Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Audiences du procès du putsch : En attendant « Rambo » et le « Touareg »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • jeudi 5 juillet 2018 à 15h00min
Audiences du procès du putsch : En attendant « Rambo » et le « Touareg »

Que nous réservent-ils ? Selon un programme de passage donné progressivement par le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, ce vendredi 6 juillet 2018, l’audition de certains accusés, et pas des moindres, devrait commencer. Entre autres, l’adjudant-chef Moussa Nébié dit « Rambo », le major Eloi Badiel, le sergent-chef Roger Koussoubé alias le « Touareg », l’adjudant Koussé Ouekouri. En tant que chefs, ce sont eux qui auraient donné des ordres, soit pour faire irruption dans la salle abritant le conseil des ministres, soit pour garder le bâtiment dans lequel les autorités arrêtées étaient faites prisonnières, ou encore « pour maintenir l’ordre » en ville.

Le président du tribunal donne progressivement un ordre de passage des accusés à la barre. Le passage du soldat de première classe Amadou Ly a clos la première liste de cinq, dans la soirée du 4 juillet 2018. Une deuxième liste a donc été communiquée par Seydou Ouédraogo. À partir de ce vendredi 6 juillet, certains « concepteurs » du putsch de septembre 2015, à en croire certains accusés, viendront s’expliquer.

L’adjudant-chef Moussa Nébié dit « Rambo », l’adjudant Koussé Ouekouri, le major Eloi Badiel, le sergent-chef Roger Koussoubé alias le « Touareg » et le caporal Boureima Zouré passeront tour à tour répondre de leurs actes. Depuis le début des audiences, trois personnes sont citées avec insistance : l’adjudant-chef Moussa Nébié, le major Eloi Badiel et le sergent-chef Roger Koussoubé. Pour la plupart de ceux qui sont déjà passés, ce sont eux qui donnaient les ordres. Par exemple, l’adjudant Jean Florent Nion a fait savoir que c’est le major et l’adjudant-chef qui sont venus le voir pour l’informer du projet de coup d’État. C’est également Moussa Nébié qui lui aurait donné l’ordre de le suivre dans la salle où se tenait le conseil des ministres.

Lire aussi : Putsch manqué du 16 septembre 2015 : Arrestation de l’adjudant-chef Moussa NEBIE « Rambo »

De l’avis du caporal Sami Dah, c’est par téléphone que le sergent-chef Roger Koussoubé lui a donné l’ordre de venir à la présidence, le 16 septembre 2015, alors qu’il n’y était pas. C’est quand il est arrivé qu’il a été embarqué dans le coup, jusqu’à assurer la sécurité du général Gilbert Diendéré, qui s’est proclamé président du CND. Il a avoué également avoir reçu la somme de 500 000 F CFA du sergent-chef Roger Koussoubé qui, plus tard, lui a confié que ce sont les sous-officiers supérieurs du Groupement des unités spéciales (GUS) du RSP qui ont fait le coup, et le général Diendéré devrait assumer.

En tout cas, ceux qui vont passer à la barre dès ce vendredi 6 juillet sont beaucoup cités. Quelle stratégie de défense vont-ils adopter ? Vont-ils reconnaître les faits « partiellement » comme l’a fait l’adjudant Nion Jean Florent, ou plaider simplement non-coupables comme le font beaucoup jusque-là ? Réponse dans les jours à venir…

A lire aussi : Sergent-chef Roger Koussoubé alias « Touareg » : « J’ai appelé Safiatou Lopez et Basic Soul… »

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • - Tout ce que moi je sais, c’est que tous ces soldats sont des militaires de valeurs qui ont fait leurs preuves sur divers terrains. Certains ont même eu la médaille militaire. Malheureusement ils ont vandangé toutes ces prouesses avec ce coup d’état foireux au moment même momnt où le pays aurait eu intimement eu besoin de leurs compétences, de leurs capacités avec toutes ces attaques terroristes puisque dans ce Groupement des unités spéciales (GUS), il y en a qui sont superformés en infiltration et attaque rapide suivi de repli dans le cade de la lutte contre le terrorisme. Et c’est dommage !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Qu’Allah bénisse et protège tous ceux qui sont et restent fidèles au général Vive le général Diendéré et ses fidèles éléments

  • Lagui ADAMA ne te trompe pas la punition d’Allah a commencé. Allah les a accordés sa grâce mais ils ont préféré faire emprunter le chemin des égards. Allah les a honorés, ils ont opté pour le malheur car leur acte a été à la base de perte en vie humaine. Allah nous a donné l’information qui fera le bien(ou le mal) de la taille d’un atome le verra. Regarde les avantages qu’Allah a accordé à ces individus(des soldes commerçants, industriels...)

  • Bonsoir LAGUI ADAMA
    Merci pour votre message sur votre idole le général. Mais que faites vous des personnes qui sont mort à l’issue de ce coup d’État ? Mettez vous un temps soit peu à la place des familles des victimes. Ça n’arrive pas qu’aux autres. Merci de me lire

  • Il n’y a vraiment pas de quoi pleurer la mort du RSP. Son commandement était trop politisé pour qu’on puisque reconvertir ce régiment... Sa dislocation était un impératif de sécurité pour le président du Faso et pour le début réel de la nécessaire dépolitisation de l’armée.
    Par ailleurs, il est vrai que sur le terrain de combat, il y a besoin d’hommes plutôt forts, mais pour un vrai corps d’élite l’analphabétisme est un handicap non négligeable pour l’instruction et la communication sur le théâtre des actions militaires. L’élitisme des RSP qui ne savent ni lire ni écrire ne relevait-il pas plus du mythe que de la réalité.
    En définitive, la nation burkinabè doit résolument poursuivre la transformation profonde de son armée sans aucun regret pour la dissolution de ce régiment de privilégiés qui bénéficiait des compromissions du régime COMPAORÉ avec les hordes terroristes de sahel pour se créer une réputation illusoire d’élite militaire, totalement fictive parce que jamais mise à l’épreuve des attaques djadistes que nous connaissons aujourd’hui.

  • Merci pour l’information.

  • Mon cher Veristas, de quel alphabet parles tu ? j’espère ce n’est pas ce qui est utilisé sur ce site ? A ce que je sache aucun peuple n’est analphabète.
    Il faut simplement que le militaire ait les moyens de faire bien son travail. Que les militaires soient républicains, sans que le civil ne fourre son nez pour y semer la mauvaise graine de discorde.
    Dans tous les cas, le peuple ne peut oublier les années passées sans attentat et le changement brusque qui arrive maintenant. La période Blaise Compaoré restera dans les mémoires, c’est sûr et ne demandons pas au peuple d’oublier ou de ne pas le mentionner.

    Merci !

  • Ohh internaute LAGUI ADAMA tu sais PELE surnom de ce militaire compagnon de SEYNI KOUNTCHE au NIGER disait " DIEU TE DONNE LE POUVOIR MAIS IL GARDE LA DURÉE POUR LUI-MÊME "Diendere comprendra mieux cette phrase que toi même.

  • Koro yamyele, rien ceux buvaient la bière et cochon à Ouagadougou rien de super
    La preuve leur acte témoigne qu’ils ne sont pas bien formés. Pour n est pas paraphé Sankara un militaire sans formation....

  • internaute Tintin...quand on n’a rien compris c’est mieux de se taire et de passer son chemin. Que dieu veille sur notre beau pays.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : La contre-attaque des avocats du colonel-major Kiéré
“J’ai failli (...). J’ai été trahi”, soupire le Colonel Major Boureima Kiéré sous les assauts de Maitres Somé et Farama
Procès du putsch de 2015 : Ces déclarations qui ne sont pas passées inaperçues
Procès du coup d’Etat : Le colonel-major Boureima Kiéré et les 160 millions de Diendéré
« Je n’avais aucun grief contre la Transition, mon souci c’était la survie du RSP », tempère le Colonel-major Boureima Kiéré
Arrivée de Yacouba Isaac Zida au pouvoir : Le colonel-major Boureima Kiéré explique le scénario
Procès du coup d’Etat : Les confessions du colonel-major Boureima Kiéré
Procès du coup d’Etat : Le commandant Korogo maintient qu’il n’était qu’un médiateur
Procès du putsch manqué : Le Commandant Abdoul Aziz Korogo dans la position de la « galette »
Putsch manqué : « Si on était dans l’optique de l’affrontement, on n’aurait pas eu besoin de mercenaires pour ça » (Abdoul Aziz Korogo)
Procès du putsch manqué : « Dans ces genres de situation, il ne faut pas jouer au Rambo, sinon… », Commandant Abdoul Aziz Korogo
Putsch manqué : "Le RSP n’est pas une milice ; il a été créé par décret présidentiel. Dans une république, le président ne créé pas de milice" (Abdoul Aziz Korogo)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés