Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous allez être un gagnant dans la vie, vous devez en permanence donner le meilleur de vous-même» Robert Kiyosaki

Commune de Saponé : Des populations tentent de s’opposer à la tenue de la session du conseil municipal

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • mardi 3 juillet 2018 à 20h22min
Commune de Saponé : Des populations tentent de s’opposer à la tenue de la session du conseil municipal

À Saponé, commune située dans la province du Bazèga, dans la région du Centre-Sud, à 30 km au sud de la capitale Ouagadougou, une frange de la population révoltée contre la légitimité du conseil municipal en place, a érigé des barricades à certains endroits de la localité. Elle a même tenté de s’opposer à la tenue de la session dudit conseil municipal. Informé, nous y avons fait un tour afin de mieux nous imprégner des tenants et aboutissants de la situation. C’était ce mardi 3 juillet 2018.

Barricades de fortune constituées de branches d’arbres, de tables, de restes de tôles ; commerces fermées ; des groupuscules de personnes en train d’échanger... C’est le constat que l’on a pu faire une fois arrivé au grand rond-point de Saponé-marché. Impossible de franchir les barricades manuellement construites. Les usagers de deux roues qui réussissaient, par des acrobaties, à se frayer un chemin, recevaient l’injonction de ne pas poursuivre leur chemin.

Eh bien, c’est dans ces conditions que l’on a dû abandonner, dans un premier temps, notre engin afin d’avoir les premières informations et images. De ces dernières, il ressort que le maire est un « traitre » et un « voleur », « usant de moyens détournés lorsqu’il s’agit de gérer la commune ».
On pouvait donc lire sur certaines pancartes et affiches les mentions ci-après : « Nous n’accepterons jamais des traitres et des voleurs à la mairie de Saponé » ;« Nous ne reconnaissons pas un maire traitre ». Et sur d’autres, il était inscrit : « Oui à une délégation spéciale, tel est le souhait de tout Saponé » ;« Pour la paix à Saponé, oui à la délégation spéciale ».

Des conseillers en pleine session municipale

Ensuite, instruction a été donnée de passer à travers champs et cultures, pour se rendre à la mairie de Saponé. Là-bas, nous avons pu assister à la tenue d’une session du conseil municipal présidée par Abdoulaye Compaoré, maire actuel de la commune. Selon les dires de ce dernier, ladite session a lieu du fait de son bon vouloir. À l’ordre du jour, dix points parmi lesquels « l’adoption du budget supplémentaire 2018, l’examen et l’adoption des budgets 2017 ».

Abdoulaye Compaoré, maire actuel de la commune de Saponé

Parlant des barricades de fortune de Saponé-marché, il dit avoir appris la nouvelle le jour d’avant, c’est-à-dire hier 2 juillet 2018. Pour lui, ce comportement est une habitude de certaines populations. « C’est comme d’habitude. Avant qu’on ne dissolve le conseil municipal, c’était le même scénario. Ils reprennent donc leurs vieilles habitudes », a fait remarquer Abdoulaye Compaoré. Ces barrières, à l’en croire, ne représentent en rien un obstacle à la quiétude de sa commune. Seulement que leur emplacement est vraiment stratégique, car constituant un carrefour pour plusieurs destinations (Ouagadougou, Léo-Frontière du Ghana, etc.).

Une file de compagnie de transport en commun attendait non loin des barrières de fortunes

Comment pallier cette difficulté ? À cette question, le maire affirme ne pas disposer de forces d’intervention, mais sollicite le soutien de la police et de la gendarmerie. Option à laquelle il confesse avoir eu recours depuis le jeudi dernier pour que soit effective la session municipale. « C’est à l’Etat de gérer cette situation », confie-t-il par ailleurs.

Évoquant les revendications, il avance : « C’est bizarre qu’une population réclame une délégation spéciale à la place d’une mairie qui peut mieux travailler pour la population ». Et de renchérir en ces termes : « Saponé compte 40 000 âmes. Ceux qui manifestent ne valent pas une centaine ». De facto, « parler de population qui revendique ne conviendrait pas à une telle situation, il faudrait plutôt parler de groupuscule », estime-il.

Une vue des différentes barricades érigées

Du déroulement de la session, tout se passait comme dans une ambiance de travail normale, avec des échanges. De l’avis du maire, sur 80 conseillers, 55 seraient présents et d’autres en route pour y assister. Approchées à leur tour, les forces de sécurité n’ont daigné piper mot.
Se confortant dans leur mutisme, elles racontent : « Nous n’avons pas reçu d’ordre de notre hiérarchie, donc nous ne pouvons rien vous dire ». Cependant, à une distance considérable de la mairie se tenaient les manifestants, qui ont essayé d’opposer une résistance à l’organisation de la session. Ils semblaient dissuadés et lassés dans leur tentative. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des opérateurs économiques s’imprègnent du Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO
Bitumage de la route Tougan-Ouahigouya : Le Fonds koweitien accorde 8 milliards de F CFA au Burkina
Drame de Yirgou : Plan international Burkina vole au secours des personnes déplacées
International business bank : Un nouveau siège pour traduire les grandes ambitions
Lotissement à Guéguéré : Lettre ouverte de résidents au ministre de l’Urbanisme et de l’habitat
Forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère », Alassane Bala Sakandé
African pitch roadshow : C’est parti pour la 2e édition au Burkina Faso
Excision : 45 cas internés à l’Action sociale de Kampti
Peste des petits ruminants : La campagne nationale de vaccination lancée à Toma
Gaoua : Des femmes dans la rue pour réclamer de l’eau
Transmission du VIH mère enfant : Le REGIPIV-BF obtient des résultats satisfaisants dans la région du Centre
Commune de Pabré : Bientôt un barrage pour le village de Saalé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés