Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Les talents sont innés, l’éducation les développe, les circonstances les mettent en jeu ou les rendent inutiles.» François Gaston de Lévis

Redéploiement du personnel de l’Éducation : « Ce ne sera pas une chasse aux sorcières », rassure Pr Stanislas Ouaro

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mercredi 13 juin 2018 à 23h36min
Redéploiement du personnel de l’Éducation : « Ce ne sera pas une chasse aux sorcières », rassure Pr Stanislas Ouaro

L’une des faiblesses du ministère de l’Éducation et de l’Alphabétisation, relevée à chaque évaluation, serait la gestion des ressources humaines, selon le premier responsable du département, Pr Stanislas Ouaro. Des retards observés dans l’avancement ou le reclassement des agents, et surtout le nombre pléthorique d’enseignants dans certaines disciplines. Ainsi, dans le cadre du projet de modernisation de l’administration publique, il est prévu un redéploiement des agents selon des « critères rationnels ».

« Il faut qu’on aborde la question des collègues qui sont relevés de leur fonction et qui ne reviennent pas à leur emploi d’origine », a soumis le ministre de l’Éducation aux acteurs de l’éducation dans la région du Sud-Ouest, le 4 juin dernier.

C’était dans le cadre d’une tournée qu’il a initiée dans les régions des Hauts-Bassins, des Cascades et du Sud-Ouest, dans l’optique de recueillir les préoccupations des différents partenaires de l’éducation dans lesdites localités, et leur faire le point de la plateforme revendicative des enseignants.

Professeur de mathématiques des universités, le ministre de l’Éducation confiera lui-même à ses interlocuteurs : « Actuellement, je ne dispense plus de cours à l’université, mais le jour où on me dira que c’est terminé, je vais repartir dispenser mes cours.
ne vais pas tourner autour du chef de l’Etat pour dire que je ne vais plus retourner à l’université parce qu’on va me regarder bizarrement ». Dans la même veine, il soutient que « si je suis un encadreur pédagogique et qu’on me nomme directeur général de l’ENEP (Ecole nationale des enseignants du primaire), le jour où on m’enlève, je dois repartir faire mon encadrement pédagogique ».

En effet, comment faire face au nombre pléthorique d’enseignants dans certaines disciplines, pendant que certains se retrouvent dans les bureaux ? « Je ne peux pas aller dans un bureau pour dire, vous êtes nombreux, il faudrait que certains partent », a relevé Stanislas Ouaro.

À ce propos, le ministre confie que dans le cadre du projet de modernisation de l’administration publique, il est prévu un redéploiement des agents, selon les profils, en tenant compte, bien sûr, de l’organigramme à l’intérieur des services. À titre d’exemple, dit-il, « si dans une Circonscription d’éducation de base (CEB), on a besoin de 30 agents, nous allons préciser les différents profils. Et si vous êtes 60 dans la CEB, on regarde par service, le nombre de personnes ; si ça dépasse, on regarde les profils et on réorganise ».

Il n’y a rien d’illégal

Dans le cadre de la mise en œuvre du continuum, le ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation a rappelé que son département a eu recours à certains instituteurs pour occuper des fonctions dans l’administration (économe, intendant, conseiller d’éducation, etc.).
Et à ce jour, souligne-t-il, suite à la formation d’agents dans ces métiers (conseilleurs d’éducation, agents d’intendance scolaire, etc.), le ministère est train de relever certains de leur fonction. « Ça fait des grincements de dents, mais c’est réglementaire.

Si on ne fait pas ça, on risque d’avoir des effectifs élevés dans les bureaux et ça nous pose des problèmes », a-t-il avancé, soulignant que « ça peut faire mal et c’est légitime, mais on risque de faire partir des gens. On va tous passer par là .Tu sais quand est-ce que tu es arrivé, mais tu ne sais pas quand est-ce tu vas partir ».

Pour ce cas spécifique, ils ont au nombre de 1 600 agents, et le Pr Ouaro a confié qu’ils ont souhaité que leur ministère de tutelle leur permette de prendre part aux concours supérieurs. « Ce qui leur a été refusé parce que les textes ne leur permettent pas cela », a-t-il précisé.

Toutefois, il rassure les agents que leur redéploiement se fera selon « des critères objectifs, transparents. Ce ne sera pas une chasse aux sorcières ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Message du ministre de la sante a l’occasion de la journée mondiale de la santé bucco-dentaire 2019
Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso : 72 heures de récréation utile
Lycée provincial de Dori : Donner le goût de la langue allemande aux élèves
Insécurité et protection des droits des enfants : L’UFC-Dori outille les formateurs religieux
Commune de Niou : Un barrage et un périmètre irrigué dans quatorze mois
MBDHP/Séno : Arrêt sur le rôle de la femme dans la promotion de la paix
Aménagement de la gare routière Ouaga-Inter : La libération des emprises dédiées aux travaux est fixée au vendredi 05 avril 2019
Incendie à CIPAM Bobo : Des dégâts matériels chiffrés à plus d’un milliard de FCFA
Décentralisation et participation citoyenne : Le DEPAC 2 pour renforcer les capacités de 30 collectivités territoriales
Autonomisation des jeunes et des femmes : Des bénéficiaires du PAE/JF en formation à Bobo-Dioulasso
Service national pour le développement (SND) : 3000 jeunes à l’école du civisme et du patriotisme
Action contre la Faim Burkina et ses partenaires plaident pour la nutrition et la gestion des risques de catastrophes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés