Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Baccalauréat 2018 : Les épreuves se tiendront du 3 au 20 juillet

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • jeudi 28 juin 2018 à 19h00min
Baccalauréat 2018 : Les épreuves se tiendront du 3 au 20 juillet

Dans le cadre de la tenue prochaine des épreuves écrites pour l’obtention du premier diplôme universitaire, le baccalauréat, une conférence de presse a été animée par le vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques de l’Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo, Pr Mahamadou Sawadogo ; et le directeur de l’Office du baccalauréat, Issa Ouédraogo. C’était ce jeudi 28 juin 2018 dans la salle de réunion de la présidence de ladite Université. Elle visait donc à faire le point des préparatifs de la session 2018.

Comme à l’accoutumée, il s’est agi, à quelques jours de la tenue des épreuves écrites du baccalauréat sur l’étendue du territoire national, de faire part des préparatifs liés à son organisation. Le vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques de l’Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo, Pr Mahamadou Sawadogo ; et le directeur de l’office du baccalauréat, Issa Ouédraogo, se sont alors prêtés audit exercice de communication, en présence des Hommes de média.

Ainsi, des dires du vice-président, la phase des épreuves écrites de la session normale de l’examen du baccalauréat session 2018, après une demande spéciale adressée à l’UEMOA afin d’obtenir une dérogation, se déroulera du 3 au 20 juillet 2018, sur toute l’étendue du territoire national.
Selon Pr Mahamadou Sawadogo, ce démarrage des épreuves est exceptionnel pour cette année, car des difficultés ont été enregistrées au cours de l’année scolaire. Pour cette session, l’on enregistre une nouvelle option de baccalauréat professionnel dans la section industrielle, notamment « le Bac professionnel, option géomètre-topographe ».

Le vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo, Pr Mahamadou Sawadogo

96 771 candidats, c’est le nombre total enregistré pour la présente session. Un nombre nettement plus élevé que celui de l’année dernière, 2017, à en croire le propos du Pr Mahamadou Sawadogo. « La session normale 2018 de l’examen du baccalauréat enregistre un total de 96 771 candidats contre 75 960 en 2017. Il y a donc 20 811 candidats de plus qu’en 2017… », a-t-il fait savoir.

De cet effectif annoncé, l’on compte 59 050 garçons et 37 721 filles, 19 992 candidats libres ; 86 544 candidats au baccalauréat de l’enseignement général, 9 249 candidats au baccalauréat technologique et 978 candidats au baccalauréat professionnel. Le plus jeune candidat de cette année est né le 2 janvier 2003 pendant que le plus âgé a vu le jour le 22 septembre 1957. Ils sont respectivement inscrits en séries D et G2.

Le budget prévisionnel de l’organisation de l’examen est de l’ordre de plus de 5 milliards de F CFA. C’est-à-dire une augmentation de 32, 12 % par rapport à 2017(plus de 3 milliards de FCFA). Le coût de revient d’un candidat au baccalauréat session 2018, affirme Pr Mahamadou Sawadogo, est de 52 958 FCFA, contre 15 000 FCFA comme frais d’inscription. Quant aux difficultés enregistrées dans l’organisation dudit examen, les principales sont « les inscriptions tardives de candidats, qui ne permettent pas de stabiliser les différentes listes ; les coupures intempestives d’électricité », aregretté le conférencier.

De la dernière difficulté citée, les coupures intempestives d’électricité, il avoue, pour ce qui est de la ville de Ouagadougou, que des correspondances ont été envoyées aux différents centres travaillant dans le domaine, afin de permettre un bon déroulement du Bac.

Session de rattrapage pour certains candidats

Tout comme à la session normale du BEPC et du CEP, certains candidats, issus de zones faisant constamment l’objet d’attaques terroristes, ne pourront se lancer à la quête du premier diplôme universitaire en ce qui concerne la session du 3 au 20 juillet 2018. « Dans les zones en conflit, nous pouvons tout simplement relever le cas de Djibo où nous avons deux jurys avec au maximum 500 candidats…mais nous nous alignons sur les décisions du MENA qui assure que des cours de renforcement seront dispensés aux élèves de la province du Soum y compris ceux de la Terminale. Les candidats du Soum ne composeront pas dans le mois de juillet », a indiqué PrSawadogo, qui rassure par la suite qu’une période de rattrapage sera arrêtée.

Pour les cas de fraude

Issa Ouédraogo, directeur de l’office du bac.

S’agissant de l’éternelle question de fraude, les mesures prises sont généralement les mêmes, hormis quelques améliorations. En effet, selon le Pr Sawadogo, compte tenu des multiples stratégies et de l’évolution dans le temps des fraudeurs, des réunions générales d’informations se sont tenues dans les villes de Koudougou, Dédougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya et Fada N’Gourma dans le but de rencontrer et échanger avec les acteurs chargés de l’organisation des épreuves.
De cette sortie, il avance que des mesures ont été conseillées et concernent aussi bien les candidats que les acteurs ou encore les enseignants. À Ouagadougou, ladite réunion d’information aura lieu le vendredi 29 juin 2018.

De même, pour prévenir tous cas de fraude, les conférenciers annoncent l’interdiction du téléphone portable dans les salles de composition et de correction. Parlant du port intégral du voile, renchérissent-ils, les textes en la matière sont contre.
Cependant, au regard des oppositions rencontrées dans la mise en application des textes dans les centres de composition du fait d’un principe de religion, il a été décidé de procéder à une identification desdits candidats par le biais de la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB), mais aussi en utilisant la méthode de fouille. Fouilles, qui seront assurées par un homme ou une femme, selon le sexe désigné des candidats.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Conseil Supérieur de la Magistrature : Les conclusions des travaux de la première session ordinaire de l’année 2018
Hausse du prix du carburant : La CCVC en grève de 24h le 29 novembre 2018
Ouagadougou : Le maire met en garde les personnes qui s’adonnent à des acrobaties sur l’échangeur du Nord
8 mars 2019 : Le motif de pagne tissé de Nathalia Nikiéma désigné pagne officiel au Burkina
Assises nationales de l’Eglise-famille de Dieu du Burkina : Les Communautés chrétiennes de base au cœur des échanges
Commune de Ouagadougou : Bientôt l’énergie solaire à grande échelle
Violences faites aux femmes : 72 heures de regards croisés sur un phénomène qui « tue en silence »
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés