Procès du putsch manqué de septembre 2015 : Vers un nouveau renvoi ce 25 mai ?

LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • vendredi 25 mai 2018 à 00h15min

Après plusieurs renvois dus à des querelles de procédures ou à des déports d’avocats de la défense, le président du tribunal avait donné rendez-vous, le 9 mai dernier, aux différentes parties pour la suite de procès après une pause d’un mois. Mais les six avocats commis d’office, le 11 avril 2018, pour défendre les intérêts de douze accusés, n’étaient pas prêts. Leur requête de disposer de plus de temps pour prendre connaissance du dossier a été accepté mais le temps demandé (trois semaines minimum et un mois maximum) a été ramené à seize jours. Aussi, le 9 mai, rappelez-vous, le SCPA Somé et Associés et Me Paul Kéré avaient également jeté l’éponge, laissant huit accusés dont le général Gilbert Diendéré, sans défense.

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : Vers un nouveau renvoi ce 25 mai ?

Le bâtonnier avait donc jusqu’au 25 mai 2018, pour commettre d’autres avocats. Le 25 mai, c’est demain, et aucune liste d’avocats commis d’office n’a encore été dévoilée. Va-t-on vers un nouveau renvoi ? En attendant la réponse à cette question, nous vous proposons une infographie des principales dates du procès depuis le 27 février 2018.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Messages

  • Nous saluons votre professionalisme, nos encouragements à toute la redaction.

  • La stratégie de ces généraux semble de plus en claire : employer toutes les tactiques possible pour repousser au delà de 2020 en espérant qu’un gouvernement "ami" soit élu.

    • Internaute Raso, Je pense qu’il s’agit bien de votre imagination. Je ne pense pas que les généraux déjà incarcérés souhaitent empêcher le procès. La procédure étant enclenchée difficile qu’un gouvernement ami vient leur libérés comme un bâton magique. Renseignez-vous car les choses ne se passent pas comme la logique burkinabé qui se lève et décide a tout vent sans une consultation préalable. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit des militaires avec une discipline de l’armée, même si le procès est soi-disant ministère public contre le général Djiendéré.

    • Raso, vous avez tout compris et c’est ce qui se prépare. A l’instar du terrorisme où il faut entrer en action sans arrière pensée, je pense qu’il faut déjouer leur coup (putschistes) en les jugeant à la burkinabè. C’est parce que vous voulez tenir compte de certains paramètres soit disant internationaux qu’on n’a plus de personnalité, de souveraineté. Alors dites-moi, a-t-on demandé l’avis de la communauté internationale pour mener notre insurrection ? Certainement pas ! Ces gens-là sont plus dangereux qu’on ne le pense. Voyez-vous comment ils nous narguent, personne n’est au dessus de la loi. Je pense qu’il faut sanctionner quand il le faut et on n’a pas que ça à faire dans notre société. Il faut briser l’impunité sinon on n’aura que nos yeux pour pleurer !

  • Herman Frédéric Bassolé, tu es un chef !
    Merci pour le suivi du Faso.net !

  • Comme ca piétine, demandons l’expertise de blaise compaoré en la matière. Lui sait ce qu’on fait avec des gens qui ont un coup d’état. Autant plus que ces individus font parti des co-inventaire de la méthode compaore en matière de gestion des gens qui ont un coup d’état.
    a connait pas a demander
    y a pas de honte dans ca

  • Ce qui m’énerve c’est que ces gens profitent de la démocratie alors qu’ils n’ont pas permis à leurs frères d’en profiter. Quand le RSP tirait sur les populations à mains nues sur les populations assoiffés de justice. Est ce que le chef de ce RSP (Julbert Diendéré) avait pensé un seul instant que la démocratie était contre cela. Vous n’avez pas honte mais tôt ou tard vos serez jugé.

  • Mille félicitations pour cette synthèse en rappel. A certains internautes je dis ceci : donnant le temps d’une justice équitable et pas celui du vainqueur. Evitons dans l’enthousiasme de la victoire de rendre des innocents victimes de notre vengeance.

  • Qu’est ce que vous n’avez pas compris ? Tout "Généraux de complaisance " qu’ils sont. Golf et Djiby, sont des hauts gradés, des chefs militaires. Donc de fins tacticiens, ils auront avec des ruses juridiques, la "peau" du tribunal à l’usure, je vous assure.
    Si en tout cas on veut leur appliquer le Droit. Or ces deux généraux se sont toujours moqué de ce même Droit lorsqu’ils étaient "forts".

  • Il me semble que ce procès est une vraie mascarade, une vraie comédie. Tout le monde se joue de tout le monde. La partie civile de concert avec la défense sans oublier le parquet se jouent de l’intelligence de l’opinion et c’est bien dommage. On nous fait croire que les problèmes de ce procès émanent des accusés, mais il n’en est rien car tout est savamment orchestré entre les différentes parties.

    Le malheur de l’Afrique provient des faits de nos élites et les occidentaux l’on bien compris.

    Je n’arrive toujours pas et jamais à comprendre ce fait sociologique qui consiste à ce que les gens qui étaient opposés/exposés à certaines injustices et qui se retrouvent à la table du roi deviennent pire que les autres qu’ils critiquaient.

    Remarquez un peu dans les pays où la xénophobie est très exacerbée ou si vous voulez prenons le cas des pays européens dont on assiste à une montée des extrêmes.

    Les plus grands xénophobes sont issues de familles migrantes. Leurs grands-parents ont vécu les pires brimades. Voici que les petits-fils reproduisent les brimades que les autres ont vécu.

    Pour transposer cette réflexion au cas burkinabè, je prendrai d’abord l’exemple du ministre Bagoro qui doit sa place grâce à l’insurrection. Ce Mr est entrain de reproduire les mêmes schèmes que sous l’ère Compaoré sur le plan de la justice.

    Ensuite, il y a le nouveau ministre du travail qui ne passe son temps qu’à citer les articles pour justifier sa position comme si l’on se trouvait dans un amphi. Il oublie que tout professeur de droit qu’il est, il n’est qu’un théoricien.

    Bref, en faisant une rétrospective de la situation sociopolitique de ce pays, je me rends compte que ce n’était pas le président Blaise le problème, mais des personnes qui gravitaient autour de son pouvoir.

    Le pays se trouve dans la même situation qu’avant les derniers mois de son (Blaise) départ.

    Les arrogances, les humiliations, la gestion clanique, etc. sont autant de cocktails qui précipiteront Roch dans l’abîme.

    Il subira à mon avis une traîtrise telle qu’il l’a lui-même fait subir à son mentor Blaise Compaoré.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés