Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Première session ordinaire 2018 : Le groupe parlementaire UPC-RD dresse un bilan positif

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Moussa DIALLO • jeudi 7 juin 2018 à 23h56min
Première session ordinaire 2018 : Le groupe parlementaire UPC-RD dresse un bilan positif

Trois après la clôture de la première session ordinaire de l’année 2018, le groupe parlementaire UPC-RD (Union pour le progrès et le changement-Renouveau démocratique) a tenu une conférence de presse pour faire le bilan de ses activités, le 07 juin 2018. Le dernier né des groupes parlementaires qui se réclame de l’opposition a pourtant donné sa caution à tous les projets de loi examinés au cours de cette session, s’alignant ainsi sur les positions de la majorité. « Nous avons voté en toute âme et en toute responsabilité », car « on n’est pas des députés-moutons », ont expliqué les conférenciers du jour.

Après avoir démissionné de leur groupe parlementaire originel, l’UPC, Daouda Simboro et douze de ses camarades ont créé le 04 octobre 2017 le groupe parlementaire UPC-RD. Puis, c’en est suivi des marches et autres manifestations aux domiciles des frondeurs pour exiger qu’ils rendent leur mandat à l’UPC qui ne reconnait pas l’existence de ce groupe parlementaire. Mais, la démarche fut vaine. La tempête passée, l’UPC-RD dit travailler sereinement aujourd’hui au sein de l’Assemblée nationale avec tous les attributs dus à un groupe parlementaire.

Ainsi, après la clôture de la première session parlementaire, le groupe parlementaire des frondeurs de l’UPC a fait le bilan de ses activités parlementaires, à la presse. La veille, 06 juin, le groupe parlementaire UPC avait fait le bilan de sa participation à cette session au siège du parti, sise à Gounghin. Mais, c’est au sein du parlement que l’UPC-RD a tenu sa conférence de presse. Et les conférenciers dressent un bilan positif pour la première session à laquelle ils ont pris part en tant que groupe parlementaire nouvellement créé.

Au titre des activités purement législatives, ce sont 27 projets de loi qui ont été adoptés au cours de cette session parlementaire. Et l’UPC-RD précise avoir donné sa caution à l’ensemble de ces projets de loi, « non sans faire les critiques nécessaires ». Et le groupe justifie ses votes comme il peut.
Sur la loi relative aux conventions d’extradition et l’entraide judiciaire entre le Burkina et la France, l’UPC-RD s’est démarquée des autres groupes de l’opposition parlementaire en votant « pour ». Car, estime-t-il, cette loi permettra de renforcer notre système judiciaire ». Mieux, ajoutent-ils pour prendre le contre-pied des autres membres de l’opposition, « cette loi est impersonnelle et de portée générale ».

« On n’est pas des députés-moutons »

une vue des journalistes prenant part à la conférence de presse

Concernant le retrait de la loi sur le statut du chef de file de l’opposition qui a conduit trois groupes parlementaires de l’opposition à vider l’hémicycle, l’UPC-RD l’estime salutaire. Ce retrait « va permettre de l’améliorer et de lever toute suspicion sur sa visée personnelle.
Mais, si elle avait été rejetée après le vote définitif, le gouvernement ne pouvait pas le soumettre de nouveau au parlement avant un délai d’un an », a expliqué Ladji Coulibaly, le vice-président de l’UPC-RD. Poursuivant son argumentaire, il soutient que « de façon générale, nous inscrivons le sens de nos votes dans la perspective, qu’en tant que législateur, les mots que nous prononçons, les lois que nous votons et qui engagent nos citoyens doivent être dénués de tout calcul politicien et égoïste ».

Mais, le constat est sans appel. Depuis sa création, le groupe parlementaire UPC-RD a toujours voté dans le sens de la majorité. « En tant que groupe parlementaire, nous votons les lois en fonction de l’étude que nous en faisons : est-ce qu’elle est bonne pour la population ? On ne suit pas l’opposition, parce qu’en âme et conscience, nous votons librement.
On n’est pas des députés-moutons pour voter des textes de loi un peu n’importe comment. C’est le fruit des études que nous en faisons. Si cela coïncide avec le vote de la majorité, tant mieux, si non tant pi », tente de justifier Lona Charles Ouattara, membre du groupe sus-cité et 5e vice-président de l’Assemblée nationale.

« Si nous sommes invités, nous prendrons part au congrès de notre parti, l’UPC »

Au cours de la conférence de presse, l’UPC-RD a aussi livré son analyse de la situation nationale. « Sans être alarmante, la situation nationale en appelle tout de même à un sursaut patriotique aussi bien de la part des gouvernants que des citoyens », soutient Ladji Coulibaly. Concernant la fronde sociale, le groupe parlementaire UPC-RD en appelle à la responsabilité du gouvernement et des syndicats pour qu’une issue favorable soit trouvée afin de préserver l’équilibre social et éviter le chaos économique.

Cette conférence de presse se tient également à un mois de la tenue du congrès ordinaire de l’Union pour le progrès et le changement. Les membres de l’UPC-RD vont-ils y participer ? Ils disent attendre d’être invités, mais aussi que leur sécurité soit garantie. « Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes militants de l’UPC, donc nous attendons d’être invités. Si nous sommes invités, nous prendrons part à notre congrès.
On voudrait surtout faire comprendre que notre participation va être tributaire des conditions de sécurité qui vont être prévues. N’oubliez pas qu’il y a eu des violences qui ont été perpétrés sur nous, il y a eu des domiciles saccagés et surtout des menaces de mort qui ont été proférées à l’encontre de nos personnes. Donc, nous attendons.
Si nous nous sentons en confiance, nous irons à notre congrès parce que nous voulons que ce grand parti aille de l’avant », a confié Fatimata Korbéogo/Ouédraogo, membre de l’UPC-RD qui avait vu des militants UPC du Kadiogo exiger qu’elle rende son mandat, aux premières heures de sa démission du groupe parlementaire UPC.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
Vie politique nationale : L’Alternance patriotique panafricaine (APP/Burkindi) a effectué sa première rentrée politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés