Journée internationale des Casques bleus de l’ONU : Quatre militaires burkinabè seront honorés

Communiqué de presse • mardi 29 mai 2018 à 00h46min

Le 29 mai de chaque année, l’Organisation des Nations unies (ONU) commémore la Journée internationale des Casques bleus. Cette année, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, procédera à la remise, à titre posthume, de la médaille Dag Hammarskjöld à 127 soldats, policiers et civils, morts dans des opérations de maintien de la paix en 2017. Parmi ces 127 personnes figurent quatre Casques bleus burkinabè, morts au cours de leur mission au Mali.

Journée internationale des Casques bleus de l’ONU : Quatre militaires burkinabè seront honorés

Le secrétaire général de l’ONU commémore avec les soldats de la paix au Mali

Cette année, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, commémorera la Journée internationale des Casques bleus, qui coïncide cette année avec le 70e anniversaire des efforts de maintien de la paix de l’ONU, avec les soldats de la paix au Mali pour « exprimer sa solidarité » avec des collègues ciblés par des attaques dans des environnements extrêmement volatiles.

La Journée internationale des Casques bleus est commémorée le 29 mai, en hommage aux plus de 96 000 personnes en uniforme de 124 pays différents qui portent haut le drapeau des Nations unies, appuyés par plus de 15 000 civils et 1 600 volontaires. C’est là « un investissement avéré dans la paix, la sécurité et la prospérité mondiales », estime le secrétaire général, dans son message de cette année.

« Nous exprimons notre gratitude au plus d’un million d’hommes et de femmes qui ont servi sous le drapeau des Nations unies, sauvant un nombre incalculable de vies », rappelle le secrétaire général. « Nous honorons les 3 700 Casques bleus qui ont fait le sacrifice ultime et nous rendons hommage aux 14 opérations de maintien de la paix qui travaillent 24 heures sur 24 pour protéger les populations et faire avancer la cause de la paix », ajoute-t-il.

Après avoir célébré les soldats de la paix au Mali, le secrétaire général participera à une autre cérémonie au siège de l’ONU à New York, le 1er juin 2018. À cette occasion, il déposera une gerbe de fleurs en l’honneur des Casques bleus qui ont perdu la vie au service de la paix, puis procédera à la remise à titre posthume, de la médaille Dag Hammarskjöld aux 127 soldats, policiers et civils, morts dans une opération de maintien de la paix en 2017.

Quatre militaires du Burkina Faso figurent parmi les 127 Casques bleus qui ont perdu la vie dans une opération de maintien de la paix en 2017 et qui recevront la médaille Dag Hammarskjold à titre posthume. Il s’agit deBoumoin Niangao, 1re classe Sié Jean Bernard Kambou, A/C Francois Dassise Ky, et sous-lieutenant Poureguem Diandaqui servaient tous dans la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Le Burkina Faso est le 13e pays contributeur de troupes et de policiers aux opérations de maintien de la paix de l’ONU. Plus de 2 120 soldats et policiers burkinabè sont actuellement déployés dans les missions de l’ONU à Abyei, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Guinée, en Haïti, au Mali et au Soudan.

« Nous avons une dette envers ces hommes et femmes courageux qui risquent leur vie tous les jours pour aider les autres », a déclaré le secrétaire général adjoint à l’appui aux missions, Atul Khare, alors que son collègue des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, en appelait à des sacrifices qui nous poussent à travailler avec encore plus d’acharnement pour contribuer à une paix durable dans certains des endroits les plus complexes et les plus difficiles du monde. Les deux hommes seront les invités du point de presse, le 1er juin au siège de l’ONU.

L’Assemblée générale des Nations unies a proclamé en 2002, le 29 mai Journée internationale des Casques bleus pour rappeler le lancement le même jour en 1948, de la première opération de maintien de la paix des Nations unies, l’Organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST) au Moyen-Orient.


Source : DPKO/ DPI
Diffusion : Centre d’information des Nations Unies (CINU) Ouagadougou
E-mail : unic.ouagadougou@unic.org
Tél : 25306076

Messages

  • Il faut les faire revenir au pays au plus vite pour défendre la patrie contre les envahisseurs point barre ! Cela constituera une meilleure décoration.

  • Il faudra rectifier la liste des pays où le Burkina Faso a déployé des troupes de maintien de paix pour les Nations Unies car la Guinée n’est pas un pays où il y a une mission de maintien de paix. Il n’y a aucune troupe onusienne en Guinée.

    Je saisis cette occasion pour féliciter cette initiative de contribuer au maintien de paix dans le monde. On n’en connaît l’utilité et on en apprécie la solidarité que lorsqu’on est dans les pays en crise où ces forces sont déployées.
    En plus, les retombées au plan économique est évident pour les pays contributeurs de troupes et de policiers civils.
    Il serait même opportun qu’il soit créé une autorité rattachée soit à la Présidence du Faso ou au plus à la Primature pour organiser, structurer et gérer ces missions et déploiements.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés