Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Le Compte rendu du Conseil des ministres du lundi 18 juin 2018.

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • lundi 18 juin 2018 à 19h28min
Le Compte rendu du Conseil des ministres du lundi 18 juin 2018.

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le lundi 18 juin 2018, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 14 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE SEPT (07) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

-  un décret portant création d’une commission de recouvrement des chèques impayés.
A la date du 31 janvier 2017, le portefeuille des chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de trente-six milliards cent trente un millions huit cent quatre-vingt-trois mille cent soixante-onze (36 131 883 171) FCFA.

A ce jour, l’Agence judiciaire du trésor chargé du recouvrement de ces chèques impayés rencontre des difficultés liées à l’inaccessibilité aux débiteurs et à l’insuffisance des textes en matière de recouvrement.
La mise en place de cette commission permettra d’accélérer le recouvrement des sommes dues et d’en poursuivre le cas échéant, leurs auteurs devant les juridictions.

-  un décret portant création de l’Institut national de santé publique (INSP).
L’INSP fusionne désormais les actuels centres de recherche et d’expertise du ministère de la Santé que sont le centre MURAZ, le centre de recherche en santé de Nouna et le centre national de recherche et de formation sur le paludisme.
Cette structure de service public d’expertise scientifique et de référence pluridisciplinaire est chargée de coordonner la recherche sectorielle en santé et d’éclairer par la rationalité scientifique et l’expertise technique, toutes les décisions en matière de santé publique au Burkina Faso.

L’adoption de ce décret permet de se conformer aux dispositions de l’article 7 de la loi n° 010-2013/AN du 30 avril 2013 portant règles de création des catégories d’établissements publics (EPS).

I.1.2. Pour le compte du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques :

-  un décret portant organisation du Recensement général de l’agriculture (RGA).
Le Recensement général de l’agriculture vise à actualiser les données structurelles sur l’agriculture au sens large (y compris l’élevage, la pêche et l’agroforesterie), en liaison étroite avec les questions de genre, de pauvreté et de sécurité alimentaire. Deuxième du genre, le RGA sera mené durant la période 2018-2020 sur l’ensemble du territoire national.

L’adoption de ce décret permet l’organisation effective du RGA, en vue de permettre à notre pays de disposer de données fiables et actualisées sur le monde rural et le secteur agricole.

I.1.3. Pour le compte du ministère des Mines et des carrières :

-  un décret portant extension du périmètre géographique du permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or de la société ROXGOLD SANU SA.
La mine de la société ROXGOLD SANU SA est située dans la commune de Bagassi, province des Balé, région de la Boucle du Mouhoun. Son extension couvre une superficie totale de 7,2 km2. L’exploitation du gisement se fera en mine souterraine et la production d’or attendue est de 5,2 tonnes.

Le projet d’extension permettra de générer au profit du budget de l’Etat des recettes d’un montant de vingt-quatre milliards huit cent quatre-vingt-dix millions six mille huit cent vingt (24 890 006 820) FCFA.

I.1.4. Pour le compte du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière :

-  un décret portant organisation du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière.
L’adoption de ce décret permet au ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière d’accomplir efficacement ses missions et de se conformer aux dispositions du décret n°2016-027/PRES/SGG-CM du 23 février 2016 portant organisation-type des départements ministériels.

I.1.5. Pour le compte du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :

-  un rapport relatif à deux (02) décrets portant respectivement nomination et renouvellement de mandats des membres de l’Assemblée plénière de la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC).
L’adoption de ces décrets permet la nomination de sept (07) nouveaux membres et le renouvellement de mandats de trois (03) autres à la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC).

I.1.6. Pour le compte du ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille :

-  un rapport relatif au dossier de prise en charge sociale et sanitaire des victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et du coup d’Etat du 16 septembre 2015.
Les mesures entreprises par le gouvernement ont permis d’assister les ayants droit de 33 victimes décédées lors de l’insurrection populaire et de 14 victimes décédées au cours du putsch.

La prise en charge concerne l’assistance alimentaire temporaire, la scolarité et la formation des orphelins jusqu’à leur majorité, la prise en charge sanitaire des victimes blessées ou des ayants droit des victimes décédées pour une durée limitée et l’examen des cas résiduels de décorations des blessés.
L’accompagnement social et sanitaire des blessés et des ayants droit des victimes de l’insurrection et du coup d’état représente un coût de sept cent seize millions cinq cent trente-six mille neuf cent un (716 536 901) FCFA pour la période de 2014 à 2018.

Le Conseil a instruit le transfert des dossiers au Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) pour la coordination des actions en relation avec les départements ministériels concernés.

I.2. AU TITRE DE LA DYNAMISATION DES SECTEURS PORTEURS POUR L’ECONOMIE ET L’EMPLOI, LE CONSEIL A ADOPTE

Pour le compte du ministère de la Santé :

-  un rapport relatif à l’appel d’offres international ouvert n°2017-0079/MS/SG/DMP/PADS-PCCS du 28 août 2017 pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et d’équipements médicotechniques au profit du Centre hospitalier régional (CHR) de Ziniaré.

Le Conseil a marqué son accord pour la conclusion des marchés avec les entreprises suivantes :

- lot 1 : AGENTIS pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et équipements médicotechniques pour les bâtiments suivants : service des entrées, consultation externe, service des urgences médicales et chirurgicales, bloc opératoire, hospitalisation chirurgie, maternité, hospitalisation maternité, pédiatrie hospitalisation pédiatrie, pharmacie, laboratoire et banque de sang, imagerie médicale, morgue, locaux fluide 1 et 2 pour un montant de un milliard quatre cent dix millions neuf cent quatre-vingt-onze mille six cent quatre-vingt-trois (1 410 991 683) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

- lot 2 : ARCOA pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et équipements médicotechniques pour les bâtiments suivants : administration, médecine générale, hospitalisation médecine générale, kinésithérapie, maladies infectieuses, administration santé mentale, hospitalisation santé mentale, ophtalmo-ORL-odonto-stomatologie, hospitalisation ophtalmo-ORL-odonto-stomatologie, buanderie CHR, cuisine CHR, buanderie et cuisine accompagnants, atelier de maintenance pour un montant de six cent cinquante-huit millions sept cent quatre-vingt-trois mille huit cent cinquante-cinq (658 783 855) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

- lot 3 : COGEA INTERNATIONAL pour la fourniture, l’installation et la mise en service d’équipements de bureau et de matériels divers pour un montant de deux cent quarante-sept millions quatre cent quatre-vingt-dix-sept mille trois cent trente (247 497 330) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

- lot 4 : UNISTAR DIVERS pour la fourniture et l’installation de mobilier de bureau pour un montant de cent cinquante-quatre millions neuf cent soixante-neuf mille quatre cents (154 969 400) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 90 jours.
- lot 5 : AGENTIS pour la fourniture, l’installation et la mise en service d’un incinérateur hospitalier puis d’un local devant abriter l’incinérateur pour un montant de soixante-quatre millions quatre-vingt-sept mille trois cent trente-cinq (64 087 335) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

- lot 6 : Groupement TM Diffusion/CCT SA pour la fourniture, l’installation et la mise en service d’un PSA puis d’un réseau de fluides médicaux pour un montant de huit cent quarante millions cent trente-trois mille sept (840 133 007) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

- lot 7 : Groupement WATAM SA/Economic Auto pour la fourniture de deux (02) ambulances et d’un bus de 30 places pour un montant de quatre-vingt-quatorze millions cent quatre-vingt-deux mille quatre cent (94 182 400) FCFA TTC, avec un délai d’exécution de 120 jours.

Le montant total des attributions s’élève à trois milliards quatre cent soixante-dix millions six cent quarante-cinq mille dix (3 470 645 010) FCFA TTC.
Le financement est assuré par le budget de l’Etat, exercice 2018 (80%) et la BADEA (20%).

II. COMMUNICATION ORALE

II. Le ministre de l’Economie, des finances et du développement a fait au Conseil une communication relative à l’organisation des Assises nationales de la fiscalité.
Ces Assises visent à offrir aux acteurs un cadre d’échanges qui permettra de faire un état des lieux du système fiscal et de faire des propositions consensuelles de réformes du dispositif fiscal pour le rendre simple, moderne, efficace, fiable en phase avec les réalités économiques du pays.

Le ministre de l’Economie, des finances et du développement a également fait au Conseil une communication relative au maintien du mot d’ordre de grève de la Coordination des syndicats du ministère de l’économie et des finances (CS-MEF) malgré les efforts consentis par le gouvernement en maintenant le fonds commun en l’état pour l’année 2018, en attendant la mise en œuvre à partir de janvier 2019, des recommandations de la conférence sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat.

Afin d’assurer la continuité du service, le Conseil a autorisé les ministres en charge du dossier à recruter du personnel d’appoint notamment les retraités et les volontaires et à prendre toute initiative permettant de lever les goulots d’étranglement constatés au niveau de la chaine des dépenses et au niveau de la mobilisation des ressources domestiques.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SECURITE

-  Monsieur Boureima SAVADOGO, Mle 111 497 N, Commissaire principal de police, 3ème grade, 3ème échelon, est nommé Directeur régional de la Police nationale du Centre-Est.

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

-  Monsieur Boureima TIENDREBEOGO, Mle 91 931 M, Administrateur civil, est nommé Haut-commissaire de la province du Ziro ;
-  Madame Kis-Wend-Sida Angéline NIKIEMA, Mle 46 600 V, Conseiller des affaires culturelles, est nommée Conseiller technique chargé des questions culturelles du Gouverneur du Centre-Est ;

-  Madame Hasarata DRAME/SINARE, Mle 37 996 B, Conseiller des affaires culturelles, est nommée Conseiller technique chargé des questions culturelles du Gouverneur du Nord ;
-  Monsieur Issouf SAWADOGO, Mle 211 772 P, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, est nommé Conseiller technique chargé des questions relatives à la formation professionnelle, à la jeunesse et à l’emploi du Gouverneur du Nord.

Sont nommés Conseillers techniques chargés des questions relatives aux libertés publiques, à la prévention et à la gestion des conflits des Gouverneurs de région, les Administrateurs civils dont les noms suivent :

-  Monsieur Sanne-Bom Jean Baptiste SOME, Mle 98 019 E, Région du Centre ;
-  Monsieur Ousmane de Tasséré OUEDRAOGO, Mle 23 610 F, Région du Centre-Est ;

-  Monsieur Foubla Prosper YOUMA, Mle 15 383 S, Région du Centre-Nord ;
-  Monsieur Seydou OUATTARA, Mle 23 631 K, Région du Centre-Ouest ;
-  Madame Aminata BORO, Mle 91 603 Y, Région du Centre-Sud ;
-  Monsieur Aboubacar SANOU, Mle 23 583 A, Région des Hauts-Bassins ;
-  Monsieur Idrissa YANOGO, Mle 67 353 C, Région du Plateau-Central ;
-  Monsieur Réné NANA, Mle 23 649 M, Région du Sahel ;
-  Monsieur Brahima KONE, Mle 98 007 F, Région du Sud-Ouest.

Sont nommés Secrétaires généraux de provinces les Administrateurs civils dont les noms suivent :

-  Monsieur Pégo Abdoul Moumouni SONDE, Mle 97 435 E, Province de la Gnagna ;

-  Monsieur Batio BAZONGO, Mle 200 287 N, Province du Mouhoun ;
-  Monsieur Koutoukou Laurent KONTOGOM, Mle 118 964 P, Province du Sanmatenga ;
-  Monsieur Oumarou SANDWIDI, Mle 91 920 V, Province du Poni.
Sont nommées préfets les personnes dont les noms suivent :
-  Monsieur Wapa DAKIO, Mle 30 60, Agent public, Département de Diguel ;
-  Monsieur Souleymane OUATTARA, Mle 39 37, Agent public, Département de Koutougou ;
-  Monsieur Toumani SANGARE, Mle 105 204 M, Secrétaire Administratif, Département de Boussoukoula ;

-  Monsieur Lamine ZIDOUEMBA, Mle 212 149 N, Secrétaire Administratif, Département de Kokologho ;
-  Monsieur Abdramane NACRO, Mle 95 788 K, Secrétaire Administratif, Département de Tanghin-Dassouri ;
-  Monsieur Issouf OUEDRAOGO, Mle 229 922 H, Secrétaire Administratif, Département de Koumbia ;
-  Madame Haoua ZOROME, Mle 260 581 Y, Secrétaire Administratif, Département de Kirsi ;
-  Monsieur Parbignaré Julien ZANZE, Mle 212 146 A, Administrateur civil, Département de Koubri.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

-  Monsieur Yacouba OUATTARA, Mle 102 682 K, Maître assistant, est nommé Conseiller technique ;
-  Monsieur Longin SOME, Mle 24 074 Y, Enseignant chercheur en Mathématiques appliquées, est nommé Chargé de missions du Centre universitaire polytechnique de Banfora (Vice-président) ;

-  Monsieur Gomdaogo Pierre NAKOULIMA, Mle 32 167 P, Professeur titulaire, est nommé Chargé de missions auprès du Centre universitaire polytechnique de Manga (Vice-président) ;
-  Monsieur Ynoussa MAIGA, Mle 257 233, Enseignant-Chercheur, catégorie P3, est nommé Chef du Département de l’enseignement et de la recherche en sciences nucléaires au Secrétariat permanent à l’énergie atomique ;
-  Monsieur Almamy KONATE, Mle 258 305 N, Chargé de recherche, catégorie P3, est nommé Chef du Département des projets et programmes au Secrétariat permanent à l’énergie atomique ;

-  Monsieur Florent SONG-NABA, Mle 231 946 P, Maître de conférences agrégé en sciences de gestion à l’université Ouaga II, catégorie I, 3ème échelon, est nommé Vice-président chargé de la recherche et de la coopération internationale à l’université Ouaga II ;
-  Monsieur André CONSEIBO, Mle 58 533 H, Enseignant-chercheur, Maître de conférences en mathématiques, catégorie P2, est nommé Directeur général adjoint chargé de la recherche et de l’innovation de l’Ecole polytechnique de Ouagadougou.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABETISATION

-  Monsieur Noraogo Daniel KABORE, Mle 26 336 J, Inspecteur de l’enseignement secondaire, 2ème classe, 11ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
-  Monsieur Richard Guillaume TONI, Mle 34 617 C, Inspecteur de l’enseignement secondaire, 2ème classe, 10ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

-  Monsieur Ibrahima SANON, Mle 43 294 C, Professeur certifié, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chargé de missions en remplacement de Madame Judith Estelle W. NANEMA/OUEDRAOGO ;
-  Monsieur Rémy HABOU, Mle 18 269 E, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Conseiller technique en remplacement de Monsieur François COMPAORE ;
-  Monsieur Lucien HIEN, Mle 53 508 B, Inspecteur de l’éducation de jeunes enfants, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller technique en remplacement de Monsieur Dieudonné ROUAMBA ;

-  Monsieur Idrissa KONE, Mle 56 116 M, Inspecteur de l’enseignement secondaire, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur de l’enseignement et la formation technique et professionnels initiaux ;
-  Madame Séré Tinadân Mireille DAO/SOU, Mle 58 484 T, Inspecteur de l’enseignement secondaire, 1ère classe, 13ème échelon, est nommée Directrice de l’enseignement artistique et culturel ;
-  Madame Awa Adelaïde BOUGMA/SINARE, Mle 24 998 C, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Directrice de l’éducation préscolaire et primaire ;

-  Monsieur Eric Wenceslas KABORE, Mle 41 958 R, Conseiller d’administration scolaire et universitaire, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
-  Madame Fatimata ZONGO/OUEDRAOGO, Mle 250 231 D, Conseiller d’éducation, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Chargée d’études ;
-  Monsieur Sidi DRABO, Mle 41 903 D, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
-  Monsieur Boureima TRAORE, Mle 27 989 P, Professeur certifié des lycées et collèges, 1ère classe, 16ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

-  Monsieur Souleymane COULIBALY, Mle 52 276 R, Inspecteur de l’enseigneur secondaire, 1ère classe, 14ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
-  Monsieur Guétabamba Albert ZEMBA, Mle 45 606 G, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré, 1ère classe, échelle 5, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Gaoua ;
-  Monsieur Soungalo COULIBALY, Mle 26 529 D, Inspecteur de l’Enseignement du 1er degré, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur des études et des stages de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Gaoua.

E. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT
-  Monsieur Delwendé Guy Christian NIKIEMA, Mle 254 967 U, Ingénieur de génie rural, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional de l’Eau et de l’assainissement du Plateau-Central.

F. AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT

Sont nommées membres de l’Assemblée plénière de la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC), pour un premier mandat de trois (03) ans, les personnes dont les noms suivent :

Commissaires représentant le ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :

-  Monsieur Yizoumou Justin YEHOUN, Conseiller des affaires économiques en remplacement de Monsieur Domboué Abdoulaye COULIBALY ;
-  Madame Gisèle SAGNON/SAWADOGO, Magistrat.
Commissaires représentant le ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :
-  Monsieur Elysé OUEDRAOGO, Magistrat ;
-  Madame Bibata NEBIE/OUEDRAOGO, Magistrat.
Commissaire représentant le ministère de l’Economie, des finances et du développement :

-  Monsieur Adama NANA, Inspecteur divisionnaire des douanes.
Commissaire représentant le monde universitaire :
-  Monsieur Idrissa Mohamed Ben Issaka OUEDRAOGO, Professeur titulaire des facultés des sciences économiques.
Commissaire représentant les associations des consommateurs :
-  Monsieur Pierre NACOULMA, Médiateur professionnel en remplacement de Monsieur Marius BASSOLE.

Sont nommées membres de l’Assemblée plénière de la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC), pour un dernier mandat de trois (03) ans les personnes dont les noms suivent :
Commissaires représentant le secteur privé
Au titre de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) :
-  Monsieur Fousséni KONE, Economiste, Directeur régional des Hauts-Bassins/Bobo-Dioulasso.

Au titre de l’Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso :
-  Monsieur Malick Abdoulaye BA, Pharmacien.
Au titre du Conseil national du patronat Burkinabè :
-  Monsieur Ibrahim TRAORE, Economiste gestionnaire commercial.
G. AU TITRE DU MINISTERE DE L’URBANISME ET DE L’HABITAT
-  Monsieur Emmanuel TAPSOBA, Communicateur, est nommé Chargé de missions ;

-  Monsieur I. Michel Stanislas BADO, Mle 257 129 H, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances.

H. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

-  Monsieur Roger BARO, Mle 202 561 P, Inspecteur de l’environnement, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur de la prévention des pollutions et des risques environnementaux.

III.2.NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs et d’un président aux Conseils d’administration :
-  de l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétiques (ANEREE), au titre du ministère de l’Energie ;
-  du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) et du Musée national du Burkina Faso, au titre du ministère de la Culture des arts et du tourisme.
La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Messages

  • Quelle décision salutaire !!!! Mais avant de recruter un personnel d’appoint, il faut que Madame le Ministre en charge des Finances fasse passer en Conseil de Discipline les cinq diaspo qui ont perturbé sa réunion il y’a quelques semaines en disant « Rosine tu mens, Rosine tu es entrain de mentir, … Hohohohoh , Rosine tu mens » car vous êtes un membre du Gouvernement, vous êtes plus âgée que ces morpions, vous êtes plus intelligente que ces sans éducations issues de très mauvaise famille. Et après le Conseil de Discipline, vous amenez le problème en Conseil des Ministres pour les licencier purement et simplement. Vous pensez que ces fonctionnaires, devant leurs DG qui disent : Rosine tu mens, peuvent mettre au monde et éduquer des enfants pour le futur de ce pays ??? Ce sont ces mêmes diaspo qui ont commencé à bruler les pneus sur le goudron à Ouagadougou. Si ces cinq agents ne sont pas licenciés après avoir dit en AG devant leurs DG, Rosine, tu mens, c’est fini pour Rock.

  • un rapport relatif à l’appel d’offres international ouvert n°2017-0079/MS/SG/DMP/PADS-PCCS du 28 août 2017 pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et d’équipements médicotechniques au profit du Centre hospitalier régional (CHR) de Ziniaré.

    pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et équipements médicotechniques :

    pourquoi on ne rajoute pas formation et maintenance dans le contrat ? qui vas s’occuper de la maintenance ? une autre entreprise ?

    je demande tout simplement au Journaliste de Lefasonet de prendre ma remarque en considération, noté la date de mon message et si Dieu veux rendez-vous 2020 pour voir l’état des équipements. aucune plannification au niveau des appels d’offres.

  • Courage au gouvernement pour le recrutement des retraités et des volontaires pour remplacer les grévistes des finances. S’ils veulent qu’ils restent définitivement à la maison auprès de leurs enfants et femmes. Le ministère ne ne leur appartient pas. Qu’on les chasse tous. Ils sont contournables..

  • je félicite madame la MINEFID pour cette initiative qui consiste à faire appel aux volontaires et retraités pour la continuité du service public car ces gréviste veulent prendre tout un pays en otage sur l’autel de leurs intérêts égoïstes. je voudrais proposer au ministre de faire ouvrir des listes de présences dans toutes les directions centrales, les directions régionales et provinciales du ministère afin que ceux qui voudront travailler s’inscrivent et travaillent effectivement. Les non inscrits qui seront considérés comme grévistes ne devront pas percevoir leur salaire du mois de juillet car il sera injuste qu’un agent qui n’a pas rempli ses obligations professionnelles reçoive son salaire.

  • je félicite madame la MINEFID pour cette initiative qui consiste à faire appel aux volontaires et retraités pour la continuité du service public car ces gréviste veulent prendre tout un pays en otage sur l’autel de leurs intérêts égoïstes. je voudrais proposer au ministre de faire ouvrir des listes de présences dans toutes les directions centrales, les directions régionales et provinciales du ministère afin que ceux qui voudront travailler s’inscrivent et travaillent effectivement. Les non inscrits qui seront considérés comme grévistes ne devront pas percevoir leur salaire du mois de juillet car il sera injuste qu’un agent qui n’a pas rempli ses obligations professionnelles reçoive son salaire.

  • Mme le Ministre de l’Economie, continuez à vous cacher derrière les conférence et assise au lieu de discuter avec les syndicats. Si vous pensez que ce sont vos réservistes et autres syndicats en gestation qui vont vous tirer d’affaires. Un proverbe dit en substance que le fait de monter et de descendre est le problème du margouillat, sinon la montagne reste à sa place. Finissez votre cinéma et allez voir les syndicats pour une sortie de crise apaisée.

  • Voilà enfin un gouvernement qui hausse le ton contre ces "fraudeurs des finances". Merci Maman Rosine ! Recrute vite les retraités et les volontaires. Il reste maintenant les licenciements et nous allons récupérer leurs "2ème bureaux". En jouissant nous allons crier fort " Vive Rosine" "Vive le président Rock" !!! Lol !!!

  • Alleluiya voici l’heure venue ou chaque fonctionnaire de l’Etat burkinabè touchera son salaire mensuel chaque trimestre. Fellicitation a CES members patriotes de CE gouvernement pour la descente aux enters enclanchée. A CES fonctionnaires et autres ki en veulent aux financiers 2020 est arrivé et CE regime s’en ira et vous avec.

  • Enfin un cadre de l’éducation préscolaire , Mr Lucien Hien, nommé comme conseiller technique du MENA. Pour une première fois le préscolaire est représenté dans l’instance décisionnel du MENA. Cela va rendre visible le préscolaire qui a longtemps souffert de la tentative de noyades face aux autres acteurs de l’éducation nationales qui prenaient des décisions contraires aux principes de l’éducation préscolaire sans consulter les professionnels de ce domaine. Vivement que la promotion et mérite des cadres de ce sous domaine de notre système éducatif se poursuit dans les autres directions centrales. Merci au Ministre

  • au moins voilà une décision courageuse contre les renégats et autres apatrides qui n’ont découvert le burkina seulement quand on leur a dit de venir qu’il y a à manger. on les a positionné frauduleusement au ministère des finances pendant que les vrais burkinabè continuent de trimer et tirer le diable par la queue

  • A l’intention de l’internaute Sidpawalemdé : à mon avis le plus grave n’est pas que 5 diaspos ou 5 non diaspos disent à la ministre qu’elle ment.

    Le véritable problème serait que la ministre mente. Alors dites nous si oui ou non la ministre a menti.

    Si oui il y a eu contrevérité flagrante de la part de la ministre alors Ok pour un avertissement verbal à nos 5 diaspos mais et surtout OK pour une démission de la ministre par la faute de qui l’honneur des membres du gouvernement a été bafoué par 5 diaspos que nous pensons mal éduqués.

  • Felicitation au gouvernement !
    J’avais dit que si le gouvernement tape sur la table, ils vont detaler, c’est la panique totale, d’autres veulent en decoudre avec leur syndicat, lebga toro tar !!!!!!!!
    Ou est passe le bon analyste ? Surement wanted par ses camarades !!!!!
    On les a conseille fatigue, ah bas !

  • Pendant que le pays est ruine sécuritaire, alimentaire et en faillite économique et financière, la guerre des insensés se poursuit. Cette mesure comme la remise à plat est un effet d’annonce. Il est plus que clair que nous sommes face à un problème de personne. Si Simon a eu la sagesse pour une fois de quitter la sécurité, Rosine devrait en faire autant.
    Je suis sidéré par cet enfantillage du gouvernement et du syndicat.
    Je crains des tracts sur les dossiers salles de nos dirigeants.
    Le pays est le grand perdant !

  • A Monsieur tiibo. Alleylua le burkina compte 8 millions d’habitants.

  • Bonne décision du gouvernement pour la fin de la récréation et dés demain il faudrait mettre en.application cette décision .pas de recul c’est une occasion pour avoir plus d’expertise sur la question même pour deux mois d’expérimentation c’est bon.nous ne pouvons pas permettre a des énergumènes de dérouter notre économie. S’ils pensent que c’est de la diversion ils auront pour leur compte.Merci Rosine et soutien total au.gouvernement. Trop c’est trop parce que ces grévistes confondent avoir le droit de grève et être en droit de grève.

  • Juste bravo. il faut être tordu pour ne pas vous féliciter.

  • Le gouvernement et le régime sont leur phase terminale. Je suis convaincu que tout est réuni pour la fin de ce régime, tous les clignotants sont au rouge pour qui connait bien ce pays, je parle pas des profiteurs du régime qui n’ont aucune notion de l’histoire politique de ce pays.
    La démocratie est en panne comme elle ne l’a jamais été, et c’est un état d’exception qui pourra la remettre sur la route et cela dans les dix ans à venir, même les chinois l’ont compris voila pourquoi ils ne veulent pas s’hasarder à investir pour le moment parce qu’ils ne sont pas certain que le nouveau régime qui viendra après ces malpropres sera de leur bord.
    Le pouvoir du mpp est sur une chaise à deux pieds. PATIENCE PATIENCE

  • Je propose pour le recrutement des volontaires de redéployer les Responsables Administratifs et Financiers des différentes régions qui d’ailleurs maîtrise le CID , le DAO, la régie de recettes et d’avances afin de résorber ce problème de grise .

  • Décision à appliquer immédiatement sans recul et sans négociation. Il faudrait expérimenter cette décision salutaire et sanctionner aussi.

  • Bravo au gouvernement.Restez solidaires surtout.
    Il y avait deux RSP au Burkina . le RSP militaire a été dissous. Il restait hélas le RSP civil à savoir les syndicats du Minefid. Il ont térrorisé et dissuadé tous les précédents ministres et notament Amina BILA.c’est fini aussi pour ce pseudo RSP

  • J’invite mes soeurs des finances a reprendre le travail pour ne pas risquer de devenir ménagères a 100%,sachant que certains hommes préfèrent gérer le 2eme bureau dehors ,plutôt que s’occuper de Mme a la maison.

  • Attention a ne pas oppose des burkinabe les uns contre les autres . On sait quand est ce ca commence mais on ne sait pas kan ca va finir . Attention mes freres .

  • Je voudrais attirer l attention de madame la Minefid sur le cas des Dcmef et des agents comptables des EPE qui sont nommes et qui sont absents de leur poste. Je voudrais vous suggerer de demander aux dg des Epe de faire le point des grevistes afin qu ils soient remplaces car j en connais qui sont absents a leur poste pendant toutes les greves

  • Il faut que nos amis des finances mettent un peu d’eau dans leur vin. A l’allure ou vont les choses, ils peuvent se retrouver à la maison et le Burkina va continuer fonctionner. Nous soutenons entièrement la MINEFID et le gouvernement dans leur quête de rationaliser les salaires des travailleurs.

  • Juste faire remarquer que :
    1. les syndicats et les syndiqués sont libres d’aller en grêve. Les textes l’autorisent.
    2. le gouvernement est libre sinon à le devoir d’assurer la continuité du service publique. La mission à lui confier par le Peuple l’autorise voire l’impose.
    3. il est vraiment triste et regrettable (point de vue personnel) qu’à l’heure où le pays est engagé dans une lutte contre le terrorisme à l’intérieur de nos frontières, que notre sport national favori soit des grèves et des sit-in.
    4. les gouvernants d’aujourd’hui seront tôt ou tard des gouvernés de demain comme certains gouvernés d’aujourd’hui seront des gouvernants de demain.
    5. l’impératif c’est de faire des concessions individuelles et collectives pour l’avenir de ce pays car nous n’en avons pas un en secours.
    6. Retenons que c’est "La Patrie ou la Mort, NOUS Vaincrons". Remarquons l’ordre de chaque mot, LA PATRIE d’abord, donc le Burkina Faso et rien que la PATRIE et ce, jusqu’à la MORT. La seule condition pour que nous VAINQUIONS. Malheureusement, nous voulions ou pensions vaincre sans mettre en avant la PATRIE.
    Dieu bénisse le Burkina Faso.

  • Dans les années 1970-1980, même au plus fort des grèves, je ne me souviens pas qu’une centrale syndicale eût préconisé cette technique de la terre brûlée pour faire plier le gouvernement et l’ensemble du peuple travailleur de la Haute-Volta de l’époque. Bien au contraire, dans les secteurs régaliens de l’Etat ou dans les domaines stratégiques comme les télécommunications, les personnels techniques se faisaient enregistrer en grève tout en assurant la permanence de service afin de sauvegarder l’intérêt général et le patrimoine public.
    Comment sommes-nous donc arrivés à introduire dans ce pays où le patriotisme collait à la peau de chacun, cet esprit mercantile du tout pour soi ? En oubliant que la plupart de nous sommes issus de couches sociales constituées à 80% des plus démunies du pays.
    Le gouvernement doit faire preuve cette fois-ci de grande fermeté comme il semble s’y résoudre dans sa délibération en CM. Au Burkina, nous observons des comportements de plus en plus égoïstes que ce pays n’a jamais vécu. Il faut y mettre fin en restaurant la pleine et entière autorité de l’Etat. Un chef de l’Etat a été élu et il en est le dépositaire ; il doit exercer cette autorité sans état d’âme lorsque la vie même de la nation est aussi gravement mise en péril. Le jeu démocratique garantit les libertés individuelles et collectives, mais il ne rime avec la destruction de la patrie pour les intérêts mercantiles.

  • Bonsoir,
    Si ce que l’internaute n°1 (Sid Pawalemde) est avéré en ce qui concerne le comportement de 5 agents du Minefid, je pense qu’il est tout,à fait normal que ces agents écopent de sanctions qui peuvent aller jusqu’au licenciement sans droit. Il est grand temps de restaurer l’autorité de l’Etat. Rien ne se bâti dans l’anarchie. Or, la démocratie mal comprise conduit à l’anarchie et nous en sommes là. C’est pourquoi dans l’histoire des peuples, ce sont les pouvoirs forts qui ont réussi les grandes avancées. Une famille harmonieuse existe parce-qu’il y a une autorité et des règles que le chef de famille (l’autorité) fait respecter.Dès lors que les libertés de quelques uns mettent en péril l’équilibre du Faso (la République), il importe que la force légitime s’applique pour sauvegarder l’équilibre du vivre ensemble pour tous.
    Exit donc du Minefid ces 5 agents pour la part.

  • Ouedraogo, les Burkinabè ne sont pas dans cette posture là, tu le sais bien. Mais lorsque l’on observe les agissements irresponsables des syndicats du MINEFID avec leurs grèves sauvages, il y a lieu de se poser des questions : c’est la folie ? La défiance à l’Autorité de l’Etat ? Le droit de grèver exige des grèves sauvages ? Cela est inacceptable. Alors, s’ils ne veulent plus travailler, qu’ils démissionnent et laisser la place à d’autres personnes. Les gens ont raison de s’opposer à cette grève sauvage du syndicat du MINEFID. Mais si toi Ouedraogo tu penses que les intervenants veulent " opposer des burkinabe les uns contre les autres ", c’est mal comprendre les choses.

  • Si ce que l’internaute n°1 dit est vrai, en plus de ces agents soit-disant responsables syndicaux incapables d’un minimum de réserve et de discrétion, je dirais méprisant toute déontologie de la fonction publique, il faut que l’Etat sanctionne ces agents indélicats, pire que des délinquants de la rue.
    Le manque de répression à de tels comportements ne font qu’aggraver l’incivisme et l’indiscipline.
    Félicitation au Gouvernement pour sa décision de recourir à des gens qui veulent travailler. Dès que vous avez ce personnel, licenciez simplement tout ceux qui totalisent plus d’un mois de grève dans l’année. On verra dans quel privé ils pourront se permettre de telles folies !

  • Courage Mme le Ministre.
    Ces têtes brûlées qui pensent que le Ministère leur appartient.
    Il y a trop de diplômés dans ce pays qui cherchent du travail.

  • Dire "Rosine tu mens" c’est de l’impolitesse caractérisée.Elle a raison de vous qualifier de terroristes. Ce sont ceux la même qui avaient terroriser Mme Bila pendant la transmission. Ce n’est pas parce que le ministre est une femme qu’il faut lui manquer du respect ! Saurait été face a un homme oseriez vous dire "tu mens" ? Mme le ministre poursuivez ces indisciplinés et sanctionnez les pour qu’ils se rappellent que c’est vous leur supérieure, même s’ils sont jaloux de vous.

  • Même s’ils sont jaloux et frustré que ce soit une femme qui les dirige.

  • Si cela doit continuer, je demanderai au Président Rock M.K. et à son Gouvernement d’envisager le licenciement pure et simple de ces responsables Syndicaux car Les intérêts du peuple sont au-dessus des intérêts partisans. Cest une nouvelle race de jeunes très impolis et très discourtois que nous avons. Cest une grève politique et rien d’autre . À cette allure ce n’est pas seulement ce Gouvernement qui en pâtira des conséquences néfastes de ces grèves sauvages mais tout le peuple. Il y’a déjà plein de petits commerçants qui ont mis la clé sous paillasson. Même si Le PCRV veut accéder au pouvoir ce n’est pas la bonne manière , il ne faut pas rêver . Ce pays est tellement beau pour le laisser aux mains des rêveurs.

  • Il y a des manièresoucis plus polies et respectueuses pour dire à quelqu’un qu’il dit des contre-vérités. Tout est question d’éducation. Dommage qu’il y ait des soit-disants évolués qui exposent en face du monde, leur manque de morale ; simplement parce qu’ils viendraient d’un pays émancipé.

  • Fonctionnaires irrespectueux de la hiérarchie et de la déontologie, incompétents, paresseux, fraudeurs et pilleurs. C’est ca la fonction publique burkinabé. La décision du Gouvernement est la bienvenue. Mais il faut aller au delà avec des notations sans complaisance, des avancements et des nominations fondés sur la compétence et les efforts et un contrôle sur l’authenticité des diplômes. Courage au Gouvernement

  • Les financiers ont perdu le combat. Mais le gouvernement risque de perdre la guerre. La méthode qui consiste à recruter des retraités et des volontaires pour assurer la continuité du service aura des conséquences incalculable sur notre économie. Certainement surpris par la retraite, les grands frères mettront prioritairement la chance de leur coté et ne répondront de rien. idem pour les volontaires. C’est exactement ce que BEMBAMBA a fait au trésor avec ses recrutements parallèles et ce sont les mêmes aujourd’hui qui nous rendent la vie impossible. Je suis contre la grève des financiers, mais je suis plus contre cette idée bancale et très mal pensée. Aucun bailleur sérieux n’acceptera confié son argent à des bénévoles recrutés sur la base des dessous politiques. Syndicats et gouvernement se comportent comme ses étudiants avec des positions radicales. Quel désordre ?

  • Mon cher SID PAWALEMDE, je crois que tu as des sérieux problèmes et tu dosi aller te faire soigner. Oui je suis d’accord avec ta position car il est permis à tout un chacun de raconter ce qui pense être juste et toi, il faut éviter de qualifier ces gens de "diaspo". tu as quels problèmes avec les diaspos ? Crois tu pas que beaucoup des fonctionnaires de hauts niveaux, je dis bien de hauts niveaux sont issus de la famille de ceux que tu appels diaspo ? Je te comprends car tu n’as jamais quitter traversé les frontières du Faso et il faut remercier Dieu avec l’école tu connais Ouagadougou.

  • je suis volontaire pour collecter les recette madame la minefid.

  • Je crois qu’il faut mettre fin à cette récréation qui a trop duré. Merci madame la ministre. Nous vous soutenons dans votre démarche. Ceux qui pensent qu’ils vont faire couler le pays se trompe car des millions de Burkinabé n’ont pas les privilèges qu’ils ont mais bénissent Dieu chaque jour pour le peu qu’ils ont et prient pour la prospérité de cette nation. Votre égoïsme et votre voracité vous amènera très très loin où vous n’espérez pas. Certains de vos collègues n’ont aucun respect pour les personnes âgées. Continuez dans votre égarement, ça se passera devant vous.

  • Je pense que quelque soit l’issue de ce bras de fer, les deux camps et le pays tout entier aura perdu. Les fonctionnaires seront divisés, l’Etat n’atteindra pas son objectif en matière de développement et de climat social et des affaires apaisé et serein, les commerçants et fonctionnaires divisés. Je pense que la plus grande sagesse est d’accepté d’aller à la table de négociation pour les deux parties et mener des discussions franches. L’heure doit être au dialogue. Sinon, le monde syndicale dans sa grande majorité va se radicaliser. SVP, CS-MEF et Gouvernement, il faut prioriser le dialogue.

  • Ceux qui pensent que c’est la fin du régime se sont trompés dans l’interprétation de leur rêve parce que c’est la fin pour eux même. Si vous avez du mal à vous défaire de l’égoïsme sachez qu’il y’a des millions de Burkinabé qui ont besoin plus d’attention que vous. On est dans quel monde ? Pensez-vous que c’est à force d’amasser que l’on est heureux ? C’est celui qui craint Dieu qui est béni. Or certains de vous n’ont aucun respect pour leurs aînés. Ce que vous semez vous le récoltera en abondance.

  • A mon avis il y a un problème que le gouvernement cherche à nous cache. Sinon qu’une telle radicalisation du SYNDICAT n’est pas fondée. Pourquoi tout ce cinéma pour aboutir à des conclusions connues d’avance. Il s’agit maintenant de recruter des retraités et des volontaires pour assurer les services.
    permettez moi de poser quelques questions :
    - Que est ce qui empêche le gouvernement ou même le PF de recevoir le syndicat de résoudre cette question ?
    - Des statuts particuliers ont été donnés à des Corps. Le Corps des financiers n’est-il aussi stratégique ?
    - Est ce que les points de revendications de la CS-MINIFID sont réellement non réalisable ?

    Pour moi la dame SORI refuse le dialogue.
    PROPOSITION
    - Si Mme SORI ne veut plus discuter avec le syndicat que le PF prenne ses responsabilités pour nous trouver quelqu’un capable de ramener la paix sociale.

  • Mieux vaut tard que jamais. Voilà qu’on sent que notre Président s’est réveillé. S’ils veulent ils n’ont qu’a gréver toute leur vie. Le Ministère des Finances n’est pas l’héritage d’aucun rat pour qu’on le prenne en otage de cette façon. Si ça continue procéder purement et simplement à leur licenciement. Il y a de chômeurs dans ce pays pour que des vauriens ne veuillent pas travailler. VIVE CETTE DAME. On te soutient

  • Le Gouvernement s’est enfin résolu à prendre le taureau par les cornes ! Les financiers ont refusé d’entendre raison alors que la sagesse est la chose la mieux partagée ! Prenant en compte la situation nationale frappée par la famine et les terroristes, la sagesse commandait que les grévistes mettent un temps soit peu de l’eau dans leur vin ! Mais, comme malheureusement BEMBAMBA leur avait mis dans des conditions d’intouchables et ils se prenaient pour des dieux dans un Burkina où des milliers d’élèves sont sous paillote et des ménages sont atteints par la faim et le paludisme ! A tout cela s’ajoute les milliers de jeunes au chômage sans formation qualifiante ! Comment ne pas faire du recul quand on voit tous ces malheureux autour de nous ! C’est dommage que quand on a un cœur de pierres et la conscience obscurcies par la cupidité et l’égocentrisme on a aucun égard pour son prochain. Pourtant les religieux ont pris du temps pour les exhorter à changer de vie et à rechercher l’intérêt général ! Ne dis-t-on pas qu’on ne scie pas l’arbre sur lequel on est assis ? En définitive, le Gouvernement doit aller au delà du recrutement des retraités et des volontaires et sanctionner les hors la loi pour dissuader les éventuels jusqu’au-boutistes.VIVE LE BURKINA FASO ! HONTE AUX ENNEMIS DU PEUPLES !

  • Je propose l’approche méthodologique suivante :
    - la suspension tous les grévistes pour une période de 3 mois -sans salaire
    - leur re-intégration conditionnée à la signature d’une lettre d’engagement à servir les intérêts de l’Etat et non ceux personnels, sans grèves et revendications,avec la mention "en cas de non respect de cet engagement, l’intéressé est suspendu définitivement de la fonction publique" pour une seconde durée de 6 mois
    - l’affectation de tous les grévistes repris dans les régions hors de Ouaga et Bobo pour poursuivre les services publiques
    - le redéploiement des agents des régions à Ouaga et Bobo
    - le rappel des retraités pour un contrat de prestation de services (consultant) pour une durée n’excédant pas 3 mois, mais en cas de nécessité renouvelable pour un maximum plafond de 12 mois
    - avant l’application de toutes ces mesures, donner un ultimatum à chaque gréviste pour signer une fiche individuelle de cessation des revendications et de reprise du travail dans un délai de 24 heures.
    Merci, je ferais cela si j’étais Ministre

  • La logique aurait voulu que le Laboratoire nationale de la santé fasse partie de l’INSP.
    A quand le formatage de l’organisation de chaque ministère. La réorganisation perpétuelle au gré de chaque nouveau ministre a une incidence financière.

  • - Franchement c’est á travers cette décision du Conseil des Ministres que moi je suis maintenant convaincu que la majorité des burkinabè sont méchants et jaloux ! Voyez tous ces gens qui félicitent pour cette décision ! Burkinabè, je suis désolé de le dire mais vous êtes très méchants les uns envers les autres, et vous le paierez cher en enfer où vous grillerez comme des rats ! Alors chers méchants burkinabè, regardons ce que disent les Livres Saints sur votre manière d’être :

    La Bible :
    Ésaïe 14:5 : ‘’L’Eternel a brisé le bâton des méchants, La verge des dominateurs. Celui qui dans sa fureur frappait les peuples, Par des coups sans relâche, Celui qui dans sa colère subjuguait les nations, Est poursuivi sans ménagement’’

    Le Coran  :
    Sourate al-Azhâb, 33 : 58  : ‘’Celui qui fait du mal à un Musulman, me fait du mal à moi ; et celui qui me fait du mal, fait du mal à Allah. Un tel individu a été condamné dans la Torah, dans l’Injîl et dans le Saint Coran. Il dit aussi : Quiconque effraie un Musulman par un regard dur sera effrayé par Allah le Jour du Jugement’’.

    Et que disent les anciens des méchants et de la méchanceté ? Voyons voir :

    Paul Léautaud en verve (1970) : ‘’Il faut être la méchanceté même pour ne pas reculer à faire de la peine aux gens’’.

    Nicolas Machiavel dans L’âne d’or (1517)  : ‘’Les temps où nous vivons sont si remplis de méchanceté et de corruption, que, sans avoir des yeux de lynx, on aperçoit plus facilement le mal que le bien’’.

    Pierre-Jules Stahl dans Les pensées et réflexions diverses (1841) : ‘’La méchanceté établit son empire sur la faiblesse, et la gouverne presque toujours en despote’’.

    Adolphe d’Houdetot dans Dix épines pour une fleur (1853) : ‘’La méchanceté des fous est moins à craindre que la folie des méchants’’.

    Tous les méchants grilleront en enfer et hurlerons de douleur du feu 7 fois plus dense que le feu que nous connaissons.

    Pae Kôrô Yamyélé

  • Courage aux gouvernement du burkina faso des décisions fermes

  • courage au gouvernement, c’est pour le bonheur du peuple !!!on recrute les volontaires et les retraités, belle vision !

  • Il faudrait aussi revisiter les diplômes et les actes au niveau des finances parce des travailleurs fontionnnent avec des faux diplômes et actes.

  • ceux qui ont des problèmes avec les diaspos les trouveront sur leur chemin qu’ils rêvent ou qu’ils pensent rêver. a la fin on est fatigué et on vous dit merde. BASTA ! c’est un problème sérieux déposé là avec toutes les menaces à l’encontre des diaspos.
    n’ose même pas. on se laissera pas faire.merde 1000 fois

  • Bonjour à tous

    On y est, ça y est ; c’est et c’est le COMMENCEMENT : avec certains services à confier aux privés NE FAISONS PAS APPEL A QUI QUE CE SOIT RAPIDEMENT ALLONS DANS LA PROPOSITION CI-DESSOUS AVEC DETERMINATION

    Quelques éléments pour aller rapidement aux résultats dans un esprit d’équité et de contrat d’objectif. JE PROPOSE

    1) ElaborER les Termes De référence assez précis pour le recrutement d’un cabinet privé pour faire le travail. Celui-ci aura l’obligation d’avoir du personnel compétent pour la mission et pour des résultats. Ce cabinet sera jugé aux résultats qui sont à présenter trimestriellement et annuellement. Cette proposition nous épargnera des difficultés à court ou moyen terme à savoir : la question du montant de la rémunération des ces agents, la gestion assez délicat des carrières de ces retraités ou bénévoles.
    2) Le cabinet fera le recrutement de son personnel et assurera le travail à lui confier ;
    3) Le contrat pourrait être de deux ans renouvelable si RESULTATS ATTEINTS (le terme satisfaisant est à éviter) ;
    4) POUR LE RECOUVREMENT DES CHEQUES EN BOIS : il est préférable aussi de confier cette mission à un cabinet privé de recouvrement avec une clé de répartition assez raisonnable en exemple 15% à 20% pour le cabinet et les 85 à 80% pour l’Etat.
    5) IdentifiER et hiérarchiser les potentiels postes de travail pour la poursuite de cette expérience

    Le changement nécessaire est en marche et le Tout Puissant nous accompagne

    ENSEMBLE AVANCONS REGARDONS LOIN

  • Sidwaya sorgho que le ministre ait dit pas des contres vérités n est pas le problème c’est la manière de le lui signifier qui est impardonnable. Il fut un temps ou de telles comportements étaient sanctionnés dans l’heure qui suit certains se souviennent que de Diapaga ou il était en visite ,un samedi,le président Sankara utilisant l antenne de la RTB avait demandé au ministre d état auprès de la présidence du Faso de prendre une décision pour relever de ses fonction le préfet de la localité.

  • Rien qu’un effet annonce. Cela leur permettra résolument de récompenser leurs activistes et autres fidèles qui répètent à souhait ce que le Gouvernement veut. Continuer à vous refuser tout raisonnement ... Tantôt on dit la grève pas suivi, tantôt le rang des grévistes se réduit de jour en jour, tantôt on a besoin de recruter du personnel d’appoint que de contradictions... On appelle cela du mensonge et de la manipulation. Mais comme même si le diable venait sur terre s’attaquer au fc, beaucoup allaient accepter pactiser avec lui, la situation actuelle se comprend aisément.

  • Toute sanction des agents grévistes du minefid ne fera que galvaniser le pouvoir MPP.Le peuple vous suit.SANCTIONNEZ.

  • Continuer à semer les germes de la haine et de la division en prononçant le mot "diapo". Si vous comparé les "diaspo" au "non diapos" vous verrez que vos préjugés sont teintés de jalousie et d’égocentrisme.

  • Le Salut

    Vous êtes sur quelle planète ??
    Dans ce Faso il est bon que tout le monde le sache, le PF ne recevra plus de syndicat pour des questions de grève. Soyons honnête nous sommes dans une république et il y a des règles. Une autorité est une autorité, quelle dialogue voulez vous ?
    je respecte les syndicats, ils sont dans le rôle de revendiquer qu’elle est l’effort commun que nous avons consenti à la suite de l’insurrection populaire ????
    Même à la guerre de Noel les étudiants de la Haute Volta à l’époque on consentis un mois de leur bourse ; les travailleurs syndiqués en 1966 en ont été des patriotes

    AINSI TOUT EST PERMIS DANS CE FASO APRES L’INSURRECTION ??? NON et NON Il Y A DES LIMITES A TOUT. NOUS DEVONS ASSURER UN AVENIR MEILLEUR A NOS ENFANTS PAR NOTRE TRAVAIL ET NOTRE VIVR ENSEMBLE

    Le problème du Faso est lié à une minorité de privilégiés qu’on appelle fonctionnaires. Qu’ils travaillent ou pas le salaire mensuel est assuré et la retraite aussi. Quelle est la part relative de leur travail à l’évolution de la NATION ? Ce n’est pas leur préoccupation.
    Les paysans ils sont au nombre de combien ? vont - ils en grèvent ???

    Disons nous la vérité l’Etat a un grand intérêt à ouvrir les vannes pour que le privé joue pleinement son rôle de pourvoyeur d’emplois dans ce Faso.

  • Soutient total au gouvernement je valide la belle décision. En fin, ouff

  • La recréation est terminée. Ceux qui veulent pas travailler, démissionnent.Considerons la fonction publique comme un bien personnel. Que celui qui n’est pas satisfait , parte au privé ou crée son cabinet de consultation en finance. Point barre. Comment on peut s’opposer aux reformes ? Quel pays ? Annulons le FC sans discussion. C’est une injustice sociale.

  • Pendant que le pays est en pleine insécurité alimentaire du à la mauvaise campagne agropastorale 2017-2018, en faillite économique et financière et en insécurité avec ses djihadistes, certains fonctionnaires ne pensent qu’à eux.
    Est-ce qu’ils savent que s’il ne laisse pas le gouvernement travailler en toute sérénité, ils vont faire leurs revendications avec les djihadistes !
    Et comme a écrit un internaute, « il est vraiment triste et regrettable qu’à l’heure où le pays est engagé dans une lutte contre le terrorisme à l’intérieur de nos frontières, que notre sport national favori soit des grèves et des sit-in ».

  • Je ne suis point surpris par la réaction des nombreux internautes.Les gens me répétaient que le Burkinabè est méchant et mesquin mais j’ai toujours combattu cette idée, la MINEFID a très tôt compris cela. Chers financiers rendez vous à l’évidence.Personne ne cherche à vous écouter et tout le monde vous tombe dessus à bras raccourci.Ce sont le mêmes qui boivent la bière avec vous qui se réjouissent.Que ceux qui demandent le licenciement sachent qu’il ne leur sera pas reverser ce que ceux qu’on licenciera touchaient. C’est de la méchanceté gratuite.
    Dans tous les cas au Burkina on fini toujours par s’entendre.Vivement que ce bras de fer inutile cesse et que les uns et autres se comprennent. J’invite les financiers à reprendre le travail pour ne pas donner l’occasion à certains aigris de pavoiser.

  • Pour la première fois que le pouvoir de rock à fait quelques chose qui plaît à plusieurs personnes. Belles décision, trop c’est trop.

  • je n’ai pas la prétention de frustrer qui que ce soit mais juste apporter ma contribution. D’abord je félicite nos gouvernants et les exhorte à nous montrer que force reste à la loi. Ensuite le règlement des faux diplômes que la diaspora pour se faire une place au soleil dans le MINEFID doit être une priorité absolue afin de démasquer ces fraudeurs qui perturbent la quiétude de nous les commerçants.

  • Les valeurs vont recommencer à s’installer au BF : puisque le gouvernement pendant 27 ans, a payé le silence des financiers sur leurs magouilles. C’était du genre : "Je te donne un gros fonds commun et tu ne dénonces pas mes surfacturations, mes mauvaises exécutions de travaux...". L’argent donné gratuitement au Syndicat du MINEFID avait cet objectif : qu’il se taise sur la mauvaise gestion de l’argent. Une sorte de bandeau sur leur bouche...puisque ce sont eux qui voyaient les chèques passer. Je mange et tu manges, on se tait tous les 2.

    Maintenant que tout est pire qu’avant, c’est à dire que manger est devenu difficile, on appelle à l’insurrection, on crie au droit de grève, on bloque les marchés publics, prise d’otage du Gouvernement donc et des populations.

    Alors que va-t-il se passer ? Les aigris seront donc plus regardants sur les décaissements et sur l’exécution des marché publics. Si un ministère veut payer un bic à 100 FCFA, son DAAF va tout faire, il va ouvrir grands les yeux, pour éviter que quelqu’un bouffe. Puisque lui, il n’a plus de baillon sur la bouche. Il ne mange plus, et il va promettre donc que PLUS PERSONNE NE MANGERA, puisque lui il n’a plus grand chose.

    La vertu est en route pour revenir au BF.

  • La méchanceté, c’est plutôt vouloir prendre le pain du pauvre pour s’acheter des voitures de luxes, des parcelles, entretenir des amies...

    Toutes les religions ont été révélées sur le principe du BIEN COMMUN. Et même en théorie les associations et partis politiques ont été créés sur cette base.

    Il y a même des gens qui ont donné leur vie pour les autres. C’est ça, la recherche du bien commun.

  • C’est maintenant que je sais qu’il y’a un Gouvernement au Faso. Enfin. Bravo !

  • MENA : mon Pr OUARO, j’attire votre attention sur un phénomène nouveau jamais vécu dans ce département. Il s’agit de la montée en puissance du régionalisme. j’ai l’impression que pour être nommé au MENA,il faut être dioulaphone. Vérifiez vous mêmes depuis que vous avez nomme votre SG TRAORE. Les prochains remous sociaux viendraient de ce népotisme si d’ici la vous ne rectifiez pas le tir. Amicalement bonjour mon Pr

  • Juste souhaiter à mes deux Koro IES, KABORE N Daniel et COULIBALY Souleymane qu’Allah facilite leur mission.

  • Merci au Gouvernement pour cette mesure. Je pense qu’il pouvait en rajouter en même temps ceci :
    - Ouvrir une liste des agents qui veulent reprendre le travail d’ici à vendredi 23,
    - Et promulguer que tous ceux qui n’auront pas inscrit leur nom seront considérés comme démissionnaires à partir du lundi 25 à 07h30.
    - Puis le gouvernement réajuste les effectifs dans les services et lance un concours en bonne et due forme pour le complément d’effectif.
    On boucle cette histoire puis on passe à autre chose.
    Dame Rosine a été très humble ainsi que le gouvernement en laissant courir le FC comme tel jusqu’à la fin de l’année.
    Chers amis du MINEFID, pensez-y et faites des choix en bons pères et bonnes mères de famille !

  • Je pense qu’on est plus au temps de l’esclavage. On peut démissionner dès lors que les conditions de travail vous deviennent insupportables.
    C’est normal que l’Etat trouve les moyens pour la continuité du service ; donc la mesure visant le recrutement de personnes pour cela est salutaire.
    Sous réserve que ce que l’internaute 1 dit par rapport à l’insulte du Ministre des Finances dit, cela mérite tout simplement un licenciement. Si mentir signifie "Dire quelque chose qui n’est pas vrai (volontairement ou involontairement)", tout le monde ment ; exemple, votre enfant sort avec son sac disant qu’il va aller l’école alors qu’il est allé vagabonder au marché ; si on vous demande où il est allé, vous direz qu’il est allé à l’école et là vous avez menti involontairement ; et dans la vie de tous les jours on fait cela quotiennement. Mais seuls, les enfants mal éduqués ou abandonnés dans la nature, disent à un adulte "tu mens"

  • Soutient total au gouvernement. Que ceux qui se prennent pour des intouchables aillent se faire voir. Vous êtes petits pour arrêter la marche de mon pays vers le progrès. Beaucoup de jeunes dynamiques qui ne cherchent qu’à travailler sont là et ils pourront faire votre boulot, mieux et à moindre coût. Vous êtes trop hautains et le peuple n’aime pas les hautains. Vous êtes comparables à ces terroristes qui veulent le mal du Burkina. Honte à vous. La patrie ou la mort, nous vaincrons. Les ressources de mon pays appartiennent au peuple, elles doivent servir son bien-être et non à un groupuscule d’inciviques et de malpropres.

  • un rapport relatif à l’appel d’offres international ouvert n°2017-0079/MS/SG/DMP/PADS-PCCS du 28 août 2017 pour la fourniture, l’installation et la mise en service de matériels et d’équipements médicotechniques au profit du Centre hospitalier régional (CHR) de Ziniaré.

    Du materiel medical d’un montant de plus de 3 milliards commandé directement au profit du CHR de Ziniaré, c’est bien. Mais il ya un MAI. Pourquoi n’avoir pas passer la structure créer et habilitée a faire ces genres de commandes surtout qu’ellle a une expertise en matière de service après vente ?
    Je ne comprend pas les autorités souvent dans ce pays là. Des gens avant vous ont eu l’idéee et l’intelligence de mettre une structure qu’est la SOGEMAB pour faire ces genre de commmandes groupées au profit,de tous les CHR du Burkina. Avec comme avantages la possibilité de faire des economies d’échelles étant donnée que la commande est groupée.
    Il ya aussi l’autre avantage majeures qui est que la SOGEMAB dispose de techniciens formée et qualifies pour faire le suivi, la reparation et l’entretien des équipements qu’elle commande en groupe.

    Mais avec cette nouvelle orientation prise par le Gouvernement, c’est un échec qui est garanti. Le materiel sera commandé directement par chaque CHR mais à la moindre panne ce matérielle sera abandaonnée parce qu"il n’y a personnes pour les entretenir. A moins de payer encore billets d’avions et frais d’hôtel et de prestations d’un technician que le fournisseur va bien vouloir mettre a votre disposition. Mais pour quell prix ?

    les gens vont se remplir les poches en lançant directement des marches tout azimuts pour acquérir du materiel medical. Mais dans quelques années l’histoire va vous rattraper.

  • Quelqu’un parle de méchanceté dans ce débat parce que des gens félicitent le gouvernement. Tout le monde doit combattre la méchanceté ;. Mais c’est quoi la méchanceté ? là, les compréhensions divergent. Approuver qu’on arrête un vol, c’est de la méchanceté et de la jalousie ? demander la justice et l’équité c’est de la méchanceté et de la jalousie ? Tous les livres sains prônent la Justice, l’Equité proscrivent le vol ; les méchants se trouvent plutôt du côté de ceux qui prônent le maintien de l’injustice et de l’iniquité et du vol.

  • Koro Yamyele, parce que tu penses que ces agents qui grèvent ne font pas du mal aux Burkinabe et qu’ils ne sont pas méchants. As tu regardé les revendications ? c’est seulement un bras de fer qu’ils veulent parce que le Ministre a osé dire non !!!!!

  • bravo madame , il faut simplement les licencier.

  • nul n’est indispensable dans la vie ...
    la leçon s’est qu’il faut toujours avoir des alternatives dans la vie. un plan A, B, C ...
    ainsi que chacun veille sur lui même et sur son travail au risque d’être jeter dehors.
    il n’est pas tard pour revenir à la raison et il faut du courage pour le faire.

  • ROCH,SIMON,CLÉMENT, ÉMILE PARE... .Je passais. Je vous demande de pas oublier les erreurs du CNR,avec le licenciement des enseignants et le recrutement des enseignants dits révolutionnaires..OK !Courage et bonne chance au Burkina Faso.

  • Félicitations et courage à mme le Ministre. je vous suis jusqu’à demain. je rejoins l’idée de SIDPAWALEMDE ce sont les meme qui ont pertubent meme l’education de nos enfants. Nous serons tous volontaires meme si c’est pour aider l’equipe les Week ends

  • @ Responsable !
    Ooooops ! Et il se réveilla de son rêve, se rendit bien compte qu’il n’est pas ministre. Qu’il est tout simplement, et malheureusement encore un internaute anonyme. Et pour cause, c’est le TAUREAU qu’il a Mal Managé. Allez, ta situation peut bien changer, même après plus de 2 longues années, fastidieuses et creuses. La recette : faut songer maintenant à "prendre le taureau par les cornes". CQFF.
    Kia Kia Kia.

    Quelle megd.

  • "La logique aurait voulu que le Laboratoire nationale de la santé fasse partie de l’INSP.
    A quand le formatage de l’organisation de chaque ministère. La réorganisation perpétuelle au gré de chaque nouveau ministre a une incidence financière."

    @kidrh, je présume que vous voulez parler du LNSP, Laboratoire National de Santé Publique ? Je crois que les missions ne sont pas exactement les même avec les autres. En effet, le LNSP joue beaucoup plus un rôle de supervision des produits d’importation destinés à la consommation humaine et animale afin de détecter et mettre en quarantaine (voir prononcer la destruction) de tout produit dont la dangerosité est avérée par des tests appropriés. Au plan interne, c’est le contrôle des structures qui produisent par exemple les eaux minérales, les huiles et farines etc.

    Pour ce qui est des organigrammes, je vous comprend mais comprenez également que c’est difficile d’en fixer des modèles standards. Sauf si "une" constitution venait à en fixer le format donc aussi le nombre, voire le profil des ministres. Ce qui risquerait de contingenter l’action administrative. Or chaque candidat à la présidentielle à un programme qui ne collerait pas toujours avec les dispositions d’une telle constitution, et pire, le contexte évolutif de la vie d’une nation requiert très souvent une reformulation des politiques de gouvernance sociale, économique et politique et partant, des restructurations des départements ministériels et institutions soit par création nouvelle, fusion, scission ou par suppression dans l’optique de s’adapter.

    Cordialement, Zitai.

  • Figurez vous qu’il y a des agents qui sont en disponibilité et qui continuent de bénéficier du fonds commun

  • Ce sera vraiment une belle initiative que de vérifier les diplômes. Parce que ceux qui ont reçu l’instruction savent qu’il faut respecter l’autorité et la personne âgée.

  • Ce sera vraiment une belle initiative que de vérifier les diplômes. Parce que ceux qui ont reçu l’instruction savent qu’il faut respecter l’autorité et la personne âgée.

  • « Encore » une fois on veut nous convaincre que la santé publique va résoudre les problèmes de santé de notre pays. Quelle imposture ! Mais cela n’est étonnant pour qui connait ce ministre de la santé. C’est monsieur sait tout qui masque son incompétence par son arrougance et la mystification. Il est arrivé au gouvernement grâce à Salif Diallo(Paix à son Ame) et depuis sa disparution il pratique le système« Alain Yoda » en s’accrochant au jupon de la première Dame pour se maintenir au gouvernement. Par mystification il a mis le PM dans sa poche ce qui lui permet de faire passer des décrets destructeurs tel que la création de cet Institut de Santé Publique. Comme il n’est plus à Muraz il détriut un outil de recherche qui ne fait pas que santé publique. Quel cynisme. Tout est santé publique. Faites le point de ses nomminations, plus de 70 pour cent sont des médecins de santé publique. Il a ouvert un master bidon à l’université et nomme les diplômés de ce machin. Immaginez la bousculade pour être inscrit.
    Dans le chapitre de la mystification, il se fait passer pour le plus anglophile des ministres et est l’accompagnateur des chefs d’états anglophones en visite. Il fait dépacer le PM à Bobo pour inaugurer un laboratoir dans un contener qui a coûté trois milliards de CFA et dont la cérémonie a coûté quatorze millons. Pauvres malades de fièves hémorragiques.
    De grâce débarrassez nous de ce sinistre personnage car la santé est un tout pas seulement la santé publique

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 14 novembre 2018
Hydrocarbures : Le gouvernement augmente le prix du litre de « Super » et de « Gasoil » de 75 FCFA
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 08 novembre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 octobre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 17 octobre 2018
Le conseil du mercredi 17 octobre 2018 : adoption du projet de renforcement des sciences de la sante visant à améliorer la qualité de l’utilisation des services de santé au Burkina Faso
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 03 Octobre 2018
Point du Conseil des ministres du 3 octobre 2018 : Le gouvernement annonce des offices œcuméniques sur toute l’étendue du territoire burkinabè
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 26 septembre 2018
Conseil des ministres : Des mesures en vue pour soutenir les victimes du terrorisme
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 19 septembre 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés