Médias : Journalisme mobile, en avant toute !

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • dimanche 24 juin 2018 à 23h04min

Du 19 au 23 juin, une douzaine de journalistes ont renforcé leurs capacités en Journalisme mobile (MOJO, en anglais) au cours d’une formation de formateurs organisée par la Deutsche Welle Akademie, en collaboration avec le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ).

Médias : Journalisme mobile, en avant toute !

Après cinq jours de formation intense et participative assurée par Gerlind Vollmer et Boureima Salouka, Souleymane Gansaoré, journaliste et agent au Service d’information du gouvernement (SIG) a reçu son certificat des mains de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina, Dr Claus Bernard Auer. Il est désormais prêt à enfiler sa casquette de formateur en Journalisme mobile (MOJO), une pratique qui fait son petit bonhomme de chemin au Burkina Faso, grâce à la Deutsche Welle Akademie et au Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ).

Rappel de quelques règles du MOJO

Explication sur les méthodes pédagogiques

Un bon formateur doit maîtriser les règles et techniques de base du MOJO. Au cours de la formation, les douze participants ont revisité ces règles apprises lors des deux dernières sessions (en novembre 2017 et en mai 2018), où ils y étaient, en tant que débutants, pour la plupart d’entre-eux.
Comme règles, le journaliste doit filmer des scènes en cinq prises (plan d’ensemble, plan moyen, plan poitrine, gros plan, contre-champ et plan détail), varier les valeurs de plans, respecter la règle des tiers, équilibrer le temps de narration et celui des interviews, filmer à la hauteur des yeux, utiliser un micro-cravate, etc.

La préparation avant tout

Photo de famille avec l’Ambassadeur d’Allemagne au Burkina Faso

La maîtrise des techniques de filmage avec l’application Cinema FV-5 et de montage avec PowerDirector ne suffisent pas pour devenir un très bon formateur en MOJO. Le formateur doit, avant toute chose, avoir des compétences aussi bien professionnelles, pédagogiques, sociales que personnelles.
À travers différents exercices de simulation, les apprenants ont davantage appris sur l’univers du formateur dont le maître-mot reste avant tout la préparation, un terme sur lequel ont insisté les deux formateurs. Et qui dit préparation, dit plan de formation, cette boussole qui permet au formateur de conduire la session, tout en étant méthodique et flexible.

Relever le défi

Le MOJO aura une grande place dans l’exercice 2019-2021 de la Deutsche Welle Akademie qui compte beaucoup travailler à l’éducation aux médias. Cela permettra de faire découvrir cette nouvelle pratique du journalisme notamment aux étudiants et professionnels des radios communautaires.
Pour ce faire, l’institution aura besoin d’un pool de formateurs certifiés burkinabè qui puissent agir de façon professionnelle partout au Burkina Faso et même dans des pays voisins. Les douze désormais formateurs ont pris la pleine mesure des défis qui les attendent et de la nécessité de continuer d’apprendre les uns des autres, car faire du MOJO, c’est avant tout partager.

Herman Frédéric Bassolé
Crédit photo : Boureima Salouka
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés