Mission Fas’eau : Bientôt un « kiosque à eau » pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 5 juillet 2018 à 18h00min

Avez-vous déjà visité le musée de l’eau de Loumbila, situé à une quinzaine de kilomètres de Ouagadougou sur la nationale N°4 ? C’est un véritable sanctuaire atypique qui recèle d’un riche patrimoine matériel et immatériel sur l’or bleu. Membre de la Mission Fas’eau (un consortium d’OSC et de médias engagés pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement), ce musée a initié un projet innovant, « le kiosque à eau », qu’il entend mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs assignés à la mission. De quoi s’agit-il exactement ? Lisez !

Mission Fas’eau : Bientôt un « kiosque à eau » pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement

Lunettes noires, casquette gavroche, forme efflanquée, franc-parlé… Alassane Samoura, le Samouraï de l’eau, ne passe pas inaperçu. Fondateur du musée de l’eau de Loumbila avec d’autres professionnels passionnés du domaine, il fait partie de ces rares personnes à s’être rendu compte assez tôt qu’il existe un vide culturel, anthropologique, cosmogonique, autour de la question de l’eau, ce liquide vital plein de mystères. « Définir l’eau est un exercice très pénible, car jusque-là sa définition est reléguée à la notion de culture générale. Ni les marins ni les géographes ni les sourciers ne peuvent dire que l’eau est leur domaine de prédilection. L’eau est une passerelle entre l’homme et Dieu. Il y a près de 340 passages sur l’eau dans la Bible et 65 passages dans le Coran », explique-t-il.

« En Afrique, tous les grands projets pensent beaucoup plus à la question d’approvisionnement en eau des populations mais n’ont jamais mis en exergue l’eau dans une vision holistique. C’est-à-dire qu’on ne peut parler d’eau que quand il y a un récipient, l’eau n’a de valeur pour une femme que quand elle a une jarre pour aller la chercher », ajoute-t-il. En 2010, il ouvre en association avec d’autres acteurs, le musée de Loumbila, qui fait l’histoire, la géographie, la sociologie et la linguistique de l’eau. Ce musée regroupe le patrimoine matériel (puisettes, calebasse, outre, jarre, marmite, louche, etc.) et le patrimoine immatériel de l’eau (chants, proverbes, récits, contes, mythes, etc.)

« L’eau n’est pas une marchandise »

Alassane Samoura fait partie de ceux-là qui épousent cette pensée de Danielle Mitterrand selon laquelle « l’eau n’est pas une marchandise, c’est un bien commun de l’humanité ». Mieux, c’est un droit au même titre que le droit à la santé et à l’éducation. Il estime donc que la mission de l’Alliance Fas’eau, qui est de promouvoir les droits humains à l’eau et à l’assainissement, est noble mais difficile parce que les notions d’équité et d’accessibilité doivent être encrées dans l’esprit des gouvernants mais aussi des citoyens.

Le kiosque voyageur

Dans le cadre de la Mission Fas’eau, le musée a développé un projet baptisé « le pavillon ou le kiosque à eau ». « Ce n’est pas un kiosque pour vendre de l’eau », clarifie M. Samoura avant de poursuivre : « C’est plutôt un kiosque amovible qu’on va déplacer à tout moment à bord d’un tricycle avec des mégaphones. Nous allons l’amener à Dédougou et à Nouna pour la Journée mondiale du lavage des mains avec les enseignants et élèves, le 15 octobre. Nous y serons également pour la Journée mondiale des toilettes en novembre.
Le kiosque sera déporté à Manga, le 11 décembre, pour la fête nationale, au Parlement, à l’Université de Ouaga 1 Pr-Joseph-Ki-Zerbo, au SIAO, etc. En somme, « c’est un kiosque qui va faire de l’information, de la sensibilisation, de la formation et du plaidoyer. Nous allons parler aux acteurs qui viendront donner leur perception du droit à l’eau et à l’assainissement. Nous allons recueillir ces opinions, les traiter et les analyser », ajoute-t-il.

Bientôt un musée mondial de l’eau

Au-delà de la Mission Fas’eau, les initiateurs du musée de l’eau de Loumbila nourrissent un ambitieux projet : le musée mondial de l’eau qui sera construit sur une superficie de 10 hectares, déjà acquis. « Ouagadougou sera l’épicentre à partir duquel nous allons collecter tous les ustensiles et récipients liés à l’eau de la sous-région et de l’Afrique. Nous allons y mettre aussi tout le patrimoine immatériel. Nous allons faire un centre de formation, d’apprentissage et d’excellence sur le musée, mettre en place l’Observatoire de l’eau et enfin regrouper tous les sourciers d’Afrique », a conclu le promoteur Alassane Samoura.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 juillet à 08:24, par Koulibaly Euloge En réponse à : Mission Fas’eau : Bientôt un « kiosque à eau » pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement

    J’ai lu l’article et j’ai écouté le promoteur. Je connais bien l’homme et j’apprécie grandement son combat... C’est ce que j’appelle sortir de la glaise et de l’oubli cette "banalité" mystérieuse pour la hisser en regard des consciences, des habitudes, des attitudes, des droits mais aussi des devoirs. De mon point de vue, le musée de l’eau ce n’est pas seulement de l’atypique, un insolite qui n’intéresserait que des touristes expatriés en quête d’ésotérisme ou de curieux nationaux en manque de distraction. Le Musée de l’Eau, c’est l’engagement de toute une vie, la mise en réseau d’acteurs autour de l’essentiel. En soi, le Musée de l’Eau fait opérer une réflexion sur notre représentation sur l’eau.
    L’eau, un bien commun mais une ressources périssable. Alors la solidarité inter et intra-generationnelle n’est plus une option, c’est un impératif. C’est pourquoi, au-delà de la symbolique des récipients culturels et même des réceptacles naturels qui expriment si fortement le droit à l’eau, il nous faut également interroger nos rapports psychologiques avec l’eau en lien avec sa quantité, sa qualité et sa disponibilité. Allons tous à l’école de l’eau avec le kiosque à eau. Plein succès au Musée de l’Eau et au Fas’eau.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 18:53, par SANOGO Hassimi En réponse à : Mission Fas’eau : Bientôt un « kiosque à eau » pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement

    Vraiment originale cette initiative. Toutes mes félicitations à monsieur SAMOURA. Il a osé inventer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés