Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Vie politique nationale : L’opposition politique accueille d’anciens membres de la majorité présidentielle, l’AGR

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 4 juillet 2018 à 19h30min
Vie politique nationale : L’opposition politique accueille d’anciens membres de la majorité présidentielle, l’AGR

Officiellement reconnu en avril 2018 par le ministère des libertés publiques, l’Alliance des générations pour la renaissance (AGR) a présenté, le 2 juillet dernier, sa lettre d’adhésion au Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF).

« Nous venons par la présente, conformément à l’article 4 de la loi n° 046-2013/AN portant modification de la loi n°009-2009/AN du 14 avril 2009 portant statut de l’opposition politique, faire notre déclaration officielle d’appartenance à l’opposition politique burkinabé », s’est adressé le président de l’AGR, Adama Doulkon, au premier responsable du CFOP-BF.

Les responsables du parti justifient … : « Vue l’incapacité totale du Président Roch Marc Christian Kaboré et son gouvernement à répondre aux attentes de la population, nous sommes convaincu que le programme qu’applique le parti au pouvoir n’est ni plus ni moins qu’une feuille de route pour la protection et la conservation de leurs acquis engrangés pendant les vingt-sept (27) années passés sous le régime de l’ex Président Blaise Compaoré. C’est pourquoi nous nous opposons à cette gestion chaotique du Président Kaboré ».

Pour mémoire, les géniteurs de l’AGR, notamment le président, Adama Doulkon, et son vice-président, Nazaire Nanema, sont tous deux des démissionnaires de l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR), parti de l’APMP (majorité présidentielle) et dont le président, Adama Kanazoé, est actuellement Conseiller spécial du Président du Faso pour le secteur privé et les Objectifs pour le développement durable (ODD).

Selon ses fondateurs, l’AGR est d’obédience socio-démocrate et repose sur des valeurs de solidarité, d’intégrité et de justice pour tous. De ce fait, poursuivent-ils, le marque son attachement pour le bien-être de la jeunesse, la conscientisation des masses et une révolution des mentalités.

OL
Lefaso.net

Messages

  • burkinabè soyez solidaires dans vos propos ; la critique est très facile mais en retour ,quelle contribution apportes tu au Président Roch KABORE pour bien conduire les affaires ?Cest en cela que ce joue ton utilitè
    pour la nation burkinabè.

    • {}nternaute Wetta, votre remarque n’est pas suffisamment pertinente. En effet, tout citoyen a le droit de critiquer le gouvernement, et surtout le président du Faso qui, une fois élu, est le président de toutes et tous. La critique peut être positive, ou négative. mais ce droit, il l’a. pour le moment , il parle. Le jour des élections, il va le sanctionner en ne le votant pas. Tant qu’il parle et qu’il dit ce qui ne va pas, il faut prendre en prendre compte et ne pas dire dire qu’il fait des critiques négatives. Non ! La démocratie, est le pouvoir du peuple etaprès les élections, cela se traduit par des critiques.

      Moi, ma contribution au développement de mon pays est multiple et multiforme : je suis dans mon service, je travaille et j’essaie de le faire aussi bien que je peux. Je ne vole pas, je ne triche pas. J’’assume mon rôle de géniteur en s’occupant de mes enfants qui sont des futurs citoyens burkinabés. Dans mon quartier, je suis avec tout le monde. Je milite dans une association qui s’occupe d’entraide entre les gens de mon village à Ouagadougou. Je suis membre du bureau des parents d’élèves de l’école d’un de mes enfants. J’ai des avis politiques, mais je ne milite pas. Roch et ses membres du MPP ont dit qu’ils sont capables de gérer le Pays. Ils ont été votés. A eux de jouer. Ce qu’ils me demandent de faire, je le fais dans la limite de mes capacités. Mais, ils ne peuvent pas me demander de venir gérer à leur place. Ils ont dit qu’ils sont capables, alors, nous leur faisons confiance mais une confiance dynamique et proactive. Il ne faut pas me demander qu’est ce je propose à leur place. Il faut donc arrêter de dire à chaque fois que quelqu’un critique, que la critique est facile et qu’il faut proposer quelque chose. Tout le monde sait que même ceux qui sont au MPP, s’ils proposent quelque chose, il n’est pas sûr que cela va passer. Le Grand Professeur BADO a proposé plusieurs lois comme la loi sur le délit d’apparence, elle n’a pas été accepté par le CDP et le MPP. Donc, à quoi sert de proposer quelque chose qui sera mal comprise et mal appliquée ou rejetée ? Mieux vaut garder ses idées et attendre le sélections pour les proposer au peuple. Si celui-ci me donne le pouvoir, alors j’applique mes idées. Arrêtons donc de faire violence sur les gens en leur disant de se taire ou de proposer quelque chose. le simple fait d ecritiquer est une proposition consistant à dire d’abandonner la méthode actuelle. A bon entendeur ! soyons démocrate !

  • tchrrrrrrrrrrrrrr ; il faut dire que le partage du gateau n’a pas été équitable oui. Il faut que le CFOP fasse attention à ses adhérents maintenant. On revient au CFOP parce qu’ on est pas satisfait du partage du gâteau ca ce n’est pas de la politique c’est de la délinquance politique. Le CFOP a besoin des patriotes et des politiciens convaincus. ces genres de politiciens ne me rassurent pas.

  • Voici des gens encore qui voulaient bouffer mais n’ont pas pu mettre leurs mains dans le plat de "moui-naado",ils se découvrent des âmes d’opposants. Politiciens est fort deh !

  • Wetia,
    si le président Rock Marc Kaboré n’a pas des idées pour bien conduire les affaires, qu’il quitte le navire. Personne ne va lui apporter quelques choses comme contributions ici.. La gestion d’un pays est different de celle d’une Association. S’il n’est pas capable,il demande pardon au peuple et rend sa lettre de demission. Sans rancune, nous allons le comprendre et installer un qui saura bien conduire

    • Merci beaucoup Soodaga ! C’est bien dit. Soit il démissionne, soit il gère calmement dans l’attente de 2020 pour que on lui dise qu’il n’a pas été àla hauteur, comme SARKOZY ou François Hollande.

  • Mr AGR, tu as mal fait de créer un parti. Comme c’est le bouffé tu cherche, il fallait créer une OSC.

  • TOUS CES DÉMISSIONNAIRES DE L’ AJIR POUR CRÉER L’ AGR SONT UNE BANDES D ESCROCS POLITIQUES, DES MENDIANTS POLITIQUE, VOYEZ VOUS MÊME LA COMÉDIE QU’ ILS JOUE. ILS ONT SUPPRIME LE J I (LA JEUNESSE ET L’ INDÉPENDANCE ) DE L’ AGIR POUR ÊTRE DES ESCLAVES DU CFOP DE ZEPH ET DU CDP QU’ ILS PRÉTENDAIENT COMBATTRE POLITIQUEMENT. CES DERNIERS VOULAIENT RESSEMBLER A ADAMA KANAZOE ACTUEL CONSEILLER SPÉCIAL DU PRÉSIDENT ROCH KABORE. LASSE D’ ATTENDRE LE GOMBO OU LEURS NOMINATIONS ILS ONT CRÉER L’ AGR POUR SE RALLIER AU CFOP OU SE TROUVE LE CDP.C 4EST QUITTER L’ ANUS POUR RENTRER DANS LE CACA COMME DISENT LES DIOULA. CEUX CI NE PEUVENT RIEN APPORTER A NOTRE DÉMOCRATIE EN FORMATION. CEUX SONT DES ASSOIFFES DU POUVOIR.

    • Internaute Boudson, Non ! Acceptez que la vie n’est pas stable ! Elle est dynamique et il faut rester proactif. Je peux vouloir travailler avec quelqu’un aujourd’hui, et me rendre compte demain, qu’il change de comportement. Si après lui avoir fait remarquer son comportement, et qu’un consensus n’est pas trouvé, que faire ? Faut-il rester avec lui ou faut-il lui mettre de la pression afin qu’il modifie ses actions ? Voilà pourquoi, dans les partis mûrs, plusieurs courants se mettent en place afin de constituer des clans idéologiques qui se stabilisent dans la force des idées. Si mes idées actuelles ne sont pas à la page, je peux patienter que ceux qui sont les forts du moments finissent d’exécuter leurs idées dans l’attente des résultats. S’ils se révèlent avoir de bons résultats, le parti sera voté et ils pourront continuer et ceux du même parti avec des idées contraires pourront faire amende honorable et rejoindre leurs congénères . Ce n’est pas le cas ici. Avec des idées contraires, on vous accuse de déstabilisation du parti, de traître, d’aigri etc. On ne se respecte pas. Arrêtons de nous juger continuellement de tous les noms. Nous sommes toutes et tous burkinabés et chacun veut participer au développement du Burkina. Si ces idées actuelles me semblent pas adaptées à la situation, cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Il a seulement une interprétation différente de la situation.
      Respectons-nous, aimons nous et calmement, chacun pourra exprimer des idées. N’oublions pas que des idées d’hier, certes mauvaises et pas adaptées, peuvent se révéler les plus opportunes demain. Ils jouent le jeu démocratique qui veut qu’ils se constituent dans une force politique, et quand on n’est pas du pouvoir, alors on va dans l’opposition. Et on attend la suite venir !!!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Front patriotique pour le renouveau (FPR) : Un point de presse à Djibo pour encourager les populations locales (1)
Situation nationale : « Leur PNDES n’est qu’un fiasco, un pétard mouillé », mate Eddie Komboïgo
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés