent. Le fait que Cinkassé pratique la fraude, ce n’est un secret pour personne ». Selon Harouna Kaboré, les commerçants qui s’adonnent à cette pratique n’ont aucune raison pour contourner les mesures douanières si ce n’est qu’importer des produits prohibés.

Les autorités sont-elles informées de cette pratique ? L’Association Yamwécré des jeunes commerçants répond par l’affirmative. Harouna Kaboré a indiqué que le 6 avril dernier, ils ont eu une rencontre avec le directeur général des douanes, au cours de laquelle cette information a été portée à qui de droit. C’est avec regret qu’ils constatent que cette pratique se perpétue.

Bien vrai que de nos jours au Burkina Faso, même si certaines Organisations de la société civile (OSC) perdent la crédibilité, car elles sont taxées d’appartenance politique, une telle révélation doit être prise au sérieux. Le contexte sécuritaire voudrait que tout acte suspect dénoncé fasse l’objet d’un traitement rigoureux, car il y va de l’intérêt national.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

  • Bonjour mon frère tout ce tu dis n interesse pas les gens. C est quand chacun va se sucrer suffisamment qu ils vont se lever avec des actions d éclat pour montrer au gens qui ils travaillent c est ainsi

  • Bravo à vous pour cet acte citoyen. Il vous reste à collaborer avec ceux qui veulent travailler honnêtement. C’est tout ce que l’on demande souvent aux citoyens.

  • Merci pour votre investigations sur les questions de corruption et de l’impunité liées à notre système économique. En effet cela ne doit surprendre personne car c’est un phénomène connu depuis fort longtemps quand il s’agit de ceux-là qui sont chargées d’assurer la sécurité et le transit de des biens et services. Comme la confiance n’inclut pas le contrôle la responsabilité revient aux organismes anti-corruption comme le Réseau national de lutte contre la corruption et le conseil supérieur de contrôle de l’État de trancher cette affaire. Si cela s’avère vrais ; sa sera un drame pour le pays car ses actes encourage toute formes délinquance en particulier le terrorisme.

  • bien vu. a lire certain c’est comme si tous les agents ne font pas leur travail. il y a des douaniers honnête.
    cependant ce message est tout de mème interpellateur parce que les ministères techniques en charge devraient se mettre vite au travail.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journées portes ouvertes des entreprises culturelles : Les acteurs satisfaits de l’organisation de la 2e édition
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés