Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

LEFASO.NET | Par Milaine Goretti Tiendrebeogo • vendredi 22 juin 2018 à 23h26min

Ce mercredi 20 juin 2018, une délégation de la Banque mondiale a procédé à une visite des réalisations du Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA) dans le département de Koubri, situé dans la province de Kadiogo. Deux principaux sites du PAPSA ont reçu la visite de la Banque mondiale. Il s’agit tout d’abord de Gonsé où le projet PAPSA a procédé à l’aménagement d’un bas-fond qui a permis d’accroître les productions vivrières de la population. Sur le second site dans le village de Nakamtinga, l’équipe a visité la ferme « Fakina ». Installée depuis 2011, elle compte à ce jour environ 50 bovins dont les femelles ont une production de 6 à 15 litres de lait par jour, et huit vaches par lactation avec une production journalière qui va de 40 à 70 litres. La Banque mondiale a, au regard de ces différents résultats, apprécié les réalisations du PAPSA car, selon elle, elles participent à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre l’insécurité alimentaire au Burkina Faso.

Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

La Banque mondiale, à la tête d’une forte délégation, a, en ce 20 juin 2018 à Koubri, procédé à une visite des réalisations du Projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA). Pour s’acquérir de l’avancée du projet PAPSA qu’elle finance à environ 58 milliards de F CFA, l’équipe a foulé le sol de Gonsé et de Nakamtinga, toutes deux des localités situées dans la commune de Koubri.

Résultats concernant les deux sites visités

Vue des animaux présents dans ferme ’’’Fakina’’’

Sur le site de Gonsé, le PAPSA a procédé, au profit de la population, à l’aménagement d’un bas-fond. L’objectif poursuivi par le PAPSA, à travers cette réalisation, c’est l’accroissement des productions vivrières et l’assurance d’une disponibilité des produits sur les marchés ruraux durant toute l’année. Démarré en 2015, le projet a aménagé 10 372 hectares de bas-fonds sous forme de travaux communautaires et compte une production totale obtenue de 105 tonnes avec un rendement de 3,5 tonnes par hectare en 2017. Elles sont au total 225 personnes dont 90 hommes, 135 femmes et cinq jeunes à bénéficier de cette dotation du PAPSA. Pour les exploitants, cet aménagement du bas-fond a amélioré leurs conditions de vie. « Nos enfants sont heureux et nous sommes contents de les nourrir à leur faim », a confié une des bénéficiaires.

La visite du second site, à Nakamtinga, a concerné la ferme « Fakina » qui est également un projet du PAPSA. Démarrée en 2011 sur une superficie de 5 hectares, cette réalisation a pour objectif principal la production de lait et de viande avec des bovins de races améliorées. Cette réalisation a également pour ambition la production, avec 20 vaches de race locale, de bovins métis plus performants en production de lait et de viande mais aussi la préparation pour la boucherie de 15 à 20 jeunes bovins par an.

Vue d’ensemble de quelques exploitantes du bas-fond

Les bovins métis seront obtenus par insémination artificielle. Les inséminations ayant débuté en 2013, la ferme compte à ce jour, suivant le programme d’insémination, environ 50 bovins dont dix vaches métisses F1, cinq génisses F1 de plus de dix mois, quatre taurillons F1 de plus de dix mois, huit veaux F2 dont deux mâles et douze veaux F1 dont cinq mâles. Les femelles F1 ont une production de 6 à 15 litres par jour et les huit vaches en lactation ont une production journalière qui va de 40 à 70 litres, en fonction du stade physiologique et des conditions d’élevage.

Appréciation des réalisations par la Banque mondiale

Au regard de ces résultats obtenus, la Banque mondiale a salué les actions réalisées par le PAPSA. Pour Mariam Diop, chargée des opérations principales au bureau de la Banque mondiale, les réalisations du PAPSA montrent le caractère transformateur des activités présentes au Burkina Faso et pouvant participer à la lutte contre la pauvreté. « Avec près de 150 litres de lait produit par cette ferme par jour, cela contribue à assurer une alimentation de taille mais en même temps permet aux promoteurs d’avoir des revenus certains et cela est à louer », a laissé entendre Mariam Diop.

Difficultés rencontrées dans le cadre de la réalisation du projet PAPSA

Cependant, dans le cadre de la réalisation de ces différents projets, le projet PAPSA affirme avoir également avoir rencontré des difficultés. Ces difficultés se situent tout d’abord au niveau organisationnel en ce qui concerne l’aménagement du bas-fond à Gonsé. « Il a fallu beaucoup de temps pour que les gens comprennent la philosophie du projet », a expliqué Séraphine Kaboré, coordonnatrice nationale du PAPSA. À cela s’ajoute la passation des marchés qui, de fois, à entendre la coordonnatrice, fait perdre du temps pour l’atteinte des objectifs.

Au niveau de l’aménagement du bas-fond à Gonsé, à entendre une des exploitants, les difficultés se situent au niveau de la pluviométrie, la présence des chenilles légionnaires et l’indisponibilité des engrais minéraux.

Dans la ferme « Fakina », les difficultés se résument à l’absence de pâture, à la rupture des stocks de fourrage, au coût élevé des aliments concentrés, à l’insuffisance d’appui et aux difficultés dans l’obtention des financements adaptés à la création des fermes.

Quelques perspectives envisagées

En termes de perspectives, la ferme Fakina a avancé entre autres la poursuite des inséminations, la réduction progressive de la proportion des vaches locales, la sélection des meilleures métisses pour la constitution du troupeau laitier et l’amélioration des infrastructures pour l’adaptation à l’élevage des vaches laitières et à la gestion du lait.

En ce qui concerne le site de Gonsé, les exploitants du bas-fond ont émis le souhait d’avoir en leur possession une motopompe. Ce qui, selon eux, participera à l’amélioration de leurs cultures les années à venir.

Apport du Projet PAPSA aux différentes réalisations

Photo de famille à la ferme fakina

Au niveau de la ferme Fakina, le PAPSA a apporté un suivi-appui, un kit fourrager composé de charrette, brouette et de faux caisson ; deux tonnes de spai et 50kg de semences fourragères.

Au niveau de l’aménagement du bas-fond à Gonsé, le PAPSA a apporté un financement aux travaux d’aménagement, du matériel de chantier et des intrants agricoles pour le suivi des activités.

En rappel, la Banque mondiale accompagne le financement du projet PAPSA en ce qui concerne l’élevage et l’agriculture, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme nationale du développement économique et social (PNDES). Elle finance les réalisations du PAPSA à hauteur d’environ 58 milliards de F CFA, depuis la signature de leur convention. Le projet prend fin en novembre 2019, selon Mariam Diop.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 juin à 13:34, par HUG En réponse à : Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

    L’Homme qui a faim n’est pas un homme libre disait un défunt président. Que DIEU le tout puissant accompagne ceux qui veulent que les Burkinabés mangent un jour à leur faim.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:32, par AMKOULEL En réponse à : Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

    Quelle honte pour nous ! Il y a 200 ans, nos pères cultivaient cette terre et nourrissaient le peuple sans l’aide de qui que ce soit. Aujourd’hui, quelle honte de voir notre peuple mourir de faim et vivant sur une terre qui ne demande qu’à être cultiver et les gens s’entassent dans des maquis ...!!! Des gens qui ne peuvent même pas se tenir debout, droit, à cause de la bedaine remplie d’alcool de la BRAKINA, incapables de prendre soin de leur propre corps, et qui doivent parler, financer, améliorer l’agriculture du Faso ?!! Nous sommes sur une mauvaise pente mais tout ça finira bientôt.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:20, par Sogossira Sanou En réponse à : Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

    Bonjour mon cher frere pour t’etre interessé à ce sujet qui est mille fois digne d’interet ;
    Cependan, si je ne t’ai pas bien compris tant mieux, sinon, les veritables AFFAMEURS des peuples africains ont pour noms celebres : la bande composée de la banque mondiale, du fmi et de toute la chaîne des multinationales exploiteuses, des firmes comme monsanto qui ont PLANIFIE et cela très savamment de tuer par la voie de la famine les peuples africains dont les complices de dirrigeants APATRIDES vont leur autorisé de faire de certaines parties de continent les LABORATOIRES d’essais de leur ignominie appelée science (ogm).
    Je dis et sans ambage qu’ils ont ficelé savamment et avec la complicité des apatrides (valets locaux) de tuer par le mode operatoire tres simple de leurs semences qui sont VENDUS aux producteurs et qui à l’issue de la production ne donneront pas des semences viables pour perpetuer l’espèce cultivée.
    Ainsi, par voie de faits, vous êtes dependants d’eux pour obtenir rien que la semence et à quel prix ?
    Aussi, si ce ne sont pas des apatrides comment pouvezvous concevoir que des africains accompagnent de telles firmes, les soutiennent pour l’implantation de telles politiques de production.
    Dans tous les cas, quand vous aurez ete bernés pour laisser disparaître vos semences naturelles (non ogm), alors vous n’etes plus qu’a leur merci et ils viendront vous nourrir (bien lucratif marché de consommation pour eux), mais surtout au-delà, ils auront le loisir de vous selectionner à travers les types de nourritures fabriqués par leurs soins dans leurs laboratoires
    Donc vous voici avertis

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 06:22, par PAK En réponse à : Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

    Malheureusement, là où la Banque dite mondiale applaudit, au Burkina Faso, l’opinion en général reste très sceptique. Symbole parfaite de l’impérialisme rampant pour le surendettement de nos Etats avec leurs valets locaux, la Banque mondiale est l’illustration parfaite des échecs des financements internationaux. Le Burkina Faso aurait pu mieux se comporter sans cette banque en améliorant la gouvernance interne qui nous permettra de faire des économies plus que les montants que nous recherchons à la Banque mondiale. Mais hélas !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 12:05, par Made En réponse à : Lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale applaudit les réalisations du projet PAPSA

    Le jour ou j’aurais toujours mes 5 sens, mon physique et mon mental, puis attendre que des impérialistes viennent me nourrir, je préfère me fusiller. Donc , c’est une honte et même une moquerie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés