Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Lutte contre la traite des personnes au Burkina : L’OIM renforce les capacités des travailleurs sociaux de l’Est

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • samedi 2 juin 2018 à 00h13min
Lutte contre la traite des personnes au Burkina : L’OIM renforce les capacités des travailleurs sociaux de l’Est

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) organise un atelier de formation sur la protection des victimes de traite, au profit des travailleurs sociaux, les 1er et 2 juin 2018, à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est.

« La traite des personnes, sujet d’actualité qui nous interpelle de plus en plus, menace le respect des droits humains au niveau global et au Burkina Faso », a indiqué le chargé de projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Nathalie Guveiller. C’est pour cette raison que l’OIM a entrepris une série de formations qui s’inscrit dans le cadre du projet « Lutte contre la traite des êtres humains au Burkina Faso à travers le renforcement du cadre national et des capacités en identification des victimes et l’amélioration de la collecte des données ».

Nathalie Duveiller

Selon Nathalie Guveiller, la traite des personnes est un phénomène dont l’ampleur est « très difficile à saisir ». Raison pour laquelle les travailleurs sociaux, principaux acteurs de cette lutte, sont réunis à cet atelier de formation de 48 heures, afin de mieux appréhender la traite des êtres humains.

Pour le chef de service Encadrement et protection de l’enfant et de l’adolescent de la province de la Tapoa, Patrick Paré, les participants de cet atelier attendent de comprendre davantage le rôle que joue l’OIM sur le terrain en ce qui concerne la traite des personnes et qu’elle puisse donner les normes de prise en charge des enfants victimes de ce phénomène.

Objectifs et modules

Les participants

A en croire les organisateurs, cet atelier de formation vise à connaître le cadre législatif et règlementaire qui gouvernent la lutte, maîtriser les mécanismes d’identification et de protection des personnes victimes, et enfin, acquérir des connaissances et techniques de travail spécifiques à sa position et à son rôle.
Selon l’un des formateurs, par ailleurs Directeur de la lutte contre les violences faites aux enfants (DCVE), Abdou Dadian, cinq modules sont au menu de cet atelier de 48 heures. Il s’agit de : Introduction à la traite des personnes ; Cadre juridique et institutionnel ; La réponse ; Détection et identification des victimes ; La protection des victimes.

Ils sont au total 20 travailleurs sociaux dont treize venus de la province de la Tapoa et sept résidents à Fada N’Gourma. Ces participants sont désignés par les directeurs provinciaux de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille de chaque province. Selon Patrick Paré, le nombre élevé des participants de la Tapoa se justifie du fait que c’est « une zone où le phénomène est réellement d’actualité ». « De par sa position géographique, la province de la Tapoa est une zone en même temps de transit, d’accueil et de départ », a-t-il enrichi.

Abdou Dadian et Nathalie Duveiller

Notons qu’il s’agit du troisième atelier de formation au cours de cette semaine, selon Nathalie Duveiller. « A chaque fois, ce sont des ateliers de deux jours. Nous avons échangé avec les acteurs de la sécurité ensuite, nous venons de finaliser une session de formation avec les juges et les procureurs de la région », a-t-elle précisé.
D’une durée de deux ans, ce projet est financé par le Département d’Etat américain et apporte un appui au gouvernement burkinabè pour le renforcement du cadre national de gestion de la lutte contre la traite des personnes.

Cryspin MasneangLaoundiki
LeFaso.net

Portfolio

  • Cahier du participant

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés