Opération anti-terroriste à Rayongo : « Qui a diffusé les images de l’intérieur de la villa ? »

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 24 mai 2018 à 00h46min

Les images des assaillants tués hier à Rayongo et de leur arsenal de guerre retrouvé dans la villa dans laquelle ils s’étaient retranchés ont fait le tour des réseaux sociaux, alors même que les équipes de la police scientifique et du génie militaire n’avaient pas fini leur « job » sur les lieux de l’affrontement et que les riverains et badauds étaient gardés à distance derrière le périmètre de sécurité. Comment ces images ont-elles atterri sur le net ? Cette question a été posée au ministre de la Sécurité, mardi, au cours de son point de presse sur le bilan de la riposte.

Opération anti-terroriste à Rayongo : « Qui a diffusé les images de l’intérieur de la villa ? »

« Vous posez une question qui m’embête un peu », a lâché Clément Sawadogo, qui reconnaît qu’il s’agit là d’une question « très complexe ». « A priori, on ne peut pas accréditer la thèse selon laquelle ce sont nos propres éléments, dans l’action, qui ont filmé la scène et qui ont balancé les images sur les réseaux sociaux. Comme nous vous l’avons dit, il y avait aussi des civils dans les environs. Et vous savez aussi que les moyens en la matière sont de plus en plus perfectionnés. Quelquefois, même de loin, on peut arriver à filmer des choses. Donc il est difficile de dire d’où sont parties ces images », a laissé entendre Clément Sawadogo.

« Toutefois, comme vous êtes des professionnels de la communication, si vous-mêmes vous arrivez à savoir de qui c’est parti, s’il vous plaît, signalez-nous. Si c’est un de nos éléments des forces de défense et de sécurité, naturellement l’élément sera sanctionné en conseil de discipline parce que cela est interdit. Un professionnel ne peut pas se livrer à ce type d’agissement-là », a poursuivi le ministre de la Sécurité.

Même si le patron de la Sécurité intérieure a souhaité une collaboration des journalistes pour démasquer l’individu ou le groupe qui se cache derrière la diffusion des images, où l’on voit les trois corps des assaillants, les cantines d’armes et de vêtements militaires (burkinabè et françaises), il a laissé entendre que les limiers joueront également leur partition. « Aidez-nous. Nous aussi, nous allons chercher. Mais si vous arrivez avant nous, communiquez-nous sous cape les informations sur l’origine, car comme vous le savez, ce n’est toujours pas évident », a-t-il conclu.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Messages

  • Les taupes, il y en a partout et dans tous les domaines. Vivement que cette taupe soit retrouvée. C’est quand même un sujet sensible. C’est aussi le lieu de faire comprendre aux citoyens que les questions sécuritaires sont l’affaire de tous. Le brave gendarme à l’image de son homologue français qui est décédé suite à ce genre d’opération est le reflet du sacrifice de ces hommes qui donnent leur vie pour une cause commune. Sachons que tous ont un frère, une sœur qui pourrait se retrouver dans la même situation. Félicitations aux FDS et paix à l’âme du disparu. Que le Tout Puissant s’occupe de sa descendance plus qu’il n’a pu le faire lui-même.

    • La ou les taupes sont dans ce cas sont facilement identifiables si bien sûr nous disposons de bons ingénieurs en informatique car nous ne sommes plus dans l’ancien monde avec ces corbeaux qui étaient difficile à démasquer.Avec les TICs,il suffit de faire des recherches pour remonter jusqu’au numéro IP de l’indélicat et le tour est joué.Donc tout ce bavardage ressemble à celui du coin de café

    • Amen et qu’il repose en paix auprès de ses ancêtres !

  • Le niveau de langage peut être rehaussé pour un ministre qui s’adresse à des journalistes :
    - Vous posez une question qui M’EMBÊTE un peu
    - qui ont BALANCÉ les images sur les réseaux sociaux.
    - même de loin, on peut arriver à FILMER DES CHOSES
    - si VOUS-MÊMES vous arrivez à savoir de qui c’est parti, s’il vous plaît, SIGNALEZ-NOUS.
    - se livrer à ce type d’agissement-LÀ
    etc

    Juste un peu de volonté et le message sera compris par les journalistes professionnels.

    Aube Naissante

    • On a pas besoin de ça !!! Il parle pour le commun des burkinabè qui l’ont compris.

    • la nouvelle génération des burkinabè, tu penses comprendre mieux le français que le ministre.
      pour le moment c’est pas cours de français il donne, on perdu un frère, un mari, un fils et un neveu.

    • Si vous compreniez votre langue maternelle de la sorte ..... Nous devrons avoir honte de se vanter de maîtriser le français et de reprocher aux autres de faire des fautes.
      Nous nous avons compris le ministre et c’est l’essentiel. Ce n’est pas un cours de français.

    • Bien dit Zougou. Le message est bien passé qui est claire et franc.

    • Si on a besoin de ça. Il est vu et entendu par le monde entier, c’est l’image de tout le pays qui est en jeu. Qu’il rehausse son niveau de langage ! Il parle à des professionnels qui à leur tour se chargeront de rendre l’information accessible à tous. Si le ministre veut se faire comprendre par le commun des burkinabè qu’il parle en langue nationale, nous sommes en majorité analphabètes au Burkina !

  • C’est vraie que défier l’autorité n’est pas bien surtout en matière de sécurité. Donc divulguer les photos de la sorte n’est pas bien.
    Mais quelqu’un peut il dire le bien fondé de garder ces photos secrètes ?
    Pour ma part, je pense qu’il faut les divulguer pour que des pères sachent qu’ils ont été irresponsables et leurs rejetons sont aujourd’hui des bandits. De la sorte, ils pourrons re-encadrer le restant de leurs enfants.
    Il faut donner aussi la photo du vivant pour que chacun (de ces amis) sache se départir des autres fréquentations et ou au plus dénoncer les autres amis afin que l’enquête puisse aboutir très vite.
    Ils nous ont envoyer François chez Dieu ; oui, c’est la destiné de tous mais ce n’est pas à eux de le faire. Dieu sait s’occuper de tous.
    Maintenant, vous demander de garder les photos ? QUI VA NOUS REVEILLER FRANCOIS ? Pas eux, pas vous, pas nous. Oui, mais au moins, laissez la population voir ceux qui ont fait ça car comme vous le savez, quand un serpent te mord, on le recherche et on le tue. Quand on veut tuer un serpent, on fouille et refouille ; tout ce qui mord est tuer.
    Vous savez, je ne suis pas cynique mais ceux là qui sont couchés (les bandits) si on les avait tué quand ils étaient petits, aujourd’hui ils n’allaient pas nous créer ces problèmes. C’est pour dire que ces gens là, il faut terminer leurs progénitures par ce que leurs enfants si ils ne sont pas bandits ne pourrons pas tenir dans notre société où tout le monde a connu leurs parents pire, ils risquent de vouloir venger leurs parents en devenant des bandits. Ce qui est sûr, on n’en veut pas.
    BRAVE FRANCOIS, REPOSE EN PAIX !!!

    • Rendre responsables les geniteurs de ces criminels, je penser que aller trop. Ce sont des adultes qui ont agi. Nous connaissons toutes et tous la société d’aujourd’hui. Les parent n’y sont pour rien .

    • Comment peut -on dire que les parents n’ont pas de responsabilités" Justement, c’est aussi là le problème. A défaut d’avoir réussi à canaliser leurs rejetons, ils devraient signaler leurs activités suspectes aux FDS, à commencer par leur radicalisation ou leurs accointances avec des groupes radicaux... Ailleurs, en représailles à un une action terroriste, la sanction est collective. Les maisons de la famille du terroriste subissent des destructions pouvant toucher le village. De telles sanctions peuvent donner à réfléchir.

    • Ah bon ? Certains sont complices par le silence. Et beaucoup sont complice d’avoir introduit des interprétations idiotes de certains versets dans la tête de ces bandit. Vous ne remarquez rien de communs entre les djiadistes ? Rien ?
      La connaissance quand elle reste à l’état rudimentaire est un poison ; c’est là où l’état a aussi une responsabilité

  • Monsieur le ministre, ne vous embêtez pas pour chercher l’auteur de ces photos. C’est parce que ces photos ont été publiées que les gens vous croient. ce n’est que hier et avant hier que des journalistes ont demandé à ce que votre prédécesseur communique sur des informations qui du reste seraient secrètes. on fait plus confiance à Facebook et autre dans ce pays qu’a nos autorités. On est tellement naïfs que c’est ce qui est dit sur Facebook qui est vrai. Allons seulement.

  • Vous journalistes vous faites pire que ça. Vous livrez les populations me disant chaque fois Ceci " cest grace à la collaboration des populations ".

  • Je suis profane sécurité et ingenierie informatique.Cependant je dirais que des caméra murales sont incorporés (villa)

  • La question de la Source des images, "journalistiquement", ne devrait pas être posée au ministre de la sécurité.
    Personne ne le saura et il faut être réaliste.
    Aujourd’hui on parle de "fake news" et les journalistes savent tous très bien ce que cela signifie.

    Une analyse de ce fait aurait été plus intéressante :
    pourquoi les gens trouvent utile de diffuser les images ?
    Quelles sont les conséquences négatives que cela peut engendrer ?
    Quelles avantages cela apporte-t-il aux forces de l’ordre pour retrouver les complices ?
    Quelle conclusion tirer et quel appel à lancer aux populations face à de telles pratiques...

    C’est ce que je pense personnellement.

    • Surtout qu’est-ce qu’il y a de catastrophique par rapport aux enquêtes à voir ces images ? Pourquoi on en fait tout un débat. Admettons que c’est un des gendarmes après la victoire qui là fait sous le feu de l’action sans trop penser. Vous allez le punir pour ça alors qu’il s’est sacrifié ? Le problème c’est le terrorisme ou bien les images du terrorisme ?

  • Eh ! Grand frère Clément ! Je n’ai pas été sur les lieux mais je sais qu’en pareille circonstance tout est barricadé et un cordon de sécurité est dressé. Personne ne peut approcher, sauf bien sûr ceux qui sont habilités à faire le travail, donc ayant été autorisés. Donc, ne cherchez pas trop loin, le loup est dans la bergerie.

  • Vous savez que c’est un problème très sérieux ne gaspillons pas nos forces sur des "niveaux de langage" pour une question d’image. Le monde a déjà une mauvaise image de notre pays avec les nombreuses attaques dont on a été victime.

    Les nouvelles vont vites ! et si c’était un DRONE qui a pris ces images. Vous savez quel service secret a une œil sur nous ?

  • Même s’il s’agissait d’un membre des forces de l’ordre qui a publié les images, je crois pas que le gouvernement va divulgué cette information, mais une chose est sûr, il en tirons des leçons pour que sa ne se reproduise pas !!! MERCI au force de l’ordre de nous protége même quand nous ne sommes pas au courant, ce sont belle et bien des héros qui risque leurs vie pour le peuple . #Courage

  • Cela fait déjà deux fois que le même quartier de Rayongo soit une cible de cache pour les terroristes. Quand est ce que les autorité attendent pour installer un poste de police ou de gendarmerie dans la périphérie Est de Ouagadougou. Quand est ce les autorités attendent de rendre accessible cette partie Est (Karpala, Rayongo etc) de Ouagadougou de plus en plus délaissé. Ceux qui y vivent ou qui fréquentent savent de quoi je parle. Je pense le phénomène de banditisme dans ce quartier périphérique ne date pas d’aujourd’hui et maintenant c’est le site d’hébergement des terrroristes. Si rien n’est fait le pire reste à venir et ce n’est pas ce que l’on souhaite. Pas de route, pas d’éclairage pas de poste de sécurité.

  • Q’est-ce qu’il y a de catastrophique par rapport aux enquêtes à voir ces images ? Pourquoi on en fait tout un débat. Vous direz que c’est choquant mais ce n’est pas montré à télé. Si vous laissez votre compte facebook à vos enfants c’est vous le problème. Si vos enfants mineurs sont sur les réseaux sociaux c’est vous le problème. C’est bien de choquer parfois. Admettons que c’est un des gendarmes après la victoire qui là fait sous le feu de l’action sans trop penser. Vous allez le punir pour ça alors qu’il s’est sacrifié ? Le problème c’est le terrorisme ou bien les images du terrorisme ?

  • Il suffit de vérifier les horaires d’apparition sur les réseaux et croiser avec les données des opérateurs de téléphonie. Cela peut se faire en une demie-journée car le lieu est circonscrit et, donc, le bornage permet rapidement de voir qui a communiqué, qui était là, et quand... Au final, est-ce que cette question est primordiale ? Pour moi, la question la plus importante et de loin ; est pourquoi avoir mis presque 3 mois pour les déloger alors que l’on avait sans doute déjà leurs traces dès le début de l’enquête du 2 mars ? Avec la téléphonie mobile, on peut vite retrouver les gens. Le plus inquiétant et là ce n’est pas rassurant, combien de cellules dormantes existent dans la ville de Ouagadougou ? moins de 10, plus de 10 ? je m’inquiète car ils ont largement eu le temps de devenir incognito dans la société burkinabè depuis que l’on donnait le gite et le couvert à ces ramassis de MNLA et autres qui traficotait allègrement avec l’ancien régime (cigarette, drogue, armes, migrants, etc.) dont un certain Gilbert Diendéré aux commandes et aux ordres du petit président pour toute sorte de trafics via le forage Kristine au Nord du Faso.

  • La police des polices, les services de renseignement et l’Autorité de régulation des communications sont là. Le jugement de l’histoire...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés