Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Crise à l’arrondissement N°3 de Ouagadougou : « Rahinatou Ouédraogo joue la victime d’un complot qui n’existe pas », Moussa Belem, 1er adjoint au maire de Ouagadougou.

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • mercredi 13 juin 2018 à 16h00min
Crise à l’arrondissement N°3 de Ouagadougou : « Rahinatou Ouédraogo joue la victime d’un complot qui n’existe pas », Moussa Belem, 1er adjoint au maire de Ouagadougou.

Des conseillers de la mairie de Ouagadougou étaient face à la presse, ce mardi 12 juin 2018. Objectif, donner leur lecture de la crise que traverse l’arrondissement N°3 et répondre aux allégations de Rahinatou Ouédraogo/Savadogo, maire dudit arrondissement, qui porterait de fausses accusations contre le maire Armand Beouindé.

C’est pour mieux éclairer l’opinion sur ce qui se passe réellement dans l’arrondissement 3 qu’a été convoquée cette conférence de presse. Et d’emblée, le 1er adjoint au maire central, Moussa Belem, a tenu à rappeler les faits. Il affirme ainsi que Rahinatou Ouédraogo accuse le maire central, Armand Pierre Béouindé, d’être à l’origine du blocage de son budget et a refusé de voler à son secours après le refus de ses adjoints de célébrer les mariages. Ce qui l’aurait contrainte à quitter son lit d’hôpital pour unir des couples.

De plus, elle accuse le maire Béouindé d’avoir intenté contre elle un procès pour avoir fait venir des adjoints d’autres arrondissements pour célébrer des mariages. Ces déclarations largement reprises sur les réseaux sociaux et dans les médias seraient très loin de la vérité, a indiqué Moussa Belem. Pour lui, ce qu’elle a donné à voir dans les médias (notamment les sparadraps sur ses mains alors qu’elle officiait un mariage) ne serait que du pur cinéma.

La vérité selon Moussa Belem

C’est après avoir reçu un courrier du haut-commissaire lui rappelant l’irrégularité des mariages célébrés par des adjoints d’autres arrondissements que Rahinatou Ouédraogo aurait demandé au maire central de mettre à sa disposition un officier célébrant. Ce que le maire aurait refusé au regard de la loi portant Code général des collectivités territoriales au Burkina Faso.

Le maire central l’a donc invitée à trouver un consensus avec ses adjoints pour la célébration des mariages. Se conformant à ces dispositions de la loi, ses adjoints auraient exprimé, dans un courrier adressé à Rahinatou Ouédraogo, leur disponibilité à célébrer par rotation les mariages durant tout le mandat. Une lettre restée sans suite depuis le 30 mai 2017. Ils disent donc ne pas comprendre pourquoi c’est maintenant que Rahinatou Ouédraogo leur demande d’officier les mariages, alors qu’elle a refusé leur main tendue depuis maintenant un an.

Pour ce qui est du blocage budgétaire, il souligne que c’est parce que le maire Rahinatou Ouédraogo n’a pas pu adopter son budget primitif devant être agrégé au budget principal de la commune pour faute de quorum, qu’à ce jour l’arrondissement 3 n’a pas de budget. Pour lui, en tant qu’ordonnateur délégué, elle aurait dû faire en sorte que ce budget primitif soit adopté.

Et pour ne pas paralyser les services de l’arrondissement 3, le maire central, ordonnateur principal du budget, a demandé au maire Rahinatou Ouédraogo de transmettre l’état de ses besoins prioritaires. Ce qui n’a pas été fait jusqu’à présent. Elle aurait plutôt envoyé le total du montant délégué pour 2018 à hauteur de 120 450 000 F CFA. Ce qui démontre, à en croire Moussa Belem, que le maire (de l’arrondissement 3) manque de volonté pour faire fonctionner son arrondissement.

Pour les conférenciers du jour, la faute incombe entièrement à Rahinatou Ouédraogo, si elle rencontre des difficultés dans sa gestion, et non à Armand Pierre Béouindé, maire central. Ils l’accusent de tenter de faire croire à l’opinion que la crise que traverse son arrondissement est politique, alors qu’il s’agit plutôt d’une question de gouvernance interne. Ils l’invitent donc à travailler à résoudre la crise au lieu de se « jouer la victime d’un complot qui n’existe pas ».

« Nous ne la considérons plus comme maire », Nana Ibrahim, 1er adjoint au maire de l’arrondissement 3

Les conseillers de l’arrondissement 3 présents à la conférence de presse disent ne plus considérer Rahinatou Ouédraogo comme maire. Pour eux, depuis la motion de défiance à son égard et le procès qui s’en est suivi, où elle a été déboutée, elle devait « libérer les lieux », parce qu’elle n’est plus légitime. Surtout qu’elle a 19 conseillers contre elle et seulement douze qui la soutiennent. Et selon un des conseillers UPC frondeur de l’arrondissement, ces douze conseillers sont soit analphabètes, soit très peu instruits et ne comprennent donc rien à la gestion.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Paul Kaba Thiéba démissionne après trois ans à la primature
Programme d’urgence pour le Sahel : Une extension dans les régions de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Est
Etat major général des armées : En attendant la prise de commandement de Moïse Minoungou...
Situation nationale : « Il faut considérer les évènements de Yirgou comme un piège des terroristes », dixit Moussa Traoré de la majorité présidentielle
Bala Alassane Sakandé à propos du Drame de Yirgou : « Ce qui s’est passé n’honore pas le Burkina. Pas du tout »
Vœux de nouvel an : Le président de l’ADF-RDA communie avec « ses troupes »
Situation sécuritaire : L’état d’urgence prorogé de six mois
Sondage en ligne sur le bilan de l’an 3 du pouvoir MPP : A vos claviers !
Etat-major général des armées : Moïse Minoungou, le nouveau chef
Patrimoine de l’Etat : Des comptables des matières à l’école du guide sur la gestion des bâtiments de l’Etat
Assemblée nationale : La prorogation de l’état d’urgence au menu d’une session extraordinaire
Assemblée nationale : Discours du président Alassane Bala Sakandé à l’ouverture de la session spéciale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés