Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous allez être un gagnant dans la vie, vous devez en permanence donner le meilleur de vous-même» Robert Kiyosaki

Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

Accueil > Actualités > Société • • mardi 26 juin 2018 à 17h24min
Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

Le nombre de toilettes publiques au Burkina Faso ne satisfait pas la demande de la population, mais le peu de latrines qui existent déjà laissent à désirer. Le plus souvent on observe des toilettes insalubres, souvent mal entretenues par les responsables et des usagers qui n’ont pour certains, aucun sens de l’hygiène.s au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes.

Ces latrines au Burkina sont la plupart du temps traditionnelles c’est-à-dire munis d’un simple trou dans lequel il faut faire ses besoins. Ce qui représente un calvaire pour la femme qui n’a pas la même aisance que l’homme à faire ses besoins. Elle est donc plus exposée aux infections et aux différentes maladies que l’on peut avoir. C’est l’une des raisons pour lesquelles peu de femmes empruntent les toilettes publiques.

« Je préfère traverser la ville et arriver chez moi pour faire mes besoins que d’aller dans des toilettes sales où tout le monde peut rentrer » affirme Mariam DIALLO, une jeune étudiante. Et celles qui le font s’en plaignent énormément. C’est le cas de Mme SOME qui « voit toujours des choses déplaisantes aux toilettes comme des excréments, du sang ou des serviettes usées jetées par terre ». Tout ce qui coupe l’envie d’emprunter des toilettes.

Mais la responsabilité de l’entretien incombe non seulement au responsable des toilettes mais aussi à tous ceux qui y vont.

Les précautions à prendre

Plusieurs précautions peuvent être prises pour éviter d’avoir des infections mais aussi pour permettre aux autres usagers de faire leurs besoins sans crainte. La première des choses à faire, c’est de vérifier s’il y a des toilettes réservées aux femmes. Si oui empruntez les, elles sont à priori adaptées pour les femmes. Eviter les toilettes publiques mixtes, il y a plus de chance de contracter une maladie. Parmi ces toilettes pour femme observez et prenez celle qui semble la plus propre. Vérifiez si les toilettes sont munies d’eau potable et de savon : il est impératif de se laver les mains au savon après les besoins. Lorsque vous empruntez les toilettes, vos mains entrent en contact avec les bactéries que ce soit en ouvrant/refermant la porte, en tirant la chasse, ou surtout en se torchant. Il faut donc éliminer ces bactéries en se lavant proprement les mains.

Dans la mesure du possible il faut toujours avoir des serviettes en papier ou une lingette humide et un gel antibactérien, ils vous seront utiles pour aller aux toilettes. Après les besoins, il faut couvrir la lunette avant de tirer la chasse pour éviter les éclaboussures. Pour les toilettes traditionnelles (avec un trou) il faut verser de l’eau savonneuse pour éliminer au mieux les bactéries.

Lire la suite sur Yenenga.net

Vos commentaires

  • Le 27 juin 2018 à 08:39, par Massiwok En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    Vraiment c’est un article pertinent car je pleure les femmes. Il y a des gens qui s’arrettent à 5m des toillettes et pissent pour que ça rentre dans les toilettes la. Les femmes attrapents des infections dangereuses quand elles y vont. Mon conseil : Cheres femmes, n’allez pas dans les toilettes publiques. En tout cas si rien ne change. Tenez bon et rentrer chez vous ou allez demander chez quelqu’un. Dégueulasse surtout à l’UO !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2018 à 09:50, par Un observateur En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    Bel article,
    Et quand dans des services dignes de ce nom, il manque des toilettes dédiées aux femmes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2018 à 10:16, par sheiky En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    L’une des solutions est également les toilettes turcs qui permettent de ne pas être en contact avec les bactéries. Mais bien sûr la question de l’entretien demeure.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2018 à 10:18, par Donmozoun En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    A qui la faute ? tout est une question d’éducation. Si tu entretiens tes toilettes chez toi, tu ne saliras pas les toilettes à l’extérieur. mais si ce n’est pas le cas, on ne peut pas s’attendre à autre chose. Y’en a qui trouveront le moyen de dire encore que c’est la faute au MPP et au Président Rock. Dans les institutions, publiques, il faut trouver quelqu’un qui va s’occuper des toilettes et qui vérifient après le passage de quelqu’un. si tu salis, il attire ton attention. De même, il faut prévoir un cahier par exemple dans lequel tout utilisateur des toilettes, écrit son nom et l’heure de son passage. s’il y a un soucis, on sait qui en est responsable. Ceci pourrait se faire de même dans les universités et les grandes écoles pourquoi pas les lycées et collèges, les écoles primaires. Ce sont des mesures simples mais qui peuvent être efficaces. Avant de critiquer mon point de vue, donnez le vôtre et faites vos propositions. Y’en a marre des gens qui polémiquent pour polémiquer.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2018 à 13:17, par HUG En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    Ce n’est pas les femmes seulement car les musulmans aussi souffrent de cette situation.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2018 à 15:55, par Jeanine Debo En réponse à : Toilettes publiques au Burkina : Une équation à résoudre pour les femmes

    Il faut éduquer depuis l’école primaire pour la propreté des toilettes !
    surtout que chacun nettoie un peu après ses besoins ainsi le wc sera toujours plus propre après notre passage !
    Pour ceux qui utilisent les bouilloires, savoir que son utilisation en lieu public en fait un véritable nid à microbes.
    Pour les serviettes hygiénique des dames un carton pourrait faire l’affaire !
    Autre défaut que j’observe au Burkina, le manque de lavabo et même d’eau pour se laver les mains après les toilettes !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des opérateurs économiques s’imprègnent du Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO
Bitumage de la route Tougan-Ouahigouya : Le Fonds koweitien accorde 8 milliards de F CFA au Burkina
Drame de Yirgou : Plan international Burkina vole au secours des personnes déplacées
International business bank : Un nouveau siège pour traduire les grandes ambitions
Lotissement à Guéguéré : Lettre ouverte de résidents au ministre de l’Urbanisme et de l’habitat
Forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère », Alassane Bala Sakandé
African pitch roadshow : C’est parti pour la 2e édition au Burkina Faso
Excision : 45 cas internés à l’Action sociale de Kampti
Peste des petits ruminants : La campagne nationale de vaccination lancée à Toma
Gaoua : Des femmes dans la rue pour réclamer de l’eau
Transmission du VIH mère enfant : Le REGIPIV-BF obtient des résultats satisfaisants dans la région du Centre
Commune de Pabré : Bientôt un barrage pour le village de Saalé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés