Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Direction générale des impôts : eSINTAX, la nouvelle plateforme pour déclarer et payer ses impôts sur Internet

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • lundi 2 juillet 2018 à 15h11min
Direction générale des impôts : eSINTAX, la nouvelle plateforme pour déclarer et payer ses impôts sur Internet

La Direction générale des impôts (DGI) a lancé officiellement sa nouvelle version d’eSINTAX, une plateforme de télédéclaration de tous les impôts et de télépaiement par Internet, ce lundi 2 juillet 2018 à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture a été présidée par la ministre en charge de l’Économie, Hadizatou Rosine Coulibaly.

Après avoir lancé le système de déclaration des impôts via Internet en avril dernier, la Direction générale des impôts (DGI) fait désormais un autre pas vers le numérique. En effet, désormais, c’est possible de payer ses impôts et taxes sans se déplacer. « En 5 minutes, le contribuable peut faire sa déclaration et son paiement », a affirmé Théodore Sondo, représentant de l’équipe du projet, lors de la cérémonie du lancement officiel de la nouvelle version eSINTAX.
Selon la DGI, cette nouvelle fonctionnalité offre trois possibilités aux contribuables : télédéclarer tous les formulaires d’impôts dans eSINTAX ; télépayer ses impôts par ePAYMENT en quelques clics sur le portail ; recevoir sa quittance en ligne sans se déplacer.

Selon le directeur général des impôts, Adama Badolo, toutes les banques du Burkina (au nombre de 14 au total) sont interconnectées avec le portail eSINTAX et la DGI a mis en œuvre une convention de paiement avec chacune d’elle. L’objectif est d’abord de « permettre au contribuable de donner un ordre de paiement (virement) à partir du portail eSINTAX », et de rendre crédible la plateforme, a-t-il commenté.

Fonctionnalités proposées par cette plateforme

À en croire la DGI, les contribuables de la Direction des grandes entreprises (DGE) et ceux des Directions des moyennes entreprises (DME) peuvent aujourd’hui réaliser 100% de leurs obligations déclaratives en ligne, sans se déplacer.
En ce qui concerne la télédéclaration, Adama Badolo a indiqué que 33 formulaires d’impôts sont directement en ligne, donc il suffit tout simplement de choisir l’option souhaitée. Aussi, la DGI annonce qu’avec cette plateforme, il y a la possibilité d’échanger avec les contribuables sur toutes les informations qui les lient.

Les fonctions du portail sont : Adhésion en ligne, Connexion sécurisée, Gestion de son compte et Gestion des utilisateurs.
Après avoir effectué le télépaiement, Théodore Sondo informe que la banque du contribuable a 48 heures pour réagir, car un paiement peut être rejeté pour plusieurs raisons dont le manque de liquidité dans le compte bancaire, par exemple.

Une initiative salutaire

Au cours de son intervention, la ministre en charge de l’Économie, Hadizatou Rosine Coulibaly, a rappelé le succès qu’a connu la plateforme de déclaration lancée en avril dernier. « Cette plateforme a enregistré, en deux mois d’exploitation, l’adhésion de plus de 170 contribuables de la DGE et de trois DME qui l’utilisent pour leurs obligations déclaratives », a-t-elle indiqué.

Du côté de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-B), cette initiative est accueillie avec beaucoup d’intérêt, a souligné leur représentant, Diakary Ouattara, par ailleurs directeur général de Coris Bank International. Aussi, il a indiqué que c’est un partenariat qui présente des avantages pour les banques et établissements financiers.
« En effet, le ePAYMENT permettra d’augmenter l’offre des produits innovants à la clientèle des banques, d’augmenter le nombre des clients potentiels par l’amélioration du climat des affaires et d’améliorer la collaboration entre les banques et le secteur public », a-t-il précisé.

Tout en invitant les contribuables à adhérer à cette nouvelle plateforme, Adama Badolo informe que la DGI organise un cycle de formation pour tous ceux qui sont intéressés, tous les mardis et jeudis de 9h00 à 12h00. Des mesures informatiques sont également prises afin d’éviter tout éventuel piratage de données, confie la DGI.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

  • Voilà une grade vision pour le pays ! Félicitations à Mme la ministre Rosine ! Nous ne devons pas rester en marge des progrès technologiques. Que certains face leur "deuil" et la vie continue ! Cette mesure permettra à ceux qui sont dans les bureaux climatisés en train de traumatiser les autres fonctionnaires d’avoir le temps de s’occuper des " paperasses" et s’éloigner un peu de l’argent. Bande de "fraudeurs" de "faux diplômes" et de "concours achetés avec Birba formation" ! Kayyyiiiii !!!!! On va démasquer ici dans ce pays là.

  • Merci madame le ministre pour cette initiative.On minimisera désormais les risques.Ceux dedmande aux agents du MINIFED de se mettre au travail.Normalement on doit plus discuter trop sur le fonds commun, puisque l’argent vient vous trouver,même si on n’a pas fait ENAREF ya pas problème.Rosine COULIBALY présidente en 2025.Courage et coucou à elle !

  • Merci à madame la ministre.il faut des innovations qui réduisent la corruption,les fraudes et le coût pour le contribuable et pour l’Etat.Merci que les décisions prise au cours de la rencontre sur mise a plat des salaires soit effectif en janvier 2019 comme prévu. ce qui permettra de conjuguer les grèves au passé et aux gouvernements de travailler dans la sérénité.merci à MADAME SORY.

  • c’est vrai .on encourage le ministre dans les innovations. Mais là n’est pas le problème ,il faut travailler à stabiliser le réseau. sinon c’est peine perdu. Arrêtons de traiter les agents du MINEFID de fraudeur et de faux diplômés. Unissons nos forces pour la construction de notre nation. Que dieu protège le BURKINA FASO.

  • No coment, très bonne reforme qui va réduire considérablement le taux de corruption, je comprends pourquoi certains travailleurs du MINEFID sont contre la brave dame et ses reformes. C’est pas grave, ils peuvent demissionner et aller voir ailleurs

  • idée lumineuse et louable , bien en phase avec les TIC, le seul inconveniant l’etat reduira considerablement les recrutements a cet endroit.

  • La révolution c’est aussi ce changement qualitatif. Il nous accompagner ce choix de développement.
    Merci Madame la Ministre. Vous avez une vision par dessus tout.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journées portes ouvertes des entreprises culturelles : Les acteurs satisfaits de l’organisation de la 2e édition
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés