Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

En librairie : « Divine comedy » de Damien Glez. Le caricaturiste nous en parle et lève un coin du voile sur le sort du Journal du jeudi

Accueil > Actualités > Multimédia • • lundi 2 juillet 2018 à 17h50min
En librairie : « Divine comedy » de Damien Glez. Le caricaturiste nous en parle et lève un coin du voile sur le sort du Journal du jeudi

Il a fait le bonheur des lecteurs du Journal du jeudi pendant plusieurs années ; et le "malheur" de ceux qui passaient sous sa plume acérée de caricaturiste talentueux. Damien Glez, qui continue de sévir dans plusieurs grands titres de la presse internationale, vient de sortir un recueil de bandes dessinées. Il nous en parle dans l’une des rares interviews qu’il a acceptées d’accorder et revient aussi sur le sort de l’hebdomadaire satirique « Journal du jeudi » qui a disparu des kiosques depuis quelques mois.

Pouvez-vous nous présenter rapidement l’auteur Damien Glez ?

Je suis un dessinateur de presse franco-burkinabè qui rédige également des articles ou des textes de chansons. Depuis un quart de siècle, j’ai réalisé tous mes dessins à partir du Burkina Faso, et certains ont circulé sur plusieurs continents, par la magie d’Internet. Aujourd’hui, le dessin de presse n’est pas assez valorisé au Faso et j’essaie, en tant que membre de l’association internationale "Cartooning for peace", de booster ce métier, notamment en collaboration avec le festival Ciné droit libre et ses clubs de province.

Vous venez de sortir un livre ; pouvez-vous nous en parler ?

Le livre qui vient juste de sortir de l’imprimerie est un recueil de la série "Divine comedy". Il s’agit d’un comic strip, une série de petites bandes dessinées d’une ligne qui a été publiée pendant une dizaine d’années dans des journaux de pays différents comme la Suède, la Pologne ou la Norvège. L’action se déroule au Paradis où les deux personnages principaux, Pete (Saint-Pierre) et Lord (le Dieu inspiré de la chapelle Sixtine) rencontrent des célébrités montées au ciel. C’est en réalité un regard décalé sur le monde moderne.

Où est-il édité et comment peut-on l’acquérir ?

C’est un éditeur français, les éditions Rouquemoute, qui a décidé de consacrer un livre à cette série qui était d’abord publiée à partir des Etats-Unis. Sur les 1400 épisodes existant, il a décidé de sélectionner 160 strips. Le livre sera dans un certain nombre de librairie fin août mais il est déjà possible de le pré-acheter, jusqu’à mi-juillet, sur https://fr.ulule.com/divine-comedy-glez/ . Il peut être livré au Burkina Faso, avec quelques surprises en prime : des dessins originaux, des caricatures de la personne qui commande le livre ou des produits dérivés.

Est-ce votre premier livre de cette nature ?

C’est le premier recueil de mes comic-strips, ma production éditoriale la plus visible étant en général le dessin politique qui a fait l’objet d’autres publications notamment collectives. L’édition est un domaine compliqué au Burkina Faso, sur le plan économique, et on ne peut que rendre hommage à des éditeurs comme les éditions Sankofa qui arrivent à produire régulièrement des œuvres de qualité. ça frise le sacerdoce, également du côté des auteurs.

Damien Glez est un caricaturiste célèbre au Burkina et dans le monde ; quels sont les sujets que vous traitez régulièrement ?

La matière première classique de la caricature est la politique. A travers ma collaboration avec l’hebdomadaire Jeune Afrique, il m’arrive de traiter l’actualité nationale de pratiquement tous les pays du continent. Et puis la satire, ce regard décalé qui emprunte à l’humour, se prête à des sujets de sociétés, à la vie du showbiz ou à l’actualité sportive.

Ailleurs, des caricaturistes sont l’objet de pressions, de menaces et même d’assassinat ; notez-vous parfois de telles menaces ?

Effectivement, pour ne prendre que le cas du continent africain, certains caricaturistes comme le Sierra-Léonais Azzo ou le Libyen Kais ont été assassinés. Récemment, le dessinateur Ramon Nse Esono Ebalé a été emprisonné cinq mois en Guinée équatoriale. Et on peut avoir une pensée pour les dessinateurs de Charlie Hebdo, notamment mon ami Tignous qui était à Ouagadougou en 2011. J’ai évidemment reçues des menaces similaires, mais il vaut mieux ne pas s’y attarder, sinon on paralyse son crayon. Ma mort a même été annoncée, photo à l’appui, ce qui devrait être un signe de longévité pour moi...

On vous connaît aussi comme responsable du célèbre hebdomadaire le Journal du jeudi ; que devient-il ?

Le Journal du Jeudi est dans une sorte d’hibernation, à la recherche d’un nouveau modèle économique compatible avec le statut de publication satirique qui ne se prête pas trop à la diffusion de publicité ou de publi-reportages. Nous devons inventer une nouvelle formule, car les talents de dessinateurs ne manquent pas au Burkina, avec notamment Marto, Zoetaba, Sam, Deris, “Main 2 dieu" ou encore Ledon.

Cyriaque Paré
Lefaso.net

Messages

  • Vraiment JJ nous manque ! j’ai tellement envie de le lire et de le relire encore et toujours, plaise qu’il vous soyez pourvus en moyens nécessaires afin de remettre au jour, le JJ, notre JJ !

  • Dommage pour la disparition du journal JJ

  • Je demande des nouvelle de ma soeur Kady Jolie

  • Vivement le retour de JJ qui a fait la fierté du Burkina. Je suis caricaturiste exerçant en Côte d’Ivoire et je suis prêt à apporter ma contribution pour la relance de ce canard.

  • Il faut que JJ nous revienne, bonsang !!! JJ, reviens-nous s’il te plaît. Tu nous manques. Tes dessins qui résumaient toute la vie politique et socio-économique en un seul ou deux dessins et en un clin d’oeil nous manquent tant (les complots, les intrigues, la guerre des clans, les aspirations et déceptions politiques, l’absence de vision politique et socio-économique, les plans diaboliques, la méchanceté et le sadisme des politiciens, la naïveté, l’idiotie et le masochisme des burkinabé, etc...). Si tu veux qu’on cotises, on le fera pour toi, afin que tu revives. Tu es de l’art pur et l’art ne doit pas disparaître, même en l’absence d’argent. Dis quelque chose, JJ, reviens-nous, notre bien aimé.

  • ’’La divina commedia’’ ?
    Savez vous quelle seront les conséquences de la parution de toutes les parties de cet œuvre ?
    CE qui se sait, c’est que la tombe de DANTE ALIGHIERI semble avoir été plastiquée dans le années 90.
    DANTE ALIGHIERI père de la langue Italienne est celui qui a écrit LA DIVINA COMMEDIA.

  • Félicitations pour l’initiative de ce livre , recueil de vos comic-strips.
    Je vais l’acheter.
    Nous avons besoin d’un regard décalé sur des sujets d’ordre divers.
    Bravo.
    Et je n’oublie pas les scripts des films produits par le talent également de votre épouse que les Burkinabè appellent "Kady Jolie "

    Mon meilleur souvenir.

  • Bonjour,

    Vivement que JJ sorte de son hibernation qui n’a que trop duré. Bonne suite à Glez, félicitations pour le livre qui ne remplacera pas JJ mais nous le rappelera et redonnez nous rapidement dans sa forme révisée notre JJ bien aimé. Bonjour à Aboubacar DIALLO en passant

  • JJ était un grand journal par la qualité de CERTAINS écrits mais il a joué sur beaucoup de compromissions. Dommage... on a souvent vu la main de gens proches de Blaise surtout que la famille du journal s’est mise à faire des films financés et soutenus par les barons de la République ou leurs institutions. Pour preuve y avait qu’a voir les cérémonies de sortie des films ou tous les premiers ministres et autres ministres couraient. pendant ce temps la sœur Kadi elle, naviguait entre Bassolé et Chantal pour ne pas citer qui on sait... tout ça n’était pas sain et a même agacé quelqu’un a l’époque comme Salif Diallo. S’il faut revenir (et il le faut) songez à tenir le cap de l’indépendance si compliqué...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
72 heures du communicateur : Une série d’activités pour mieux s’approprier les Objectifs du développement durable
Programme Burkina STARTUPS : Liste des projets innovants ou STARTUPS selectionnés
Médias catholiques : Le mensuel « Prions en Eglise » fait peau neuve
Journalisme sensible aux conflits : Waboué Bakouan, lauréat de la 2e édition du Prix PaxSahel
Promotion de la presse en langues nationales : Les rédacteurs renforcent leurs capacités
Publicitaires associés : La première rentrée publicitaire se tiendra du 28 au 30 novembre prochains
Conférence de l’UIT à Dubaï : Le Burkina réussit son maintien au sein du Conseil de l’institution
Société des éditeurs de la presse privée : Un plan stratégique 2019-2023, pour servir de boussole
L’Association des journalistes du Burkina lance le « Prix de la redevabilité citoyenne »
ISCOM Master class : Le journaliste Sayouba Traoré s’ouvre aux étudiants
UIT : Brahima Sanou rate le poste de Vice-Secrétaire général
Elections aux Plénipotentiaires de l’UIT : Demain, l’heure de vérité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés