Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • jeudi 7 juin 2018 à 19h50min

La Fondation RAVI a lancé officiellement son plan quinquennal 2017-2021, ce jeudi 7 juin 2018 à Ouagadougou. Il va s’agir de recruter 8000 jeunes et femmes pour la création de 5000 entreprises et 250 000 emplois durables au cours de cette période. La cérémonie officielle a été présidée par le ministre en charge de la Formation et de l’insertion professionnelles, Dr Smaïla Ouédraogo, représentant le patron de l’événement, le président du Faso.

Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

À travers son plan stratégique 2017-2021, la Fondation RAVI lance son Programme VA pour rendre les localités « viables et agréables ». Ce programme a pour thème : « Recrutement de 8000 jeunes et femmes pour la création de 5000 entreprises et 250 000 emplois durables ». L’un des résultats attendus est « zéro chômeur ».
À en croire le rapport sur le développement humain en Afrique publié par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 2016, 88% de la population burkinabè estcomposé des femmes et des jeunes, qui sont sous une forte pression de chômage.
« Un emploi pour chacun, pour tous et pour toujours dans une localité rayonnante et prospère », telle est la vision de la Fondation RAVI, selon le président-fondateur, Salam Ouédraogo. Pour lui, « la pauvreté n’est pas un manque de ressources mais c’est un manque de vision ou un manque de stratégie appropriée ».

C’est pourquoi, dans sa mission, RAVI veut inspirer les jeunes, mobiliser les ressources, mettre en place les infrastructures adéquates pour leur permettre de réaliser avec succès leurs ambitions dans leur localité, qu’ils sont appelés à les rendre « viables et agréables ».

Ministre de l’insertion professionnelle, Dr Smaïla Ouédraogo

Selon le ministre en charge de la Formation et de l’insertion professionnelles, représentant du président du Faso à cette cérémonie, Dr Smaïla Ouédraogo, ce programme de RAVI va nécessiter l’implication et l’engagement de tous les acteurs du développement pour sa réussite qui vise à réduire le chômage au Burkina Faso. « Les actions du plan stratégique de la fondation viennent en appui à celles du gouvernement en ce sens qu’elles visent un résultat direct : la création de 5000 entreprises durables et de 250 000 emplois décents d’ici à 2021 », a-t-il déclaré.

Quant au ministre en charge de l’Agriculture, parrain de la cérémonie, Jacob Ouédraogo, il a rassuré l’équipe de RAVI de l’accompagnement technique de son département, car cette fondation a « une très bonne vision ».

Fondation RAVI

Sur la base de son expertise appuyée sur sa volonté de lutter contre le chômage et l’immigration des jeunes, la Fondation RAVI a su créer un cadre convivial à la formation et à l’insertion des jeunes et des femmes. Ainsi, elles disposent d’un cadre moderne d’un hectare pour l’accueil et la formation des jeunes et des femmes ; de partenaires locaux spécialisés dans l’insertion et l’accompagnement des jeunes ; d’un portefeuille de filières innovantes en développement ; de mécanismes, d’outils modernes et performants permettant de recruter et de suivre un nombre important de porteurs de projets ; de centres opérationnels d’accompagnement à terme des bénéficiaires.

Le fondateur Salam Ouédraogo

Selon Salam Ouédraogo, les bénéficiaires seront organisés de façon efficiente sur différentes couches de métiers minutieusement étudiés à savoir l’agro-sylvo-pastoral, les circuits de distribution, la transformation, la vente, les prestations intellectuelles et tout autre métier utile pour la localité.
Le développement de la stratégie 2017-2021 de la Fondation RAVI repose sur trois entités que sont le comité de pilotage, les centres opérationnels et les parties prenantes.

Face à un tel programme, la coordinatrice du Centre international pour l’éducation des filles et des femmes en Afrique (CIEFFA), par ailleurs co-marraine de la cérémonie, Dr Rita Bissoonauth, a rappelé que cette ambition exige des devoirs, des engagements et un sens élevé de responsabilité soutenue de la part de tous les acteurs concernés, à commencer par les jeunes eux-mêmes.

Notons qu’en deux ans, alors que le programme était à sa phase pilote, la Fondation RAVI a créé douze entreprises qui fonctionnent actuellement. À en croire le comité de pilotage, une trentaine d’entreprises sont en phase de création.

CryspinMasneangLaoundiki
LeFaso.net

Portfolio

  • Coordinatrice du CIEFFA, Dr Rita Bissoonauth
  • Le parrain Jacob Ouédraogo
  • Photo de famille

Vos commentaires

  • Le 7 juin à 20:06, par Indjaba En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    C’est de beaux projets mais il faut mettre de l’ordre. Un jeune qui accepte un financement pour monter un projet devait être interdit des concours de la fonction publique pendant au moins 5 ans . Il faut établir un fichier pour cela.C’est de l’’équité. Les jeunes à qui on a partagé les 16 MILLIARDS l’an passé sont les mêmes qui sont entrain de se bousculer pour déposer les dossiers de candidatures aux emplois de la fonction publique. Entre ces jeunes et l’Etat, il y’a au moins une partie qui a un problème de logique et ou de sincérité.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 21:12, par CPS2 En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    DONC, NOUS DEVRIONS ENCORE VOTRE NOS MÊME DIRIGENT D’AUJOURD’HUI EN 2020 ???
    VOUS ETES TOUJOURS DANS LA PLAISANTERIE PARENTAL.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 21:38, par kouadio En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    ha bas Dr Smaila ???? avec votre gestion chaotique et clanique de Yalgado vous avez le courage de corrompre l’esprit de burkinabe encore. Burkina Faso tombe de !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 04:41, par Gueswendé Jean-Eric Yanna En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Bonjour,

    Je suis ravi de constaté cette grande mobilisation pour le lancement national de cette Vision.
    Toutes mes félicitations et du Courage dans la réalisation concrète de la Vision. Que les portes du bonheur s´ouvrent partout au Burkina Faso pour le bonheur de tout Burkinabè.

    Que le bon Dieu continue de protéger et de bénir tout le Faso.

    Amen !

    Gueswendé Jean-Eric Yanna

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 08:05, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    - Bonjour tout le monde. Votre ami Kôrô Yamyélé que je suis a quitté sa ferme dans son petit village pour participer à cette rencontre parce qu’invité. Ils ont dit que c’était sous le haut patronnage du président Rock Marc Christian KABORÉ alors que c’est faux et archi-faux. Le président n’était pas là et on dit que c’est le Dr Samaila qui le représente. Moi je dis qu’il faut que les autorités respectent un peu les citoyens ! Pourquoi dire que c’est sous le haut patronnage du président Rock Marc Christian KABORÉ si ce n’est pas vrai !? J’ai vu plusieurs cas de ce genre et le Président doit intervenir que ces mensonges sur son dos cessent !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 08:32, par Passam Tiendrebeogo En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Que Dieu bénisse la fondation RAVI et accompagne toutes ses initiatives pour que le Burkina Faso brille et soit un exemple pour toute la sous région. Ce pays est fait pour raiyonner ! Bon vent à tous les acteurs qui oeuvrent à ouvrir les yeux des femmes et jeunes gens qui multiplieront et ferons circuler les biens dont notre pays dispose.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 09:22, par rasta En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    FONDATION RAVI ??????, Bizarre, j’ai cherché sur le net pour mieux connaitre cette fondation, ses missions, ses sources de financement mais NADA !!!!!, il n’ya rien sur la fondation RAVI, pas d’anteriorité relayé par la presse en ligne, RIEN a part bien sûr des articles d’a peine hier sur cette activité. meme sur le site web de ladite fondation, un site web basique sans aucune information sur la fondation elle meme. En conclusion, voici une "fondation" qui prevoit en 5 ans créée 5000 entreprise et 250 000 emploi mais qui n’a aucun passé en terme d’activité. C’EST DU PIPO !!!!!! Ah les politciens !!!!!!! vous prenez les gens pour nez perçés.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 10:03, par dao En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Je suis entierement f’accord avec l’intervenant 1 !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 10:10, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    - Rasta, tu n’as pas cherché là où il faut ! Alors ne crit pas si fort ! Va te connecter sur : www.ravi.social, et tu verras tout. Donc calme-toi et lave bien tes tresses (dreads) pouilleuses.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 10:16, par Fils du Pays En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Rasta, juste quelques questions :
    1. Quelle initiative avez vous mis en place pour servir le Burkina ?
    2. Que la fondation ait un site web ou pas, oú est votre problème ?
    3. Avez-vous autre chose que du vénin à distribuer aux autres ?
    4. Pouvez-vous nous décrire votre modèle pour qu´on puisse vous suivre et faire mieux ?

    Avant de critiquer, ayez la modestie d´attendre que la fondation RAVI fasse ses preuves. Et même si elle échouait, ça ne vous regarde pas.
    Vous avez le droit de parler mal, mais permettez aussi aux autres d´apprécier ce que vous dites.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 11:08, par rasta En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    KORO YAMYELE : Tu es pressé pressé comme diar...Tu n’a meme pas pris la peine de me lire, ni la peine d’aller voir sur ledit site web sinon sur le site web dont tu fait reference qui est le site web de la fondation, il n’ya rien sur la fondation( Mission, objectif, genese, les responsable, les sources de financment, les activités) ce sont des informations standard pour toutes organisation dite fondation qui se veut sérieuse.

    FILS DU PAYSvous etes HS et de mauvaise foi. Je n’ai jamais dis que la Fondation n’a pas de site web. permettez aux citoyens de critiquer. On ne critique pas pour gater mais pour ameliorer. Si par exemple les responsables de cette FONDATION prennent connaissance de mon commentaire, je suis convaincu s’ils sont vraiment de bonne fois, qu’ils iront préciser sur leur site web les informations sur leur fondation. Moi je ne connais pas cette fondation, c’est apres avoir lu l’article que j’ai souhaité en savoir davantage et là ya rien sur FONDATION RAVI. Faites le constat vous même.
    Sur ce, salut, moi j’étais de passage

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 16:37, par Kouda En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Rasta, vous avez parfaitement raison. Il n’y a aucune information utile sur le site web de la fondation RAVI, absolument aucune information. Il n’y a rien sur :
    - l’historique de la création de la fondation
    - les missions de la fondation
    - les partenaires qui financent la fondation
    - les responsables de la fondation
    etc.
    Sur le site de la fondation (www.ravi.social), quand on clique sur accueil, on est accueilli par des images et infos sur le lancement du recrutement de 45 jeunes et femmes, la cérémonie de lancement du plan quinquenal de la fondation. Il faut regarder plus bas pour savoir que le président de la fondation s’appelle Salam Ouédraogo mais aucun moyen d’en savoir plus sur Salam Ouédraogo sur le site de la fondation. On ne nous présente pas qui est Salam Ouédraogo.
    Tout en bas de la page web, les liens "Nous contacter", "Nos partenaires" et "Mentions légales" ne sont pas actifs. Il en est de même des liens "Projet" et "Micro-crédit" en haut de la page.
    Lorsqu’on clique sur "La fondation", absolument aucune information pertinente sur la fondation.
    Fils du Pays, Rasta a raison quand il évoque le fait qu’on n’aie aucune info sur la fondation et il met en garde contre ce type de structures et de personnes sorties du néant et qui peuvent (je dis bien qui peuvent) se révéler des escrots.
    ça me rappelle cette histoire du groupe de personnes qui a lancé en fanfare il y a quelques années de cela une structure soit-disant de financement des études supérieures sous forme de bourses. Chaque personne devait apporter une contribution financière initiale qui lui permettrait de bénéficier pendant quelques années d’une bourse d’études. Lors du lancement du projet, un ministre de la république du régime Compaoré y était en grandes pompes. Quelques mois après, ce fut la désillusion complète pour les naïfs qui sont tombés dans le piège.
    A Tampuy, en cette année 2018, une structure bidon recrutait des jeunes auxquels elle promettait des emplois rémunérés à 300.000 FCFA par mois. J’ai bien rigolé quand une amie m’a parlé de cela. Je lui ai déconseillé d’y aller. L’initiative a fait long feu depuis car le lièvre a rapidement été levé par des journalistes entre autres.
    J’espère que les promoteurs de la fondation ravi sont sérieux mais l’expérience de ce genre d’initiative dans ce pays et dans d’autres pays d’Afrique et ailleurs dans le monde me rend méfiant, prudent.
    Fils du pays, les expériences amères du passé doivent nous interpeler, elles doivent nous amener à être systématiquement prudents face aux vendeurs potentiels d’illusion dans un pays où la détresse et la recherche de la facilité amènent facilement une bonne partie de la population à se laisser pièger par des tours d’escroquerie d’une banalité déconcertante.
    En recherchant systématiquement plus d’informations sur la fondation et ses inititiateurs, on peut séparer la mauvaise graine de la bonne.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 12:09, par Fils du Pays En réponse à : Employabilité au Burkina : 5000 entreprises et 250 000 emplois durables attendus d’ici à 2021

    Kouda, merci pour votre contribution qui est claire et pertinente ! Moi je ne savais pas qu´il y a déjà eu des recrutements de jeunes à Tampuyi en 2018, qui ont abouti à la catastrophe. La prudence est toujours conseillée dans ce genre de choses. Moi personnèlement, j´ai rencontré Mr. Salam Ouedraogo en 2017 à Berlin, quand le Président du Faso était en visite en Allemagne. Je l´ai trouvé sérieux et c´est pour cela que je ne comprend pas les critiques de Rasta.
    Votre manière de critiquer enrichit le débat et rehausse le niveau dans le forum, cela me donne espoir et ça montre que le burkinabe n´avale pas tout aveuglement, parce que c´est nouveau !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés