Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Protection des lanceurs d’alerte au Burkina : Un projet de loi en gestation

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • mardi 5 juin 2018 à 00h26min
Protection des lanceurs d’alerte au Burkina : Un projet de loi en gestation

Ouagadougou a abrité, ce mardi 5 juin 2018, un atelier de réflexion sur l’élaboration d’un projet de loi portant création et protection des lanceurs d’alerte au Burkina Faso. L’ambition affichée du gouvernement et de l’Observatoire de la justice et de la démocratie, est de promouvoir la transparence et la bonne gouvernance, mais aussi de sanctionner « sévèrement les dévoiements de la finance ». La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par la ministre déléguée chargée du Budget, Clémence Edith Yaka.

Est lanceur d’alerte toute personne physique, citoyen, agent public ou salarié du secteur privé qui signale ou révèle, preuves à l’appui, une grave atteinte à l’intérêt général. Selon l’Observatoire de la justice et de la démocratie, les lanceurs d’alerte constituent en quelque sorte un mécanisme d’alerte précoce et un moyen de dissuasion permettant de détecter et de prévenir les abus et la corruption. Les lanceurs d’alerte œuvrent donc au contrôle public des gouvernements et des entreprises.

Échanges sur le programme de « Lanceurs d’alerte »

L’Afrique regorge de plusieurs lanceurs d’alerte mais au Burkina, le phénomène est embryonnaire et est confondu à l’activisme. Un projet de création et la protection des lanceurs d’alerte est en création, et ce mardi matin, au cours d’un atelier, des représentants de plusieurs départements ministériels (économie, justice, etc.), d’institutions nationales et internationales, d’Organisations de la société civile (OSC) ont décidé de mener la réflexion. L’atelier se déroulera en plénière sous forme de communications et d’échanges sur le thème du programme de « Lanceurs d’alerte », un programme initié notamment l’Observatoire de la justice et de la démocratie.

Sanctionner les dévoiements de la finance

Clémence Edith Yaka, ministre délégué chargé du budget

Selon le ministre délégué chargé du Budget, cet atelier, qui marque la volonté du pays de suivre la marche du continent en la matière, vise à présenter le mécanisme, le rôle et les enjeux pour la prévention et la répression des activités illégales ou illicites dans tous les secteurs, en vue de mettre en place la loi de création et de protection des lanceurs d’alerte. Ce projet de loi devrait non seulement « renforcer la confiance de nos concitoyens dans leur système politique et économique, conformer le Burkina Faso aux normes internationales et définir les conditions de protection maximale pour les lanceurs d’alerte ». « Son ambition à terme est de sanctionner plus sévèrement encore les dévoiements de la finance qui menacent notre modèle économique et social », a conclu la ministre déléguée, qui représentait le ministre de l’Économie, des Finances et du Développement.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juin à 04:42, par OUATTARA Badioré En réponse à : Protection des lanceurs d’alerte au Burkina : Un projet de loi en gestation

    Bonjour à toutes et à tous !
    Je salue vivement cette initiative de protéger les lanceurs d’alerte ; ils sont nombreux au Burkina ceux qui, pour avoir osé dénoncer des faits avérés et nuisibles pour la Nation, sont soit morts, déclarés de fou ou sont marginalisés par la "majorité silencieuse" qui ne pense qu’à son intérêt égoïste
    Cordialement
    Dr Badioré OUATTARA
    70 26 17 14

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 09:29, par kwiliga En réponse à : Protection des lanceurs d’alerte au Burkina : Un projet de loi en gestation

    Hum, et une fois que la loi aura été adoptée, qui sera en charge de la faire appliquer ?
    Ceux-là même que nous voulons dénoncer ?
    Je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvaise augure, mais une telle loi n’aura de sens que si l’on parvient à faire un peu de ménage et à remettre l’intégrité au centre de nos préoccupations, dans nos esprits et dans nos cœurs.
    Et pour cela, il faudra nécessairement des sanctions exemplaires, chose que l’on n’a plus vues depuis... 30 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 14:07, par Mafoi En réponse à : Protection des lanceurs d’alerte au Burkina : Un projet de loi en gestation

    Il y a combien de lanceurs d’alerte sur le site de Lefaso.net ?Vous ne sanctionnez pas des voleurs de la république alors je ne vois pas la nécessité de cette loi qui ressemble bien à du copier-coller sur la France juste pour frimer.Même sans des lanceurs d’alerte,vous savez qui sont les pilleurs de ce pays mais comme d’habitude,ils ne sont et ne seront jamais inquiétés.Ainsi va ce pays rempli de pourritures de merde

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Innovations : La SONAPOST devient « La Poste Burkina Faso »
Médias en Chine : S’adapter, plus qu’un choix
Médias : Radio Chine internationale à la conquête de l’Afrique
Microcrédit : Microcred Burkina devient « Baobab Burkina »
Protection des données personnelles : Les agents publics de Koupéla sensibilisés
Publicitaires associés : Une nuit pour saluer le travail des devanciers
Coopération pour le développement : « Le Burkina est toujours une bonne destination pour les affaires », assure Jean-Victor Ouédraogo (SICOD)
Schémas directeurs des systèmes d’information : Les directeurs des services informatiques renforcent leur capacité
Utilisation de l’internet : La Commission de l’informatique et des libertés éduque les élèves de Zorgho
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) sensibilise les agents publics de l’Etat, à Zorgho
Rentrée publicitaire 2018 : « Publicitaires associés » veut assainir le secteur de la communication au Burkina
Nuit des TIC 2018 : Le fondateur du portail Lefaso.net, Dr Cyriaque Paré, primé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés