Concours directs de la Fonction publique : Plus de 5 600 inscrits en ligne en trois jours

LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • jeudi 31 mai 2018 à 00h24min

Les dépôts physiques des dossiers des concours directs de la Fonction publique, session 2018, ont débuté le lundi 28 mai. Les inscriptions en ligne aussi. Une innovation voulue depuis 2015 par le ministère en charge de la Fonction publique, afin d’améliorer la qualité du service public et optimiser les ressources humaines et financières. Mais cela n’est pas sans difficultés, car les candidats, en plus d’être confrontés à la lenteur de la connexion Internet, se perdent dans les différentes étapes de l’inscription. Mercredi 30 mai 2018, nous avons fait un tour au Secrétariat technique du guichet virtuel unique de l’administration publique (STGVAP) pour en savoir davantage sur la gestion de ces cas.

Concours directs de la Fonction publique : Plus de 5 600 inscrits en ligne en trois jours

Il est 10h30 à Ouagadougou. Aux abords de l’avenue Ouezzin-Coulibaly trône un immeuble abritant plusieurs services du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale. Au bout du couloir, au premier étage, se trouve le Secrétariat technique du guichet virtuel unique de l’administration publique (STGVAP) dirigé par Édith Nion. En 2015, cette structure a lancé la phase-pilote des inscriptions en ligne sur la plateforme e-Concours (www.econcours.bf ) avec le concours de la magistrature. Ouverte par la suite à dix concours en 2016, l’inscription en ligne va s’étendre à 18 concours de niveau supérieur au baccalauréat, en 2017. Cette année, le gouvernement burkinabè s’est engagé, à travers le Partenariat pour un gouvernement ouvert, à mettre en ligne, à l’horizon 2019, tous les concours niveau baccalauréat et supérieur au baccalauréat. 2018 constitue donc une phase-pilote avec 50% des concours niveau baccalauréat qui s’ajoutent à tous les concours niveau A (supérieur au baccalauréat). L’inscription en ligne cette année concerne donc 50 concours.

Deux équipes de dix agents pour assister les candidats

L’équipe d’assistance

Il est 10h40. Avant d’accéder au bureau de la patronne du STGVAP, nous sommes bien obligés de passer par ce petit bureau occupé par des agents qui, dans un va-et-vient incessant, assistent des candidats à l’autre bout du fil. Des candidats qui expérimentent, pour la plupart, l’inscription en ligne aux concours directs de la Fonction publique. Selon Aicha Nikièma, parmi ceux qui appellent, « il y en a qui n’ont pas d’adresse mail, qui n’arrivent pas à lire leurs mails, qui pensent que c’est gratuit ou qui veulent s’inscrire à plusieurs concours avec la même somme de 800 F CFA ». Son boulot, ainsi que celui des neuf autres agents, c’est de guider et d’éclairer la lanterne de ces candidats « égarés », de 7h jusqu’à 14h, avant qu’une autre équipe ne vienne les relayer jusqu’à 20h. Quant à la plateforme, elle est ouverte 24h/24 jusqu’au 16 juin. Contrairement aux inscriptions physiques, les inscriptions en ligne s’étalent sur 20 jours et non dix. « En ces temps de jeûne, ce n’est pas simple », nous confie Mme Nikièma, qui a de nouveau le téléphone collé à l’oreille, après nous avoir accordé quelques secondes.

Une foire aux questions en appui

Un agent de l’équipe à l’écoute d’un candidat

Le stress, il n’est pas que du côté des agents. Il est aussi du côté des candidats qui, souvent, ne prennent pas le temps de lire les différentes étapes de l’inscription. Qu’à cela ne tienne, outre l’assistance par appel téléphonique, les candidats ont la possibilité d’avoir réponse à leurs préoccupations grâce à la « foire aux questions » disponible sur la plateforme. En jetant un coup d’œil sur l’espace d’administration, on peut tout de suite voir que des questions du genre « Que dois-je faire si je suis ‘‘né vers’’ ou ‘‘né en’’ ? » ou « Comment faire si le lien de vérification de mail ne s’affiche pas dans ma boîte de réception ? », ont trouvé réponse auprès de l’équipe d’assistance.

Par exemple, à la première question, la réponse donnée au candidat est de choisir « 31 » comme jour et « décembre » comme mois. Et pour ce qui est de la dernière question, il est recommandé aux candidats d’actualiser leur boîte de réception. Et si le mail ne s’affiche toujours pas, alors il leur est demandé de regarder dans le dossier Spam.

Deux modes de paiement

Mme Nion Edith, secrétaire technique du guichet virtuel unique de l’administration publique

Pour postuler en ligne, nous explique Édith Nion, le candidat doit suivre en tout 18 étapes expliquées ici : (http://www.concours.gov.bf/CD2018/COMMUNIQUES/inscription_concours.pdf).

Deux modes de paiement sont disponibles. Pour le paiement électronique par Orange money, faire *144*4*6*800*code PIN# puis OK. L’autre mode consiste à envoyer par SMS (Telmob, Orange ou Telecel), le mot « code » au 3388. Dans l’un ou l’autre cas, le candidat est facturé à 800 F CFA. Selon Mme Nion, les 800 F CFA représentent les frais de timbres. « Après l’admission du candidat, il lui est demandé de venir compléter son inscription avec les dossiers physiques. À la fin des inscriptions, le service donne à l’Agence générale de recrutement de l’État (AGRE) des listes déjà vérifiées et corrigées », explique-t-elle.

« On a osé, il faut qu’on y aille »

Malgré une timide connexion Internet décriée par les candidats, la plateforme affiche 5 596 candidatures validées en l’espace de 72 heures (environ 40 312 étaient inscrits en ligne en 2017). Une satisfaction pour Édith Nion et toute son équipe, qui espèrent que dans quelques années, ce sera le bout du tunnel avec le projet Backbone du ministère du Développement de l’économie numérique et des Postes, qui ambitionne de développer la connectivité nationale et internationale en large bande par fibre optique.

« Aucun équipement informatique n’est fiable à 100%. Il y a des erreurs qu’on corrige au fur et à mesure. Le challenge doit être réussi. On a osé, il faut qu’on y aille. Toute innovation n’est pas simple à accepter. Il y a des craintes certes, mais quand on fait le point du coût supporté par l’Etat concernant les inscriptions en ligne et les inscriptions physiques, il y a un grand fossé », a conclu Mme Nion, après avoir demandé l’indulgence des candidats.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés