Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’angoisse est la disposition fondamentale qui nous place face au néant.» Martin Heidegger

Cinquantenaire du CAMES : Le président du Faso élevé à la dignité de Grand-croix de l’Ordre international des palmes académiques

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • dimanche 3 juin 2018 à 13h49min
Cinquantenaire du CAMES : Le président du Faso élevé à la dignité de Grand-croix de l’Ordre international des palmes académiques

Les activités entrant dans le cadre du cinquantième anniversaire du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) ont pris fin ce vendredi 1er juin 2018, avec l’élévation du président du Faso à la dignité de Grand-croix de l’Ordre international des palmes académiques du CAMES.

Ils sont quatre chefs d’Etat à avoir fait le déplacement de Ouagadougou pour prendre part à la clôture du jubilé d’or du CAMES. Ce sont Alpha Condé de la Guinée, Faure Gnassingbé du Togo, Idriss Déby Itno du Tchad et Macky Sall du Sénégal. Cette cérémonie de clôture a vu le président du Faso, Roch Kaboré, élevé à la dignité de Grand-croix de l’Ordre international des palmes académiques du CAMES, par le grand Chancelier, en la personne du Pr Bertrand Mbatchi, par ailleurs secrétaire général du CAMES. Et ce, pour les efforts consentis par le chef d’Etat burkinabè pour le rayonnement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Une distinction accueillie avec fierté par le chef de l’Etat qui salue l’hommage que lui rend ainsi l’ensemble de la communauté scientifique. Pour le président du Faso, cette distinction est « une reconnaissance au peuple et au gouvernement burkinabè pour l’ensemble des efforts de la Nation dans la promotion de l’éducation en général et de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en particulier. »
Roch Kaboré a également saisi l’occasion de cette cérémonie pour interpeller l’ensemble des pays membres du CAMES sur la nécessité de travailler à professionnaliser les filières d’enseignement et à améliorer l’adéquation formation-emploi.

Au cours de la cérémonie, les chefs d’Etat et de gouvernement du CAMES ont aussi signé une déclaration, dont l’une des recommandations est la rencontre chaque trois ans des chefs d’Etat pour discuter des défis liés à l’enseignement supérieur et des solutions à y apporter.

En rappel, pendant une semaine, plusieurs activités ont été menées dans le cadre du cinquantenaire du CAMES, cette institution forte de 19 membres, qui se consacre depuis 50 ans maintenant au rayonnement de l’enseignement supérieur.
Au nombre de ces activités, un colloque international sur l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, la tenue de la 35e session du Conseil des ministres du CAMES et aussi une journée portes ouvertes pour mieux faire connaître l’institution. Le CAMES a saisi l’occasion de ce jubilé pour mener la réflexion sur « le CAMES du futur » et les réformes à mener afin de faire du CAMES, une institution qui joue pleinement son rôle dans la promotion d’un enseignement supérieur de qualité, rendant ainsi le label CAMES compétitif à l’international, comme le souhaite le président du Faso.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recherche : Le quinoa, une plante pour lutter contre les changements climatiques
Soutenance de thèse : Nicolas Ouédraogo propose les résidus de tubercules pour combattre la malnutrition et la pollution
Innovation : Etudiant en droit, Jonathan Ouédraogo invente du carburant à base d’huile usagée de moteur
Education à la paix : Marceline Yaméogo suggère l’instauration de la « gouvernance scolaire » dans les écoles
Master II en Topographie et Systèmes d’information géographique : Neysa, première femme diplômée de l’ESUP-Jeunesse
Institut national des sciences des sociétés (INSS) : Les mérites des chercheurs reconnus
Repenser le système de vulgarisation au Burkina Faso pour favoriser l’adoption des innovations agricoles
Plateforme d’innovation-Lait de Banfora : un outil de développement local au Burkina Faso
Soutenance de Thèse Université Nazi Boni : Ida Ouèbounga Bénagabou, désormais Docteur en développement rural
Recherche scientifique : Des physiciens burkinabè peaufinent leurs projets
Soutenance de thèse : Diane Horélie PALGO Docteur en droit de l’Université de Bourgogne Franche-Comté (France)
Education et développement des collectivités territoriales au Burkina Faso : La nécessaire prise en compte des potentialités locales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés