Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Journée mondiale du réfugié : Les réfugiés maliens plaident pour leur inclusion socio-économique au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 20 juin 2018 à 19h00min
Journée mondiale du réfugié : Les réfugiés maliens plaident pour leur inclusion socio-économique au Burkina Faso

Le 20 juin de chaque année, le monde commémore la Journée mondiale du réfugié. Au Burkina Faso, l’édition 2018 a porté sur le thème « Solidarité avec les réfugiés ». En lieu et place du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, c’est son directeur de cabinet, Oumarou Soro, qui a présidé la cérémonie dont le parrain était le représentant résident de la Banque mondiale, Cheick Kanté.

Plus de 24 000 réfugiés constitués en majorité de Maliens, du fait de la guerre de 2012, sont enregistrés au Burkina Faso, selon des chiffres communiqués ce mercredi 20 juin 2018par l’ambassadeur, directeur de cabinet du ministre en charge des Affaires étrangères. « Il était de notre devoir de les rassurer que le gouvernement burkinabè est prêt à les accompagner avec l’appui de ses partenaires financiers », a affirméOumarou Soro. C’est ce qui justifie le choix du thème « Solidarité avec les réfugiés » pour la commémoration de la Journée mondiale du réfugié, édition 2018. Cette journée offre également l’opportunité d’intensifier la sensibilisation de l’opinion publique à la situation particulière des populations contraintes de fuir leur pays pour chercher refuge dans un autre.

À en croire le représentant des réfugiés maliens, Muphtah Ag Mohamed, les difficultés sont énormes. L’une d’elles, c’est la rareté des ressources. Au vu de cela, les partenaires humanitaires ont catégorisé les réfugiés. « Certains sont assistés et d’autres non. Pourtant, il n’y a pas un seul réfugié qui est à l’abri du besoin », a-t-il indiqué.
S’inscrivant dans cette dynamique, le président de l’Association de réfugiés vivant au Burkina Faso (ARBF) a relevé que les réfugiés souffrent du chômage chronique en dépit de leurs métiers et compétences professionnelles, adossant cette situation à la stigmatisation et à la discrimination du réfugié en milieu social.
« En fait, la saturation du marché de l’emploi burkinabè et les solidarités sur des bases ethniques et régionales ne permettent pas à des personnes étrangères, et encore moins à des réfugiés, de trouver leur expression sociale », regrette Nicodème Niyonkure, en substance.

Pour ce dernier, l’intégration locale est impossible dans ces conditions. « Les réfugiés se retrouvent abandonnés à eux-mêmes dans ce univers hostile. Et le désespoir s’installe petit à petit pour laisser la place, un jour, à la mort ». Muphtah Ag Mohamed ne perd pas pour autant l’espoir. « Tant qu’il y a la vie, des hommes de bonne moralité, l’espoir demeure ».
Dans la foulée, il a abordé la question sécuritaire dans son pays natal, le Mali : « La situation est un peu volatile, elle change tous les jours de forme et même de nature, de telle sorte qu’on ne peut pas trouver de solution définitive … », dit-il. « On souffre de voir notre sous-région souffrir. Ce n’est pas seulement un problème malien. Même là où nous sommes, dans le sahel du Burkina Faso, tous les jours, il y a des problèmes », a-t-il fait remarquer.

Intégration des réfugiés maliens

« Grâce aux PTF, certains ont entrepris des initiatives, à travers l’artisanat. Ils essaient tant bien que mal de les insérer mais je vous avoue que ce n’est pas facile. Mais dans l’ensemble tout va bien », confie Oumarou Soro. « On ne peut pas déroger à cette règle. On a le devoir de protéger les réfugiés car le Burkina,comme beaucoup de pays africains, a ratifié des conventions et des accords », a-t-il répondu lorsqu’on lui a demandé pourquoi assurer la sécurité des réfugiés alors que le pays est le théâtre d’attaques terroristes.

Pour sa part, la représentante résident du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés a rappelé que la communauté internationale à elle seule ne peut pas prendre en charge les réfugiés.
Et comme le haut-commissaire Filippo Grandi, elle a affirmé qu’aider les réfugiés à reconstruire leur existence engage chacun d’entre nous et notre action conjuguée afin que ses derniers puissent réaliser ce que la plupart d’entre nous tiennent pour acquis, à savoir l’éducation, un endroit où vivre en sécurité, un emploi, l’appartenance à une communauté.

« N’importe qui de nous peut devenir un jour un réfugié », ajoute Ioli Kimyaci, qui célèbre pour la toute première fois cette journée dédiée aux réfugiés ici au Burkina Faso.
Au cours de la commémoration, le parrain, Cheick Kanté, a offert des prix d’une valeur de 50 000 F CFA à deux acteurs intervenant dans la maroquinerie et le maraîchage.
En rappel, plus de 68 millions de personnes sont aujourd’hui arrachées de leurs foyers partout dans le monde. Neuf sur dix d’entre elles se trouvent dans leur propre pays ou dans des pays voisins.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • Le Burkina est un pays d’hospitalité. D’ailleurs il n’y a pas différence entre un malien et un burkinabè, car nous avons les mêmes traits même noms de famille etc..donc on n’a même pas besoin de convention pour ca. Mais ya trop d’infiltration dans leur rang et on ne sait pas qui est qui..lyad ag Ali circulait au Burkina ici , il avait l’air très innocent..et comme il n’y a aucune convention pour amener les lyad & co à la raison , il ya lieu de se méfier de tous ces réfugiés la car , ya trop de Complices de terroristes parmi eux.

  • Ne nous trompons pas de mission.Les réfugiés maliens viennent du mali qu’ils ont quitté pas pour des raisons économiques mais sécuritaires .Les actions menés par la communauté internationale et les pays concernés tendant à ramener l’ordre.De même disons nous la vérité les enturbannés qui cachent leur visage à tout de champ, nous n’avions aucune confiance à ces gens qui le jour sont avec vous et la nuit peuvent êtrecontre vous. Les maliens devenus burkinabe sont légions, tous comme les burkinabe devenus maliens, mais comme on le dit en moré quand une vipère tue votre maman vous vous méfiez de tout ce qui est sombre et les multiples plans de déstabilisation, on s’en méfie aussi..Vous des ONG faites votre boulot et travaillez à ce qu’ils réintègrent leur cadre antérieur et cessez de perpétuer ce humanisme qui a fait le malheur de nos pays à travers la colonisation, car partout ou vous êtes très actif , il n’y a pas de réel retout à une paix véritable, on vous a compris..

  • Nous vivons le même calvaire et en plus il n’inspire confiance à personne. GARDONS LES YEUX BIEN OUVERTS ET MÉFIONS NOUS DE CES GENS : QUAND ILS COMMENCENT A AFFICHER LEUR VRAIS VISAGES ILS N’ONT AUCUN SENTIMENT ET AUCUNE RECONNAISSANCE (...).
    Alors EXCLUSION IMMEDIATE de ces êtres douteux, ingrats et cruels.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Conseil Supérieur de la Magistrature : Les conclusions des travaux de la première session ordinaire de l’année 2018
Hausse du prix du carburant : La CCVC en grève de 24h le 29 novembre 2018
Ouagadougou : Le maire met en garde les personnes qui s’adonnent à des acrobaties sur l’échangeur du Nord
8 mars 2019 : Le motif de pagne tissé de Nathalia Nikiéma désigné pagne officiel au Burkina
Assises nationales de l’Eglise-famille de Dieu du Burkina : Les Communautés chrétiennes de base au cœur des échanges
Commune de Ouagadougou : Bientôt l’énergie solaire à grande échelle
Violences faites aux femmes : 72 heures de regards croisés sur un phénomène qui « tue en silence »
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés